Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Saint-Arnoult (78730)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers des Yvelines
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Sam 27 Aoû - 22:40 (2011)    Sujet du message: Saint-Arnoult (78730) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Nicolas (XIIe-XVIe-XIXe)

Le territoire est habité dès l'époque mérovingienne par des ermites, et le coteau nord de la vallée de la Renarde sert de nécropole, principalement au lieu-dit Les Chatras. Saint Arnoul, ou Arnoult, mort vers 535, est inhumé en ces lieux, et un premier sanctuaire est érigé à l'emplacement de sa sépulture. En 717, un prieuré est attribué par un diplôme de Chilperic II aux moines de Saint-Maur-des-Fossés. L'endroit étant devenu lieu de pèlerinage, Guy le Rouge, comte de Rochefort, vient s'y recueillir en rentrant de croisade et répand ensuite le culte de saint Arnoult autour de Paris. Son rayonnement parvient jusqu'à Crépy-en-Valois et Clermont pour atteindre Deauville en Normandie. En 1536, sous le règne de François Ier, le prieuré passe sous la juridiction de l'évêché de Paris. Le 30 avril 1702, il est cédé par l'évêque parisien à Charles de Rohan-Rochefort, qui le détient jusqu'à la Révolution. Quant au domaine de Saint-Arnoult, il revient à la mort de Guy le Rouge à son fils, puis aux Garlande, aux Montfort en 1120, aux Roucy en 1317. Il est intégré au patrimoine des Rohan au XVIIIe siècle, comme le prieuré.. Saint-Arnoult, situé à 50 kilomètres de Notre-Dame-de-Paris, est une halte de pèlerinage très fréquentée. En 1649, il figure comme « gîte » sur l'itinéraire de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au XVIIIe siècle, la localité est animée par l'activité de huit moulins à tan et à blé sur la rivière, et les caves voûtées font office de celliers et de greniers à grain. Les tanneries rue Basse attestent les commerces du vin, de la laine et de la peausserie. Au XIXe siècle, l'arrivée du train fait disparaître progressivement ces industries et ces commerces. Le prieuré est supprimé à la Révolution, mais les bâtiments des bénédictins de Saint-Maur, construits au XVe, subsistent, notamment un colombier. Ils sont protégés aujourd'hui au titre des Monuments Historiques.

L'église Saint-Nicolas est commencée au XIIe sur la crypte de saint Arnoul. Vers 1523, le bas-côté nord est agrandi et transformé en un double collatéral voûté, de style flamboyant, très restauré au XIXe. La charpente s'effondre dans la seconde moitié du XIVe. Lors de la reconstruction après 1431, des lambris sont posés au-dessus de la nef. Ils sont soutenus par des entraits sculptés, qui aboutissent à de pittoresques consoles représentant des personnages de l'époque, comme une nonne, un prieur, un marguillier, un notable, un sergent, un receveur et un notaire.
L'église est achevée au XXe siècle par l'allongement de trois travées du bas-côté nord en 1902. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, l'église a connu de nombreux travaux de restauration, notamment pour la couverture en 2010. Le portail roman date du XIIe. Dans l'ancien transept nord de l'église romane fut aménagée la chapelle saint-Arnoul, restaurée mi-XIXe, dont le retable fut peint en 1895 par Jeanne CHENU, née POUPINEL, fille d'un maire de Saint-Arnoult. Son mari, Charles CHENU, bâtonnier de Paris qui plaida notamment dans le procès Calmette-Caillaux en 1914, servit de modèle pour Dieu le Père.

Située sous le chœur, la crypte est une salle rectangulaire semi-enterrée, prolongée par un couloir axial aux parois assemblées en opus spicatum. Une fenestella, petite fenêtre permettant aux pèlerins d'apercevoir les corps saints, reste visible. Cet ensemble était destiné à recevoir des reliques, que la tradition attribue à saint Arnoult. Une partie de ces reliques est dérobée avant le milieu du Xe siècle. Cette crypte est assurément l'une des plus anciennes du département, même si sa datation pose problème du fait de l'absence d'études stratigraphiques. Les côtés n'ont pas encore été fouillés, donc les escaliers d'accès permettant aux pélérins d'y circuler n'ont pas encore été trouvés.

A la suite d'une réfection de la nef en 1971, une fresque du XVIe représentant Saint Hubert, patron des chasseurs, est découverte. Grand chasseur, il croise un Vendredi saint un grand cerf blanc crucifère. Aveuglé, il tombe de cheval et se convertit. Dès lors, il se retire dans les Ardennes, puis, vers 705, il devient évêque de Tongres et de Maastricht. Il est le premier évêque de Liège, en 722. Sa légende est souvent confondue avec celle de saint Eustache. Un vitrail du XIXe commémore le miracle de Pâques 1578. Pendant la procession annuelle au cours de laquelle sont portées les châsses de saint Arnoult et de sainte Scariberge, un enfant de 6 à 7 ans dénommé Jean Quentin (de Sonchamp), muet de naissance, recouvre la parole au passage des reliques. Sa mère est représentée implorant saint Arnoult qui, en habit épiscopal, sa crosse sur l'épaule, s'adresse à la Vierge. Cette dernière tient l'Enfant Jésus sur ses genoux.
Sur le pilier sud du chœur de l'église, une autre fresque représente un personnage légèrement penché en avant. En arrière-plan, un second personnage au sourire énigmatique a la tête encadrée par deux cornes. Peut-être s'agit-il d'une coiffure particulière, d'une femme, ou du diable.

L'église abrite de nombreuses plaques de fondations de messes, notamment celles de Marie Jeanne POIRIER en 1777 ou de Renée Françoise BOUCOT en 1810. A la suite de travaux en 1972, l'on retrouve un coeur-reliquaire, celui de Jean de La Chaize, écuyer du roi, fils d'Anne de Pontbriand et de François de La Chaize. Il hérite du domaine du Mesnil, qui appartenait à son grand-père maternel, premier gouverneur de Saint-Arnoult. Il se marie en 1605 avec Louise de La Madeleine, dont il a 2 enfants, Claude et François. Nommé bourgeois de Paris, il meurt en 1649. Son cœur est alors déposé dans une urne en plomb, qui est placée à l'intérieur du mur de l'église.
Parmi toutes les plaques, l'une d'elle est la copie du XVIIIe de la charte de Simon IV de Montfort accordant aux habitants de Saint-Arnoult le droit d'usage dans les bois de Bullion, Sonchamp et Saint-Arnoult. Cette charte lapidaire est unique en son genre. La surface de cette pierre, dont une tresse constitue l'encadrement est divisée en 2 colonnes d'égale largeur. Celle de droite a reçu le texte en latin, tandis que la traduction française figure dans celle de gauche. La face et le revers du sceau de Montfort sont représentés au bas du texte. En 1885, deux moulages ont été faits pour l'École des chartes et pour le musée de Sculptures comparées du Trocadéro à Paris.
Dossier de l'Inventaire Régional du Patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00070181/inde…

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Nicolas
Siécle de l'édifice: IXe-Xe-XIIe-XVe-XVIe-XIXe-XXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (14) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade
côté sud
côté nord
chevet

Intérieur (10) :

grande nef
collatéral sud
peinture (fragment)

étage de la sacristie

choeur
grand vitrail
retable 1895

collatéral nord


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 27 Aoû - 22:40 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers des Yvelines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com