Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Châtillon-sur-Loire (45360)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 28 Juil - 14:47 (2011)    Sujet du message: Châtillon-sur-Loire (45360) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Maurice et saint-Posen (XIXe)

La constitution de l’agglomération de Châtillon-sur-Loire s’est vraisemblablement opérée à partir de deux initiatives : celle des moines de Fleury (actuellement Saint-Benoît-sur-Loire) qui structurèrent un premier habitat à Nancray autour d’un petit prieuré fondé vers le milieu du Xe siècle; celle d’Aymon-le-Fort, décrit comme « un homme de haute noblesse » qui rassembla quelques paysans et artisans autour d’un modeste ouvrage militaire en bois – un castellio – situé sur l’éminence naturelle où se trouve aujourd’hui l’église. Ce « mont » a sans doute servi à des implantations plus anciennes : lieu de culte dédié à Saint-Posen, poste de guet et de contrôle des passages en Loire, refuge pour les habitants de Nancray. Le castellio finit par s’imposer et structura durablement l’espace habité au point de donner son nom à la cité : Castellio supra Ligerim (Châtillon-sur-Loire).

Saint POSEN naquit au Ve siècle non loin de la cité romaine de GANNES. Ordonné prêtre par l'évêque de BOURGES, il revint sur les terresoù enfant il a été berger et y fondit un petit hameau. Vers la fin de sa vie il se fit ermite dans la maison paternelle et y mourut un 17 juin.Les habitants de Santanges et de Nancré se disputant l'honneur d'enterrer son coprs, un signe divin trancha en faveur de ces derniers et une chapelle fut érigée sur son tombeau sur la tombe du saint en haut du coteau. Au IXe, l'abbaye de Fleury reçut ces terres et reçut le Castellio des mains de Charles le Chauve en 855. Au Xe, les moines reconstruisirent leur monastère ruiné auprès de la chapelle dédiée à saint Posen et ABBON abbé au Xe l'érigea en prieuré.

Une église dédiée aux saints Maurice et Posen fut édifiée au Xe sur la vieille chapelle saint Posen. Cette église conventuelle et paroissiale fut agrandie d'une chapelle dédiée à la sainte Vierge par le prieur Jean le Sarrasin. Edifiée en bois et en chaume, elle brûle en 1015 à l'exception des deux absides, est reconstruite en dur, est rasée dans le sac de Châtillon en 1181, puis reconstruite à la fin du XIIe en style de transition mêlant roman et ogival (rappellons que le roman se maintient dans le Gâtinais jusque la fin du XIIe). Le clocher est fortifié de machicoulis, et érigé sur le choeur. La crypte abrite une partie des reliques de saint Posen.

Châtillon est saccagé par les protestants en 1557, l'église et les chapelles des maladreries sont détruites, de l'église seul reste le clocher. Les ossements de saint Posen sont brûlés en place publique. Le curé est chassé en 1560, Châtillon est à majorité protestante. En 1562, les habitants repoussent CHEVENON, capitaine catholique de COSNE, puis à nouveau en janvier 1563. Le 12 février, Châtillon est à nouveau assiégé et pris le lendemain par le sieur MONTERUD, seigneur du voisinage, qui livre la ville au pillage. Les quatre pasteurs de Châtillon, Sancerre, Saint Satur et Gien sont pris et rançonnés, les paysans des environs employés à raser les murailles. Ils démontent le fer des serrures et les grilles des fenêtres. Les habitants réparent à grand peine de 1564 à 1568, puis la ville est prise par un capitaine italien appellé par Catherine de Médicis, Sciarra MARTINENGO. En 1572, Châtillon échappe à la saint Barthélémy, notamment parce que les protestants y sont toujours majoritaires.

Les quelques catholiques restés célèbrent la messe grâce au dévouement du curé Raoul SANDRE, cité en 1581, qui officie dans la seule partie de l'église restée debout, sous la voûte du clocher. En 1614, des réparations minimes sont faites à l'église. En 1616, les catholiques convoquent une assemblée et demandent des ressources en 1624 au cardinal de Richelieu, qui est abbé de Fleury et donc leur seigneur. Celui-ci les accorde généreusement. La chapelle sous le clocher devient le nouveau choeur et est flanquée d'une chapelle dédiée à la Vierge. Deux nefs sont bâties dans le prolongement à l'ouest, un chevet est édifié en moellons liés avec de la terre, une tour carrée rajoutée au clocher décapité. Les travaux sont sommairement finis le 8 août 1627 et l'église est inaugurée. Une plaque posée rapelle la munificence de Richelieu par cette inscription << DEI. OPT. MAX. GRAA / DONO SVMTIBVSQZ. D.D. ILLVSTRISSIMI / CARDINALIS DE RICHELIEU, STI BENEDICTI/ SUPER LIGERIM ABBATIS, HOC TEMPLUM PER/ SEXAGINTA ET DECEM ANNOS PROSTRATUM/ SVZQZ. DEOZ SUBVERSUM REPARATUM ET / RECONSTRVTVM EST AN. D. M. SEXC. / VIGES : SEPT. DIE OCT. MENS. AUGUSTI>>. Durant tout le XVIIe, les curés de Châtillon nommés ou présentés par l'abbaye de Fleury sont très pieux, gradués ou docteurs en théologie, afin de mener à bien l'action de la Contre-Réforme.

A la veille de la Révolution, l'abbaye de Fleury passe au diocèse de BOURGES.

Au XIXe, l'église assez vétuste est rasée et reconstruite dans le style néo-gothique, avec nef flanquée de collatéraux, transept, chevet à pans et clocher-porche. Seules subsistent de l'ancienne église la plaque commémorant les travaux de 1627, une cloche et la crypte saint Posen.

Une cloche date du XVIIe et a échappé à la Révolution. Elle porte l'inscription : "Cette cloche a estée faicte des deniers des habitants catholiques de l'Eglise et Paroisse de Saint Maurice de Chastillon sur Loire et les soings de vénérable et discrète personne Mre pierre Moenne Docteur en théologie et Curé dudict lieu. Mr Charles de Beaubois en estant bailly, Pierre Gauchery et Jean Odry Procureur fabriciens. Jean Le Coeur cy devant fermier a esté parin et Madame Esmée Bezard femme de Mre Jean de Beaubois Procureur fiscal dudict lieu maraine. M. Bidou A. Jahan et L. Bidou m'ont faicte 1655".

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Maurice et saint Posen
Forme du clocher : XIXe
Position du clocher : clocher-porche à flèche
Clocher en péril : non



Chapelle

Chapelle Saint-Hubert, vestige d'une ancienne maladrerie

La chapelle Saint-Hubert se trouve au-dessus du quartier de Nancray et de la vallée de l’Ethelin, à l’entrée de Châtillon-sur-Loire, non loin de la route de Pierrefitte. Construite en pierre et couverte de petites tuiles de pays, cette minuscule chapelle comporte un portail daté du XIVe siècle. L’intérieur, les murs blancs et le mobilier dépouillé sont d’une grande sobriété. Les bancs de bois peuvent accueillir une cinquantaine de personnes. La chapelle est reconstruite à la fin du XVIe après les saccages répétés de la ville par les Réformés (1557, 1562, 1591, 1621), les sièges (1562, 1563) et les divers capitaines engagés par les belligérants (1568). De 1591 à 1597, la chapelle devient église provisoire.

Au-dessus de l’autel, un vitrail est enchâssé dans une fenêtre de pierre du XVIe siècle. Cette œuvre attribuée à Charles LORIN maître verrier de Chartres, représente le miracle de Saint-Hubert.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Saint-Hubert
Forme du clocher : XIIe-XIVe-XVIe
Position du clocher : sans
Clocher en péril : non


Autres cultes

Temple protestant (XIXe)

En 1819, les Protestants de Châtillon-sur-Loire achetèrent une ancienne grange seigneuriale qui avait appartenu aux moines de Saint-Benoît pour y installer un nouveau temple. Deux ans de travaux furent nécessaires pour transformer le bâtiment en lieu de culte. De nouvelles ouvertures furent percées de chaque côté du portail et un escalier fut construit pour donner accès à la salle du culte. Une nouvelle voûte et deux petites pièces furent ajoutées à l’architecture initiale. Une chaire monumentale, une double rangée de bancs cintrés et une tribune furent installés dans la salle principale. La dédicace officielle du temple eut lieu le 8 juillet 1821.

Le temple connut des cérémonies jusqu’en 1971, date à laquelle il fut partiellement abandonné. Il a été désaffecté en 2002 et acheté par la Commune pour un euro symbolique. epuis juin 2009, des cérémonies protestantes sont à nouveau célébrées dans le temple. Elles sont assurées, chaque deuxième dimanche du mois (sauf en août), par le pasteur de Cosne-sur-Loire et de Sancerre. En dehors des heures d’office, le temple accueille des manifestations culturelles. Il peut être visité sur demande auprès de l’Office du Tourisme.

Le mobilier du temple comprend un tableau peint sur toile figurant le texte des Tables de la Loi ou Décalogue, daté de 1636. Cette œuvre, qualifiée d’une « insigne rareté à l’échelle de la France » par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) Centre, pourrait provenir du mobilier du tout premier temple.

Type d'Edifice: Temple
Nom de l'Edifice : ERF de Châtillon
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : sur le toit en façade
Clocher en péril : non







Patrimoine religieux disparu

Ancien prieuré de Nancré (IXe), ruiné au Xe et reconstruit un peu plus loin. Il dépendait de l'abbaye de Fleury-saint-Benoît et fut supprimé en 1299.

Ancienne chapelle privée du château de Châtillon, fondée à la fin du XIIe. Elle disparaît au XVIe lorsque le château-fort de Châtillon est rasé par François Ier suite à un diffèrend assez compliqué entre le roi, les habitants de Châtillon et l'abbaye de Fleury. Les habitants se révoltent contre l'abbé commendataire désigné par François Ier, abbé contesté aussi par une partie des moines.

Ancienne maladrerie de la Madeleine (XIIe), définitivement ruinée après avoir été saccagée en 1557 par les Réformés.

Ancien couvent de Capucins, fondé dans la ville par Richelieu pour encourager la prédication catholique. Il est détruit à la Révolution.


Ancien Temple protestant (fin XVIe), créé en 1596 rue de Chambon, dite du Temple. Maximilien de Béthune, duc de Sully donna une cloche en 1600.

En 1659, Philippe de JAUCOURT, sieur de CERNOY, épouse Marie de COURAULT, protestante. Le 23 janvier 1666 elle abjure à GIEN mais quelques temps plus tard, sous la pression de sa famille, elle apostasie la foi et retourne en religion protestante. Ce faisant, elle tombe sous le coup de l'édit de 1669 qui condamne les relaps (ceux qui s'enferrent dans l'hérésie, par exemple en retournant à la Réforme après s'être convertis) au bannissement perpétuel du Royaume. Elle fut dénoncée.
La communauté protestante de Châtillon et ses ministres (pasteurs) prirent fait et cause pour elle, injuriant le roi et la mémoire de Marie-Thérèse d'Autrice. Le curé catholique MOENNE réagit promptement en rendant opportunément hommage à la reine par un éloge funèbre prononcé le 26 octobre 1683 au cours d'une messe solennelle.
Le Parlement de Paris lance des poursuites contre les protestants et les rend responsable toute la communauté des outrages subis par le Roi et de l'apostasie de Marie Courault. En février 1684 la communauté est solidairement condamnée, les ministres doivent faire amende honorable et humiliante à Paris, le temple doit être démoli et l'exercice de la religion réformée interdit à jamais.
La démolition du temple commence le 11 mars 1684, par HODELIN, lieutenant-général de Nemours, commis par le Parlement pour l'application de son arrêt, et des ouvriers giennois. Les matériaux sont attribués à l'Hôtel-Dieu d'Orléans, la cloche de Sully, moyennant 175 livres versées à Jean de CHENILLES, doyen des administrateurs, rachetée par la paroisse. La rue du Temple reprend son ancien nom de rue Chambon et le mardi de Pâques le curé MOENNE bénissait la "cloche huguenote" du nom de Maurice.
En 1707 le curé BIGANT érige une croix à l'emplacement du Temple et la dédie à Notre-Dame de la Paix.


Sources :

Arrow Mairie de Châtillon-sur-Loire : www.chatillon-sur-loire.com
Arrow Abbé Théophile COCHARD, Histoire de Châtillon-sur-Loire (1876), histoire avant la Révolution.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Juil - 14:47 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com