Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Corsept (44560)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Ven 4 Jan - 16:12 (2008)    Sujet du message: Corsept (44560) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Martin. (XVIIIème)

Cette église est la septième fondation du moine évangélisateur Martin de Vertou, qui évangélisa la région au VIème siècle. D'où le nom de la commune: "Corpus Septimum", le Septième Corps. Mais la première chapelle fut dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Il subsistait des vestiges de cet ouvrage jusque dans les années 50 environ. L'enfeu des seigneurs de Greix s'y trouvait.
L'église paroissiale était dédiée à Saint-Martin de Tours là encore, ainsi qu'à Saint-Marc. Elle date du XVIIIème, un cadran solaire sur l'un des pignons porte la date de 1726. L'édifice est en forme de croix latine, de style roman melé de gothique. La voûte, en forme de carène de navire renversé, est édifiée par un charpentier de marine. Le clocher est édifié de 1804 à 1807. A l'intérieur, on peut voir une cuve gallo-romaine devant l'autel du Sacré-Coeur, ainsi que des fonts baptismaux datant de l'époque carolingienne. La croix cerclée et potencée date du XVème siècle. Les statues de saint Martin, saint Marc et saint Cyr, en bois polychrome, datent du XVIIème siècle. A noter que saint Cyr est aussi appelé Quirice : il est torturé à l'âge de trois ans vers 230 par l'empereur Sévère Alexandre. Le maître autel date du XVII-XVIIIème siècle et provient de la chapelle de la Visitation à Nantes. Les deux autres autels latéraux proviennent du couvent des Prémontrés à Nantes. La fresque de saint Martin date du XXème siècle. Deux autres fresques sont visibles dans l'église au niveau des autels de la Vierge et du Sacré-Cœur. Le vitrail de Saint Cyr et Sainte Juliette date de 1947.

Avant la Révolution, en 1646, deux vicaires desservaient la paroisse. A La Révolution, le recteur Thomas Lacombe, est emprisonné à Nantes. Pour le remplacer, on envoie un vieux moine de Buzay, incapable d'assurer le service paroissial. Pour le seconder, un vicaire nommé Le Mellec, bois-sans-soif, est envoyé dans l'espoir qu'il ne puisse supporter le vin du pays qui est un vrai tord-boyaux. Mais il n'en est rien et il ne dessaoule pas. Interrogé au district, suite aux plaintes portées contre lui, il répond qu'il "se fout de Saint-Pierre comme de Saint-Paul et de la Constitution" (sic). Il est arrêté et on décide que "Le Mellec seroit tout de suite mis dans une barge et expédié de l'autre coté de la Loire". Quant au recteur Lacombe, il est noyé en Loire avec 84 autres prêtres le 16 novembre 1793, devant Cheviré.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Martin de Tours
Siécle de l'édifice: XVIIIè
Forme du clocher : Clocher-porche
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
côté nord
chevet
côté sud



Anciens prieurés

Ancien prieuré Saint-Martin, il dépendait de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, comme les prieurés de sainte-Opportune à Saint-Père-en-Retz, Saint-Jean-Baptiste de Saint-Nazaire (donné par Friold, seigneur de Donges), sainte Catherine de la Guerche, en bordure du Boivre ou encore Saint-Brévin.
Corsept fut évangélisé au VIè par les disciples de Saint-Martin de Vertou. Mais avec la création du prieuré de Saint-Aubin d'Angers, Saint-Martin de Tours fut substitué au saint originel.

Ancien prieuré Saint-Nicolas-des-Défunts (XIIème).

Ce prieuré était dans la mouvance de l'abbaye de Tiron. Cette congrégation était une réforme des Bénédictins, comme celle de Cluny. Le fondateur, saint Bernard d'Abbeville, construisit dans le diocèse de Chartres cette abbaye en 1109. Les religieux étaient appellés moines gris, en référence à la couleur de leur vêtement. Au XVIIè, l'ordre cesse d'exister et ses maisons s'agrègent à la congrégation de Saint-Maur.
En l'an 1137, Gauzlin, seigneur de Corsept, donna aux moines de Tiron l'île Saint-Nicolas, à l'embouchure de la Loire, avec le territoire environnant. Ce nom de Saint-Nicolas évoque une fondation religieuse du XIIème, à l'heure où le culte de ce saint se dévéloppe en borg de mer et le long des fleuves.
Or les riverains de l'estuaire ont été évangélisés dès l'époque mérovingienne - et parfois avant. Des sarcophages du haut Moyen-Age, en calacaire, ont été mis au jour sur l'île de Greix, près de l'île Saint-Nicolas, celle-ci, trop petite, ne pouvant plus recevoir de sépulture. Ces sarcophages orientés témoignent de la présence chrétienne. Dès le VIIè ou VIIIè existait donc sur la motte aux tombeaux un premier oratoire.

Lorsque le prieuré fut créé, les moines durent supporter la dure vie sur cet îlot. Ils s'y étaient installés pour secourir les naufragés, accueillir les malades débarqués par les navires, les soigner et éventuellement les inhumer. Dans L'Echo de Paimboeuf en date du 14 juillet 1907, Léon Maître écrit un article nommé "L'île de Saint-Nicolas et son cimetière du Grez" où il explique que les navires laissaient une offrande aux religieux en échange de leurs soins. Il était donc intéressant pour beaucoup d'ordres de possèder une station sur le bord du fleuve le plus fréquenté de France. Il eut tant de morts et de pestiférés sur cet îlot qu'il prit vite le nom de Saint-Nicolas des Défunts.
Lors des guerres de Religion, l'abbaye mère de Tiron fut pillée par les cinq cents Suisses au service d'Henri de Navarre en février 1591. Ce fut la ruine progressive des prieurés abandonnés à eux-mêmes. En 1516, celui de Saint-Nicolas des Défunts disparut et le prieuré de Sept-Faux, à Arthon-en-Retz, resta le seul prieuré de Tiron dans le diocèse de Nantes. Par la suite, l'île servit pour les quarantaines imposées à certains navires et fur rattachée à la commune de Corsept à la Révolution.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Jan - 16:12 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com