Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Audeville (45300)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mar 12 Juil - 14:50 (2011)    Sujet du message: Audeville (45300) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Sébastien-saint-Sulpice

L'église est fondée au XIe (base du clocher), la cure dépendait directement de l'archevêché de Sens. L'église forme un rectangle de 24 x 6 m. Aux XIIe-XIIIe siècles, un choeur gothique remplaça l'abside romane originelle du XIe. Les clefs de voûte sont ornées de rosettes, le chevet plat, typique de la région, est éclairé par un triplet de baies symbolisant la Trinité, selon la conception de Saint Bernard qui voulait rompre avec la magnificence des absides romanes. A Audeville, les trois baies sont placées sous un grand arc de décharge en maçonnerie formant une niche en plein cintre.

On ne sait vraiment si la nef fut remaniée ou entièrement reconstruite au XVIe, les éléments datables datent de cette époque (notamment la baie haute de la façade). Le clocher, détruit au XIXe, datait des années 1050-1080. Construit sur le choeur, il coupait l'église en deux parties, et une chapelle Sainte-Anne était aménagée dessous. Le portail date du XIe ou du XIIe mais a été très probablement remanié, l'arc surbaissé pourrait dater du XVIe. A voir aussi : les modillons sculptés sous le toit, côté sud : ils sont 19, dont 4 têtes (1 couronnée), un visage joufflu (le vent?), une fleur, une feuille et des motifs géométriques, assez semblables à ceux de l'église de GUIGNONVILLE qui pourrait dater de la même époque. A nord ils sont plus récents, l'un d'eux représentent une coquille Saint-Jacques.

Le grand retable date du XVIIe. Une dalle funéraire daterait du Xe siècle. Dans le mur de l'église, du côté de l'ancien cimetière, à l'emplacement de l'ancienne chapelle du cimetière accolée à l'église, une pierre rappelle une fondation de messes du XVIe siècle (par Philippot BRECHEMIER ┼ 08/9/1504). L'église abrite aussi l'épitaphe du sieur Jacques de la Grange (┼ 1710) et de Pierre de Selve, seigneur (┼ 1721).

Deux épitaphes :


Vers 1770, un marché est passé pour abattre la tour du clocher et la réédifier au porche, l'entrepreneur ne demandait que 1200 Francs. Déjà la tour est découverte, mais les habitants, craignant d'être obligés de couvrir cette dépense, firent descendre les ouvriers de force pour les empêcher de démolir. En revanche, le marquis de Selve, seigneur d'Audeville, fit refaire les peintures des boiseries. Deux cloches furent refondues et une 3e faite en 1776; le 10 décembre de cette année les cloches furent bénites, l'une de 425 l. (208 kgs), une autre de 625 l. (305 kgs) et la troisième, celle qui nous reste, de 835 l. (408 kgs) et nommée Pierre Angélique. Le même seigneur donna l'ancienne horloge du château à l'église mais elle ne fut jamais installée, puis vendue à la ferraille en 1790, seul le cadran est resté.

En 1803, MORVILLE et MONTVILLE sont réunis à INTVILLE, elle-même réunie à AUDEVILLE. En 1805/6, la chapelle seigneuriale, parallèle à la sacristie, au sud du choeur, "existant depuis un temps immémoriel" et bénite à nouveau le 28 août 1786 par M. POIRIER, curé, fut abattue.

En 1829/30, les chapelles dédiées à la sainte Vierge et à saint Eloi sont réparées, les livres liturgiques de Sens sont changés pour ceux d'Orléans, les limites du diocèse d'Orléans ayant glissé vers l'est et le nord pour coincider avec celles du Loiret créé en 1790. Il faut dire qu'avant la Révolution, la Sologne de Romorantin faisait partie du diocèse d'Orléans (archidiaconé de Sologne), qui s'arrêtait à l'est aux environs de Sully-sur-Loire et au nord auprès de Pithiviers. Le Gâtinais tout entier faisait partie du diocèse de Sens, à l'exception de quelques paroisses attribuées aux diocèses de Bourges et d'Auxerre (Puisaye).
En 1834, la chapelle Sainte-Anne sous la tour-clocher est repeinte; sa voûte plate qui menaçait d'écarter les murs est remplacée par un plancher en bois en 1839. De 1838 à 1840, les boiseries du choeur sont refaites et l'église est à nouveau badigeonnée. Un crépi jaune semé de fleurs de lys rouges de toutes tailles est découvert à cette occasion, tout comme une litre seigneuriale sur le haut des murs. La toiture de la nef de l'église est réparée en 1832 suite à un legs de 300 F puis à nouveau en 1850/51.

En 1864, la voûte est restaurée et l'église réparée de fond en comble sur souscription de l'abbé VERMET, curé. L'année suivante, la tour-clocher est enfin abattue mais le clocher qui devait la remplacer n'a jamais été édifié. Les artisans MERLET INGREAU (charron), DEMAY GUYOT (charron à Pithiviers), LONGUET CORNITEPAS (plâtrier d'Orléans), TOURTEAUX (maçon) et A. HERSANT (maréchal ferrant) ont travaillé sur ce dernier chantier. Jean-Baptiste LEMERLE réalisa en 1864 un dessin de l'église avec son clocher ancien (ci-dessous).

L'église en 1864

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Sébastien et saint Sulpice
Siécle de l'édifice: XIe-XIIe-XVIe-XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Cartes postales anciennes (3) :

façade
côté nord et chevet
vue aérienne
vue intérieure


Anciennes chapelles privées

Ancienne chapelle Notre-Dame du château d'Audeville (XVIIe-XVIIIe)

La chapelle castrale d'Audeville fut construite sous le règne de Louis XIII et reconstruite au XVIIIe. Elle fut bénite en pleine Révolution, le 7 juin 1791. Le lendemain, le mariage de M. Achille Hector de la Taille avec Mlle Louise Joséphine de Selve y fut célébré. Sous la Révolution, le seigneur Hector de la Taille resta dans son village, protégé par les habitants d'Audeville qui se portèrent garants de ses intentions pacifiques à l'égard des autorités nées de la Révolution. La chapelle était de temps à autre desservie par M. CUSNEL, curé réfractaire de MONTVILLE, qui se rendait indispensable dans le pays en prêtant son cheptel à bail aux plus pauvres des paysans.
Sur le missel de la chapelle, le seigneur d'Audeville écrivit : "Pendant que faisait rage une philosophie très cruelle et impie, dans les années impies 1793, 1794, 1795 et suivantes, j'utilisais ce missel et, uni par la pensée aux autres adeptes de la foi catholique, bien qu'absent physiquement, mais présent en esprit, je participais aux divins mystères de la messe, en récitant les prières sacro-saintes dans la petite chapelle du village d'Audeville que j'habitais depuis quelques temps. Alors, en effet, les prêtres du Christ, après avoir subi l'épreuve des outrages et des coups, durent partir sur les routes, dans le dénuement, tourmentés, désespérés, errant dans les solitudes, dans les régions mortes, les cavernes et les grottes, lieux indignes pour un ministre de Dieu".

Le château d'Audeville, vendu en 1816, fut détruit dans les années 1816/1817. La chapelle se trouvait à gauche en avant-corps du château (n°3 sur le plan).

Vue du château avant sa démolition en 1817 :



Ancienne chapelle Notre-Dame d'Emerville (XVIIIe)

La chapelle d'Emerville fut bâtie en 1705 par Guy-Victor de VIGNY, Seigneur d'Emerville, et Anne-Charlotte des MAZIS son épouse. La chapelle est bénie le 7 septembre 1705 et pourvue d'une cloche nommée Victoire-Charlotte. La messe y était dite le dimanche à 5 h du matin pour les domestiques et bergers qui gardaient durant la grand messe de 10h les maisons des paroissiens, ce qui en dit long sur l'insécurité des campagnes d'alors. Le premier chapelain fut M. LEJEUNE, puis M. Pierre GUERET, prêtre du diocèse de Coutances, la desservit avant sa mort en 1738. A la suite, ce fut le chapelain de Rouvres qui s'en chargea. Quatre messes par an devaient être dites pour la famille de VIGNY.

Alfred de VIGNY, le poète, passait ses vacances à Emerville et rendit hommage à la Beauce, "ce long pays muet qui s'étend longuement", dans ses poèmes. Son petit-fils Edouard vendit Emerville à des étrangers, mais ce n'était plus alors qu'une ferme, une des plus florissantes et modernes du pays beauceron, avec ses 350 ha de terres groupées.


Source : Audeville, Comité des Fêtes d'Audeville (2001), d'après la Notice sur la paroisse d'Audeville, par l'abbé LESAIRE, curé d'Audeville de 1828 à 1852.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 12 Juil - 14:50 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com