Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Bouzy-la-Forêt (45460)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 12:02 (2011)    Sujet du message: Bouzy-la-Forêt (45460) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Martin et Saint-Laurent (XVIe).

L'église est donnée à l'abbaye de Fleury en 1179 par l'évêque Manassès de Garlande. Cette église, vétuste, est reconstruite au XVIe siècle. Longue de 22 m et large de 18 m, cette église est précédée d'un clocher-porche carré, surmonté d'une haute flèche. Les pierres d'une ancienne chapelle qui s'en allait en ruines ont été remployées lors d'une réfection du choeur.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Martin et Saint-Laurent
Siécle de l'édifice: XVIe
Forme du clocher : clocher-porche à flèche
Clocher en péril : non

Carte postale ancienne (1) :


Couvent

Couvent de Filles du Calvaire Notre-Dame de Bouzy-la-Forêt (1999)

Les Filles du Calvaire ou Bénédictines de Notre-Dame du Calvaire ou Calvairiennes sont une congrégation religieuse de la famille bénédictine fondée en 1617 par Antoinette d'Orléans-Longueville (1572-1618), femme issue de la noblesse française d'ascendance capétienne et le capucin réformateur français François Leclerc du Tremblay (1577-1638), connu en religion sous le nom de Père Joseph.

Le père Joseph charge une notable locale, Marguerite Mallier, de fonder un monastère de la congrégation à Orléans dès 1628. Celle-ci se heurte aux refus de l'évêque Gabriel de L'Aubespine et du corps échevinal. Au XVIIe siècle, la ville compte déjà douze communautés religieuses. L'évêque appréhende l'établissement d'une nouvelle communauté non soumise à son autorité ainsi que l'accroissement de l'influence du clergé régulier tandis que le corps des échevins craint la prolifération de ces communautés pour des raisons économiques. En 1631, Nicolas de Netz succède à Gabriel de L'Aubespine à la charge d'évêque d'Orléans. Celui-ci désire gagner un procès qui l'oppose à Maximilien de Béthune, duc de Sully et afin de conserver certains de ses privilèges. En échange de l'intervention en sa faveur devant le parlement de Paris du père Joseph, alors éminence grise du cardinal de Richelieu, Nicolas de Netz lui promet l'établissement des religieuses du calvaire à Orléans en cas de succès. Cependant, malgré le gain du procès, l'évêque ne tient pas son engagement. Le père Joseph décide de s'appuyer sur Gaston de France, frère du roi Louis XIII afin de parvenir à ses fins. Sa stratégie est couronnée de succès et Louis XIII donne la permission de fonder un monastère à Orléans par le biais de la lettre patente datée du 26 août 1637.
Nicolas de Netz est contraint d'autoriser les premières religieuses du calvaire à vivre dans un hospice d'Orléans le temps que leur monastère ne soit édifié. Le 30 janvier 1638, Richelieu et le père Joseph prospectent des terrains propices à l'édification du monastère. Une maison est louée impasse des barbacanes afin d'y établir les religieuses qui seront chargées de la mise en place du monastère. Dix moniales issues du monastère de la Crucifixion dans le quartier du Marais à Paris sont choisies pour mener cette mission. Elles s'installent dans un hospice d'Orléans le 20 mars 1638. Une fois la méfiance des habitants dissipée, la communauté reçoit plusieurs jeunes filles en qualité de novice, mais la mort du père Joseph, principal appui de la communauté, intervient le 18 décembre 1638. Malgré quelques réactions, le projet d'établissement de la communauté à Orléans se poursuit
. Le 24 juin 1640, les religieuses quittent la rue des Barbacanes et emménagent dans leur monastère situé au coin du boulevard des Anges et de la rue Porte-Madeleine, dans la partie Ouest de la ville. Ce monastère devient alors le quinzième de la congrégation.

Peu après la Révolution française, dès 1792, la communauté est contrainte de quitter le monastère, les religieuses se dispersent dans la ville. Le conseil général du Loiret décide le 17 mai 1793 d'octroyer les bâtiments de la communauté du Calvaire au service des subsistances militaires de la République française afin d'y établir des magasins de blé et de farine ainsi que des fours à pain. Ceux-ci prennent l'appellation de magasins des vivres du Calvaire[7].

Sous le Premier Empire, en mars 1806, la communauté se réinstalle dans une grande maison située dans la rue de Quatre-Degrés. Le 30 mars 1806, elles obtiennent l'autorisation de reformer la congrégation à l'emplacement de l'ancienne église de Sainte-Colombe, impasse Sainte-Colombe, dans le quartier de la cathédrale Sainte-Croix. Une maison claustrale et un pensionnat y sont aménagés. Les bâtiments du centre ville d'Orléans sont dégradés par la Seconde Guerre mondiale, c'est pourquoi la communauté choisit de s'installer en 1956 dans une commune de l'Est de l'agglomération orléanaise à Saint-Jean-de-Braye, au lieu-dit du Petit Cormier dans un manoir du XVIIIe siècle. Le Rectorat s'installe sur le site de l'ancien couvent orléanais.

Une nouvelle église est consacrée sur le site de Saint-Jean-de-Braye le 29 mai 1965 par Guy-Marie-Joseph Riobé alors évêque d'Orléans. Le choix de déplacer à nouveau la communauté est pris en 1993. Le nouveau site de Bouzy-la-Forêt permet un rapprochement géographique de la communauté de bénédictins de Saint-Benoît-sur-Loire. La première pierre du nouvel édifice est posée le 25 juillet 1998 et les bâtiments inaugurés par l'évêque d'Orléans, Gérard Daucourt, le 3 octobre 1999.

Les édifices ont été réalisés selon les plans de l'architecte Patrice DEBAQUE. Le monastère comporte une église encadrée par deux cloîtres, l'un est privé et l'autre ouvert au public. L'église est structurée par des lignes verticales et horizontales résolument marquées : un mur percé de trois niches carrées pour autant de cloches la précède, une abside hémi-circulaire l'achève. Douze chambres permettent d'héberger des hôtes de passage. La communauté compte 20 soeurs, dont plusieurs proviennent de la communauté de l'ancien monastère de calvairiennes de Kerbénéat, dans le Finistère, fermé en 2002 après avoir été le siège des Calvairiennes de Landerneau depuis 1978.

Type d'Edifice: Couvent
Nom de l'Edifice : des Filles du Calvaire
Siécle de l'édifice: fin XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Type d'Edifice: Eglise conventuelle
Nom de l'Edifice : des Filles du Calvaire
Siécle de l'édifice: fin XXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photo (1) : (cliquez pour agrandir)

l'église du couvent

Crédits : Photo de l'utilisateur Wikipédia Wikineptune, sous licence libre : permission de copier, distribuer et modifier ce document selon les termes de la GNU Free Documentation License version 1.2 ou toute version ultérieure publiée par la Free Software Foundation, à condition d'en mentionner l'origine et la paternité et de la distribuer sous une même licence.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 12:02 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com