Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Germigny-des-Prés (45110)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 14 Avr - 22:08 (2011)    Sujet du message: Germigny-des-Prés (45110) Répondre en citant

Eglise

Eglise de la Sainte-Trinité (IXe-XVIe-XIXe), dite Oratoire carolingien de Germigny

Sept paroisses de France portent le nom de Germigny et ont toutes des terres très fertiles. Celles de Germigny sont alluvionnaires et chargées de limon à chaque grande crue. Le domaine agricole de Germigny, propriété originelle d'un certain Germinius, fut vendu à l'abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), la maison de maître servant de maison de campagne aux abbés.
Au début du IXe, THEODULFE est abbé de Fleury. Grand littéraire et érudit, il est né dans la seconde moitié du VIIIe en Septimanie (Languedoc) dans une famille de Goths des environs de Maguelonne. Pendant sa jeunesse, il est instruit au monastère d'Aniane, auprès de Benoît. Veuf avec une fille, Gisla, il se retire du monde et reçoit les ordres sacrés. Il est professeur en Italie quand Charlemagne l'appelle à ses côtés à la fin du VIIIe siècle. En 801, il est nommé abbé de Fleury et évêque d'Orléans. Il entame la réforme, autant patrimoniale que disciplinaire, des diffèrentes fondations monastiques et séculières de son diocèse. Il construit sa résidence à Germigny, et auprès d'elle l'oratoire quadrilobe que nous connaissons. Il développe l'enseignement, en créant une école abbatiale à Fleury, une école cathédrale et une autre à St Aignan d'Orléans, ainsi qu'une auprès de Saint-Liphard de Meung. Vers la fin de sa vie, il est disgrâcié par le fils et successeur de Charlemagne Louis le Pieux, qui l'emprisonne à Angers entre 818 et 820 avant de le libérer. Il meut en octobre 821, le XIVe des calendes et est enterré à Germigny. Nous connaissons d'après un manuscrit son épitaphe; la voici traduite en français : "Celui dont les cendres reposent sous cette pierre fut autrefois évêque et abbé parmi les peuples. Il ne naquit pas parmi nous, mais il nous appartient par sa vie. L'Hespèrie lui donna le jour, mais il fut nourri dans la Gaule. C'est la ville populeuse d'Orléans sur la Loire qui eut le bonheur de l'avoir pour père. Hélas! l'esprit du mal le chassa de son siège. L'exilé fut confiné dans ces murs, car il fut exilé".

Théodulfe fit ériger son oratoire-basilique sur le modèle de celui d'Aix-la-Chapelle, lui-même calqué sur celui de Ravenne. IL y aurait eu précédemment sur le même lieu un fanum païen (lieu de culte au plan généralement ramassé, souvent carré), et en puisant dans le trésor royal. Sur la tour de la croisée du transept où les cloches furent suspendues, il fit graver en argent ces deux vers : "Haec in honore Dei Theodulfus templa sacravi / Quae dum quisquis adis, oro, memento mei". Charlemagne voulait que ce lieu de culte fusse dédié à la Vierge Marie, mais Théodulfe le consacra le 3 janvier 806 en l'honneur de Saint-Germain et Sainte-Geneviève. Un incendie détruisit la décoration intérieure entre la mort de Théodulfe et 845. L'oratoire fut relevé et suite à cette restauration perdit ses vocables originels pour celui de Saint-Sauveur.

Au Xe, l'église de Germigny entra dans les mains de seigneurs laïcs. Au début du XIe, un chevalier du nom de VULFADE détenait l'église et un autre, GUY, le maître-autel. L'abbé GAUZLIN de Fleury s'attacha à récupérer l'église après 1004 et y parvint à force de pourparlers. Guy prit même l'habit de moine et fit don à Fleury de nombreuses reliques, telles que le corps de sainte Tenestine. L'abbé Hugues Ier érige la basilique en prieuré. Elle tombait alors de vétusté et aucun curé ne voulait y aller. Le prieuré était composé de quatre religieux. Manassès de Garlande confirme en 1173 Germigny à l'abbaye de Fleury. En 1201, l'oratoire est érigé en église paroissiale. Une masure Gauthier (mazuram Guntherii) devient le presbytère d'un prêtre nommé Jean et le prieuré disparut. Au XIIIe, l'église reçut comme titulaire la Sainte Trinité, saint Baudèle y étant aussi honoré.

Au XVIe fut érigée une nef toute neuve pour agrandir l'église. L'abside ouest de l'oratoire fut alors détruite. D'autres agrandissements anarchiques avaient été faits, notamment une absidiole en avant du lobe nord. La nef neuve fut endommagée par les Huguenots, qui revinrent encore en 1587 pour dévaster le bourg. L'église est réparée et oubliée jusqu'en 1755 lorsque l'abbé LEBOEUF signale la seule église du IXe subsistant en France. Cet intérêt soudain pour l'église n'empêche ni les paroissiens d'alourdir le lobe sud par une sacristie ajoutée en appentis, ni l'église de retomber dans l'oubli et de traverser tranquillement les fureurs de la Révolution, malgré la persistance du culte jusqu'en décembre 1793, moyennant la perte de deux de ses cloches et une partie de ses objets du culte. Une pierre l'autel datée de 1794 sous l'autel de Saint-Vincent indique le moment de la reprise du culte, sans doute après Thermidor et la fin de la Terreur.

En 1820 est redécouverte sous les badigeons la mosaïque byzantine magnifique de l'abside. Elle est finalement dégagée en 1841, moyennant 6.000 F, et consolidée par réfection de la voûte après démontage du toit. Le sujet principal de cette oeuvre est l'Arche d'Alliance : deux chérubins aux ailes déployées, inclinés l'un vers l'autre dans l'attitude de l'adoration, se tiennent debout sur les extrémités du propitiatoire. DE chaque côté de l'arche et en avant, deux anges plus grands qui épousent les formes de l'abside. Les couleurs sont riches et éclatantes, d'or, d'argent, de gueules et sinople (vert), témoignant de l'origine orientale de la mosaïque. En 1846, elle est restaurée par M. CHRETAIN sous la direction de M. DETON, architecte de la Commission des Monuments Historiques.

Etat avant les restaurations du XIXe :


En 1867 a lieu la restauration générale de l'église, dans le plus grand respect de son état originel du IXe. L'église n'avait pas traversé les âges sans modifications : au XIVe, les baies de l'abside avaient été élargies, des chapelles en cul de four ajoutées; à la fin du XVe siècle, le clocher avait été surelevé d'un étage afin de servir de beffroi. Au début du XVIe, la construction de la nouvelle nef obligeait à couper complètement le mur ouest du choeur; il fut remplacé par une ogive. Deux piliers portant la tour s'affaissèrent, des lézardes firent leur apparition, mais des cloches furent mises dans ce fragile édifice. Vers 1860, elle fut enfin étayée. La restauration coûta près de 60.000 F, et fut faiter par l'architecte M. FOURNIER jeune sous la direction de M. LISCH, inspecteur général des Monuments Historiques. Une chapelle dans la continuité de l'absidiole nord et un local à droite de l'abside est furent supprimés. Les chapiteaux furent dégagés, et certaines parties restituées dans l'esprit de leur construction. L'étage supérieur de la tour, éclairé de chaque côté par des fenêtres ogivales géminées, a été supprimé et les cloches transférées dans un clocher-mur construit sur le pignon ouest de la façade.

Source : La Basilique de Théodulphe et la paroisse de Germigny des Prés, Abbé PREVOST 1889, membre correspondant de la Société Historique et Archéologique de l'Orléanais éd. HERLUISON, Orléans.

Plan de l'oratoire carolingien :
Vue en élévation :
Abside :


Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : de la Très Sainte-Trinité
Siécle de l'édifice: IXe-XVIe-XIXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photos (22) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade
côté sud
chevet
côté nord

Intérieur (18) :

vue de la nef
le choeur carolingien

travée sous la lanterne
intérieur de la lanterne

travée gauche
chapiteau sculpté
abside nord
abside sud

abside
Notre-Dame de Consolation
baie axiale
voûte de l'abside et mosaïque

chapiteau carré
travée droite
vue vers l'entrée




Ancienne église

Ancienne église du Mesnil

L'ancienne église paroissiale se trouvait sur un tertre nommé l'Ormereau, au milieu du village qui s'étire en une longue bande au milieu du Val. Elle existait déjà lorsque Théodulfe faisait ériger son oratoire. Tout à fait vétuste, elle disparut au début du XIIIe siècle lorsque le siège de la paroisse fut transféré en l'oratoire de Germigny.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Avr - 22:08 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com