Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Grand-Fougeray (35390)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers d'Ille-et-Vilaine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 11 Avr - 20:35 (2011)    Sujet du message: Grand-Fougeray (35390) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Pierre-Saint-Paul (XII - XIII - XV - XVII - XVIII - XIX - XXe siècles).

Le Cartulaire de Redon renferme un grand nombre de chartes concernant la paroisse de Fougeray aux IXème et Xème siècles. Dès 852 nous voyons Erispoé, roi de Bretagne, donner à l'abbaye de Redon deux terres appelées Moi et Aguliac, situées sur le bord de la Chère, dans la paroisse de Fougeray, « duas randremes Moi et Aguliac in plebe quœ vocatur Fulkeriac, super flumen Kaer ». Cette donation d'Aguliac fut confirmée en 859 par le roi Salomon (Cartulaire de l'abbaye de Redon, 24, 25). Non-seulement Fougeray était paroisse à cette époque reculée, mais c'était déjà une paroisse assez considérable pour qu'on l'appelât dès 903 le Grand-Fougeray, « Fulkeriac Major » par opposition au Petit-Fougeray en Chanteloup ; elle renfermait alors, en effet, presque tout le territoire des quatre paroisses actuelles : Fougeray, Sainte-Anne (Auvers), La Dominelais et Mouais. Située sur les limites franco-bretonnes, elle avait une population composée partie de Bretons, partie de Francs, et d'importantes familles appartenant aux deux nations y avaient des intérêts.

Dédiée aux apôtres saint Pierre et saint Paul, l'église se compose d'une nef romane terminée par un chevet droit construit au XVIème siècle ; à cette nef ont été ajoutées trois chapelles, deux au Nord et une au Midi ; les deux du Nord ont été reliées de nos jours de façon à former une sorte de bas-côté. La partie romane n'a d'intéressant que le portail occidental et l'arc triomphal ; la plupart des anciennes fenêtres de la nef ont été refaites. La première chapelle au Nord de la nef, appelée la Chapelle-Neuve, semble du XVe siècle et présente deux colonnes assez curieusement sculptées ; elle renfermait jadis l'autel de Notre-Dame de Toutes-Aides. De chaque côté de l'arcade triomphale étaient, au haut de cette nef, les autels de Notre-Dame et de Saint-Sébastien.
Les deux autres chapelles formaient les bras de la croix relativement à la nef : celle du Nord, dédiée à la Sainte-Trinité, était prohibitive au seigneur de Fougeray, qui prétendait à toutes les prééminences dans l'église ; elle renfermait aussi son enfeu ; celle du midi, dédiée à saint Michel, servit de lieu de réunion, à partir de 1774, au général de la paroisse, qui jusqu'alors s'était assemblé dans la Chapelle-Neuve.

Cette église possède une cloche de 1477 qui provient des anciens Cordeliers de Nantes. Au sortir de l'édifice est une croix de cimetière qui peut remonter au XIIIème siècle ; elle est en pierre ; son pied, très-élancé, est octogone, et quatre pattes en feuilles d'acanthe le relient à sa base ; la croisée se compose presque entière d'un quadrilobe contenant au centre le Christ sur une croix à double croisillon, la Vierge et saint Jean debout de chaque côté.

L'église du XIIème siècle a subi plusieurs campagnes de reconstruction : elle a été complètement restaurée en 1927 par Hyacinthe PERRIN. Elle comprenait à l'époque romane une nef avec une abside, et une chapelle au nord du choeur (Chapelle de la Trinité), munie d'une porte qui a été maçonnée en 1783. Une troisième chapelle est construite vers le XVIIème siècle du côté sud du choeur : elle ne communiquait primitivement qu'avec le choeur et on y a pratiqué en 1838 un accès dans la nef. Le chevet date du XIIIème siècle. Le portail occidental date du XIIème siècle. La nef date du XVème siècle : elle a été restaurée en 1783. Le clocher-porche date de 1730 et de 1927. Un petit campanile qui se dressait au milieu de la toiture a été démoli en 1869. Le vitrail de la Crucifixion, oeuvre des maîtres-verriers Lecomte et Colin, date de 1885.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Siécle de l'édifice: XII - XIII - XV - XVII - XVIII - XIX - XXe
Forme du clocher : clocher-porche à lanternon sur pavillon
Clocher en péril : non

Photos (11) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (3) :

façade et côté sud
chevet
côté nord

Intérieur (8) :

grande nef
collatéral nord
chapelle nord

le choeur et son vitrail

chapelle sud et son vitrail
voûte et entraits


Dernière édition par Admin le Lun 11 Avr - 21:11 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 11 Avr - 20:35 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 11 Avr - 20:49 (2011)    Sujet du message: Grand-Fougeray (35390) Répondre en citant

Chapelles

Chapelle Notre-Dame de Brandéneuf, qui date de 1634-1635 et a été restaurée en 1852. Elle fut fondée d'une messe par semaine, en 1635, par les habitants de ce quartier ; en 1710 les seigneurs de Port-de-Roche y fondèrent également un catéchisme qu'ils dotèrent de 25 livres de rente. — Cette chapelle a été restaurée en 1852 et l'on s'y rend en procession aux Rogations. Le clocher-mur supporté par une arcade a été remplacé sans doute au siècle dernier par un lanternon en bois.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : ND de Brandéneuf
Siécle de l'édifice: XVIIe-XIXe
Forme du clocher : lanternon
Clocher en péril : non

Couvent

Institution Notre-Dame des Missions (XXe), au château du Grand-Fougeray. C'est une communauté mixte (moines et moniales) qui a remplacé depuis 1998 les Visitandines qui avaient bâti la chapelle après la guerre. Le château (XVIIIe) est occupé par le couvent, qui accueille retraites spirituelles et formations diocèsaines.

Le château, jadis protégé par neuf grosses tours, a été rasé au XVIIIème siècle (après 1748) et remplacé par un autre château, par son propriétaire de l'époque, Locquet de Granville, négociant et armateur malouin. Seul le donjon (XIIIe-XVIe) a été sauvegardé. Ce château du XVIIIe n'a pas grand chose de remarquable, hormis ses environs. Les communs datent de 1750.

Type d'Edifice: Couvent
Nom de l'Edifice : ND des Missions
Siécle de l'édifice: XVIIIe (logis) - XXe (chapelle et fondation)
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Type d'Edifice: Chapelle conventuelle
Nom de l'Edifice : ND des Missions
Siécle de l'édifice: XXe (chapelle et fondation)
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : sur le toit
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

la chapelle et le château
chapelle
intérieur
château


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 11 Avr - 21:03 (2011)    Sujet du message: Grand-Fougeray (35390) Répondre en citant

Anciennes chapelles

Ancienne chapelle Saint-Jean, située jadis au cimetière. Il s'agissait d'une chapelle très-vénérée et fort ancienne, située dans le vieux cimetière, près de l'église paroissiale ; elle fut démolie en 1730, lorsqu'on construisit le clocher de cette église au bas de la nef.

Ancienne chapelle Saint-Roch du nouveau cimetière, détruite en 1830.

Ancienne chapelle Saint-Marc du Fief-Rubé. Les seigneurs de Port-de-Roche y fondent un catéchisme.

Ancienne chapelle Saint-Guillaume, menaçant ruine dès 1741.


Anciennes chapelles privées

Ancienne chapelle du château de Fougeray, détruite avec le château vers 1748.

Ancienne chapelle du manoir du Plessis, dédiée à Saint-Guillaume. En 1685, Jean Le Mesnager, seigneur du Plessix, et Esther Piccot, sa femme, abjurent leur protestantisme en l'église du Grand-Fougeray.

Ancienne chapelle du manoir de la Devoriais, ouverte aussi aux habitants des proches villages. Elle fut sans doute fondée avec le manoir, au XVe.

Ancienne chapelle du manoir de Cherhal (XVIe) qui voisinait avec une autre jamais achevée. Au XVIIe, il fut uni à celui de POrt-de-Roche, maintenant en Sainte-Anne de Vilaine.

Ancienne chapelle du manoir de Conzay (XVe-XVI) : A la fin du XIXème siècle, ce n'est plus qu'une ferme appartenant à M. Marion "mais on y découvre encore les restes d'une chapelle, et dans une salle abandonnée une fort belle cheminée en bois sculpté qui semble remonter au XVIème siècle ; c'est un travail délicatement fait et l'on remarque surtout une riche frise, de beaux pilastres et quelques jolies têtes. Cette boiserie mérite d'être signalée" (Abbé Guillotin de Corson).

Anciennes fondations hospitalières

Ancien hospice de Fougeray, pourvu d'une chapelle Saint-Armel. L'hospice disparut en 1690 et la chapelle au cours du XVIIIe.

L'hôpital Saint-Armel de Fougeray est mentionné dans le Pouillé de la province de Tours imprimé en 1648, comme faisant partie des maladreries du diocèse de Nantes. Les registres paroissiaux de Fougeray témoignent également qu'en 1663 on recevait encore des malades dans cet établissement ; mais les registres des délibérations du général prouvent qu'à la même époque la pénurie de l'hôpital de Fougeray était des plus grandes ; aussi en 1668 fit-on des quêtes pour l'entretien de cette maison et nomma-t-on de nouveaux administrateurs pour la gérer plus convenablement. Malgré cela, la décadence de l'hôpital de Fougeray ne fai­ant qu'augmenter, cette maison fut, supprimée en 1696 et ses biens furent unis à ceux de l'hôpital de Paimbœuf (nota : dès 1695, Louis XIV avait, en effet, ordonné l'union à ce dernier hôpital des biens des hôpitaux de Montfaucon, Fougeray, Rozet, Piriac et Machecoul ; de nouvelles lettres patentes confirmant cette union furent données en novembre 1716).
La chapelle de Saint-Armel dépendait de l'hospice de Fougeray ; elle se trouvait dans la ville même, non loin de l'église, et fut réparée par les paroissiens en 1695. Il est vraisemblable que l'hôpital l'avoisinait, mais l'un et l'autre ont disparu depuis longtemps. Un incendie détruisit, en effet, les bâtiments de l'hôpital de Fougeray en 1723, et les administrateurs de l'hôpital de Paimbœuf aliénèrent en conséquence ces ruines et les biens en dépendant pour la somme de 300 livres. (source : Léon Maître).

Ancienne léproserie Sainte-Magdeleine

A peu de distance de la ville et du château de Fougeray, mais isolée sur une colline, se trouvait la chapelle de Sainte-Magdeleine. Il est évident que ce fut, à l'origine, une léproserie ou maladrerie construite par les seigneurs de Fougeray, attestée en 1648. A côté existait dans les derniers siècles la cure de cette paroisse, et les recteurs du lieu avaient coutume de se servir de cette chapelle comme d'un sanctuaire privé, quoiqu'elle appartînt à la fabrique. Lorsque la lèpre disparut de nos contrées, les seigneurs de Fougeray auraient dans ce cas donné au général de la paroisse les bâtiments et la chapelle destinés aux lépreux, et le général les aurait affectés au logement du recteur. On rencontre ailleurs des preuves de transformation semblables. La chapelle de la Magdeleine, vendue nationalement en 1792 et sécularisée, a été détruite par un incendie vers la fin du XIXème siècle.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:11 (2017)    Sujet du message: Grand-Fougeray (35390)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers d'Ille-et-Vilaine Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com