Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vierzon (18100)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Cher
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 23:31 (2011)    Sujet du message: Vierzon (18100) Répondre en citant

Eglises

Eglise Notre-Dame (XIIe-XIIIe-XVe), rue Paul Lafargue (centre-ville)

Ancienne station préhistorique à Bellon, avec atelier de taille du silex, Vierzon fut probablement une des vingt cités détruites par Vercingétorix lors du siège d’Avaricum par César. Après la conquête, elle fut probablement un oppidum Gallo-romain, point de défense à l’entrée ouest du Berry, établi sur une butte, exposé au midi, surveillant le confluent de l’Yèvre et du Cher et protégé par la forêt et la Sologne au nord. Un château mérovingien s’y installa, puis les Normands s’y fortifièrent sur la motte féodale. Ils devinrent seigneurs de Vierzon et la ville se développa à l’intérieur de remparts à l’Ouest du château. Les Anglais (Richard Cœur de Lion en 1196, puis le Prince noir) incendièrent et prirent la ville et le château. Du Guesclin en chassa les Anglais en 1370 et redonna Vierzon à la couronne de France. Elle devint alors un des centres de ravitaillement des armées de Jeanne d’Arc. Vierzon subit les guerres de religion, mais resta catholique. La révolution de 1789 n’apporta pas de grandes secousses, mais Vierzon paya ensuite largement son tribut aux guerres modernes. En 1870-71, l’avant-garde des Ulhans traversa la ville mais se replia rapidement. Si Vierzon fut épargnée par la guerre de 1914-18, elle fut durement éprouvée par celle de 1939-45. La ligne de démarcation coupait la ville en deux et à ce titre de violents bombardements détruisirent le septième de la ville, qui, une fois de plus se releva de ses ruines.

Le travail du fer marque le début de l’industrialisation de Vierzon. En 1779, le Comte d’Artois, futur Charles X, crée en bordure de l’Yèvre une forge avec fonderie et hauts fourneaux. Elle bénéficie du savoir-faire sidérurgique ancien du Berry et du minerai acheminé par le Cher et le Canal de Berry (1830). La présence d'argile réfractaire prmis l'installation d'une manufacture de porcelaine. C’est en 1847 que Célestin Gérard arrive à Vierzon. Son petit atelier en face de la gare deviendra la « Société Française de Matériel Agricole et Industriel ». Une synergie se met en place ; la réputation de la « Française » attire les capitaines d’industrie. Au début du XXème siècle, la capitale du machinisme agricole compte plusieurs firmes de batteuses et de locomobiles dont Brouhot, Merlin, La Vierzonnaise et la Française. Ces machines se vendent partout dans le monde. En 1959, la société américaine CASE rachète la S.F.M.A.I. et la production de matériel de travaux publics remplace progressivement celle du matériel agricole. Le site ferme en 1995. Quasi immédiatement, une association récupère le site pour y amasser du matériel agricole en vue d'ouvrir un musée des tracteurs français; bien qu'elle ait réunie une importante collection de tracteurs SFV, Merlin, CASE, Columbus... et d'anciennes batteuses, des mésententes internes et externes, au sein de l'association et avec la municipalité, font capoter le projet, laissant une friche mal insérée au cœur de la ville. La mairie en refait la façade côté gare et souhaiterait faire un bowling dans une partie du bâtiment.

Le clocher porche du XIIIème siècle, terminé le 14 octobre 1457 abrite 5 cloches et le grand orgue du XVIIe. Les nefs sont ajoutées au XVe siècle, ainsi que la porte sud, richement décorée. La flèche du clocher fut détruite à la Révolution. L’Eglise renferme un bénitier sculpté du XIIème siècle, à l'entrée du bas-côté droit, plusieurs chapelles ornées de très beaux vitraux des maîtres-verriers CHAMPIGNEULLE et LOBIN. La chapelle a droite du chevet est consacrée à Ste Perpétue, patronne de Vierzon. Le vitrail de la Crucifixion date du XVe. Une verrière du bas-côté droit a été posée le 30 mai 1899 à l'occasion du baptême de trois cloches, dont deux prénommées Lucie et Marie-Antoinette.

Les reliques de Sainte-Perpétue, conservées en l'abbaye Saint-Pierre de Vierzon, furent transférées dans l'église Notre-Dame de Vierzon en 1807, où elles sont conservées aujourd'hui. En 1632 Vierzon fut extrêmement affligée de la peste, les habitants eurent recours à cette Sainte, comme à leur singulière protectrice, et firent porter sa châsse en une procession générale, avec voeu que si Dieu les délivrait de ce fléau, ils feraient enchâsser son chef (sa tête) dans un reliquaire d'argent. La peste cessa immédiatement. Perpétue est la sainte patronne de Vierzon.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Notre-Dame
Siécle de l'édifice: XIIe-XIIIe-XVe
Forme du clocher : clocher-porche à pavillon
Clocher en péril : non

Photos (37) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade
côté nord
côté sud

Intérieur (33) :

bas-côté gauche
grande nef
bas-côté droit
monument à Jean TINTURIER

chapelle gauche
ses vitraux
autel

chapelle gauche du choeur
armoiries sur la porte de la sacristie

choeur
maître-autel

vitraux du choeur
voûte du choeur

chapelle droite du choeur (Ste-Perpétue)
tombeau de la sainte
vitraux

chapelle droite
autel
vitraux
niche

verrière des cloches
vitrail du bas-côté droit



Eglise Saint-Célestin, rue Jules Guesde (Vierzon-ouest). Elle dépendait jadis de la commune de Vierzon-villages, créée à la Révolution à la demande des habitants ruraux de la ville. Cette commune disparaît en 1937 à sa fusion avec la commune de Vierzon-ville.
Le clocher-porche massif fait penser à une fondation ancienne, mais l'orientation nord-sud de l'église indique une fondation du XIXe. L'église est construite en style néo-roman, du moins en ce qui concerne le choeur flanqué de collatéraux. Le clocher-porche devait être précédé d'une nef qui n'a jamais été construite.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Célestin
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : clocher-porche à pavillon
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade au nord
côté est
côté ouest et chevet
clocher


Eglise Saint-Eloi, rue JB Clément (Vierzon-nord).

Cette église du XXe siècle a été mise en vente pour 170.000 € par sa paroisse début septembre 2012 http://www.leberry.fr/cher/actualite/pays/pays-de-vierzon/2012/10/05/l-egli… L'association musulmane de la ville s'est déclarée intéressée, déclenchant un tollé médiatique national, sur fond de réveil des passions communautaires et religieuses dans une France plongée dans une crise sociale, politique et de valeurs tous azimuts. Après diverses péripéties, l'église a été rachetée par une confrérie chrétienne créée dans l'urgence; celle-ci n'ayant pu réunir les fonds nécessaires pour payer le diocèse, la mairie (PC) de la ville a annoncé avoir racheté l'église pour en faire "un centre de santé avec un clocher". La même mairie a proposé l'ancien LIDL du Clos du Roy pour 170.000 € à l'association musulmane de la ville qui a décliné l'offre faute de moyens.

Le quartier a plusieurs usines (UNELEC, dont la friche a été rasée, hormis un hangar, fin 2012; Paulstra qui fonctionne encore), les réservoirs d'eau et beaucoup d'anciennes tenues maraîchères. L'église est dédiée au saint patron des forgerons. De forme rectangulaire, surmontée d'un modeste campanile, elle a été construite au milieu d'un pré dans les années 1970.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Eloi
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : campanile
Clocher en péril : non

Photos (5) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

côté nord
façade
intérieur

côté sud
chevet


Eglise Saint-Jean-Baptiste, rue des Tramways de l'Indre (Vierzon-sud)

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-JB
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : bâtière
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
côté nord
côté sud
chevet et clocher

Eglise Saint-Joseph, rue Etienne Dolet (Vierzon-Forges)

Le chanoine Lucien Bedu fonde l'église, construite au bout de la place des Forges, face aux Fonderies, maintenant fermées. Le curé fondateur tient sa cure de 1907 à sa mort en 1955. Le choeur est imposant, l'abside à trois pans est garnie de vitraux offerts par les patrons avoisinants. La nef est plus basse et a été ajoutée après, un lanternon surmonte l'entrée. Sur le côté droit, sacristie et presbytère sont de la deuxième moitié du XXe.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Joseph
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : bâtière
Clocher en péril : non

Photos (8) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade
côté nord
côté sud
chevet

Intérieur (4) :

vue de la nef
le choeur

tombe de L. Bedu
vue vers l'entrée


Dernière édition par Admin le Mer 5 Juin - 03:19 (2013); édité 10 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Mar - 23:31 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 23:32 (2011)    Sujet du message: Vierzon (18100) Répondre en citant

Chapelles

Chapelle Saint-Lazare (XIIe), qui dépendait de l'ancienne léproserie pour femmes. Elle se trouve dans le quartier de la cité scolaire, à l'angle des rues Hurvoy et Georges Sand. La chapelle a conservé son toit en croupe, ses ouvertures étroites voûtées en anse de panier et son plan rectangulaire terminé par une courte abside hémi-circulaire. Elle est transformée en maison mais reste désignée par les locaux selon son usage ancien : la léproserie.


Type d'Edifice: Chapelle (désaffectée)
Nom de l'Edifice : Saint-Lazare
Siécle de l'édifice: XIIe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) :



Oratoire de l'Hopital de Vierzon (XXe)

L'hôpital est construit au XIXe et est héritier d'un petit hôpital constitué avant la Révolution. Il avait une grande chapelle, derrière le grand bâtiment donnant sur la rue. Celle-ci a été détruite dans les années 1980 pour être remplacée par un bâtiment hospitalier. Seuls ses deux pignons surélevés marquent son emplacement. Un petit oratoire aménagé au rez-de-chaussée, près de l'accueil, la remplace.
Pendant la guerre, l'hôpital est bombardé et les fonctions hospitalières sont assurées a minima à l'école du Briou, dans l'ancienne commune de Vierzon-villages, au nord-est du centre-ville.

Type d'Edifice: Oratoire oecuménique
Nom de l'Edifice : du centre hospitalier de Vierzon
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

l'hôpital
l'oratoire
entre les pignons, emplacement de l'ancienne chapelle


Oratoire du lycée Notre-Dame, rue de la Monnaie

Créée depuis 1853, par la sœur Stanislas Poubeau, l’école ouvre ses portes sur le site de l’école maternelle et les classes primaires. Une classe payante est annexée pour les familles aisées qui désireraient confier à des religieuses l’éducation de leurs enfants. C’est donc à la suite de cette ouverture que le pensionnat voit le jour. En 1861 une demande d’autorisation légale pour l’établissement est demandée au ministère de l’Education. Les locaux deviennent vite étroits et 1876 voit la construction du bâtiment au 11 rue Gourdon.

C’est en 1937 que se crée la salle de gymnastique ainsi que la cour intérieure. En 1939 la guerre éclate et le bâtiment est réquisitionné et devient un hôpital militaire. Les cours s’organisent dans différents lieux de la ville. Les locaux sont libérés à la fin de la guerre, le pensionnat compte 220 élèves dont 30 internes. Une solution d’agrandissement s’impose. En 1957, M.Maquin donne naissance au collège, En 1961, une école primaire élémentaire surgit de terre avec 7 classes. Le collège peut également se doter de tout un secteur technologique et d’un vaste atelier. Le collège NOTRE-DAME, accueille les élèves de la classe de 6ème à la classe de troisième.

Le bâtiment historique de l'école est l'ancien Hôtel de la Monnaie (XIVe) où était frappée la monnaie de Vierzon durant tout le Moyen-Age.

Type d'Edifice: Oratoire
Nom de l'Edifice : Notre-Dame
Siécle de l'édifice: XIXe-XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Hôtel de la Monnaie (14e)
bâtiment de l'oratoire
plaque commémorative


Chapelle privée, rue du Vert Pommier

La chapelle fait le coin d'une maison bourgeoise de la fin du XIXe, au coin des rues du Vert Pommier et Victor Hugo. C'est un bâtiment d'un étage, sous toit terrasse, présentant trois murs sur rue, chacun étant orné d'un vitrail double représentant des saints. Le dernier pan, à l'ouest, donne sur la cour et les communs et est lui aussi orné d'un vitrail. Il n'y a pas de clocher.

Type d'Edifice: Chapelle privée
Nom de l'Edifice : ?
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

vue depuis la rue
vitraux

Couvent

Couvent de soeurs marianistes, dans l'ancien presbytère Saint-Célestin, n°28 rue Jules Guesde. La communauté de quatre soeurs est installée depuis quelques années. Il n'y a pas d'oratoire, les soeurs utilisent l'église saint-Célestin comme chapelle.

Type d'Edifice: Couvent
Nom de l'Edifice : Communauté de soeurs marianistes de Vierzon
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

côté ouest
côté est


Dernière édition par Admin le Jeu 26 Fév - 07:16 (2015); édité 4 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 23:36 (2011)    Sujet du message: Vierzon (18100) Répondre en citant

Patrimoine religieux disparu

Anciennes églises

Ancienne collégiale Saint-Barthélémy, où fut fondé en 1178 un collège de chanoines.

Anciennes abbayes et couvents

Ancienne abbaye Saint-Pierre

Vers 849, puis 889, AMBRAN, seigneur de VIERZON, abandonne à l’Abbe de Dèvre (fondée en 843 à Saint-Georges sur la Prée, à 12 km au sud-est de VIERZON) de nombreux immeubles, dont un monastère sur les bords de l’Yèvre, près des murs de VIERZON, consacré à l’apôtre Pierre, tel qu’en ont joui EVANGELINARIUS, BOSON et RAYMOND prêtres, qui l’ont reçu d’un certain ISIDORE avec trois moulins et deux églises voisines, dont l’une est l’église paroissiale Notre-Dame et l’autre consacrée à Saint-Caprais martyr de la foi (…) un pré de deux arpents et quatre petits manses, une église dédiée à Saint-Martin dans le village de VOUZERON, une chapelle Saint-Quentin à BOURGES sur les bords de l’Yèvre, une chapelle à ORÇAY, une église à NEUVY-S/-BARANGEON, etc. avec droits attachés. Ces donations importantes sont faites sur le « commandement » du roi Charles le Chauve, à sa prise de possession de l’Aquitaine, détenue par son neveu Pépin II. Ambramius (Ambran), chevalier, dote le monastère de revenus et de terres; ces donations sont confirmées à Aix-la-Chapelle par Charles le Chauve, roi de Francie occidentale. Les guerres (sans doute les invasions normandes) détruisirent ce premier monastère et les moines furent contraints de venir habiter la ville de Vierzon. Le comte Thibault de CHARTRES leur permit d'y construire un monastère vers 926, après que l'abbaye de Dèvre fut ravagée par les Normands en 902. C'est alors que le corps de Sainte-Perpétue, martyrisée en Afrique, est ramené à Vierzon.

Ce monastère est situé à l'ouest de la ville, le long des murailles. Il a 700 à 800 livres de revenu par an. Au dedans se trouve une grande église, pourvue de nombreuses reliques des saints Opte, Félice, Perpétue, Blaise, Foy et Crepais. Le monastère tombé en ruine est restauré par François de COMBARET qui en est l'abbé au XVIIe siècle. A la Révolution, l'église Saint-Pierre tient lieu de deuxième paroisse à la ville. Les vierzonnais tentèrent de sauver par tous moyens l’église Saint-Pierre dont la démolition avait été ordonnée par le représentant du peuple LAPLANCHE ; ils parvinrent même à suspendre l’ordonnance de vente des matériaux lorsque sur une plainte du Comité révolutionnaire de la ville, un ordre imprévu vint renverser les espérances des habitants et l’on vit en quelques mois disparaître l’un des plus beaux monuments de la ville.

Ancien couvent de Cordeliers (XIIIe), fondé par HERVE III , seigneur de Vierzon, vers 1265. Il y est enterré v. 1270 ou 1271. Jeanne de BRENNE finit la construction, et fait apposer sur le pignon du monastère JOHANE DAME DE VIERZON / DE MAZIERES ET DE ROCHE-CORBON / CY FIST l’UNE ET l’AUTRE MAISON / DIEX LI FACE A LAME PARDON. A sa mort, seul le chœur de l'église restait à construire, mais par son testament de 1296, elle léguait une rente de 200 livres parisis destinées à l’achèvement de l’œuvre. L’église des Cordeliers n’est détruite qu’en 1831 pour faire place à la halle.

Ancien couvent de chanoinesses régulières du Saint-Sépulcre, fondé en 1641 au château de Vierzon, réformé en 1719 et dispersé en 1791.

Anciennes chapelles

Ancienne chapelle Saint-Paul, dans la ville de Vierzon, dans la rue des Changes. En 1779, François PACAULT maître boulanger, acquéreur de la chapelle, rend foi et hommage au Comte d'Artois, apanagiste de l'emplacement de ladite chapelle et s'engage à lui payer 25 livres à titre de rente foncière annuelle et perpétuelle. Ce boulanger l'a acquise de Maître Blaise GRANDJEAN, archiprêtre à VIERZON et titulaire de ladite chapelle Saint-Paul, avec faculté de l’employer à tel usage profane qu’il avisera comme aussi de démolir ladite chapelle et d’en vendre les matériaux. La chapelle existe toujours (en 1887) rue des Changes.

Ancienne chapelle Saint-Jean, dans la ville enclose

Ancienne chapelle de l'hospice, sis avant la Révolution sur le pont d'Eure. Il dépend probablement des chevaliers hospitaliers de Villefranche-sur-Cher.

Ancienne chapelle saint-Ladre, à la léproserie de la ville, sise "du costé de la bise, hors les murailles". Dans le bois de Saint-Ladre ou saint-Lazare l'on découvre au XIXe les vestiges d'un fanum, ou petit temple païen celte.

Ancienne chapelle Saint-Martin, près des fossés des remparts

Ancienne chapelle du grand cimetière, au nord de la ville

Ancienne chapelle Sainte-Marie-Madeleine, dans la forêt proche de la ville près du confluent de l'Yèvre et du Cher. Un ermitage y est fondé au XIIIe siècle par le seigneur de Vierzon.




Autres cultes

Temple protestant, rue Edgar Quinet, construit en 1897 par l'architecte municipal J. LOTH.
Photos de l'intérieur : http://huguenotsinfo.free.fr/temples/vierzon_int.htm

Type d'Edifice: Temple protestant
Nom de l'Edifice : EE de Vierzon
Siécle de l'édifice: fin XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (1) : (c'est une photo personnelle, cliquez pour agrandir)



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:48 (2017)    Sujet du message: Vierzon (18100)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Cher Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com