Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chateauneuf-sur-Loire (45110)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 10 Mar - 23:23 (2011)    Sujet du message: Chateauneuf-sur-Loire (45110) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Martial (XIIe-XVIe-XXe)

L'église Saint-Martial est construite vers 1154 par le Chapitre de Jargeau, commis par l'évêque Manassès de Garlande afin de démolir l'église vétuste et abandonnée du vieux village de la Ronce et en reconstruire une autre dans le bourg de l'Epinoy, autour du château.
Avant 1568, l'église compte une nef et un choeur large, ainsi qu'un clocher-tour accolé au transept. Le clocher et le choeur sont incendiés et détruits par la fureur des huguenots, en 1568. Les nefs latérales sont détruites et non rebâties. A partir de 1571, le nouveau clocher est bâti à l'ouest; il atteint 50 m de hauteur. La nef et le choeur sont réédifiés à l'économie jusqu'en 1627, les voûtes sont remplies en bois. Le maître-autel est rétabli en 1688 par les artisans qui ont fait le tombeau du seigneur Louis Phélypeaux de la Vrilière en 1681.
A la Révolution, les cloches sont descendues, les objets du culte et le mobilier confisqués ou vendus. Le tombeau échappe aux pillards et aux destructeurs grâce aux bons soins du maire, qui le dissimule sous un double empilement de tonneaux vides. L'église devient un temple de la Raison.

Le 15 et le 16 juin 1940, la ville est touchée par des raids aériens allemands. L'église reçoit des bombes dans la nef, le port, les alentours de la gare et de la route de Pithiviers sont arasés. Le pont est dynamité par le Génie le 17 juin, pour couvrir la retraite des troupes françaises. De 1946 à 1959 la ville est reconstruite, ainsi que l'église. Le clocher est rétabli en 1955, deux nouvelles cloches, Alice et Colette, sont bénies en 1960. La nef n'est pas restituée, mais aménagée en porche à deux arcades pour améliorer la communication entre les halles au nord de l'église et la grande Rue élargie.

Au pied du monument funéraire du sieur de la Vrilière se trouve une dalle sur laquelle est portée l'inscription "Cy gist le pénitent 1707", en mémoire d'un ermite inconnu qui a vécu trente-deux ans dans une cabane de la paroisse, se contentant du minimum pour vivre. Il n'avait jamais voulu dire son nom mais l'on vit par ses paroles et des vers de sa composition qu'il venait d'une famille distinguée. Il mourut le 22 août 1707. En 1849, l'abbé BARDIN? vicaire de Chateauneuf, fit faire des fouilles dans l'église. Une dalle fut découverte, gravée d'une inscription : "Cy gist le pénitent. Son corps est placé à droite." Le corps, long de 1 m 80, fut retrouvé et à nouveau inhumé en grande pompe.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Martial
Siécle de l'édifice: XIIe-XVIe-XXe
Forme du clocher : clocher-porche à flèche
Clocher en péril : non

Photos (19) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (7) :

clocher
côté nord
côté sud

nef-porche

Intérieur (12) :

bas-côté gauche
grande nef
bas-côté droit

chapelle gauche
choeur
chapelle droite
vue vers l'entrée

tombeau de Louis Phélypeaux de la Vrilière



Chapelle

Chapelle Notre-Dame de l'Epinoye, dite de la Bonne Dame, anciennement priorale

La chapelle est construite au XIe suite à la découverte miraculeuse dans un roncier d'une statue de la Vierge. Louis VI le Gros y installe un prieuré au début du XIIe et le donne à l'abbaye de Saint-Benoît sur Loire. Ce prieuré devient par la suite une annexe de celui de Vitry-aux-Loges. La tour-clocher latérale s'effondre en 1726, écrasant de sa masse tout l'édifice. Seule la chapelle est reconstruite, en plus petit, avec remploi du porche roman.
Cette chapelle est vendue comme bien national en 1796, rachetée 400 livres en 1797 et rendue au culte, puis restaurée au XIXe. Elle était le lieu de culte de la confrérie des vignerons. En 1846, Mme LEBRUN fit don d'une cloche à cette chapelle servant d'annexe à l'église de la paroisse.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : ND de l'Epinoye
Siécle de l'édifice: XIIe-XIXe
Forme du clocher : flèche
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
portail
côté sud et chevet
côté nord


Dernière édition par Admin le Jeu 17 Mar - 19:29 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 10 Mar - 23:23 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 10 Mar - 23:43 (2011)    Sujet du message: Chateauneuf-sur-Loire (45110) Répondre en citant

Ancienne église

Ancienne église Saint-Martial de Montroër (VIIe) Clotaire II réunit dans sa villa de la Ronce une assemblée franque en 666. Ebroïn assassine dans cette église saint Ennemond, évêque de LYON.
L'église du vieux bourg, de plus en plus délaissée, est démolie en 1154 par le Chapitre de Saint-Vrain de JARGEAU, commis par l'évêque Manassès II de Garlande afin de réédifier une église auprès du château.

Ancienne chapelle privée

Anciennes chapelles du château

Le château Neuf est construit du temps de Louis VI le Gros, au début du XIIe siècle. Il est plus récent que les autres châteaux de la région, comme ceux de Lorris, Neuville, Boiscommun, etc.
Au XIVe, le château devient un bien des ducs d'Orléans. Une chapelle de style ogival existait alors, et était dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Elle fut probablement détruite pendant les guerres de religion. Au XVIIe, il appartient aux Phélypeaux de la Vrilière qui détiennent de 1610 à 1775 la charge de Secrétaire du Roi pour la Maison du Roi et la Religion prétendument Réformée (protestants). En 1659, Louis Phélypeaux obtient l'érection de la terre en marquisat et reconstruit le château dans le style classique jusqu'à sa mort en 1681. Avant sa mort, il fonde un hospice qui est une partie de l'actuelle maison de retraite. Balthasar, son fils, achève le parc jusqu'en 1700. Puis, la terre est érigée en duché-pairie par Louis de Phélypeaux, qui meurt sans enfants. Le domaine est vendu 800.000 livres au prince de Rohan-Guéméné, failli en 1782. Ses biens sont vendus par autorité de justice au duc de Penthièvre qui avait cédé Rambouillet à Louis XVI. Celui-ci arrive en février 1784 et est reçu par les autorités de la ville, les confréries de métiers et le peuple. Il fait construire les quais du port, planter 5.000 mûriers au Bich, sur la rive gauche, aménager une magnanerie et une usine de soieries dans une maison du Port. L'avant-cour du château est reconstruite, ainsi qu'une chapelle, dédiée à la Sainte-Vierge, qui se trouvait au rez-de-chaussée du château. Il accueille la Révolution sans hostilité, mais doit se retirer en 1790, d'abord à ANET, puis à EU, où il s'éteint sans être inquiété le 4 mars 1793.

Le château est pillé en mars 1793, les titres sont brûlés et le mobilier vendu en avril de la même année. En 1794, il est acquis par un maréchal-ferrant et un cafetier, qui se désistent en faveur de l'architecte LEBRUN. Ce grand démolisseur (qui sévit aussi largement à Orléans, notamment en diminuant Saint-Aignan de son clocher et de sa nef et abattant le couvent des Carmes) commence à nouveau son ouvrage accoutumé et démolit le château de 1801 à 1809 en ne gardant que les communs, la rotonde, l'orangerie et la grande galerie de 40 m de long sur 10 de large.
La municipalité sauve le château en 1926 et le département rachète une partie du parc en 1928. De nos jours, le musée de la Marine de Loire y est installé.


Anciens établissements hospitaliers

Ancien Hôtel-Dieu, fondé par Saint-Louis. Une chapelle Saint-Jean-Baptiste est aussi fondée pour cet hospice.

Ancienne maladrerie Saint-Bathélémy, située à l'ouest du parc du château. Louis Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, y est reçu en grande pompe par trois compagnies d'artisans, de mariniers et de vignerons, les autorités et la population lors de son installation au château.


Ancien couvent

Ancien couvent des Annonciades, fondé en 1506 par Jeanne de France, fille de Louis XI (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_de_France_(1464-1505) et reine malheureuse de France. Une partie du couvent a survécu aux révolutions et aux déprédations et est actuellement un bâtiment communal.

Sources :
- Colonel André BILLARD, Chateauneuf sur Loire et son Château (v. 1960)
- Gastion POUILLOT, Chateauneuf-sur-Loire jadis et naguère


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:14 (2017)    Sujet du message: Chateauneuf-sur-Loire (45110)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com