Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ile d'Aix (17123)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Poitou-Charentes -> Clochers de Charente-Maritime
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Ven 4 Mar - 00:24 (2011)    Sujet du message: Ile d'Aix (17123) Répondre en citant

La commune d'Île-d'Aix est une commune française. Comme son nom l'indique, elle est située sur une île à part entière, l'île d'Aix, formant de plus la plus petite commune du département de la Charente-Maritime et de la région Poitou-Charentes. L'accès à l'île d'Aix se fait exclusivement par voie maritime, l'île étant séparée du continent par un petit détroit de 6 km. Toute l'année, un service quotidien de bac assure la traversée depuis la Pointe de la Fumée, au nord de Fouras. Pendant la saison estivale, des liaisons maritimes sont assurées depuis La Rochelle ou les îles voisines de Ré et d'Oléron. Ainsi, plus de 250 000 voyageurs transitent en moyenne chaque année entre l'île d'Aix et le continent.

Carte de l'île :


L'île est entrée dans l'histoire de France principalement comme faisant partie de la ceinture fortifiée protégeant la rade de l'arsenal de Rochefort. Ainsi deux forts sont édifiés sous Richelieu, renforcés par Vauban, reliés sur le contour de l'île par une série de batteries activées en temps de guerre, et prolongés par d'autres forteresses, sur le continent, l'île d'Oléron, et dans le Pertuis de Maumusson comme le fort Louvois. Hélas jusqu'à l'achèvement, trop tardif, du fort Boyard , la rade restait trop ouverte, laissant exposés des vaisseaux mouillés en rade, où ceux dans l'attente de remonter la Charente. Celle-ci trop peu profonde pour le tirant d'eau des plus grands navires, obligeait ces derniers à décharger une partie de leur cargaison et de leur artillerie.

Aux alentours de 1770, le marquis de Montalembert, propriétaire de la fonderie de Ruelle qui fabrique des canons pour la marine royale, sans toucher aucune indemnité est désavoué par le duc de Choiseul alors ministre.Il lui avait présenté en vain son Mémoire sur les fortifications, et avait construit à ses frais le fort de l'île d'Aix. Ce fort, en avance sur son temps, était équipés de canons qui étaient les plus forts en calibre de l'époque; sa solidité a résisté à toutes les expériences (les commotions provoquées par les décharges de ces canons n'ont pas fait écrouler l'édifice comme le craignait le ministre), et il a coûté un peu moins cher que prévu. Ces nouveaux canons à plus grande portée rendaient déjà caduque l'idée du fort Boyard, fort construit à mi-distance entre Aix et Oléron, mais c'était trop tard. C'est ainsi que l'île connaît une intense activité sous le Premier Empire. En 1801, profitant d'une courte trêve dans la guerre qui oppose la France à l'Angleterre depuis déjà 9 ans, Bonaparte 1er consul approuve un nouveau projet qui relance la construction d'un fort sur le banc de sable entre Oléron et Aix. Dès lors la rade est le site d'une forte activité de petits navires, et d'ouvriers et plus de 60 000 m3 d'enrochement sont déposés, assez vainement, sur le banc de sable de mai 1804 à juin 1809. Le chantier est abandonné après la Bataille des Brûlots, du 11 au 15 avril 1709 où les Anglais déciment la flotte de 11 vaisseaux et 4 frégates du vice-amiral Zacharie Allemand, au mouillage derrière l'île, alors que celle-ci s'apprêtait à prendre la mer pour apporter du renfort aux dernières Antilles encore possession de la France. C'est un désastre pour la flotte de l'Empereur qui perd 4 vaisseaux et une frégate.

Le 5 août 1808, Napoléon Ier s'étant rendu sur l'île d'Aix pour une visite d'inspection, décide la construction d'un fort indestructible et imprenable sur sa côte Est, afin d'empêcher tout débarquement ennemi et en dessine lui-même les premières esquisses. Quant à l'implantation, le choix de l'Empereur se porte sur le plus haut sommet de l'île – d'où le premier nom de la forteresse, « Fort de la Sommité ». La construction, qui durera 24 ans, débute à partir de 1810, sous les directives de l’ingénieur Thuillier, d’un fort carré, doté d’un bastion à chaque pointe, de 90 mètres de côté et de 7 mètres de haut, dont la cour centrale mesure 30 mètres de côté. Les blocs de pierres constituant le fort sont charriés via la Charente depuis les carrières de Crazannes près de Saint-Savinien. C'est dans ces carrières qu'ont été extraits les blocs de pierre ayant servi à la construction de la cathédrale de Cologne et au socle de la statue de la Liberté. Cour intérieure (30 mètres de côté) les escaliers de part et d'autre de l'entrée du fort. En 1812, le fort est renommé Fort Liédot, en hommage au colonel du même nom, mort pendant la campagne de Russie. Ce fort témoigne de la maîtrise des Officiers du Génie dans l'art de bâtir. Il est implanté sur le point culminant de l'île, et est semi-enterré pour échapper aux tirs de l'artillerie. Il servit surtout de lieu de détention pour des prisonniers politiques, notamment pendant l'insurrection de la Commune à Paris en 1871; reconverti en colonie de vacances de l'armée de 1948 à 1980 (avec interruption de 1948 à 1952), il fut racheté à l'issue par le Conservatoire du Littoral qui l'entretient et le fait visiter.

En juillet 1815, après la défaite de Waterloo, Napoléon croit encore pouvoir fuir aux Amériques, et c'est ainsi qu'il rejoint Rochefort. Dans la rade, il aperçoit deux frégates: la Saale et la Méduse. Au loin se trouve aussi une flotte britannique qui ferme la rade. Plusieurs projets son élaborés pour cacher l'Empereur déchu, mais il refuse catégoriquement de se tapir comme un rat. Napoléon, à bord de la Saale, gagne l'île d'Aix le 9 juillet. Et c'est d'Aix que le 15 juillet 1815, il monte à bord du Bellerophon qui l'emmène sur le chemin de l'ultime exil.

Vue aérienne de l'île depuis le sud-ouest :


Eglise Saint-Martin

Autrefois appelée Aia, l'île d'Aix pourrait avoir pour origine un mot Saxon : Eia Insula. En 844, les Normands pénètrent dans le Pertuis d’Antioche, ravagent l’île d’Aix, égorgent les habitants et brûlent un prieuré bénédictin au lieu-dit Les Ormeaux, l’île reste déserte pendant presque deux siècles.

En 1067, Isambert de Châtelaillon fait don de l'île aux moines de Cluny, qui y établissent un prieuré-cure et une petite église dédiée à saint Martin. En 1089, à la mort d’Isambert inhumé à Aix, son fils Eble reprend l’île. Il ne la rendra aux moines que 7 ans plus tard, excommunié et sous la contrainte de son suzerain le duc Guillaume d’Aquitaine.
Au XIIe, l'île d'Aix devient un site stratégique pour l'Angleterre qui la dispute à la France. Durant tout le XIIIe siècle, les attaques des navires anglais se succèdent, jusqu'en 1286 où l'estuaire de la Charente sépare la Saintonge anglaise de la Saintonge française.
En 1692, VAUBAN commence à faire fortifier l'île. Ces remparts et la citadelle sont démantelés par les Anglais qui sont parvenus à s'emparer de l'île le 8 septembre 1757. Dans la deuxième moitié du XVIIIe, des ingénieurs militaires comme Charles Choderlos de Laclos reconstruisirent les fortifications et les étendirent encore.

L'église Saint-Martin est un des maigres vestiges d'un prieuré établi en 1067, peu après la donation de l'île à la puissante abbaye de Cluny. Doté d'une modeste communauté monastique, le prieuré est saccagé à plusieurs reprises pendant les conflits franco-anglais au XIVe siècle. L'église actuelle apparaît comme particulièrement mutilée, se limitant à l'ancien transept, à une petite absidiole (greffée sur l'ancien croisillon nord) ainsi qu'à une crypte romane aménagée entre le XIe et le XIIe siècle. Restaurée de 1964 à 1971, elle est couverte d'une voûte d'arêtes portée par une série de 14 colonnettes aux chapiteaux ornés de motifs floraux, rare témoignage du premier art roman saintongeais.

L'église est à nouveau détruite en septembre 1757 par les anglais qui pillent toute la ville, abattent les remparts, le clocher de l'église et emportent la cloche. L'édifice est reconstruit au XVIIIe puis au XIXe; un petit clocher-mur remplace l'ancien clocher.
Photos intérieures : http://www.eglises-en-charente-maritime.fr/ile-d'aix_eglise_saint-martin.ht…

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Martin
Siécle de l'édifice: XIe-XIIe-XVe-XVIIIe-XIXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non



Crédits : Photos de Bernard AUFRERE pour http://clochers.org


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Mar - 00:24 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Poitou-Charentes -> Clochers de Charente-Maritime Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com