Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Cléry-saint-André (45370)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Ven 18 Fév - 15:41 (2011)    Sujet du message: Cléry-saint-André (45370) Répondre en citant

Collégiale Notre-Dame de Cléry

En 1280 est découverte dans un champ près de Cléry une statue de la Vierge. Les habitants de Saint-André la portent dans la chapelle des seigneurs de Cléry. Des miracles s'y opèrent en grand nombre, tant et si bien que Simon de MELUN, seigneur de Cléry, fonde à sa mort 5 prébendes canoniales, embryon d'un futur chapitre. En novembre 1300, avec l'assentiment de Philippe IV le Bel et Bertrand de Saint-Denis, évêque d'Orléans, la collégiale est fondée. Le roi se place sous la protection de Notre-Dame de Cléry et ajoute 5 autres prébendes canoniales, portant à dix le nombre de chanoines. Il donne aussi une cloche. En 1302, Renaud de CHAMPERDON, curé de Saint-André, est élu doyen du chapitre par ses pairs en 1302.

En 1339, Philippe de Valois pose la première pierre de la première église. En-dehors de son clocher, sur le côté nord, cette église est détruite vers 1428 par les troupes de Salisbury. Le 11 juillet 1360, Regnault de Graçay, seigneur de Cléry, donne le four banal au chapitre de Cléry et fonde en 1370 deux messes ç dire à Notre-Dame, chaque semaine, et une autre dans la Chapelle de saint Jean en cette même église, à dire le 24 juin de chaque année.

Le 15 août 1443, le dauphin Louis XI assiège Dieppe, tenue par les anglais. La bataille est si rude qu'il fait solennellement le voeu de rebâtir l'église ruinée de Cléry si les ennemis sont repoussés. Le soir venu, la citadelle est enfin prise. En 1446, Louis XI envoie à Cléry une lampe d'argent valant 100 écus et y fait porter le 14 juillet une somme de 12 000 écus d'or pour la reconstruction de l'église, sur laquelle veille Dunois, compagnon de Jeanne d'Arc. En 1450, les tailleurs de pierre sont à l'oeuvre sur le portail nord, dit des Chandeleurs, édifié en 1449. En 1471, Louis XI prévoit une nouvelle fronde seigneuriale et accourt à Cléry se recommander à la Sainte-Vierge. Là, en présence de tout le Chapitre réuni et de la Cour, le doyen se lève et pour la première fois en France, récite l'Angélus de Midi, au son des clioches. Le 27 juin, une ordonnance royale consacre cette coutume pour toute la France.

Un marché du 8 novembre 1467 attribue l'exécution des verrières de la chapelle des Dunois-Longueville à Nicolas le Cointe, <<verrier demeurant à Paris [qui] confesse avoir prins à faire de hault et puissant seigneur Monseigneur le Comte de Dunois, en la chapelle qu'[il] fait édifier en l'église Notre-Dame de Cléry, quatre formes de verrières, à telz personnages et de telle façon qu'il plaira à mondit seigneur diviser et ordonner, le tout bon et convenable et enrichy de tabernacles et de couleurs [...] Sur lequel pris sera et délivré audit Nicolas la somme de XXX [30] écus d'or par Denis LE BRETON, marchand demeurant à Paris>>.

En 1472, les travaux de la collégiale s'achèvent, mais la négligence d'un ouvrier zingueur déclenche un incendie qui se communique aux charpentes. La toiture s'effondre, emportant les voûtes et faisant éclater les verrières sous l'effet de la chaleur. Louis XI fait repartir les travaux de plus belle; les verrières de la chapelle de Longueville, citées ci-dessus, sont probablement réparées par le maître-verrier GOLDAF, originaire d'Utrecht, et fixé en Orléans depuis 1459. Le roi fait de Cléry sa chapelle royale. Sixte IV, pape, lui accorde ainsi qu'à ses successeurs le rang de Premier chanoine de la collégiale de Cléry. Le chapitre est formé de 10 chanoines résidents, auquels s'ajoutent deux chanoines non résidents pris parmi les vicaires généraux du diocèse par l'évêque d'Orléans, deux vicaires capitulaires pour suppléer aux chanoines absents et dix chapelains. Quelques cures de Normandie sont affectées au chapitre de Cléry afin de fonder les bénéfices des chanoines et des autres bénéficiaires. La nouvelle collégiale a 77 m 90 de long, 23 m 40 de large, dont une grande nef longue de 65 m et large de 9 m 50. La hauteur sous voûte atteint 26 m 90, et le faîte est à 37 m 40 de haut.

En 1510, le petit clocher est refait, une croix neuve de 18 pieds est posée, surmontée de l'ancien coq. En 1516, Jean HOYAU, menuisier en Orléans, pose les boiseries des grandes et petites orgues. Cette même année Guyon HERBY passe un marché pour la refonte des deux cloches Marie et Guillaume. Le jour de la Pentecôte 1518, sont bénies quatre statues représentant Sainte-Barbe, Saint Jérome, Saint Claude et Notre-Dame. Ces quatre statues, jadis situées dans la chapelle sainte-Barbe, ont toutes disparu. En 1521, la chapelle Saint-Sauveur, fondée par le chanoine Pierre POTIER, est achevée en 1521. La chapelle Saint-Jacques, chef d'oeuvre architectural du gothique flamboyant, est construite de 1518 à 1521 par Gilles de PONTBRIAND. Le portail des Chandeleurs est embelli en 1520 par ce même homme et sert de vestibule des pélerins. Une prétendue "restauration" le fait disparaître en 1820. En novembre 1544, François Ier autorise le chapitre et la ville à enclore l'église et le gros des maisons avec des murs, fossés et fortifications. Les travaux sont finis en 1546, Cléry compte alors 154 maisons.

En 1562, l'église est pillée par les Huguenots : les vases sacrés, les ornements, le tabernacle furent enlevés, la toiture, les charpentes, les orgues brûlés, les vitraux brisés. Les chanoines réussirent à mettre à l'abri le trésor, en l'enfouissant non loin de la collégiale. Les stalles d'Henri II et les portes échappèrent à la destruction, mais les titres et archives du Chapitre sont brûlés. En 1567 le pillage achève la ruine et le Chapitre se réfugie en Orléans, où il reçoit en 1570 l'autorisation de dire la messe. En janvier 1578, Henri III donne 1000 écus sur sa cassette personnelle et impose une contribution aux chevaliers de l'ordre du saint-Esprit qu'il venait de créer : chaque chevalier était tenu de payer l'un des vitraux de l'église de Cléry. A partir du 9 mars 1584, il fait depuis Paris un pélérinage à pied, jusque Cléry. La même année, les arcades de l'abside sont obstruées par l'édification d'un retable monumental en bois doré, encadrant un tableau de la Résurrection et << au-dessoulz un tabernacle de la hauteur de sept pieds>>. L'autel, sous la table duquel était sculpté le Trépas de la Vierge, était surmonté d'un baldaquin porté par quatre colonnes en cuivre doré, semées de fleurs de lys ciselées. Un riche jubé fut élevé, et on plaça tout en haut la statue de Notre-Dame, afin de mieux l'exposer à l'adoration des fidèles.

En 1631, le Trésor de l'église est pillé nuitamment, la Sainte-Epine, détachée par Loui XI de la couronne d'épines conservée à la Sainte-Chapelle et donnée à Cléry vers 1472, disparaît à cette occasion. Le chapitre connaît un lent déclin au XVIIIe, malgré le rétablissement de la confrérie de l'immaculée Conception le 6 septembre 1754 et l'établissement en 1775 de trois foires au profit du Chapitre, le 18 février, le 8 juin et le 28 novembre. Une tempête abat la flèche du clocher en 1710, le 22 décembre. En 1760, les chanoines sont mêmes conduits à vendres une partie de leurs bénéfices et biens fonciers afin d'acquitter certaines créances et faire des réparations importantes.

Par la loi du 9 novembre 1790, le Chapitre est dissous. Le 13 et le 14 juillet 1792 a lieu l'inventaire des biens précieux du chapitre, dont un soleil et un ciboire de vermeil, deux calices d'argent, deux custodes, deux cases pour les Saintes Huiles, deux couronnes d'argent pour la statue de Notre-Dame, une croix de procession, un encensoir et sa navette, 72 coeurs et croix d'argent, les derniers ex-votos visibles. Les archives et titres de propriété sont emportées et brûlées. Les autels, les retables et les boiseries du choeur sont enlevés. Le jubé et le mausolée de Louis XI sont brisés, les ferrures des portes arrachées, les clefs de voute grattées ou martelées. Les murs du cloître sont démolis et les maisons canoniales vendues. La municipalité réussit néanmoins à sauver l'église, condamnée à être détruite, en lui confèrant le 29 janvier 1791 le statut d'église paroissiale. En 1793, en pleine Terreur, la municipalité s'entend avec un dénommé PEYNEAUD pour réparer la toiture et le carrelage et faire un piédestal à la statue de Notre-Dame, naguère exposée sur le jubé.

Le 7 juillet 1808, la feête patronale de Cléry est avancée du 8 décembre au 8 septembre, par décision du conseil de fabrique présidé par le curé réfractaire BERNARD, caché de 1792 à 1801 dans sa paroisse. M. Bernard meurt en 1816 et fait un don de 7000 francs à sa paroisse pour avoir à perpétuité, le jour de son décès, un service solennel et une messe basse pour le repos de son âme. Le 25 septembre 1816 M. Nicolas SAGET devient curé de Cléry. Il réussit à reconstituer le monument funéraire de Louis XI, dont certaines pièces sont parvenues à Paris, dans la collection de M. LENOIR. Le monument restauré est inauguré le 13 septembre 1818. Vers 1820, des travaux dirigés par l'architecte orléanais M. PREVOT-HERSANT sont faits pour 33 989 francs 67 centimes (dont 19 000 F payés par le Trésor et 8 000 par le Roi Louis XVIII). Le 19 décembre 1824, la chapelle Dunois est donnée aux Soeurs de la Croix, pour la confrèrie de la Sainte-Vierge. En 1857 a lieu le premier pélérinage paroissial : la paroisse de Saint-Ay se rend en grande pompe à Cléry. En 1863, un très grand pélérinage à l'occasion du couronnement de Notre-Dame de Cléry attire une grande affluence. L'abbé RIVET fonde en 1866 l'oeuvre des Vocations Sacerdotales, dont une maison est implantée de 1868 à 1892 à Cléry et forme une maîtrise de belle qualité. En 1887, un bourdon de 1330 kg, sonnant le do dièse et nommé Marie-Gabrielle, est inauguré. Il rejoint dans le clocher trois autres petites cloches sonnant le fa dièse, le sol dièse et le la dièse, fondues en 1843.

La chapelle Dunois a été restaurée au siècle dernier et est aujourd'hui la chapelle du Saint-Sacrement. Les culots en-dessous des départs des voûtes, à têtes de personnages ventrus et armoiriés, sont intéressants. Au-dessus de l'actuelle sacristie se trouve l'ancienne Bibliothèque, ou Louis XI montait pour entendre la messe. L'escalier en pierre qui y mène a un noyau évidé et est donc très intéressant; il a été conçu ainsi car le Roi craignait les complots politiques, fréquents à l'époque; or, un escalier en colimaçon, étroit et donnant peu de visibilité à celui qui monte, est un lieu idéal pour commettre un régicide. C'est pourquoi l'escalier de Cléry est large et n'a pas de colonne centrale, ce qui lui confère une structure plus courbe et donne plus de visibilité à celui qui monte (ou qui descend). La chapelle Saint-Jacques sert de dépot lapidaire et est habituellement fermée, mais on peut demander au sacristain de l'ouvrir. Les voûtes asymétriques de cette chapelle et ses nombreuses sculptures méritent la visite.

Sources :

- Les grands pélérinages de France : Notre-Dame de Cléry, Lucien MILLET, 1926.
- Trois notes archéologiques relatives à Cléry, E. JARRY, Orléans, 1910.


Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Notre-Dame de Cléry
Siécle de l'édifice: XIVe-XVe-XVIe-XIXe
Forme des 2 clochers : clocher-porche à bâtière et lanternon
Position des 2 clochers : latéral et sur le toit côté ouest
Clocher en péril : non

Photos (5+100) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (5) :

façade
clocher
côté nord
chevet
côté sud

Photos de l'intérieur de l'église : http://lfdc45.canalblog.com/albums/collegiale_de_clery_saint_andre/index.ht…


Dernière édition par Admin le Mar 22 Fév - 23:30 (2011); édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 18 Fév - 15:41 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Ven 18 Fév - 15:52 (2011)    Sujet du message: Cléry-saint-André (45370) Répondre en citant

Chapelles privées


Chapelle du château du Mardereau, sur la route de Mézières. Le château, entouré de douves en eau, date des XVIIe et XVIIIe siècle. Les communs en fer à cheval datent du XVIIIe, la ferme, une grande longère, des XVIIe et XVIIIe. Le moulin, à l'ouest du château, des XVIIe et XIXe siècles; il est accessible par un gué carrossable. La chapelle a été construite tout au nord du parc au XIXe. Elle est encadrée par deux pavillons qui borde une sorte de douve devant la façade de la chapelle. Le parc s'étend de l'autre côté du ruisseau, en remontant la pente presque jusqu'au niveau du bourg. La chapelle se trouve tout en haut, non loin d'une grosse glacière du XVIIIe siècle.

Type d'Edifice: Chapelle privée
Nom de l'Edifice : du château du Mardereau
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (5) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

le château

la chapelle


Chapelle du château de l'Emerillon, sur la route de Jouy. Le château, les communs et la chapelle datent du XVIIe; la façade ouest du château a été remaniée au XIXe.





Patrimoine religieux disparu

Ancienne église Saint-André de Huisseau. Cette église est fondée dans le village de Saint-André, situé sur l'ancienne voie romaine de Blois à Orléans, route qui est abandonnée au XVIIIe au profit de l'actuelle nationale, passant par Cléry, plus au sud. Le curé de Saint-André était nommé par l'abbaye de Micy, à partir de la fondation de la collégiale, il est chanoine de Cléry, de droit. Jusqu'à la Révolution, Saint-André est l'église paroissiale de Cléry. Le 29 janvier 1791, afin de sauver la collégiale qui était condamnée à la destruction, la municipalité réussit à lui faire confèrer le statut d'église paroissiale. Saint-André, sacrifiée, est donc détruite.

Ancien prieuré des Bonshommes, fondé vers 1199 par Hécelin de LINAIS, les 5 religieux recevant en propriété les terres où ils s'étaient fixés. En 1202, la moitié du droit du four banal de Cléry, quatre arpents de prés, terres et vignes et un muids de vin blanc pour la messe leurs sont cédés. Hugues de Meung y ajoute un étang et un moulin en 1206. Le musée d'Orléans conserve la dalle de la "Grande Jeanne" (de Mornay) qui était inhumée à la fin du XIIIe dans la chapelle du prieuré.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:43 (2017)    Sujet du message: Cléry-saint-André (45370)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com