Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Bruyères-le-Châtel (91680)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de l'Essonne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 22:22 (2011)    Sujet du message: Bruyères-le-Châtel (91680) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Didier

Le bourg est mentionné dans une charte datée de 670, par laquelle dame Clotilde y établit un monastère de filles. Les deux premiers seigneurs de Bruyères attestés sont Hugues et Thomas, le premier étant cité dans une charte datée de 1090. Philippe Auguste donne la seigneurie en 1204 aux Frères hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, dont les seigneurs locaux sont les vassaux.

L'église a été élevée à partir du 1070, avec un prieuré dépendant de l'abbaye Saint-Florent de Saumur. En août 1734, les biens du prieuré saint-Didier sont transférés aux religieuses de l'abbaye Notre-Dame de la Saussaye, par lettres patentes du roi Louis XV.

Le bas-côté est la partie plus ancienne, et fut de style roman, bien que ses voutes furent surbaissées lors de l'adjonction de la nef au XIVe. Le transept droit fut jadis la chapelle seigneuriale de la Vierge, et a été agrandi au XVe. Le choeur à cinq pans (XIVe, agrandi au XVIe) est orné en son centre d'un oculus représentant Dieu le Père, tandis que les baies des quatres autres pans représentent chacune l'un des quatre évangélistes. La chapelle saint-Vincent, saint patron des vignerons, occupe le transept nord (XVe). Sur les murs de l'église et de la nef, à environ 4 mètres du sol, se déploie la litre funéraire de Joachim Le Mairat, seigneur de Bruyères, auquel le privilège de peindre cette large bande noire frappée de ses armoiries avait été accordé en 1755.
Au cours du XIXè siècle, la Confrérie de Sainte-Claire contribua à redonner à l'église son ancienne splendeur. En 1851, un porche rustique a été rajouté pour protéger le portail Renaissance.

Le clocher est en cours de restauration, sous supervision des Monuments Historiques. Les parements et les enduits des murs du clocher seront restaurés et repris, la charpente du clocher et le plancher des cloches reconstruits, la face nord rouverte et pourvue d'abat-sons. Ce clocher à trois niveaux, de style roman, est sans doute la partie la plus ancienne. Le beffroi abrite l'unique cloche, rescapée de la Révolution. En 1793, deux autres furent descendues. Celle-ci date de 1682 et fut classée aux Monuments Historiques en 1944.

Dans la Chapelle de la Vierge se trouve un retable du XVIIIe. Il encadre un autel et son tabernacle de bois sculpté, offerts par Alexandre Charlet, et est orné d'un tableau représentant Le mariage mystique de sainte Catherine d'Alexandrie, copie d'une oeuvre conservée au Louvre, peinte au XVIe siècle pour le couvent de Saint-Marc à Florence, par Fra Bartolomeo, peintre italien de l'ordre des Dominicains. Le tableau est entouré d'un cadre à coquilles du XVIIe siècle et flanqué par deux statues de bois. Le fronton porte cette inscription : Autel Privilégie à Perpétuité 1865. Dans la nef, la chaire date de 1721 et est payée par les marguiliers de la paroisse, tout comme le banc d'oeuvre.

On peut aussi voir deux gisants, qui représentent Marguerite de Bruyères, dame des Bordes, et sa belle-fille, Jacqueline de Beauvais. Marguerite de Bruyères, dernière descendante des premiers seigneurs de Bruyères-le-Châtel, émit le voeu en 1416 d'être inhumée dans la chapelle seigneuriale aux côtés de son fils, mort en captivité lors de la Croisade entreprise à la fin du XIVe par les ducs de Bourgogne pour secourir les Hongrois, aux prises avec les Turcs. Près de lui devait reposer sa jeune épouse morte un an après. Trois gisants recouvrirent alors les corps.
A la Révolution, ces statues furent martelées et relégues en-dehors de l'église, jusqu'à ce que un châtelain les mette à l'abri dans la chapelle Notre-Dame. En 1998, ces statues ont été redécouvertes fortuitement, et remises dans l'église, non pas à leur ancienne place, mais à un emplacement qui ne gêne pas le culte. Les corps des seigneurs reposent toujours sous les dalles du transept sud.
On peut voir dans l'église plusieurs autres dalles funéraires de seigneurs et châtelains, du XVIIe au XIXe siècles. En outre, plusieurs fragments de verrières, reconstitués au XIXe, datent du XVe. La clef de voûte de la croisée du transept pourrait dater du XIIIe siècle.


Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Didier
Siécle de l'édifice: XIIe-XIVe-XVe-XVIe-XIXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher: latéral
Clocher en péril : non

Photos (33) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (5) :

façade
côté nord
clocher
chevet
côté sud

Intérieur (28) :

grande nef
bas-côté

chapelle des fonts
plaques funéraires
litre funéraire (1755)

gisants (XVe)
porte du clocher

plaques funéraires sur le mur nord

le transept nord et son vitrail
la chaire

le choeur et ses vitraux

transept sud
retable de la chapelle de la Vierge
vitrail du transept

vue vers l'entrée
boiseries

harmonium sur la tribune
vue de l'église depuis la tribune


Chapelle

Chapelle Notre-Dame du château : elle existe depuis le XIe et est confirmée à l'abbaye Saint-Florent en 1070, avec l'église. La chapelle est le centre d'une paroisse jusqu'en 1754, date à laquelle elle devient simple chapelle. Elle est profanée en 1649.

Le plus ancien document mentionnant l'existence du château de Bruyères-le-Châtel est la charte de l'abbaye de Saint-Florent de Saumur, qui date de 1070. Il a été construit sur les ruines d'un ancien monastère de religieuses établi vers 670, dont ne subsiste au XIè siècle que la chapelle Notre-Dame. De cette forteresse appartenant au système de défense de la région parisienne, et élevée sur une éminence naturelle qui domine le village, il ne reste que très peu de vestiges.
De nouvelles fortifications sont édifiées au XIVè siècle, dont subsistent la poterne d'entrée avec les tourelles, les machicoulis et les traces de la herse d'un pont-levis. Le premier seigneur mentionné est Hugues de Bruyères, au début du XIIIè siècle. A partir de 1457 le domaine appartient à la famille de la Rochette, pour un siècle.

En 1676, Louis XIV érige la baronnie de Bruyères en marquisat, en faveur de Louis de l'Espinette Le Mairat qui réaménage le château et le parc. Le marquis de Castries en devient propriétaire en 1785 et y établit une maison de retraite pour la gendarmerie dont il est le commandant. Les fortifications sont rasées en 1793 et le nouveau propriétaire fait abattre les arbres du parc. Il faut attendre 1820 pour que le baron Charlet, secrétaire de la duchesse d'Angoulême, réorganise le domaine. Divers propriétaires se succèdent au XIXè siècle sans apporter des changements notables. En 1908, M. Lenoir restaure la chapelle dans le style néo-gothique et fait construire un péristyle à colonnes devant le corps de logis. La dernière propriétaire, Mme Wallut, lègue le château en 1958 à l'Association pour l'aide aux jeunes garçons infirmes gérée par l'Ordre Hospitalier des Frères de Saint-Jean de Dieu.

Des gravures du château ont été réalisées en 1825. A l'époque, la chapelle était plus longue qu'aujourd'hui, constituée de deux travées inégales, et bâtie dans le style gothique. Elle a été raccourcie en 1908 et ses deux travées ont été égalisées. Elle est collée à la poterne du château, qui a perdu au début du siècle son niveau supérieur ajouté au XVIIIe. A l'intérieur de la chapelle, les décors peints sur les piliers et la voûte datent de 1908, ainsi que les fresques et peintures sur le pourtour du choeur, à mi-hauteur. Les stalles peuvent être antérieures.

Dossier de l'Inventaire Régional des Monuments Historiques : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA91000205/inde…

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Notre-Dame
Siécle de l'édifice: VIIe-XIe-XVe-XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

la poterne V le choeur de la chapelle


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 22:22 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de l'Essonne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com