Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Salbris (41300)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loir-et-Cher
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mar 25 Jan - 12:05 (2011)    Sujet du message: Salbris (41300) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Georges

Le nom de Salbris fait allusion à un passage sur la Sauldre (SALERA BRIVA, dans la langue gauloise) plutôt un gué qu'un pont d'ailleurs. Son histoire commence à l'époque celtique. La voie romaine de Meung-sur-Loire à Bourges passait à Salbris.

La première mention de Salbris date de 855, comme prieuré-cure de l’abbaye Saint-Sulpice de Bourges; lorsque le prieuré cessa son activité, le curé devint locataire des biens appartenant toujours à l'abbaye Saint-Sulpice et porta le titre de prieur-curé. En 1751, le montant des revenus du prieuré s'élève à 208 livres 4 sols. L'actuelle église est bâtie entre le XIIe et le XIVe siècle. Le carré du transept est la partie la plus ancienne (XIIe), tandis que la nef est un ajout du XIVe. La nef pourrait dater du XIVe siècle. Les chapelles constituant les bras du transept ont été ajoutées au XVIe siècle, tout comme le caquetoir, grand porche en charpente abritant les conversations des paroissiens l'hiver, aux sorties des messes, celui-ci avait été détruit au XIXe, puis rebâti à la fin du XXe. La partie la plus remarquable est le chœur, datant également du XVIe siècle, achevé en 1625. Il est plus haut que le reste de l'édifice, ce qui semble indiquer que l'on a eu l'intention de reconstruire toute l'église dans le même style; mais les guerres de Religion mirent fin sans doute à ces pieuses intentions.
Au fond du chœur a été érigé en 1684 un retable de style classique en pierre et en marbre, décoré des statues de Dieu le Père, saint Georges et saint Joseph; cette éréction est sans doute faite aux frais de quelque seigneur de la paroisse ou autre riche paroissien. La partie centrale est occupée par une Pieta du début du XVIIe siècle, provenant de l'abbaye Saint-Sulpice de Bourges, et acquise par le curé en 1791. Le maître-autel de pierre date du début du XVIIe siècle et provient des Carmes de Bourges.
Le 4 juillet 1841, la nef s'effondre, entre la messe du dimanche et les vêpres, heureusement, sans faire de victimes. Pour sa reconstruction, la mairie fait l'acquisition de plus de 2 millions de briques.

Sous la Révolution, en brumaire 1794, l'église est occupée par un détachement de dragons avec leurs chevaux. Le banc d'oeuvre était devenu un ratelier et l'avoine était mise dans le bénitier. Le culte fut interrompu peu après car le comité révolutionnaire voulut obliger le curé constitutionnel, l'abbé Bézard, à célébrer la messe le décadi (10e jour de la semaine révolutionnaire) et non le dimanche (7e jour). Le curé partit travailler à Romorantin dans une imprimerie. Quelques mois plus tard, ses paroissiens allèrent le chercher là-bas et le ramenèrent triomphalement en charette à Salbris. L'abbé Bézard mourut en 1829 et fut, selon ses voeux, enterré dans la chapelle ND de Pitié.

Lithographies : le retour de l'abbé Bézard et ses funérailles :


Le 25 janvier 1814 a lieu un événement extraordinaire : le pape Pie VII, revenant de captivité à Fontainebleau où Napoléon l'avait retenu, passe par Salbris. La population accourt. Il bénit le mariage de la nièce de l'abbé Bézard, Magdeleine DAYES, avec Jacques-Antoine LAFOND, régisseur de la terre de la Ferté-Imbault.

La flèche élancée actuelle, construite en 1991, remplace un clocher très trapu, à toiture pyramidale en mauvais état, qui lui-même succèdait à un clocher abattu par un "vent impétueux" en 1751. En 1991 également, une quatrième cloche, Madeleine, bénite en 1991 (350 kg, Si bémol, Bollée) est allée rejoindre les trois autres. La plus ancienne d'entre elles date de 1738 et est couronnée d'une devise latine "Deum laudo, festa decoro, plebem convoco, tempestatem fugeo, mortuos deploro" (je chante la gloire de Dieu, j'embellis les fêtes, j'apelle le peuple, j'éloigne la foudre, je pleure les morts).

Ancien clocher de l'église :


Les culs-de-lampe sous les départs des voûtes sont scultés; trois figurent les rois Mages. L'escalier d'accès au clocher, dans le transept nord, porte sur son linteau une inscription : DPP 1666 I BARRE 1670. L'église a été entièrement revoûtée au XIXe; les vitraux et le gros du mobilier ont été remplacés à la fin du XIXe ou au début du XXe. Un lustre date du XVIIe. (voir : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR24/IM41000623/inde… ) La chaire, scultée par P. BRAECKE, date du début du XXe. Dans la chapelle nord, les clefs de voûte portent les armoiries de la famille d'Estampes, seigneurs de la Ferté-Imbault et de Salbris, et celles de la famille de Passac, seigneurs du Chesne.
Au début de la nef, deux chapiteaux sculptés : à droite, une figure d'homme, à gauche, un visage de femme. Ils sont probablement la survivance d'une ancienne coutume qui voulait qu'à la messe, les hommes soient rangés à droite de l'église, et les femmes à gauche.

Dossier de l'Inventaire Régional du Patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR24/IA00012008/inde…

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Georges
Siécle de l'édifice: XIIe-XIVe-XVIe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : sur le toit du choeur
Clocher en péril : non

Photos (16) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (5) :

façade et côté nord
caquetoir
coté sud
chevet

Intérieur (11) :

vue de la nef
un vitrail

le transept nord et son vitrail

chapelle latérale gauche
choeur
maître-autel
chapelle latéral droite

le transept droit et son vitrail
vue de la nef depuis l'autel


Chapelle

Chapelle Notre-Dame de Piété, à 800 m au sud de l'église, rue de la Chapelle. La chapelle, qui daterait du début du XVIIe siècle, possède un retable de bois, également du XVIIe siècle, décoré d'un groupe sculpté et d'une peinture figurant tous deux la Vierge de Pitié. Un bénitier date du XVIe et une Vierge à l'Enfant assez fruste, du XVIIe. Une légende, dite du Bouaire, est attachée à cette chapelle (cliquez sur l'image pour la découvrir) :



La chapelle Notre-Dame de Pitié (ou des Sept-Douleurs) était, encore au XVIIIe siècle, un sanctuaire à répit (voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanctuaire_à_répit), où certains parents apportaient le cadavre d'un enfant mort-né, dans l'espoir que la Vierge lui redonnerait vie pendant quelques instants, le temps de lui conférer le baptême et ainsi de lui permettre d'entrer au paradis. Les registres paroissiaux de Salbris ont consigné trois de ces répits en 1709, 1724 et 1726. Le 19 juin 1724, en plus de la famille de l'enfant mort-né, cinq hommes de Salbris sont présents, dont les deux vicaires de la paroisse, plus un chanoine de la Ferté-Imbault. La miséricorde de la Vierge se manifeste après les prières qui lui sont adressées en faveur du fils né le 17 de Pierre SINION et de Gabrielle LECONTE : " [i]Nous avons vu avec les tesmoins, ledit enfant changer de couleur, plusieurs fois pousser un souffle sensible et remuer les lèvres et particulièrement la lèvre supérieure qui grossit, lesquelles marques que nous observâmes et fîmes observer par les assistans et témoins cy-dessous nous engagèrent à confèrer le saint baptême audit enfant qui changea de couleur encore après et parut plus vermeil et plus blanc qu'à l'ordinaire."[i]

La chapelle fut restaurée vers 1818 sous l'impulsion de l'abbé BEZARD, qui demanda à y être inhumé. Aujourd'hui, une plaque insérée dans le dallage rappelle son souvenir : [i]"Vieillards, c'était pour vous un frère / Pleurons tous l'ami qui n'est plus / Pleurez, enfants, pleurez un père / Pleurez soixante ans de vert"[i]

Au XIXe siècle, la Vierge de Salbris était en grande vénération pour les femmes enceintes ou en couches, ou pour les malades à l'extrémité. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, on y conduisait les enfants en langueur ou convulsionnés. La procession du dimanche des Rameaux y allait encore dans les années 60 du XXe siècle.


Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : ND de Piété
Siécle de l'édifice: XVIIe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : sur le toit
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
coté sud
chevet
coté nord


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 25 Jan - 12:05 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loir-et-Cher Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com