Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chapelle-saint-Mesmin (La) (45380)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 2 Jan - 21:52 (2011)    Sujet du message: Chapelle-saint-Mesmin (La) (45380) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Mesmin

L'église est fondée sur le lieu d'un exploit attribué à Mesmin, abbé de Micy, qu'il a fondée au début du VIe siècle. Il aurait terrassé un dragon qui était dans la grotte sous l'église, en traversant la Loire, un tison enflammé à la main. Le thème du dragon, image du Mal, est fréquent aux Ve et VIe siècles. C'est le moment où l'effondrement de l'Empire Romain amène une reprise de l'influence des religions celtiques. Il est probable que des druides se soient réunis dans cette grotte, dite de Béraire. Le tison enflammé de saint Mesmin symbolise la lumière de l'Evangile qui réussit à chasser de la grotte et du pays l'ancienne religion considérée comme maléfique.

Quoi qu'il en soit, Mesmin meurt en 520 et demande à être enterré dans la grotte du dragon. Son tombeau devient un lieu de pélérinages et des miracles s'y produisent, par exemple la conversion de saint Ay, ou Agylus, notable d'Orléans. Il avait un esclave qui commit une faute grave; voulant échapper à la colère de son maître, il se réfugie auprès du tombeau de saint Mesmin, bénéficiant ainsi du droit d'asile. Les gens qui le poursuivent n'osent pas entrer dans la grotte; Ay voit cela, fou de colère, menace de faire un exemple. Il avance, l'épée à la main, mais parvenu auprès de la grotte, son cheval s'arrête et Ay lui-même se sent lui-même frappé de paralysie. Alors, comprenant sa faute, il supplie saint Mesmin de lui rendre la santé et fait le voeu de construire une église au-dessus de la grotte. Ay tient sa promesse.

Un bourg se forme autour de l'église. Deux autres abbés de Micy, Saint Théodomir et saint Mesmin le Jeune, sont enterrés dans la grotte. Une nécropole se forme autour de l'église; des sarcophages des VIe et VIIe siècle sont retrouvés lors de fouilles faites au nord de l'église en 1991-92. Mais le tout, bourg et église, est dévasté par les Normands vers 856, puis 866. L'abbaye de Micy elle-même est en ruines.

Dès le début des invasions, les abbés de Micy quittent le bas-pays et se réfugient à l'est, dans les terres. Vers 956, ils reviennent à Orléans où ils acquièrent la petite propriété de Saint-Mesmin de l'Alleu, où ils érigent une église. Vers l'an 1000, les moines rebâtissent une église à la Chapelle Saint-Mesmin, avec des matériaux plus anciens trouvés sur place. De cette époque nous est parvenu le portail en plein cintre, formé d'un appareil décoratif où claveaux pentagonaux et losangés s'engrènent les uns dans les autres en trois rangées, celle du milieu étant formée par les losanges.

Pendant les combats de la Guerre de Cent Ans, l'église est brûlée. Les Chapellois la remettent en état dans la seconde moitié du XVe. En 1456, Charles d'Orléans leur accorde, pour les aider, la valeur de 10 livres tournois de bois à prendre dans la forêt d'Orléans et une somme de 10 livres tournois. En 1493, les reliques de Saint Mesmin sont transportées d'Orléans en l'église Saint-Etienne de l'abbaye de Micy. Quand quelque fléau menace, les paroisses voisines demandent à l'abbaye de transporter quelques temps dans leurs églises les reliques de leur saint patron, ce qui ne leur est jamais refusé.

Dans les années 1560, les Huguenots s'acharnent sur l'abbaye de Micy, jettent au feu et éparpillent les reliques de saint Mesmin. L'église de la Chapelle est brûlée une fois de plus. En 1570, les moines ruinés vendent leurs possessions de la rive nord de la Loire. Les terres de la Chapelle deviennent possessions du chapitre de Sainte-Croix. De plus, les crues de Loire menacent le coteau sur lequel est bâtie l'église. Pour le consolider, les ingénieurs de Sully édifient un mur de soutènement, bouchant au passage la grotte du Dragon sans que personne n'ait l'air de s'en soucier.

En 1755, les Chapellois entreprennent des travaux : le clocher est mis en communication avec l'église, tandis que la porte extérieure sur la place est bouchée, une nouvelle fenêtre est installée pour éclairer le bas-côté nord, le bas-coté de la Sainte-Vierge est rallongé pour être aligné avec la façade.

En 1793, l'église est fermée et devient un entrepôt à salpêtre. Les théophilatropes s'implantent à la Chapelle-saint-Mesmin pendant la Révolution, ainsi qu'à Chaingy. La Théophilantropie est un culte né pendant la Révolution française, qui voulait trouver une alternative à la déchristianisation en proposant le culte d’une religion « naturelle », avec les « Amis de Dieu et des hommes ». Cette religion est interdite en 1803 et dépérit rapidement, sauf dans l'Yonne.

En 1797 ou 1798, l'église est rendue en triste état à la commune, comme l'atteste un écrit des citoyens chapellois à leurs élus :

<<Les citoyens de la commune de la Chapelle St Mesmin aux membres composant l'administration municipale [...] CITOYENS, lorsque la convention nationale rendit par un décret la liberté des cultes, les habitants de cette commune en conséquence de cette loy bienfaisante firent la demande à l'ancienne municipalité de l'édifice qui de tout temps avait servi à cet usage et le pria en même temps de constater l'état où il se trouvait alors. L'ancienne municipalité se rendant aux vues de ses concitoyens leur accorda bien l'édifice, mais ne constata point l'état où il se trouvait. Les salpêtriers de la République y ayant fait pendant quelques temps leur travail, en détruisant les vitres, la couverture, le pavé, les portes et les serrures et la laissèrent dans le plus mauvais état, sans y faire la moindre réparation.
En conséquence, les habitants de cette commune soussignés vous prient de vouloir bien nommer un ou plusieurs membres choisis dans votre sein afin de constater l'état où se trouve le dit édifice. La justice de leur demande leur est une garantie que vous la prendrez en considération le plus tôt possible et y ferez droit.
Salut et fraternité.
François Bezançon, François Daudin, Michel Renault, Jean Cochon, Charles Grossier, Deshaies le jeune, Jean Renault, René Dupré, Germain Mothiron, André Plotard, André Plotard (père), Laurent Daudin, Jean Deshaies, Pierre Grossier, Laurent Grossier
.>>

Sous le Premier Empire, le château de la Chapelle est habité par Melle Raucourt, une tragédienne célèbre. Elle aide la paroisse par diffèrents dons et offre en 1813 la belle Vierge de bois doré qui se trouve toujours dans l'abside sud. En 1844, des fenêtres sont percées, une au nord près du clocher, deux dans la nef de la Vierge, les autres sont agrandies. La voûte de la grande nef est surbaissée, bouchant les fenêtres du haut; les nefs latérales sont plafonnées à plat. Ces voûtes sont démontées et les fenêtres rouvertes en 1863/4; l'église restaurée est bénite par Mgr Dupanloup. En 1869-1871 un nouveau clocher, plus élancé, est construit. La cloche Mesmin, refondue en 1833 à partir d'une cloche plus ancienne, rescapée de la Révolution, y trouve sa place. Deux autres cloches, Jeanne-Marie et Françoise-Paule la rejoignent en 1874.

La grotte du Dragon est retrouvée par l'archéologue chapellois Ernest PILLON à la faveur de la crue de Loire de 1855. Il décrit la grotte en ces quelques mots : " Au centre on rencontrait deux gros piliers de maçonnerie, un long mur de pierres sèches laissait découvrir de loin en loin quelques traces de construction mérovingienne. A la base des parois on dégagea un petit banc caractéristique taillé dans le tuf et que l'on retrouve toujours dans l'enceinte des grottes celtiques. La grotte retrouvée est restaurée en 1857 et inaugurée par l'évêque d'Orléans le 13 juin 1858 et la croix de Micy, érigée en face avec les dernières pierres de l'abbaye.

Dans l'église, les vitraux modernes sont l'oeuvre de l'atelier orléanais GOUFFAULT. Ils racontent l'histoire de l'abbaye de Micy depuis sa fondation par Clovis jusqu'à la mort du dernier abbé, Chapt de Rastignac, victime des massacres de septembre 1792. L'un d'eux perpétue le souvenir du petit séminaire. L'orgue romantique est un don de Mme GRAMAIN, propriétaire du château de l'Ardoise. Cet orgue à transmission pneumatique, construit par le facteur d'orgues ANNESENS en 1897 a été restauré par Marie-Claire ALAIN en 1979.

Source : Brochure l'Eglise de la Chapelle Saint-Mesmin, Monique VEILLON 1982-1994

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Mesmin
Siécle de l'édifice: VIe-VIIe-XIe-XVe-XVIIe-XVIIIe-XIXe
Forme du clocher : clocher-porche de type kreisker
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (23) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (7) :

façade
coté nord
chevet
coté nord

portail
rocher de la Chapelle
Grotte du Dragon

Intérieur (16) :

chapelle sous le clocher
vitrail des fonts

bas-coté gauche
grande nef
bas-coté droit

plaque funéraire
abside gauche

le choeur
grand vitrail
voute du choeur
crédence et niche

l'abside droite et son vitrail

vitraux de la nef

vue vers l'entrée


Dernière édition par Admin le Dim 30 Jan - 21:09 (2011); édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Jan - 21:52 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 2 Jan - 22:38 (2011)    Sujet du message: Chapelle-saint-Mesmin (La) (45380) Répondre en citant

Chapelles

Chapelle de l'ancien petit Séminaire, rue des Hauts. Cette chapelle, construite au XIXe, est interdite d'accès depuis 2000, piur cause de chutes de pierres. La maison de retraite du Centre Hospitalier Régional d'Orléans est installée dans les anciens bâtiments du petit séminaire.

En 1844, l'évêque d'Orléans, Mgr FAYET, achète le château de la Chapelle, situé auprès de la Loire et de l'église. Dans le parc d'une dizaine d'hectares est construit un petit séminaire très important. Rappelons que si le séminaire proprement dit, c'est à dire l'établissement formant des prêtes, est appelé Grand séminaire, par opposition, le Petit séminaire est une école de niveau secondaire (collège, lycée) qui forme aussi bien des futurs séminaristes du grand séminaire que des élèves qui resteront laïcs. Le terme et l'institution sont désuets en Europe, mais le petit séminaire a eu une grande importance sociale jusqu'au milieu du vingtième siècle. C'était souvent l'un des seuls moyens de s'instruire pour les enfants intellectuellement doués vivant à la campagne, que les curés de paroisse repéraient et dont l'Église prenait en charge les années d'études secondaires, en proposant aux meilleurs d'accéder au grand séminaire. C'est aussi au petit séminaire que la petite bourgeoisie catholique envoyait de préférence ses garçons pour qu'ils reçoivent une éducation classique de qualité dans un milieu moralement exigeant. L'internat était la règle et la discipline rigoureuse.

La façade au sud fait 120 mètres de long. Monseigneur Dupanloup renforce le niveau des études; bientôt beaucoup de grandes familles françaises et des aristocrates étrangers tiendront à ce que leurs enfants soient élevés à "La Chapelle". Certains curés éminents du Loiret, comme l'abbé Pasty (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mile_Pasty ) y ont aussi fait leurs études. En outre, le Chateau devient la résidence d'été des évêques.

En 1906, suite à la loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat, le petit séminaire est fermé et se réfugie dans l'abbaye de Pontlevoy, dans le Loir-et-Cher. Le petit séminaire devient la maison de retraite départementale, puis, après son déménagement à Dry (Villecante), celle du CHR. Dans l'église de la Chapelle, un vitrail offert par les anciens du Petit Séminaire, perpétue son souvenir. Il représente une Vierge d'Argent donnée à Mgr Dupanloup par la famille TALLEYRAND, et léguée par lui au petit séminaire où elle était très vénérée.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : de la maison de retraite CHRO
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : oui

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)




Chapelle de l'Immaculée Conception, 56, rue de l'Enfer. Cette chapelle, installée dans une ancienne ferme tout au nord de la rue, dépend de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X (traditionnalistes, à nouveau rattachés à Rome depuis 2008). Elle est desservie par un prêtre du prieuré Saint-Martin, installé à Saint-Avertin, près de Tours.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : de l'Immaculée Conception
Siécle de l'édifice: fin XXe (ferme XVIIIe-XIXe)
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non





Anciennes chapelles privées

Ancienne chapelle privée du château de la Chapelle, en "bon état" lors de la visite pastorale de 1709.

Ancienne chapelle privée du château de la Gabellière, en "bon état" lors de la visite pastorale de 1709.

Ancienne chapelle privée du château de Gouffeau, en "bon état" lors de la visite pastorale de 1709.

Ancienne chapelle privée du château des Muids, en "bon état" lors de la visite pastorale de 1709.

Ancienne chapelle privée de l'Ardoise, dépendant du chapitre Sainte-Croix avant la Révolution.

Ancienne chapelle privée de Grand-Courant, dépendant du chapitre Sainte-Croix avant la Révolution.


Revenir en haut
Mesmin


Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2012
Messages: 1
Localisation: La Chapelle St Mesmin

MessagePosté le: Dim 29 Avr - 21:37 (2012)    Sujet du message: Chapelle-saint-Mesmin (La) (45380) Répondre en citant

L'église Saint Mesmin connait en cette année 2012 un très gros chantier de restauration destiné à durer plusieurs mois, voire plusieurs années.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:55 (2017)    Sujet du message: Chapelle-saint-Mesmin (La) (45380)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loiret Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com