Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Morainville (28700)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers de l'Eure-et-Loir
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mer 22 Déc - 16:44 (2010)    Sujet du message: Morainville (28700) Répondre en citant

Arrow C'est une commune sans clocher

La première mention de ce lieu, appellé Morainvilla, se trouve dans une charte de l'année 1248 où Guy, seigneur d'Auneau, donne au prieuré d'Auneau deux setiers de blé de rente annuelle à prendre sur sa dîme de Morainville, le jour de la Toussaint, à charge dudit prieuré de célébrer chaque année, le jour de la Saint-Jean l'Evangéliste, une messe à la mémoire de sa défunte femme Hélizende. Peu après, dans une charte de l'année 1257, Guy, seigneur d'Auneau, avec le consentement de sa femme Leticia, de son fils Guy, et de Philippa sa fille, cède au prieur des Moulineaux, de l'ordre de Grandmont, sa dîme de Morainville : "donavi et concessi in pura et perpetua clemosinam, fratribus domus de Molinelli Grandimonti ordinis [...] totam decinam quam ego habeo apud Morinvallem". Ce n'était alors qu'un fief seigneurial, possédé par la famille de Morainville, dont la généalogie, d'après les mémoires de Guillaume Lainé, prieur de Mondonville, commence à Guillaume qui vivait en 1260.

En 1637, Morainville dépendait encore de la paroisse de Léthuin, quoique le village disposait déjà, depuis un temps immémorial, d'une chapelle Saint-Eutrope. Il est question de cet édifice religieux dans un acte passé le 12 octobre 1637 en l'hôtel de Toussaint NOYER, practicien, demeurant audit lieu, concernant la donation de plusieurs pièces de terre faites à la "chapelle de Monsieur Sainct-Eutroppe, située dans le bourg de Morainville".

Le 25 octobre de la même année, la communauté des habitants de Morainville passe un acte selon lequel ils chargent toutes leurs terres d'une seconde dîme de deux gerbes de blé par septier de terre (soit autant de terre pour faire un septier de blé, ou 144 livres, donc un arpent carré, donc environ 4500 m²), ceci afin d'installer un curé en leur chapelle et pourvoir à son entretien. Les habitants nomment pour accomplir les démarches nécéssaires à l'établissement de leur paroisse Georges de FESNIERES, leur seigneur.
Acte du 25/10/1637 :


L'acte qui précède ne tarde pas à recevoir son exécution : en 1638, Morainville est séparé de Léthuin et érigé en paroisse. Voilà ce qu'il est écrit dans l'acte concernant cette érection en paroisse (orthographe actualisée) : << Aujourd'hui deuxième jour de mai mille six cent trente-huit, après midi, devant la chapelle de Moraiville, devant Etienne HEREN, notaire, tabellion juré audit Morainville, Lestuin, Mondonville-la-Saint-Jean, pour mon dit seigneur, fut présent en leurs personnes messire Georges de Fesnières, chevalier, seigneur de Morainville, Méneville et les Prolles, lieutenant-colonel pour le service de Sa Majesté au régiment de Beauce, et dame Angélique de Coutel, son épouse, [suit une liste d'habitants de Morainville], tous manants et habitants dudit lieu, lesquels ont délcaré avoir ci-devant présenté une requête à Monseigneur l'Evêque de Chartres "à ce qu'il luy plust d'erriger la chappelle de Saint-Eutrope qui est bastie audit Morainville en parroisse distraitte, et démambrer le village de Morainville de la paroisse de Lestuing, de laquelle il despend".>> Suit une liste de donations de terres par le seigneur et les habitants, la définition de l'assiette des dîmes perçues en Morainville par le nouveau curé et l'engagement du seigneur du lieu de bâtir un presbytère pour le nouveau curé, sur une de ses terres joignant la chapelle.
Suivent les devoirs du curé : " la perception desquelles grosses et menues dixmes et droits parrochiaux ne commencera à courir que du jour où le curé commencera à sélébrer le service divin en ladite églize parroichiale Saint-Eutroppe et non plus tôt. Lequel service divin le curé sera tenu de chanter et sélébrer aux jours ordinaires ainsy que l'on a coustume de dire, chanter et selebrer en autres esglizes parroichiales du diossaize de Chartres. - Et encore à la charge de par ledit sieur curé de dire à toujours mais, par chacun an, un service pour et à l'intention des père et mère du seigneur de Morainville fondateurs de ladite chapelle. - Et encore à la charge que ledit seigneur de Morainville et successeurs demeureront patrons de la ladites cure, pour en cas de mutation ou de decez dez curé qui y sont, en nommer par eulx d'autres à Monsieur le grand Archidiacre en l'église de Chartres qui les représentera à Monsieur l'Evesque de Chartres".

Le premier curé de Morainville a été un dénommé Jacques LAIR, comme nous l'apprend son testament daté du 11 octobre 1651, par lequel il donne 100 livres tournois à l'église et la fabrique de Morainville pour l'achat d'un bien-fonds de terres, en considération de "ce qu'il a esté curé primitif de ladite église". A la mort de Georges de Fesnières le 3 juillet 1651, sa veuve fait par son testament du 25 septembre de nouvelles donations à l'église de Morainville, notamment une terre sise en Vierville, non loin de là, à charge que les habitants du bourg de Denonville ayant des terres en Morainville soient exemptés de payer des dîmes au curé dudit lieu.
En 1718 a lieu un procès entre la fabrique Saint-Gervais et saint-Protais de Léthuin et le seigneur de Morainville, Pierre Charles François de Perrochel, héritier de sa mère Louise Marie de Fontenay, elle-même fille de Louise de Fesnières. En 1777, un état dressé pour la perception de la taille indique pour MORAINVILLE : "seigneur M. Grandchamp, 6 lieues du chef-lieu, 35 feux, 600 septiers de terre (80 perches au septier), 100 arpens de bois, un moulin à vent". 35 feux correspondent alors à 105 habitants. Les PERROCHEL demeurent les principaux seigneurs jusqu'à la Révolution, et font aveu pour leur fief en 1787 et 1788.

A la fin du XVIIIe, le château est décrit comme une "belle maison moderne, construite dans un parc assez étendu, avec un élégant parterre au devant, aboutissant au chemin de Denonville à Pussay", voie qui traverse le bourg d'ouest en est. A coté se trouve une grande ferme carrée, qui est celle du château. Face à elle se trouve la chapelle Saint-Eutrope, érigée en église en 1638. Elle est vendue en 1818 pour être démolie, la paroisse étant rattachée à celle de Denonville, 2 km à l'ouest.


Source : Edouard LEVEVRE, Documents Historiques et Statistiques sur les communes du canton d'Auneau (1867), Chartres.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Déc - 16:44 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers de l'Eure-et-Loir Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com