Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Charenton-le-Pont (94220)

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers du Val-de-Marne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 23 Aoû - 02:45 (2010)    Sujet du message: Charenton-le-Pont (94220) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Pierre Charenton-Ecoles

Quatre villages, désormais des quartiers de la ville, sont à l'origine de la commune de Charenton : le Bourg du Pont-de-Charenton à l'est, les Carrières le long de la Marne et de la Seine, Conflans au confluent de ces deux rivières et Bercy aux limites de Paris. Le pont marque l'origine de la localité citée par César dans La guerre des Gaules et sera souvent mentionné à partir du VIIe siècle. Autour de son débouché, se développe le Bourg-du-Pont, noyau historique de la ville. La paroisse située à Conflans relève de l'autorité de l'abbaye de Saint-Martin-des-Champs. Plusieurs seigneuries se partagent les terres des quatre villages. Au cours de la guerre de Cent Ans, puis des conflits des deux Ligues et de la Fronde, le pont est le théâtre de nombreux combats, comme il le sera pendant tous les conflits à venir, en raison de sa situation stratégique qui commande l'accès à la capitale. Au XVIIe siècle, des communautés religieuses s'installent, les carmes déchaux aux Carrières, les bénédictines à Conflans ' à proximité du château qui s'est agrandi et embelli depuis le Moyen Âge. Son voisin, le château de Bercy, est construit à la même époque, probablement avec les pierres extraites des carrières locales, que l'on utilise également comme glacières.

Le XIXe siècle voit éclore l'industrie, avec notamment l'installation d'une fonderie en 1822, qui disparaitra en 1848, lors de la construction de la ligne du chemin de fer Paris-Lyon. La voie ferrée, qui favorisera ultérieurement l'installation d'entrepôts et de magasins généraux, provoque le démantèlement des grands domaines après 1860, et coupe la ville en deux parties; l'ancien centre, à Conflans, est isolé et devient un quartier d'entrepôts de vins, annexe des halles de Bercy à Paris. Le début de l'urbanisation intense du nouveau centre, autour de l'église neuve et de la mairie, va de pair avec le développement des sociétés commerciales. Le quartier bordant le bois de Vincennes se voit embelli sous le Second Empire. Charenton s'agrandit alors de la partie orientale de la commune de Bercy, créée à la Révolution puis intégrée à Paris en 1860. La même année, le canal de Saint-Maurice est creusé, lequel sera comblé en 1952, lors de l'aménagement de la future autoroute A4. Le métropolitain dessert la porte de Paris en 1931 ; son prolongement jusqu'à Charenton-Écoles est achevé en 1942, entrainant la fermeture et la démolition de la gare de Charenton.

L’église Saint-Pierre de Charenton a été construite entre 1857 et 1859 en remplacement de l’ancienne église du quartier de Conflans. La pose de la première pierre eut lieu le 19 Août 1857, en présence de l’archidiacre SURAT, vicaire général du diocèse, délégué par son Éminence le cardinal MORLOT, et de MERRUAU, secrétaire général de la Préfecture de la Seine, représentant le baron HAUSSMANN.
La construction s’élabora sur les plans de l’architecte Claude NAISSANT et le bâtiment fut livré au culte le 31 Juillet 1859, au cours d’une cérémonie clôturée par un discours de l’archidiacre SURAT remerciant les louables efforts de la Municipalité et plus particulièrement ceux de Jean-Baptiste MARTY, maire de Charenton à l’époque. Elle reçut les honneurs de la consécration, le 9 Novembre 1921, par son Éminence le Cardinal DUBOIS. Sur la façade, la devise républicaine et la mention propriété communale ont été gravés par la mairie, malgré l'opposition des paroissiens, dans le contexte de l'anti-cléricalisme montant du dernier quart du XIXe.

La grande nef est séparée des collatéraux par 12 colonnes d’ordre ionique, à fûts pleins, se faisant face par 6, symbolisant les 12 apôtres. La partie supérieure laisse entrer la lumière par 14 fenêtres dont les grisailles posées en 1890 ont été remplacées par des vitraux, sous l’égide des saints de France, en 1916. La demi-coupole, au-dessus du chevet, est ornée d’une fresque où, sur fonds d’ors et de couleurs nuancées, des anges enlèvent, en apothéose, le saint patron de l’église. Au-dessous, contre le mur du fond, se dresse une Crucifixion, de 1881, accompagnée depuis 1885 de deux statues en bronze (d’après des oeuvres de RUDE), représentant la Vierge et Saint Jean. Cet ensemble faisait partie, autrefois, du Banc d’Oeuvre face à la chaire, entre la 3ème et la 4ème colonne de la nef. La chaire, datée de 1725, qui provient de l’église de Conflans où elle avait pris place en 1802, a disparu en tant que telle. Il en subsiste les trois panneaux de bois sculpté de la cuve, représentant Saint Jean-Baptiste et deux évêques, qui constituent aujourd’hui le devant de l’autel.

La basse nef de droite comprend :

- Le cénotaphe de Monseigneur SURAT victime de la Commune, massacré en fuyant de la prison de la Grande Roquette le 27 Mai 1871. Son corps repose dans le choeur.
- Une plaque commémorant le ministère du Chanoine PARTURIER, curé de cette paroisse de 1914 à 1940, au dévouement infatigable.
- Une autre plaque rendant hommage au sacrifice des soldats de Charenton, morts pour la France, pendant les guerres de 1914/1918 et 1939/1945.
- Au-dessus d’une petite porte, à droite de la Sacristie, encastrée, la pierre (ronde) de la Dédicace de l’église du couvent des Carmes déchaux, portant la date du 16 Mai 1630 et dont le texte se lit ainsi :
A Dieu très bon et très grand, en l’honneur de notre bienheureuse Mère Sainte Thérèse et de notre bien-heureux Père, Saint Jean-de-la-Croix, frère Séraphicus de Saint François a dédié (cette chapelle) avec les (autres) Pères (du couvent) le 16 Mai 1630.

Dans la basse nef de gauche, on trouve le tombeau d’Agathe Thérèse CLOUET veuve HOCQUART morte accidentellement le 17 Août 1825, élevé par Hyacinthe Louis de QUELEN, Archevêque de Paris, son neveu et de Amadour Jean-Pierre GRILLON DESCHAPELLES, son cousin. Cette sépulture était dans la crypte de la chapelle du château de Conflans. Ce mausolée fut ramené dans cette église le 24 Juin 1917, sur intervention du Curé PARTURIER, suite à la démolition de la chapelle du château. Après la séparation de l’Église et de l’État en 1905 le domaine des Archevêques de Paris devint propriété communale, et, en 1917, le Conseil Municipal donna l’ordre de démolir la chapelle, d’où l’intervention de Monsieur le Curé.

Dans le Choeur deux grandes fresques, peintes en 1919 par Joseph AUBERT, traduisent deux épisodes de la vie de Saint Pierre : La pêche miraculeuse : La scène se passe aux environs de Bethsaïda, au Nord de la mer de Tibériade. A l’horizon on aperçoit la chaine du Haut Liban et Jésus instituant Pierre chef de son Eglise : Le site rappelle la petite ville de Banias qui se trouve aux environs de Césarée de Philippe, au pied de l’Hermon et à la source du Jourdain. Les vitraux des chapelles et du choeur ont été éxécutés par le maître-verrier LUSSON. Les grandes orgues sont installées au-dessus de la grande porte d’entrée. Sorties des ateliers du facteur d’orgues Aristide CAVAILLE-COLL (le grand facteur français de la seconde moitié du 19° Siècle), elles ont été inaugurées le 16 Janvier 1891 par Charles Marie WIDOR, organiste de Saint Sulpice et professeur au Conservatoire.

La sacristie d’origine souffrant d’un manque de place chronique, au fil des années, et pour assurer un meilleur fonctionnement de l’édifice, deux nouveaux bas-côtés, en retrait de la façade principale, furent mis en chantier le 30 Juin 1916 sur les plans de l’architecte GUILLEMOT. Il fut décidé de les relier par une construction circonscrivant les espaces compris entre absidioles et abside, donnant ainsi des dégagements à utiliser selon les différents services de l’église. Ce déambulatoire relie la salle du catéchisme et la sacristie actuelles.
En y entrant par la sacristie, en bas du mur à gauche est conservé le bandeau en pierre qui était au-dessus de la porte de la chapelle du château de Conflans.

Le Clocher est haut de 37 mètres, il possède trois cloches : la plus ancienne, la Nicolle-Catherine vient de l’église de Conflans. C’est une rescapée de la Révolution Française (gardée comme cloche civique, pour sonner les heures de la commune). Elle était la plus grosse des huit cloches de la vieille église; les autres ont été descendues et fondues en monnaie ou en canons pour défendre la République assiégée de toutes parts. Elle a été transportée de l’ancien clocher au nouveau en 1859. Elle pèse 1.500 kg et sonne le Do dièse. Les deux autres, acquises par souscriptions, furent inaugurées, et bénites par son Éminence le Cardinal DUBOIS, le 30 Octobre 1927. Elles portent les noms de Jeanne d’Arc (elle pèse 1.200 kg et sonne le Ré dièse ) et Thérèse de l’Enfant Jésus (elle pèse 900 kg et sonne le Fa).

Source : Paroisse de Charenton-le-Pont http://paroisse.charenton.free.fr/

Dossier des Monuments Historiques (vues intérieures / extérieures en N/B, cadastre, élévations) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00060660/inde…

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Pierre
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (28) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade à l'ouest
coté sud
chevet et coté nord

Intérieur (15) :

bas-coté gauche
grand nef
collatéral droit

vitraux de la nef

tombeau de monseigneur Surat
plaque en mémoire des morts pour la France
dédicace de l'église des Carmes

tombeau d'Agathe Thérèse Clouet
absidiole gauche

le choeur et sa voûte


fondation de messe en 1737
absidiole droite

Tribune et orgues (9) :

l'escalier en bois
accès à la tribune

vue de l'église depuis la tribune
accès au clocher
graffiti sur les zeppelins (1914-18)

l'orgue
la console
vue intérieure des tubes

Chapelles

Chapelle Notre-Dame de Valmy, 98, rue du Petit Chateau Liberté

La première chapelle de ce quartier a été construite en 1913 sur un grand terrain de la rue du Général Chanzy : elle fut le centre de bien des activités et en particulier le lieu de rassemblement de tout le groupe scout pendant plusieurs décennies. En 1963 l’entreprise de vins Nicolas qui s’étendait de part et d’autre de ce terrain, proposa de l’échanger contre un ancien entrepôt réaménagé en une vaste chapelle et plusieurs salles de réunion,situé entre la rue Marcellin Berthelot et la rue du petit château : les scouts et les louveteaux y établirent leurs locaux, les salles servirent longtemps au catéchisme et à diverses réunions de la communauté chrétienne jusqu’en 1996 date à laquelle la chapelle actuelle fut érigée sur une partie du terrain, l’autre étant cédée à un promoteur immobilier. Les cloches, fabriquées par la maison Mamias, donnent les 3 notes suivantes : “fa, sol et la”.

Le clocher, à la fois flèche et campanile, marie de façon géniale les clochers contemporains, signaux de l'église, détachés, hauts, portant fièrement leurs cloches et la croix (ex. nouvelle église des Lilas, Eglise Sainte-Croix du Port à Ivry, Eglise Saint-Bernard à Nantes etc.) et la tradition des flèches, symbole d'élévation vers le Ciel de l'esprit des croyants et des regards. La flèche affine l'édifice, tandis que le campanile l'installe dans le paysage, en fait un signal, un amer au sein de son quartier. Or, cette flèche est plus qu'une simple partie de l'édifice, elle constitue toute sa toiture, symbole de l'aspiration unique des croyants à tendre vers Dieu et la vie éternelle.

Source : Paroisse de Charenton-le-Pont http://paroisse.charenton.free.fr/

Photo des cloches lors de leur bénédiction : http://paroisse.charenton.free.fr/IMG/jpg/01_Cloches_Valmy.jpg

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : ND de Valmy
Siécle de l'édifice: fin XXe
Forme du clocher : flèche-campanile
Position du clocher : au-dessus de la façade, formant toit
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade de la chapelle
la flèche-campanile

Chapelle Notre-Dame des Missions de Conflans, 7, rue de l'achevêché

Situé au carrefour de deux voies majeures de communication, la Marne et la Seine, le tertre qui domine ce confluent, "Conflans" en vieux français, devint dès le Moyen-Âge un lieu stratégique doté d’un château. Par la suite, la population grandissant une église mentionnée dès le XIVe siècle, fut érigée à Conflans. Elle servit jusqu’à l’achèvement de l’actuelle église Saint-Pierre en 1859. La chapelle est située dans l'emprise de l'ancien séminaire de Conflans, à Charenton-le-Pont, dans le Val-de-Marne. Elle est accessible par le parc du Séminaire-de-conflans, qui la borde au nord et à l'est, ou au 11 rue du Séminaire-de-Conflans.
La construction de la chapelle est initiée en 1843 par la congrégation des Sœurs-du-Sacré-Cœur, près du site de l'ancien château de Conflans, lors des opérations d'agrandissement du couvent que cette congrégation acquiert en 1841. La chapelle est achevée vers 1867. En 1911, après le départ des Sœurs-du-Sacré-Cœur, les bâtiments accueillent le petit séminaire de Paris jusqu'en 1970 ; le séminaire installe son orgue, acheté en 1866, dans la chapelle. Certains bâtiments sont ensuite acquis par le lycée Notre-Dame-des-Missions et par l'École d’architecture de Paris-Conflans. La chapelle et la crypte restent toutefois la propriété du diocèse de Créteil.

Après le départ des Sœurs, le petit séminaire s’installe en 1911 et ne quittera les lieux qu’en 1970. Des bâtiments sont acquis par le lycée Notre-Dame des Missions, par l’Ecole d’Architecture de Paris. La chapelle et sa crypte, propriété diocésaine, sont rattachées à la paroisse Saint-Pierre, dans un quartier isolé par la voie ferrée et le fuseau de la gare de Bercy-Charenton.

Ce lieu, chargé d’histoire, subit alors les affres du temps. Des infiltrations endommagent régulièrement les voûtes du bel édifice, le parquet s’affaisse ça et là. Les tempêtes de 1999, détruisant les arbres du parc, semblent sonner le glas, alors que sous l’impulsion de la municipalité le quartier va connaître un grand renouveau. Conscients qu’il s’agit d’une opportunité unique, soucieux de sauver le monument et d’accueillir dignement les futurs habitants du quartier, des paroissiens et des amateurs d’art et d’histoire fondent, avec le soutien actif du curé de la paroisse, l’Association des Amis de la Chapelle de Conflans. Elle vise avant tout à sauvegarder la chapelle et refaire l’installation électrique. Les Chantiers du Cardinal financent le remaniement de la toiture dès 2000. Une concertation efficace, avec l’école Notre-Dame des Missions, l’école d’architecture, les services municipaux et la paroisse concourt au ravalement de tous les bâtiments en 2002, alors que s’achèvent les premiers nouveaux logements du quartier. Le chevet de la chapelle, en pierre de taille, retrouve son lustre, mais surtout les travaux de toiture sont achevés et l’édifice est désormais totalement sauvegardé. L’action du sénateur Lannier permet la restauration de l’escalier monumental.

Source : Paroisse de Charenton-le-Pont http://paroisse.charenton.free.fr/

Dossier des Monuments Historiques (photos intérieures/extérieures N/B, CPAs, plan et litho de l'ancien couvent) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00060662/inde…

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Notre-Dame des Missions
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Chapelle Marie-Madeleine Sophie Barat, à Conflans, édifiée par l'architecte VENNER. C'est une nef en briques, sans clocher. Désaffectée, elle devient le noyau d'une des premières cités Emmaüs.
Photo : http://fr.topic-topos.com/image-bd/ancienne-chapelle-charenton-le-pont.jpg

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Marie-Madeleine Sophie Barat
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non


Dernière édition par Admin le Lun 23 Aoû - 19:29 (2010); édité 10 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 23 Aoû - 02:45 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 23 Aoû - 03:02 (2010)    Sujet du message: Charenton-le-Pont (94220) Répondre en citant

Edifices religieux disparus


Ancienne église

Ancienne église Saint-Pierre de Conflans


Anciens couvents

Ancien couvent de Carmes (XVIIe)

Ce couvent de carmes est établi en 1618 dans une partie du manoir appelé le Séjour du roi. L'église conventuelle est édifiée entre 1623 et 1628 par l' architecte Christophe Gamard. Le couvent est supprimé en 1791. A partir de 1820, une fonderie s'y installe, formée d' une forge à l' anglaise construite en 1823, d' une chaudronnerie en 1825 et d' un établissement de construction mécanique pour machines à vapeur, bateaux en fer et rails par les métallurgistes anglais Manby et Wilson; après fusion avec les établissements du Creusot, l'usine est liquidée, puis remise en activité dix ans plus tard par l'ingénieur anglais Charles Hamond, avant d'être démolie en 1848 pour la construction du chemin de fer Paris-Lyon.
Dossier des Monuments Historiques (plans, cadastres, vue de la façade de l'église conventuelle) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00060661/inde…

Ancien couvent des Bénédictines de Lagny, puis Ancien couvent des soeurs du Sacré Coeur en 1841 Ancien Séminaire Arrow Voir à la Chapelle de Conflans

En 1653, dans les dépendances du château de Conflans, les bénédictines de Lagny fondent un couvent qui se perpétuera jusqu'en 1790. En 1838, Madeleine Sophie Barat se porte acquéreur des lieux afin d'y installer un pensionnat et le noviciat de l'ordre des dames du Sacré-C'ur. Les bâtiments sont alors rénovés et l'on édifie une chapelle néogothique. S'ur Madeleine Sophie, fondatrice de la congrégation, meurt en 1868. Les religieuses quitteront Charenton en 1905 pour s'installer à Bruxelles, où repose leur supérieure, béatifiée en 1908 par le pape Pie X puis canonisée par le pape Pie XI en 1925. Le parc sera ensuite acheté par la commune. Depuis 1971, l'aile latérale du séminaire abrite l'école Notre-Dame des Missions ainsi que, depuis 1980, l'école d'architecture de Paris-Conflans.


Anciennes chapelles privées

Ancienne chapelle du château de Bercy, jadis situé au milieu de l'actuelle gare de Bercy-Conflans (remise TGV de Charenton)

La seigneurie et le manoir situé au bord de la Seine sont attestés en 1134. Ils passent en 1522 aux mains de la famille de Malon qui fait construire un nouveau château plus au nord à partir de 1658 par l' architecte François Le Vau. A la mort de celui-ci en 1676, seuls le corps principal et l' aile orientale sont érigés. L'aile ouest est construite dans le dernier quart du XVIIe; cette même époque voit l'aménagement de l'avant-cour, des terrasses et des jardins. Entre 1712 et 1714, sont construits : la chapelles, les communs, écuries, basses cours, le château est réaménagé et la grande terrasse du bord de l' eau est construite par l' architecte Jacques de La Guépière. Le écor intérieur est confié en 1713 et 1714 aux sculpteurs Jules Degoullons, Pierre Taupin, Marin Bellan et Le goupil.

Le parc est morcelé à partir de 1809 par l'installation de négociants en vin dans la partie nord-ouest, créant ce qu'on appellera plus tard le Petit Bercy, par opposition au "Grand" Bercy dans le XIIe arrondissement de Paris. Les fortifications de Thiers en 1840 et le chemin de fer de Paris à Lyon en 1848 continuent la désagrégation du domaine. Les décors intérieurs et meubles sont vendus aux enchères en 1860 : les boiseries du grand cabinet du rez-de-chaussée sont remontées dans l' ancien hôtel Hirsch (2 rue de l' Elysée Paris 8e), celles de l' antichambre du 1er étage sont remontées en partie avec des éléments étrangers dans l' ancien hôtel de la Rochefoucauld Doudeauville (actuelle ambassade d' Italie 47 rue de Varenne Paris 7e par l' architecte Parent, élève de Froelicher qui fit des relevés aquarellés du décor du château) , celles du grand cabinet du 1er étage sont intégralement conservées à Chislehurst en Grande-Bretagne, mis à part les toiles peintes des dessus de porte, les deux fontaines du buffet sont conservées au château de Ferrières en Seine-et-Marne et la balustrade de la chapelle est remployée à l' église Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (Paris 4e). Le château est démoli en 1861, à l' exception des communs et du rendez-vous de chasse qui subsistent encore rue du Petit-Château après la démolition de l'aile ouest après 1957.

Dossier des Monuments Historiques (plans, distribution intérieure, lithographies, photos N/B des communs) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00060668/inde…

Ancienne chapelle du château de Conflans

Le château existe bien avant le début du XIVe, quant Mahaut d' Artois le fait agrandir à partir de 1314 par la construction d' une grande salle et d' une tour carrée crénelée flanquée de tourelles. Vendu en 1568 à Nicolas Legendre, seigneur de Villeroy, le château connaît d'importants travaux : réparation de la galerie basse des orangers et contrebutement du mur de soutènement du jardin des orangers par Jacques Lefèvre, maçon à Paris, en 1575, construction en 1578 de l' étage haut de la galerie des Orangers par Christophe Lambert, maître maçon à Montigny, Jérôme Delaporte, maître charpentier à Paris et Jean Regnault et Mathieu Duquesne, couvreurs à Paris., achèvement de la petite galerie en retour d' équerre à l' ouest et du cabinet en 1579 par le maçon Jacques Lefèvre, étage de comble des nouvelles écuries en 1581 par Jean de Villiers, maître charpentier à Paris. Le corps de logis est construit en 1582 entre cour et jardin selon la même ordonnance que la grande galerie par Pierre Chapponet, maître maçon à Paris et Nicolas Conseil, compagnon menuisier à Paris.

Au XVIIe, l'architecte Le Vau se charge de la construction d' un pavillon carré au bord de la Seine; le plafond fut peint par Le Sueur pour la marquise de Senneçay entre 1645 et 1649. De 1673 à la Révolution, le château est la résidence d' été des archevêques de Paris qui font faire d' importants travaux, aménager le jardin et les terrasses par André Le Nôtre, reconstruire en 1676 le moulin de Quinquengrogne par l' ingénieur Georges Stiennon pour servir à monter l' eau pour les jardins. Le portail d' entrée de la grande cour au nord reconstruit en 1777 par l' architecte Pierre Desmaisons, qui reconstruit le corps de logis en 1786. Une fabrique de jardin circulaire est érigée en 1786 par Pierre Desmaisons sur les bords de Seine à l' ouest, à la limite du parc de Bercy (elle sera démolie après 1850). La chapelle, de forme octogonale, se trouvait au nord du grand logis, et y était incluse. Resuarée en 1854, elle était surmontée d'une lanterne ronde, vitrée.

A la Révolution, le château est devenu bien national, et est vendu en 3 lots entre 1792 et 1795. La partie orientale du château et la chapelle octogonale sont occupés par une succursale du séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet entre 1871 et 1905, et démolies en 1926 avec transfert des boiseries au musée Carnavalet à Paris. La partie sud-ouest des jardins est divisée suite au percement de l' avenue de la Liberté en 1898. Le grand escalier avec niche menant de l' ancienne terrasse des Orangers à la terrasse inférieure est englobé dans un ensemble d' H.B.M. vers 1930, et a survécu en l'état. La grande galerie et l'aile en retour d' équerre à l' ouest sont démolies vers 1960. Seuls subsistent aujourd' hui le portail d' entrée au nord et le grand escalier des terrasses.

Dossier des Monuments Historiques (plans, dessins et lithographies, vues intérieures, pour la chapelle, voir pages 3 et 40 à 44) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00060669/inde…


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 23 Aoû - 18:53 (2010)    Sujet du message: Charenton-le-Pont (94220) Répondre en citant

Autres cultes

Temple protestant, rue Guérin Charenton-Ecoles

Visite en vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xbrw7a_le-temple-protestant-de-charenton-l…

Type d'Edifice: Temple protestant
Nom de l'Edifice : d'Ivry
Siécle de l'édifice: XIXe-XXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
coté

Eglise évangélique action Biblique de Paris, 100, rue de Paris Liberté , installée au rez-de-chaussée d'un immeuble du XXe siècle.




Anciens temples protestants (XVIIe) ===> Actuellement dans la commune de Saint-Maurice (jadis, partie de Charenton).

Premier temple protestant (1607-1621) : Construit en 1607 sur les plans de Jacques Androuet Ducerceau avec les matériaux du temple d'Ablon sur Seine, ce temple fut détruit par un incendie en 1621, suite à une émeute catholique. Rappellons que suite à l'Edit de Nantes, le culte réformé fut interdit dans un rayon de cinq lieues (20 km) autour de Paris; le temple fut donc fixé à Ablon. L'éloignement de ce temple et les difficiles conditions d'accès, surtout en hiver, ou pour les baptêmes et derniers sacrements poussèrent les protestants à demander inlassablement au roi Henri IV l'établissement d'un temple plus proche de la capitale.
Finalement, en 1607 le roi céda et permis la construction d'un temple aux portes de Paris, à Charenton. Ce qui enflamma les sermons et le mécontentement de la population catholique de Paris, méfiante quant à la foi du roi naguère protestant, que la résistance de Paris convertit à la religion catholique.

Arrow Voir aussi : Ablon-sur-Seine

Deuxième temple protestant, rebâti en 1624 et démoli à la Révocation de l'Edit de Nantes (18-10-1685). Vues extérieures et intérieures : http://huguenotsinfo.free.fr/temples/XVII/temples_17/charenton2.htm


Revenir en haut
Jean Guilcher


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 1
Localisation: charenton le pont

MessagePosté le: Mar 11 Oct - 18:33 (2011)    Sujet du message: Charenton-le-Pont (94220) Répondre en citant

Bravo pour ces excellentes informations et photos.......
en ce qui concerne la Chapelle de Conflans (et non Chapelle de Notre Dame des missions de Conflans - ND des Missions c'est le nom de l'établissement scolaire qui utilise une grande partie de l'ancien petit séminaire) il est possible de rajouter que l'orgue A.Cavaillé Coll a été restauré en 2008 ....grâce aux efforts conjoints de l'Assocation Diocésaine, des Amis de la Chapelle, de la mairie et de la région.
Pour St Pierre de Charenton, où avez vous trouvé les photos de l'orgue (escalier, tribune, tuyaux et non tube.....) ?????
Et pour info, le lien vers l'inauguration des cloches de la chapelle de Valmy, la photo avec les 3 cloches... le barbu qui tape dessus (la mélodie que j'ai composée) c'est moi......


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:11 (2017)    Sujet du message: Charenton-le-Pont (94220)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers du Val-de-Marne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com