Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Nangis (77370)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-et-Marne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 31 Mai - 14:47 (2010)    Sujet du message: Nangis (77370) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Martin et Saint-Magne

Le premier texte mentionnant Nangis date de 1157. Il s'agit d'une bulle du pape Adrien IV. Auparavant, le site est recouvert de forêts. La plus ancienne seigneurie de Nangis remonte peut-être au Xe siècle. Il s'agit d'une forteresse, dénommée le Chastel, où loge une garnison chargée de protéger les voyageurs, en particulier les marchands de Paris et de Brie, se rendant aux foires de Champagne. Le Chastel est à l'origine du premier pôle d'habitation, près de la voie principale. Les pillards continuant leurs méfaits, il devient nécessaire d'établir un second fief, à l'écart de la route, pour protéger les habitants. Il est dénommé La Motte-Beauvoir par son possesseur, du fait de sa position sur une éminence : cette construction est à l'origine de la création d'un second village. Les rivalités qui se développent voient le second fief prendre le dessus. Les habitants du Chastel s'installent alors sous la protection de la seigneurie de La Motte-Beauvoir. Celle-ci appartient au XIIIe siècle à la famille Britaud, qui fait édifier l'église à proximité du château. Le château est revendu à un notaire en 1795, qui le fait démolir, à l'exception de l'aile gauche. L'hôtel de ville y est installé en 1859.

Aux XIIe et XIIIe siècles, le village de Nangis nait et se développe sous l'égide de la famille Britaud, seigneurie locale qui appartient à la vieille noblesse provinoise. Cette église du gothique lancéolé, dédiée à saint Martin et à saint Magne, est élevée au XIIIe siècle, en face du château de la famille Britaud qui prend en charge son édification. Les cinq chapelles extérieures accolées au corps principal, dont une a disparu coté nord, sont ajoutées au XVIIe siècle. L'église possède un clocher et un beffroi, et le grès utilisé dans la construction est de provenance locale. Au cours des siècles, l'église subit nombre de modifications : les travaux considérables de 1643 sont à l'origine de la création d'un passage derrière le choeur, du crépi sur les murs, et du percement de nouvelles portes. Au cours de travaux, la chapelle Saint-Louis disparait, celle dédiée à Notre-Dame est déplacée à un autre endroit de l'église, et d'autres chapelles sont construites autour du déambulatoire. Le 13 juillet 1707, a été bénite la grosse cloche de l’église. Elle pesait environ 5000 livres. Elle fut nommée Marie-Marguerite. Cette cloche fut descendue et détruite pendant la révolution.
Pendant la Révolution, l'église est fermée au culte et sert de lieu de réunion pour les clubs politiques. Les terres de l'église sont confisquées et vendues comme biens nationaux. Dans les années 1860, l'ancienne chapelle des marquis de Nangis, en très mauvais état, qui présentait, peints en fresque, les portraits des marquis du XVIIe siècle enterrés ici, est démolie.

Le 25 août 1763, fut bénite la cloche qui est toujours en place, nommée Louise Gabrielle Lydie. Cette cloche porte l’inscription : « L’an 1763, j’ai été bénite par M. Charles-Pierre de Biencourt, bachelier en théologie, curé de Nangis, et nommée Louise-Gabrielle-Lydie, par très haut et très puissant seigneur Claude-Louis-François Régnier, comte de Guerchy, marquis de Nangis, chevalier des ordres du Roi, lieutenant général des armées, colonel-lieutenant et inspecteur de son régiment-infanterie, gouverneur d’Huningue et ambassadeur en Angleterre, et très haute et très puissante dame Gabrielle-Lydie d’Harcourt, son épouse, représentés par M. François-Alexandre Legrat, avocat en parlement, bailli et subdélégué à Nangis, et dame Jeanne-Barbe Barrois, son épouse, Nicolas-Toussaint Perre et Antoine Lucian, marguilliers, Pathelin, charpentier, et Grelles, carillonneur. »

L'église est ouverte les mercredis et samedis matins ainsi que le dimanche après-midi.
Photos intérieures (dossier MH) : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr?ACTION=CHERCHER&FI…

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Martin et Saint-Magne
Siécle de l'édifice: XIIIe-XVIIe-XIXe
Forme du clocher : autre (pavillon sur double bâtière)
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non

Photos (5) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
coté nord et clocher
coté sud et château
chevet

Ancienne église

Ancienne église de la Psauve, lieu du vieux château

La Psauve est le second fief en importance de la commune, le premier, celui de La Motte-Beauvoir, ayant donné naissance à la ville de Nangis. Il y existe les vestiges d'un château, une partie de la tour nord-est et des douves. Une des salles de la ferme actuelle est voûtée d'arêtes, de même que le porche d'entrée en bloc de grès, qui forme poterne, marqué par les sillons creusés par la herse. Le nom de La Psauve viendrait de la contraction d'Aspera Silva, forêt noire. Il est attesté dès le XIIIe siècle dans un obituaire de Sens. En 1353, on écrit : l'ostel du Grant Aspreauve. En 1643, un texte traite de l'église, des chapelles et de la ferme de La Psauve, preuve de l'importance du fief, qui n'est plus aujourd'hui qu'un hameau de quelques maisons.


Ancienne ferme monastique (qui n'était pas un prieuré).

Ferme de l'Epoisse (XIIIe) : Cette ferme longe le ru de Bourguignon. L'abbaye du Lys, près de Melun, acquiert la ferme de Millon de l'Époisse vers 1280. Jusqu'à la Révolution, elle appartient à l'abbaye. Partiellement ravagée par un incendie le 13 janvier 1869, elle est reconstruite. Elle est installée dans un creux, à l'abri des vents. La laiterie à l'origine entièrement en brique, voit sa fragile voûte en berceau être bétonnée. On y affinait le fromage et le beurre sur de grandes plaques de plomb surmontant de petits espaces à arcade en brique. Une source à l'intérieur du bâtiment permettait d'évacuer avec régularité le petit lait, qui s'écoulait par un orifice creusé dans une grande dalle de grès monolithe.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 31 Mai - 14:47 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-et-Marne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com