Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Molières (91470)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de l'Essonne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 31 Déc - 23:32 (2009)    Sujet du message: Les Molières (91470) Répondre en citant

Eglise

Eglise Sainte-Marie-Madeleine (XVIIe-XXe)

Le nom des Molières apparait dans les documents dès le XIe siècle. En 1070, L'évêque Geoffroy de Boulogne donne à Guillaume, abbé de Saint-Florent de Saumur, l'église des Molières avec celles de Gometz-la-Ville et de Gometz-le-Châtel. Cette donation est confirmée par les bulles des papes Calixte II et Urbain III, en 1122 et 1186. Pendant des siècles, le village située au bord du plateau, sur la route reliant Limours à Saint-Rémy, tire la majeure partie de ses ressources de l'extraction du grès et de la meulière, servant à la fabrication des meules de moulin à grain.

Une église bâtie en pierre du pays est signalée dans un texte dès le XIe siècle, et la paroisse érigée en 1186. Des murs de l'église actuelle subsistent sans doute du sanctuaire primitif, qui est remanié à plusieurs reprises, notamment aux XIIIe et XIVe siècles, mais la plus grande partie de l'édifice date du XVIIe siècle. Le clocher à double pignon couvert d'ardoises est surmonté d'une flèche. Il est percé de baies géminées équipées d'abat-sons en chêne en 1821, et abrite quatre cloches dont une, Ydabel, est offerte en 1620 par Ydabel d'Escoubleau, épouse de Louis Hurault, comte de Limours. Trois autres carillons sont installés en 1931. En 1935, la façade de l'église, remise à neuf, est percée d'une rosace de 1 mètre et demi de diamètre. L'édifice comporte une nef unique, flanquée au nord d'un collatéral. La décoration intérieure est refaite par l'abbé Vorage, curé des Molières de 1927 à 1957. Les murs du choeur sont recouverts de carreaux de mosaïques. En 1937, l'abbé fait rouvrir les baies du choeur et offre sept vitraux du maitre verrier Raphaël Lardeur. Il dote l'église d'un nouvel autel de marbre rose, de style Arts déco, lorsque son frère lazariste, emprisonné par les Allemands, est libéré. La sacristie a été construite en 1848.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Sainte-Marie-Madeleine
Siécle de l'édifice: XVIIe-XXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade et clocher
coté sud (route de St rémy)
le chevet

Chapelle-reposoir du pavillon de Sully (XVIIe)

La famille de Sully est implantée dans la région dès l'époque médiévale. Les prieurs de l'abbaye des Vaux-de-Cernay en sont issus et, au XIIe siècle, le cardinal de Sully donne ses terres des Molières à cette abbaye. L'actuelle maison de maitre est construite en 1620, et son architecture sobre est caractéristique de son époque. Dans l'aile avancée et rehaussée, subsiste un escalier du XVIIe siècle, en bois, à rampe sculptée. Les armes d'Henri IV et de Sully figurent sur certaines plaques de cheminée. Selon la tradition, ce logis est un ancien pavillon de chasse du ministre d'Henri IV. Les bois attenants s'appellent alors Bois du Roy et servent aux chasses royales. Dans le jardin, un oratoire abrite une table d'autel hexagonale servant de reposoir aux processions locales.


A signaler :

===> Vestiges des remparts : De rares vestiges subsistent du mur d'enceinte construit à l'époque médiévale pour protéger le village. Ces remparts sont alors flanqués de tourelles de guet et percés de trois portes défendues par des tours, la porte de la Bastille donnant accès à la route des Troux (Boullay-les-Troux), celle de Paris ouvrant sur la route de Chevreuse, et la porte de Chartres ou d'Armenon permettant de rejoindre la route de Chartres (vers Limours). Dans les environs, des villes de moyenne importance comme Briis-les-Forges étaient solidement ceintes de remparts.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 31 Déc - 23:32 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de l'Essonne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com