Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Saint-Denis (93200)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-Saint-Denis
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yann Sciardis
Contributeurs actifs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2009
Messages: 92
Localisation: Ozoir-la-Ferrière

MessagePosté le: Lun 21 Déc - 15:53 (2009)    Sujet du message: Saint-Denis (93200) Répondre en citant

Églises

Basilique cathédrale Saint-Denis

Historique complet et images anciennes : http://architecture.relig.free.fr/denis.htm

Type d'édifice: Basilique cathédrale
Nom de l'édifice : Saint-Pierre-Saint-Paul
Siècle de l'édifice: XIIe-XIIe-XIXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non

Photos de JiPR :

maquette



Dernière édition par Yann Sciardis le Mer 23 Déc - 03:00 (2009); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 21 Déc - 15:53 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Yann Sciardis
Contributeurs actifs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2009
Messages: 92
Localisation: Ozoir-la-Ferrière

MessagePosté le: Mar 22 Déc - 09:26 (2009)    Sujet du message: Saint-Denis (93200) Répondre en citant

Église Saint-Denis-de-l'Estrée

Les fouilles archéologiques réalisées à Saint-Denis ont révélé l’existence d’un village à cet endroit dès l’époque mérovingienne. Construite sur la voie gallo-romaine, la Via Strata, origine de son nom, l’église de l’Estrée était située à l’extérieur des remparts qui entouraient le village. Cette fortification avait été commandée par Charles-le-Chauve pour protéger le lieu des Vikings. Cette église primitive était déjà dédiée à saint Denis. L’actuelle église Saint-Denis-de-l’Estrée, édifiée au XIXe siècle, est couramment appelée « l’église neuve » par les Dionysiens. Sa construction est contemporaine au chantier de restauration de la Basilique cathédrale et placée sous la direction du même architecte prestigieux qu’est Viollet-le-Duc.

Lorsque, au XIXe siècle, la Basilique cathédrale de Saint-Denis est classée parmi les monuments à restaurer, les travaux sont confiés à l’architecte Debret. Mais les erreurs que commet ce dernier obligent à le démettre de ses fonctions et Viollet-le-Duc se voit confier le chantier de la restauration de la Basilique cathédrale. Issu d'une famille de la grande bourgeoisie, Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc (1814-1879) est un autodidacte. Il refuse de fréquenter l’école des Beaux-Arts et se forme à l’art architectural en parcourant la France et l’Italie. Pendant toute sa carrière, il prend des notes et réalise des croquis, pas seulement sur les bâtiments qu’il restaure, mais sur toutes les constructions romanes, gothiques et Renaissance vouées à la démolition. Ses études ne se limitent pas à l’architecture et Viollet-le-Duc s'intéresse aussi au mobilier, aux vêtements, aux instruments de musique, à l’armement...

Mérimée, alors Inspecteur général des monuments historiques, introduit Viollet-le-Duc à la cour de Napoléon III qui lui confie la rénovation du château de Pierrefonds. C’est le début d’une carrière atypique. Bien qu'ayant réalisé peu de constructions, Viollet-le-Duc domine l’architecture française de 1840 à 1870. Les nombreuses restaurations de monuments médiévaux, aussi célèbres que la cathédrale d’Amiens (1849), Notre-Dame de Paris (1844), la Basilique cathédrale de Saint-Denis (1846) ou encore les remparts de Carcassonne (1844), lui assurent sa notoriété. Pourtant, ce ne sont pas ses nombreux travaux qui le rendent célèbre mais les critiques qu’ils ont suscitées. La première contestation vient d’Anatole Leroy-Beaulieu, en 1874, à propos de la restauration de la cathédrale d’Évreux jugée trop lourde. De nombreux architectes et archéologues partagent son avis. À la fin du XIXe siècle, l’Europe entière remet en cause sa pratique des restaurations et le nom même de l’architecte devient synonyme de mauvais goût : Faire du Viollet-le-Duc, dit-on alors !

Cependant, lorsque, après la Première Guerre mondiale, les grands monuments médiévaux victimes des bombardements doivent être restaurés, sa lecture de la structure gothique et la conception qu’il se fait de la restauration reviennent à l’honneur. C’est une des grandes leçons que les architectes du XXe siècle tirent de l’œuvre de Viollet-le-Duc à travers, notamment, la définition qu’il en donne lui-même : « Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir [...], c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné ». Ses différents chantiers suscitent une autre manière de concevoir l’authenticité du monument ancien (respect de la taille de la pierre, par exemple), mais également une renaissance des arts décoratifs.

Viollet-le-Duc est aussi historien et surtout théoricien de l’architecture. Ses idées inspirent nombre de ses contemporains tels les créateurs de l’art nouveau au tournant du XXe siècle. La production historique de Viollet-le-Duc est étroitement liée à celle du restaurateur puisqu’elle découle d’innombrables enquêtes sur le terrain, travaux sur les bâtiments existants, dessins et lavis. Alors qu’à son époque, la plupart des historiens se contentent de l’écrit, l’originalité de Viollet-le-Duc consiste à intégrer au discours historique le commentaire sur le bâti et les objets, participant ainsi à l’élaboration d’une histoire des civilisations.

Alors même que la restauration de la Basilique cathédrale bat son plein sous la direction de Viollet-le-Duc, ce dernier dessine les plans de la nouvelle église de l’Estrée. La façade de Saint-Denis-de-l’Estrée, orientée vers l’orient, se dresse dans l’axe de la Basilique cathédrale, les deux édifices étant reliés par la rue de la République. Le clocher porche, à la mesure de la nef, se répartit sur trois niveaux. La large baie du premier étage comprend quatre lancettes et une rose, le deuxième étage se compose de trois hautes baies accolées, enfin, le toit de couverture est encadré de chimères accroupies aux quatre coins.

Le grand orgue symphonique a été réalisé en 1868 par le facteur Merklin Schutz. Cet orgue est classé monument historique depuis 1987. La construction de l’église Saint-Denis-de-l’Estrée dure quatre années, de 1864 à 1867. Viollet-le-Duc ne s’est pas contenté d’en dresser les plans. Il a également dessiné le mobilier, les objets liturgiques et les peintures murales.

Type d'édifice: Église
Nom de l'édifice : Saint-Denis-de-l'Estrée
Siècle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non




Église Sainte-Geneviève (quartier de la Plaine-Saint-Denis)

Construite à partir de 1899, dans le style roman, sur les plans de l'architecte Homberg, l'église Sainte-Geneviève est inaugurée le 13 octobre 1901. Elle remplace l'ancienne église de la Plaine, située de l'autre côté de l'avenue, à l'angle de l'impasse Diderot (aujourd'hui allée Saint-Just), qui était devenue trop exiguë et menaçait de s'écrouler. L'église porte le nom de la sainte patronne de Paris, qui fit édifier au Ve siècle, sur la tombe du martyr, la première basilique de Saint-Denis, à l'origine du développement de la ville. Le tympan du portail représente Geneviève et ses moutons.

L'église comte une nef flanquée de bas-cotés, précédée d'un clocher-porche sobre, constitué de quatre niveaux superposés : les deux plus larges sont le porche et la baie de la tribune flanquée de chaque coté d'une tourelle d'escalier engagée dans l'oeuvre , puis, au-dessus, la chambre des cloches dont les quatre murs sont éclairés par une triple baie romane, et enfin la flèche en ardoises. Pour les deux escaliers de la tribune, il est habituel en Ile de France que l'un, à gauche, desserve la tribune sans aller plus loin et l'autre, la charpente et le clocher.

Type d'édifice: Église
Nom de l'édifice : Sainte-Geneviève
Siècle de l'édifice: XIXe-XXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : porche
Clocher en péril : non




Église Sainte-Jeanne d'Arc de la Mutualité, rue Clovis Hugues. Cette église du XXe, orientée nord-sud, est située au nord de la ville, dans la direction de Stains. Les logements situées au n°80, rue Henri Barbusse (rte de Stains) sont bâtis entre 1958 et 1959 grâce à l'action du curé Bendèle, en charge de la paroisse et confronté à la pénurie de logements de l'après-guerre. Cette cité-village fut appellée la Montjoie, ou le Village du Curé : http://www.lejsd.com/index.php?s=17&r=908


Type d'édifice: Église
Nom de l'édifice : Sainte-Jeanne d'Arc
Siècle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : porche
Clocher en péril : non


Dernière édition par Yann Sciardis le Mer 23 Déc - 03:01 (2009); édité 2 fois
Revenir en haut
Yann Sciardis
Contributeurs actifs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2009
Messages: 92
Localisation: Ozoir-la-Ferrière

MessagePosté le: Mar 22 Déc - 09:33 (2009)    Sujet du message: Saint-Denis (93200) Répondre en citant

Chapelles

Chapelle du groupe scolaire Saint-Vincent de Paul

Type d'édifice: Chapelle
Nom de l'édifice :
Siècle de l'édifice: XXe (?)
Forme du clocher : ?
Clocher en péril : non

Chapelle espagnole Santa Teresa de Jesus

Type d'édifice: Chapelle
Nom de l'édifice :
Siècle de l'édifice: XXe (?)
Forme du clocher : ?
Clocher en péril : non



Chapelle de l'Ecole Saint-Jean-Baptiste - ND de la Compassion (XIXe)

Au XIXe siècle, l'école utilise une partie de l'ancienne chapelle des récollets comme réfectoire. Côté jardin, une nouvelle chapelle est construite, décorée de vitraux dus aux peintres verriers Latteux-Bazin et Émile Hirsch (1832-1904). Ancien élève de l'école des Beaux-Arts, Émile Hirsch commence sa carrière de peintre verrier en Bretagne, puis poursuit en France la restauration d'une centaine de verrières. Il crée également plus de sept cents vitraux pour des églises de France et d'Irlande. Deux tendances se dégagent dans l''uvre de Latteux-Bazin : la redécouverte du Moyen Âge, l'essor du vitrail néo-gothique et le développement du vitrail-tableau inspiré de la Renaissance, comme le beau vitrail du lavement des pieds du Christ au-dessus du maître-autel de la chapelle.

Arrow Voir aussi : Couvent des Récollets


Dernière édition par Yann Sciardis le Mer 23 Déc - 02:58 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Yann Sciardis
Contributeurs actifs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2009
Messages: 92
Localisation: Ozoir-la-Ferrière

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 02:57 (2009)    Sujet du message: Saint-Denis (93200) Répondre en citant

Couvents et abbayes

Abbaye de Saint-Denis (Maison d'Education de la Légion d'Honneur)

Fondée sous la reine Bathilde au milieu du VIIe siècle, la première communauté religieuse s'installe à côté de la basilique. Aux temps carolingiens, la faveur royale se poursuit et le rôle de l'abbaye s'affine. Il faut attendre l'élection de Suger en 1122 pour assister aux grands chantiers d'aménagement. L'abbaye est complètement reconstruite au XIIIe siècle et elle conserve son architecture médiévale jusqu'aux années 1700. L'architecte de la chapelle Saint-Louis de Versailles, Robert de Cotte (1656-1735), est alors chargé de la reconstruction des bâtiments monastiques ; ses premiers plans annoncent une succession d'architectes différents jusqu'au règne de Louis XVI. La cour d'honneur est terminée dans la dernière phase des travaux, en 1781. Elle est dessinée par Charles de Wailly (1730-1798), formant une belle entrée en hémicycle. En voyant l'église abbatiale de la cour d'honneur, on remarque l'importance du dialogue entre la basilique et son abbaye.

Au début du XVIIIe siècle, Saint-Denis entre dans l'oubli : l'oriflamme que les rois viennent chercher et rapporter à Saint-Denis en grande pompe lors de chaque expédition militaire est perdue. Les funérailles royales sont devenues une tradition formelle sans signification particulière religieuse ou politique. Mais les cérémonies funèbres nécessitent un décor de plus en plus important, pour permettre de transformer l'édifice gothique en salle rectangulaire décorée à la mode du jour. Les travaux conduits par Robert de Cotte transforment entièrement l'abbaye : les bâtiments claustraux sont démolis et remplacés par les belles constructions classiques que l'on voit aujourd'hui. La façade occidentale présente, en son milieu, un avant-corps à pans coupés dessiné par l'architecte du roi, Jacques Gabriel (1698-1782), rompant ainsi la monotonie de l'ensemble. Au XVIIIe siècle, ce bâtiment accueille la bibliothèque, les archives et les salles d'apparat : la salle des Princes de Sang, la salle des Dames et la salle des Grands Hommes situées au premier étage de l'avant-corps. L'ampleur de cette aile doit permettre de loger la famille royale lors des cérémonies funèbres du roi.


Type d'édifice: Chapelle
Nom de l'édifice :
Siècle de l'édifice: XVIIIe (?)
Forme du clocher : ?
Clocher en péril : non

Couvent des Petites Soeurs des Pauvres

Type d'édifice: Couvent
Nom de l'édifice : Couvent des petites Soeurs des Pauvres de St Denis
Siècle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : ?
Clocher en péril : non

Type d'édifice: Chapelle
Nom de l'édifice : Chapelle du couvent des petites Soeurs des Pauvres de St Denis
Siècle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : ?
Clocher en péril : non

Couvent des Ursulines (XVIIe)

On cite à l'origine de la fondation de ce couvent pour l'éducation des jeunes filles le nom de Mademoiselle de Hocquignan. Avec l'appui de saint Vincent-de-Paul (1576-1660), quatre religieuses créent la première maison en 1628. Dix ans plus tard, elles achètent un terrain au lieu-dit du Puy Pensot et elles reçoivent l'autorisation de dresser les murs de clôture. Le nom de l'architecte François Mansart (1598-1666) est avancé comme auteur du couvent. Des bâtiments d'origine, subsistent le pensionnat et le côté ouest du monastère. Le haut portail monumental accède à l'ancienne cour, il est dominé d'un tympan sculpté au XIXe siècle représentant la Vierge Marie entourée des Ursulines fondatrices.

Carmel de Saint-Denis

La fille de Louis XV, Louise de France, y prendra l'habit en 1770 et y prononcera ses vœux le 12 septembre 1771. Ayant trouvé le carmel très délabré, elle sera à l'origine de la restauration des bâtiments conventuels, puis de la construction, en 1784, par l'architecte du roi Richard Mique d'une chapelle de style néo-classique aujourd'hui classée monument historique, et de nombreux autres travaux de rénovation.

Lorsqu'en 1795 la liberté de culte est rétablie, seule la chapelle des Carmélites est en état ; elle sert, jusqu'en 1895, d'église paroissiale. Les autres églises de la ville ont toutes fermé en 1790, et nombreuses sont celles qui disparaissent alors, devenues carrières de pierres ou entrepôts (voir à ce sujet ci-dessous : "Anciennes églises").

L’église de Richard Mique fut transformée en tribunal local en 1895, ce qui explique l’inscription « Justice de Paix » sur le fronton. Occupés par les Sœurs de la Sainte-Famille du Sacré Cœur jusqu’en 1959, les bâtiments conventuels furent ensuite convoités par les promoteurs immobiliers. Mais en 1972, la municipalité de Saint-Denis décida de les acheter à l’évêché pour y installer un musée. Aujourd’hui, le musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, accueille de nombreux visiteurs et propose un programme d’expositions et d’animations culturelles très diversifié.

Type d'édifice: Chapelle
Nom de l'édifice :
Siècle de l'édifice: XVIIIe
Forme du clocher : clocheton
Clocher en péril : non

Couvent des Récollets, aujourd'hui Ecole St Jean-Baptiste-de-La-Salle-Notre-Dame-de-la-Compassion.

Dans le courant du XVIe siècle, l'ordre des franciscains se réforme à trois reprises. Les capucins sont issus de la première réforme, le tiers ordre de la deuxième et les récollets de la troisième ; leur nom vient de recollecti qui signifie les recueillis. En 1604, les récollets établissent leurs monastères dans le faubourg Saint-Martin, à Paris, et place du Marché-aux-Guesdes, à Saint-Denis. Devenu bien national à la Révolution, le monastère des récollets de Saint-Denis est en partie vendu et son église est démolie. Les bâtiments conventuels, encore existants, sont remaniés à la fin du 19e lors de l'installation de l'école privée qui s'y trouve toujours. Des boiseries anciennes sont déposées à l'occasion de travaux récents.

Au XVIIIe siècle, les décorateurs abandonnent les formes convenues du siècle de Louis XIV ; ils perdent l'usage des colonnes et pilastres dans la décoration intérieure, ainsi les panneaux de ces boiseries présentent des angles abattus et fortement échancrés. D'une sobre exécution, une ornementation de rameaux de chênes et d'oliviers court le long des cartouches supérieurs des panneaux de bois. Dans un souci de simplicité, ces boiseries qui gardent la tradition capucine de la couleur naturelle du bois, sont dites "à la Capucine" : http://fr.topic-topos.com/image/bd/boiseries-de-lancien-couvent-des-recolle…


Dernière édition par Yann Sciardis le Mer 23 Déc - 03:00 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Yann Sciardis
Contributeurs actifs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2009
Messages: 92
Localisation: Ozoir-la-Ferrière

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 02:58 (2009)    Sujet du message: Saint-Denis (93200) Répondre en citant

Autres cultes

Église Baptiste, villa des Joncherolles

Type d'édifice: Église Baptiste
Nom de l'édifice :
Siècle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non




Église protestante luthérienne, boulevard Carnot

Type d'édifice: Église protestante luthérienne
Nom de l'édifice :
Siècle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : flèche
Clocher en péril : non


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 03:38 (2009)    Sujet du message: Saint-Denis (93200) Répondre en citant

Anciens édifices

Source et compléments : http://www.saint-denis.culture.fr/fr/index.html

Anciennes églises

Ancienne église Saint-Michel du Degré (XIIe), dans l'ancien cimetière au nord de l'abbaye. Elle est construite au début du XIIe et détruite en 1567 par les Huguenots.

Ancienne église Saint-Barthélémy, détruite en 1567 par les Huguenots.

Ancienne église sainte-Geneviève, détruite en 1567 par les Huguenots.

Ancienne église dite des Trois Patrons (XVIIe)

L'abside de l'église des Trois-Patrons est le seul vestige des églises paroissiales secondaires qui, dès le haut Moyen Âge, circonscrivent le cimetière et délimitent la cité monastique au nord de la basilique. Cette nécropole ad sanctos se développe autour de la tombe vénérée des trois saints martyrs, les pèlerinages affluent, le commerce s'accroit favorisant la naissance de la ville. Les rites funéraires changent ; on ne cherche plus à se faire enterrer le long des routes, en dehors des villes comme la loi romaine l'oblige, mais dans un cimetière organisé autour d'une église afin d'obtenir la protection d'un saint. Désormais, l'église des Trois-Patrons est englobée dans les nouveaux locaux administratifs de l'hôtel de ville.

En 1567, les trois églises Saint-Michel du degré, Saint-Barthélémy et Sainte-Geneviève sont gravement endommagées par les huguenots qui ont investi la ville. Les sièges des trois paroisses sont alors réunis en un bâtiment, partiellement reconstruit, que l'on nomme alors l'église des Trois Patrons, dont l'archéologie a révélé un chevet singulier à trois absidioles. Or, les annales rapportent que leurs trois curés étaient tenus de vivre "paisiblement ensemble jusqu'à ce que deux d'iceux étant morts, leurs titres seroient supprimés et que le dernier survivant demeuroit seul curé". Le chevet, qui probablement abritait trois autels, matérialise donc cet arrangement provisoire.

Ancienne église Saint-Pierre et Saint-Jean-Baptiste, dans l'ancien cimetière au nord de l'abbaye. Construite au début du XIIe, elle est donnée aux chanoines de Saint-Paul par les abbés de Saint-Denis au XIIe aussi.

Ancienne église Saint-Rémi (IXe). Le faubourg du même nom existait au XIVe autour d'une église citée pour la première fois en 898 et fut rasé pour l'édification des murailles de St-Denis en 1347 sur ordre du Roi, pendant les guerres de Cent Ans. Des fouilles, menées entre 2002 et 2005 aux n°3,6, 8 et 14 de la rue du Général Joinville ont révélé une nécropole et un habitat du VIIe siècle.

Ancienne église Saint-Nicolas des Aulnes, dans les faubourgs hors des murailles au XIVe.

Ancienne église Saint-Marcel, englobée avec le quartier de l'Estrée dans les murailles du XIVe.

L'église Saint-Marcel est mentionnée pour la première fois au IXe siècle, dans un miracle de saint Denis qui relate les circonstances de l'enterrement du comte Bertrandus en l'église située hors du monastère. En mettant au jour des tombes attribuées à cette époque, l'archéologie confirme l'existence de ce cimetière paroissial.

L'église, détruite à la Révolution, est décrite comme étant la plus belle des églises paroissiales de la ville de Saint-Denis ; c'est un édifice qui aurait été construit au XIIIe siècle. Dans le collatéral nord, une inscription à lettres gothiques conservée nous apprend que la dédicace de cette partie de l'édifice en fut faite en 1451. En 1982, une fouille porte précisément sur cette extension de l'église en forme de collatéral. Elle a révélé l'existence d'une crypte-ossuaire. Les crânes et os longs, triés selon leur gabarit, y étaient rangés dans des niches murales en plâtre.

Sa représentation sur le plan de Belleforest de 1575 montre une église quasiment carrée orientée d'ouest en est munie d'un clocher latéral au nord et d'un chevet plat. La façade à fronton est le dernier vestige de l'église encore visible au début du XIXe. L'emplacement de l'église est occupé par un groupe scolaire, l'école maternelle Le Puy-Pensot, au n°6, rue Emile CONNOY.


Dernière édition par Admin le Mer 23 Déc - 04:07 (2009); édité 3 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 03:39 (2009)    Sujet du message: Saint-Denis (93200) Répondre en citant

Anciens couvents

Ancienne communauté des chanoines de Saint-Paul (XIIe). L'église est reconstruite au XIIe sur un plan basilical avec une nef à colonnes, flanquée de collatéraux. En 1567, les huguenots occupent et dévastent la ville et l'abbaye, détruisant quasiment l'église St Paul, obligeant les chanoines à installer une chapelle dédiée à Saint-Pantaléon dans une partie de collatéral.

Anciennes charités, maisons-Dieu, aumôneries et léproseries

Ancien Hôtel-Dieu (IXe-XVIIIe)

La première mention de l'Hôtel-Dieu se trouve sous la forme Hospitale Pauperum (Hospice des Pauvres), dans une charte de 898. Au Moyen Âge, cet Hôpital de Charité est l'une des principales institutions du bourg abbatial ; fondation royale ou abbatiale, elle est dirigée tour à tour par des religieux ou des officiers appartenant au corps de ville. De l'ancienne construction ne subsiste qu'un bâtiment 18e sur caves voûtées, isolées par un solide appareillage de pierres de la petite rivière de Saint-Denis, le Groult. Propriété communale, ces belles caves sont désormais transformées en discothèque et les étages accueillent la bibliothèque. À la Révolution française, la bibliothèque de l'abbaye est saisie et les livres sont envoyés à la bibliothèque de l'Arsenal et à la Bibliothèque Nationale, sauf les ouvrages en double exemplaire déposés à la bibliothèque municipale de Saint-Denis, constituant un fonds unique de quatre mille huit cents volumes.

Ancienne léproserie (XIIIe)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:11 (2017)    Sujet du message: Saint-Denis (93200)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-Saint-Denis Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com