Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Puteaux (92800)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers des Hauts-de-Seine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Sam 12 Déc - 22:24 (2009)    Sujet du message: Puteaux (92800) Répondre en citant

Eglises

Eglise Sainte-Mathilde (XXe), rue L. Voilin.

La construction de l'église Sainte-Mathilde est construite par l'architecte Jean REY à l'instigation du curé de la paroisse pour pallier la vétusté de la vieille église Notre-Dame-de-Pitié. L'emplacement primitif qui lui était attribué était à l'origine celui sur lequel s'élève aujourd'hui l'hôtel de ville. Le clocher et la chapelle absidiale lui manquent toujours bien qu'un projet soit envisagé par la mairie actuelle. L'intérieur est en béton nu, formant ainsi un ensemble assez imposant. Le portail en bronze est l'oeuvre de Richard Desvallières. Une frise décorative surmonte l'arcade de façade et représente le Christ en train de prêcher parmi une assemblée constituée de femmes, d'hommes et de jeunes enfants.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Sainte-Mathilde
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : au-dessus de la façade, sur le toit
Clocher en péril : non

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
coté est face à la mairie

l'oratoire de semaine

Eglise Notre-Dame de Pitié (XVIe), dite Vieille église, rue Manissier (face à la Seine, quai de Dion).

On trouve trace de Puteaux dès 636 alors que le hameau dépend de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Mais la véritable fondation remonte à 1148 quand le prieur de l'abbaye de Saint-Denis signe l'acte de constitution du village, et oblige la population à faire des offrandes à l'église de Suresnes. En 1212, les habitants refusent de s'astreindre à cet impôt, et sont excommuniés. Guillaume, abbé de Saint-Denis les affranchit moyennant une somme forfaitaire. La seigneurie passe en 1685 aux dames de Saint-Cyr. Malgré leurs demandes répétées, les habitants ne réussissent à obtenir l'autorisation de bâtir une simple chapelle qu'en 1509. Elle est bénie en 1523 sous le vocable de Notre-Dame de Pitié. En 1717, la paroisse devient autonome et est érigée en commune en 1790, lorque ses limites avec Suresnes sont stabilisées et l'île de Puteaux lui est donnée en entier.

L'église est restaurée à plusieurs reprises, en particulier au XIXe siècle. Son plan est relativement simple : une nef rectangulaire, terminée par une abside polygonale, sans transept ni bas-côtés. En 1939, l'édifice est fermé et laissé à l'abandon, et tombe peu à peu en ruines. Le clocher s'effondre en 1954 et l'église est vouée à la destruction en 1962, restaurée à partir de 1975 et réouverte au culte en 1985. Mais elle ne sert que très peu, la nouvelle église Sainte-Mathilde, près de l'Hôtel de Ville, centralisant presque tout le culte. C'est le signe aussi de l'évolution de la ville qui s'est quasi-détournée de la Seine (où se trouvent le vieux bourg et la vieille église) au profit de la Défense, au nord-est du territoire communal.

L'église abrite trois vitraux du XVIe restaurés récemment par les Monuments Historiques : la vie de saint René, une Assomption de la Vierge offerte par un artisan boucher, datée par sa dédicace également de 1558, et enfin une Pentecôte. Un Baptême du Christ était autrefois présent au-dessus du maître-autel.

Le clocher effondré en 1954 a été reconstruit en 2012 par la très dépensière mairie de Puteaux (voir ici http://www.monputeaux.com/2012/02/campanile.html et là http://www.monputeaux.com/2012/06/cloche.html). Les travaux ont coûté 120.000 euros, entièrement financés par la ville.; le clocher, colonne de pierre est sommé d'un campanile en fer forgé à la provençale portant une cloche. Celle-ci a été baptisée "Jean-Baptiste", hommage à l'un des plus célèbres habitants de Puteaux : le compositeur Jean-Baptiste Lully et sonne tous les jours à midi.

NOTA : Comme les autres édifices religieux de Puteaux (tous, sauf l'église de la Défense), cette église-là est toujours fermée, et n'a, du fait de son ancienneté, pas même un oratoire de semaine ouvert à l'entrée comme à Sainte-Mathilde (à gauche depuis l'entrée de la rue Chantecoq) ou à ND du Perpétuel Secours. On remarque par ailleurs une épidémie de "fermite" à Puteaux : le moulin de Chantecoq au-dessus de la gare, la gare elle-même, et jusqu'au portail entre la pointe nord de l'Ile de Puteaux (à Neuilly) et le reste de l'île... sont toujours fermés et bien gardés ainsi.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Notre-Dame de Pitié
Siécle de l'édifice: XVIe-XIXe-XXe-XXIe
Forme du clocher : beffroi
Clocher en péril : non

Photos (5) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
coté nord
chevet et coté sud

église et tours de bureaux

Eglise Notre-Dame du Perpétuel Secours (XXe), n°65 av. du Général de Gaulle (vers La Défense et Nanterre)

L'église, plate et de plain-pied, de briques et de béton, s'allonge sur un plan rectangulaire le long de l'avenue de Gaulle, en retrait de la contre-allée. L'arrière donne quasiment sur le parking de la résidence située au début de la rue Lavoisier. Il n'y a pas de clocher; comme il n'y en a plus à Notre-Dame de Pitié (vieille église) et qu'il y en a jamais eu ni à Sainte-Mathilde ni à la Défense, on peut considérer que Puteaux est une "commune sans clocher", au sens propre. En dehors des horaires du culte, un oratoire de semaine est ouvert (la porte de gauche sur la rue). La sorte de colonne cannelée en béton n'est pas un clocher, mais peut-être un support pour un futur campanile ou une croix monumentale du type de celles que les Chantiers du Cardinal sèment partout pour signaler les églises trop discrètes qu'ils ont créé en masse dans les années 1960 à 1980.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : ND du Perpétuel Secours
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

vues extérieures

oratoire de semaine

Eglise Notre-Dame de Pentecôte (XXe-XXIe), pl. Carpeaux (La Défense)

La construction de cette maison d'Église, ou lieu de rencontre de chrétiens au sortir du travail a été voulue par François Favreau, évêque de Nanterre. Elle prenait la suite du Relais Jean-XXIII, un lieu de prières existant sur la Défense depuis les années 1970.

La première pierre a été posée le 25 mars 1998 (jour de l'Annonciation) ; cette pierre, la seule de cet édifice de béton et de verre, est toujours visible à côté du baptistère, et un extrait du livre d'Isaïe (28:16–17) y est inscrit. Elle a ouvert ses portes et a été consacrée le 7 janvier 2001, (jour de l'Épiphanie), ce qui en fait la première église ouverte au IIIe millénaire en France.

L'architecture de Notre-Dame de Pentecôte est particulière. Conçue par l'architecte Franck Hammoutène au cœur du quartier de la Défense, Notre-Dame de Pentecôte surplombe les voies rapides de la route nationale 192, donnant l'impression d'être suspendue au-dessus du vide. Les trois parties du programme s'y organisent verticalement, chacune sur un niveau :

La chambre haute, qui accueille la chapelle, à laquelle on accède par un escalier, avec des bancs en bois pour les fidèles. Elle peut accueillir 300 personnes. La lumière provient du nord-nord-est, mais comme l'ensemble du côté nord est en verre (opaque), cela donne une luminosité satisfaisante pour l'autel, à laquelle s'ajoutent les éclairages. Le niveau du rez-de chaussée est le parvis d'accueil et de rencontre, où est installée une librairie (annexe de la Procure dans le 6e arrondissement de Paris). Le sous-sol est composé d'un restaurant et d'une cuisine ainsi que de salles de réunions. Elle semble avoir été conçue pour s'intégrer dans le site, car sa forme générale est essentiellement cubique, et elle n'adopte pas le plan en croix ni l'orientation vers l'Est, habituels de la plupart des églises anciennes. Le matériau employé pour le gros œuvre est le béton, ce qui n'est en revanche pas une nouveauté pour les églises du XXe siècle, qui ont commencé à comporter ce type de matériau. L'église est signalée par une croix discrète aux abords de l'entrée. De plus, une façade s'élève sur une hauteur de 35 mètres, en partie détachée du bâtiment, comparable à un clocher. Sur ce mur en béton recouvert de vitres en verre opaque gris, deux lignes de couleur plus claire dessinent sur toute la hauteur et dans toute la largeur une autre croix, grande mais discrète, à la manière d'un filigrane. Cet écran monumental, d'une épaisseur de 80 cm, a du être conçu pour résister aux vents forts induits par l'environnement découvert, et est capable de se plier légèrement. Il a été imaginé en collaboration avec la société Rice Francis Ritchie (RFR). Du fait de l'organisation complexe des équipements situés sous la dalle du parvis de la Défense, les fondations de l'édifice ont représenté à elles seules le tiers du coût total (on a recouru à 62 piles, dont certaines inclinées jusqu'à 20° pour éviter les obstacles sous-terrains).

A défaut de clocher, il y a un carillon à l'intérieur de l'église, ce qui reprend ainsi une tradition orthodoxe, dans un souci d'oecuménisme. Une croix estérieure a été ajoutée comme signal par les Chantiers du Cardinal en 2007.

Photos de la chapelle : http://cliophoto.clionautes.org/galleries/GEOGRAPHIE/FRANCE/Ile-de-France/I… et http://mireilleguerin.files.wordpress.com/2007/10/jubile-n-d-de-pentecote.j…

La communauté du Relais Jean XXIII, avec oratoire, située plus bas sur La Défense (pl. de la Pyramide), n'existe plus. Elle a été créée en 1977, douze ans après la construction des premières tour et 7 ans après l'ouverture du RER Etoile-Défense, ce qui allait devenir le RER A.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : ND de la Pentecôte
Siécle de l'édifice: XXe-XXIe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (7) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (2) :



Intérieur (5) :





Chapelles

Chapelle de l'oeuvre du Sacré-Coeur, dite Foyer Planchat (XXe), dans la cour de l'Oeuvre, rue des Pavillons. L'oeuvre est une barre peu amicale, dans la cour de laquelle un bloc-barre en béton se trouve être la chapelle; l'ensemble a sans doute été construit dans les années 70.

Le foyer commence comme patronage paroissial, lorsqu'en pleine guerre de 1870, deux abbés, Ducastel et Combes, accueillent des jeunes dans les jardins du presbytère de l'Eglise Notre Dame de Pitié. Ils loueront ensuite une maison quai impérial devenu "quai De Dion", puis ce seront les dépendances du Château de Penthièvre -aujourd'hui démoli- puis enfin ce sera l'installation au 6 de la rue des Pavillons.
C'est l'Abbé Olivier de la Coste qui, devenant vicaire de Puteaux en 1875, donnera son véritable essor à la Maison du Sacré Cœur par l'acquisition d'un terrain de 6000 m2 au 12 de la rue des Pavillons. Il venait de demander aux Religieux de Saint Vincent de Paul, auprès desquels il s'était formé dans l'œuvre de Notre Dame de Nazareth, de reprendre ce patronage en milieu populaire. A ce grand terrain de jeu ne manque qu'un chapelle qui sera construite en 1878. En 1887 des reliques du martyr Valérien sont données à la Maison. La chapelle est agrandie en 1892.

Mais l'ensemble du foyer, chapelle, etc..., a été rasé et reconstruit après la guerre sous une apparence plus moderne, et, sans doute, plus dénuée d'âme...

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : de l'Oeuvre du Sacré-Coeur
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

le bâtiment sur rue
la chapelle


Vues de la ville de Puteaux (42 000 habitants) :

La Défense depuis le moulin de Chantecoq (MH)
la grande rue depuis la Gare

publicité face à l'église
de l'art du trompe-l'oeil


Dernière édition par Admin le Sam 15 Déc - 14:28 (2012); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Déc - 22:24 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 24 Déc - 00:07 (2009)    Sujet du message: Puteaux (92800) Répondre en citant

Autres cultes

Eglise évangélique de la Défense (1977), au début de la rue Lorilleux, à droite

Les fidèles de l'église évangélique de Puteaux tiennent leur culte depuis plus de deux ans au palais des Congrès à Puteaux. L'église avait été en effet vendue par un ex-pasteur à une agence de Puteaux à l'insu de la plupart des fidèles. La mairie avait ensuite préempté le bien et demandé l'expulsion des fidèles en mai 2007. Depuis l'église est sous scellés et les procès se poursuivent...

Autres articles sur la question : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2312480&rubId=4078 et http://www.monputeaux.com/files/assignation_tribunal_130620071.pdf (avec la description de l'édifice abritant l'Eglise évangélique)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:40 (2017)    Sujet du message: Puteaux (92800)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers des Hauts-de-Seine Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com