Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Romainville (93230)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-Saint-Denis
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 29 Nov - 01:27 (2009)    Sujet du message: Romainville (93230) Répondre en citant

Eglises

Eglise Saint-Germain

Il ne subsiste de la chapelle construite au XVIIIe siècle et de l'église édifiée à la fin du XVIIe siècle aucun vestige. Autrefois dédiée à saint Romain, évêque de Meaux au VIIIe siècle, l'église est placée aujourd'hui sous le vocable de saint Germain, évêque d'Auxerre au Ve siècle. Sous l'impulsion de l'abbé Houël et par l'intervention du marquis de Ségur, une nouvelle église est édifiée, entre 1785 et 1787, par l'architecte du roi Alexandre Théodore Brongniart (1739-1813), rendu célèbre par sa réalisation de la Bourse de Paris et de l'École militaire. Une grande nef centrale voûtée en berceau et plein cintre, terminée par un choeur carré de petites dimensions avec une abside en hémicycle non saillant à l'extérieur, est flanquée de deux bas-côtés à plafonds horizontaux, terminés par deux chapelles. Sur un plan de type basilical très simple, le style néoclassique en faveur à l'époque se développe. L'église est inaugurée le 20 décembre 1787. Après cette date, elle ne connait pas de modifications architecturales notables. Seules les trois cloches, baptisées au XVIe siècle, sont mises à la disposition de la défense de la commune en 1870. Au cours du XIXe siècle, ces cloches sont remplacées par quatre autres de dimensions moindres. Le tintement des cloches de Romainville présente la particularité de sonner des mélodies différentes pour les personnes enterrées, suivant leur âge, leur sexe, et leur qualité.

La statue située dans le choeur, aux côtés de celles de saint Louis et de saint Joseph, constitue la pièce majeure de l'église tant par son ancienneté que par les problèmes d'identification qu'elle présente. Elle est placée au début du XXe siècle sous le vocable de sainte Geneviève, bien qu'elle ne présente aucun des attributs les plus connus de la sainte, que constituent le cierge et la houlette. Au cours d'une restauration en 1978, on remarque la présence de la couronne portée par la sainte et l'on découvre sous la draperie du manteau un pied d'enfant. De toute évidence, la statue transformée était à l'origine une Vierge à l'Enfant du XVIe, qui a depuis retrouvé son aspect initial. Les stalles datent aussi du XVIe. La sépulture récemment déblayée à gauche du choeur ne renferme aujourd'hui aucun tombeau, mais a cependant accueilli certains membres de la famille de Ségur au XVIIIe siècle, comme le suggère l'épitaphe de la dalle funéraire qui ferme cette crypte. Gravement endommagée pendant la Révolution, elle est brisée et son inscription est martelée. Sa récente restauration permet de lire : ' Cy gist très haute et très puissante dame Louise-Anne-Magdeleine de Vernon, épouse du très haut et très puissant seigneur Philippe-Henri, marquis de Ségur. ' La marquise de Ségur a de l'affection pour Romainville et ses habitants. Elle fait don tous les ans, à l'occasion de la fête de la Rosière, d'un trousseau à la jeune fille la plus vertueuse du village. Morte à Paris le 12 mai 1778, elle a probablement été inhumée dans l'église Saint-Germain-l'Auxerrois ultérieurement. Par ailleurs, les vitraux de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois ont été réalisés par le maitre verrier Guevel, et financés par Louis Dory, membre du conseil municipal dès 1794 et issu de l'une des plus anciennes familles de Romainville, sont installés avant la Seconde Guerre mondiale. Lors du bombardement allié du 18 avril 1944 qui vise la gare de Noisy-le-Sec, ils sont détruits, ainsi que de nombreuses maisons à Romainville. Après la Libération, ils sont à nouveau reconstruits et financés par Guevel et Dory. Les thèmes chrétiens, dont celui de la parabole du Bon Pasteur des Évangiles de Jean et de Luc, sont développés dans un style naïf et populaire.

A noter : la ruine à coté de l'église est le dernier vestige du château de Romainville, dont le sous-sol a été massivement exploité comme carrière de gypse au XIXe. Cette aile à demi-effondré, étayée à l'arrière, envahie par la végétation et dénaturée par une constructiuon de briques du XIXe, est propriété de la mairie de Romainville qui essaye de sauver le site, notamment en remblayant la carrière et par l'abattage en 2010 de cabanons construits au XXe au bout de l'avenue du château. Celui-ci sera mis en valeur dans le parc intercommunal de la Corniche des Forts, entre Noisy, Romainville, Pantin, les Lilas et le Pré saint-Gervais, qui sera achevé en 2012 et donnera libre accès à plus de 60 hectares de paysages vallonés, dominés par des ouvrages qui ont jadis été à forte importance stratégique et qui se sont encore aujourd'hui bien conservés.

château de Romainville

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Germain
Siécle de l'édifice: XVIIIIe
Forme du clocher : clocher-porche à pavillon
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
coté nord et clocher
coté sue et chevet de l'église

Eglise Saint-Luc des Grands Champs

La grande église Saint-Luc-des-Grands-Champs est destinée à desservir, comme son nom l'indique, le plateau des Grands-Champs, entre Romainville et Montreuil, jadis vaste zone de culture de pêches connues dans toute l'Europe. Seules les façades latérales de l'église sont achevées dans un style qui exprime le désir de traduire le gothique en langage moderne, à savoir des rosaces aux remplages en ciment ménagées dans des murs de briques, à raison d'une par travée. Son plan, composé d'une nef flanquée au sud d'un bas-côté étroit, et au nord d'un bas-côté double divisé par de grandes arcades reposant sur des piliers alternés, présente une dissymétrie en harmonie avec la modernité de l'emploi du béton armé pour la couverture de l'église en voûtes d'arêtes. De hautes baies et de grandes rosaces ouvertes dans le mur méridional éclairent une statue du Sacré-Coeur réalisée par Hubert YENCESSE (1900-1987), et le choeur carré de l'église, qui communique avec une chapelle dédiée à la Vierge. En haut de la façade se trouve l'arcature unique du clocher-mur carré, mais aucune cloche n'y pend.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Luc
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photos (2) : (cliquez pour agrandir)



Crédits : Photos de Yann SCIARDIS pour http://clochers.org

Chapelles

Chapelle Sainte-Solange, n°6, rue Louise Dory

La petite chapelle Sainte-Solange possède une large nef unique couverte d'une voûte trapézoïdale à doubleaux et nervures. Son choeur étroit est séparé, par des murs de refend, d'une sacristie et d'un bureau pris dans le corps du monument. D'aspect moderne, ses murs extérieurs sont couverts d'un revêtement en briques. Au-dessus de la porte carrée qui ouvre la façade d'entrée, une statue de la sainte domine, surmontée d'un petit clocher-mur triangulaire à une arcade. Cette chapelle Saint-Solange est construite sur le modèle de la chapelle St Charles des Ruffins à Montreuil par le même architecte, VENNER, au début des années 30.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Sainte-Solange
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photos (2) : (cliquez pour agrandir)



Crédits : Photos de Yann SCIARDIS pour http://clochers.org

Chapelle du presbytère, dite Oratoire, rue Veuve Aublet; cettte chapelle date du début du XXe et sert occasionnellement aux messes du matin. Elle n'a pas de clocher et est située dans la cour du presbytère. Attention : son appellation d'oratoire est abusive puisque c'est un lieu consacré, bâti pour des fonctions paroissiales (qu'il ait été salle du patronage ou simple bureau paroissial à l'origine ne change rien, puisqu'il a été construit par la paroisse et teès vite aménagé en lieu de prière.

Type d'Edifice: Chapelle dite oratoire,
Nom de l'Edifice : du presbytère
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

vues de la chapelle


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Nov - 01:27 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-Saint-Denis Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com