Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Montreuil (93100)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-Saint-Denis
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 29 Nov - 00:17 (2009)    Sujet du message: Montreuil (93100) Répondre en citant

Eglises

Eglise Saint-Pierre, Mairie de Montreuil

En 722, une ordonnance du roi mérovingien Thierry IV atteste l'existence d'un village à Montreuil, autour d'une église et de ses dépendances, et qui englobe alors Vincennes et Bagnolet. Sous le règne de Philippe Ier, Montreuil est un village considérable, dont la principale activité tourne autour de l'exploitation des vignes. Le hameau de l'Ermitage, le vieux Montreuil, devient un lieu de prédilection pour le haut clergé et les puissants seigneurs. Le chapitre de Notre-Dame, notamment, y possède de grandes propriétés. En 1113, Louis le Gros établit à Montreuil, qui fait alors partie du domaine royal, les religieux de Saint-Victor et leur accorde le droit de justice. Les rois de France s'y rendent fréquemment. Il est vrai que leur château de Vincennes dépend de la paroisse de Montreuil. Saint Louis vient ainsi y "faire ses pâques ". Charles V et sa femme Jeanne de Bourbon y sont baptisés en 1375. La présence de tous ces personnages importants permet aux habitants de se voir accorder des remises d'impôts et de précieux privilèges qui se perpétueront jusqu'à la Révolution. Le déclin s'abat pourtant sur le village au XVIe siècle, lorsque les rois de France délaissent Vincennes pour Fontainebleau et Saint-Germain. En 1667, la chapelle de la Pissotte à Vincennes se déclare paroisse en titre, et Montreuil perd ainsi toute son autorité sur son vassal. C'est la fin de la richesse royale.
Après la Révolution, le nom du village se transforme en Montreuil-sous-Bois. Au début du second Empire, 87 % des trois mille huit cents Montreuillois vivent de la terre. Toutefois, les petits commerces commencent à s'y développer. Neuf industries s'établissent de 1825 à 1860, soixante-deux de 1860 à 1872, date à laquelle la population atteint 13 000 habitants.. L'aspect du village commence à perdre son caractère uniquement agricole. Deux carrières de plâtre et l'implantation de nouvelles usines bouleversent le paysage. Avec l'avènement du chemin de fer, les agriculteurs perdent peu à peu leur raison d'existence. Aussi vendent-ils leurs terrains, sans regrets. Les ébénistes s'implantent en masse, suivis par d'autres artisans. L'urbanisation gagne alors l'ensemble de la ville, surtout sous la forme pavillonnaire. En 1937, le prolongement de la ligne du métro jusqu'à la mairie accentue cet état de fait. Sur le plateau, les arboriculteurs continuent d'exploiter les ' murs à pêches ', produisant poires, pommes et pêches. Le transfert des Halles à Rungis sonne le glas du Montreuil horticole.

L'existence d'une première église est attestée à Montreuil dès le VIIIe siècle. En ruine, elle laisse la place, au XIIIe siècle, à l'église actuelle, dédiée aux apôtres saint Pierre et saint Paul. De cette époque subsistent le choeur et le sanctuaire. La tradition attribue, à tort, à l'architecte Pierre de Montreuil la réalisation de la partie gothique de l'édifice. Le triforium, ouvert sur le choeur, témoignage des monuments du gothique primitif de la première moitié du XIIIe siècle, se compose d'un grand arc encadrant dans chaque travée trois arcades ogivales. La construction du clocher, interrompue pendant la guerre de Cent Ans, se termine au XIVe siècle. Le siècle suivant est bâtie la grande nef, qui présente trois travées séparées par des piliers circulaires. La légende attribue sa construction aux Anglais, occupant alors le château de Vincennes. Plus vraisemblablement, la grande nef a sans doute vu le jour au sortir de la guerre de la main d'artisans français. Le collatéral, où se trouvent les fonts baptismaux, date du XVIIe siècle. L'église a depuis connu peu de modifications, à l'exception de la flèche du clocher latéral, qui fut démolie et reconstruite en 1807 à la suite d'un violent orage. On songe aujourd'hui à la restauration du choeur, étayé.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Etienne
Siécle de l'édifice: IIIe-XIVe-XVe-XVIIe-XIXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
coté sud
chevet
coté nord


Eglise Saint-Charles des Ruffins (XXe), rue des Ruffins, près du périph' de l'Ile de France - A86 (est de la commune)

L'église actuelle date de 1965 et est construite en béton. Elle remplace une chapelle en briques, construite en 1933 et transformée en école.

Eglise Saint-André du Bas de Montreuil, Robespierre

La construction de cette église de béton, commencée par l'architecte Homberg en 1903, a été achevée par son fils en 1928. On y accède par un clocher-porche de type kreisker dont le premier étage forme tribune. La nef est flanquée de collatéraux et est suivie d'un chevet plat, auquel une abside hémi-circulaire a été rajoutée en encorbellement, comme on peut le voir depuis le jardin du presbytère. L'église est aujourd'hui le centre de la paroisse des quartiers bordant Vincennes, en voie d'embourgeoisement.
La paroisse naquit autour d'une chapelle située au n°6, rue Paul Bert, bénite le 23/1/1864 par M. l'archidiacre MEIGNAN et desservie par l'abbé Guéneau. Le 28 décembre 1873 fut bénite une nouvelle chapelle, au n°39, rue Voltaire (à l'emplacement de l'actuel presbytère) ; l'abbé Pierre Crétineau-Joly desservait cette chapelle, qui, comme la précédente, était érigée sous le vocable de Saint-André l'Apôtre. Par la suite, les abbés Jean-Louis Marcon (1879-1885), Jean-Baptiste MOREAU (1885), Emile Duployé (1885-1887), Henri Franquety (1887-1890) desservirent aussi cette chapelle. L'abbé Henri Patureau acquiert les terrains de la nouvelle église et en commence les travaux, qui seront arrêtés dix-huit ans faute de moyens. Elle est érigée en paroisse en 1907 sous le pastorat de Jean-Baptiste VIALETTE. Une vaste crypte est ménagée sous le choeur et les transepts de l'église; on y accède par un escalier à double volée, à côté d'une sacristie, ou par le jardin du presbytère.

La flèche du clocher abrite une terrasse d'où l'on voit jusqu'aux confins de la Seine-Saint-Denis et de Paris, par beau temps. On y accède via un colimaçon en bois, puis pas des escaliers, d'où l'on peut aussi entrer dans le vide sous la charpente, au-dessus de la voûte cerclée de pierres à chaque travée. Une rambarde ménagée au milieu permet d'y déambuler, d'aller jusque l'abside, où un escalier redescend en découvrant le dôme de la voute et la charpente du chevet, qui est en béton (pannes, fermes et arbalétriers). Notons dans ce coin là une porte cachée par l'habillage du mur qui donne sur un vide sous un toit du porche, véritable royaume des chauve-souris. Une double volée d'escalier s'élève au-dessus des trois (assez petites) cloches jusque l'étage de l'horloge, ou sont ménagés les quatre cadrans du clocher. De là, un escalier-échelle assez raide et poussièreux aboutit à une banale porte d'intérieur... celle-ci est assez dure à ouvrir et quasi-impossible à refermer. C'est là que s'élève la terrase, qui court autour de la masse bétonnée de la flèche, fragile belvédère exposé aux intempéries et à l'usure du temps.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-André
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : clocher-porche de type kreisker
Clocher en péril : non

Photos (48) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade à l'est
coté sud
abside
chevet et coté nord

Intérieur (20) :

bas-coté gauche
grand nef
bas-coté droit

chaire
banc d'oeuvre
transept droit

le choeur et ses vitraux

la chapelle latérale gauche et ses vitraux

l'abside

la chapelle latérale droite et ses vitraux

vue vers l'entrée
rose de la façade

Crypte (4) :



Clocher (15) :

escalier du clocher

la charpente

le beffroi
les cloches

escalier vers les horloges
niveau des horloges
accès à la terrasse

Vues depuis le clocher (5) :

vers le nord (Bagnolet, Romainville)
vers l'ouest (Paris)

vers le sud (le Bois, Vincennes, Saint-Mandé)
vers l'est (Rosny, Neuilly-Plaisance)
vers le nord-est (Montreuil)

Eglise Saint-Maurice, quartier de la ZI Mozinor, dit de la Boissière (XXe), bus 104 (Noisy) arrêt Saint-Denis ou bus 121 (Villemomble) arrêt Acacias.

En 1928-1930, Florent NANQUETTE et son associé Nicolas édifient une chapelle dédiée à Saint-Maurice dans le quartier de la Boissière qui connaît un développement démographique important à partir des années vingt (ancienne zone de murs à pêches). Elle comprend une grande salle rectangulaire couverte d' un plafond plat à poutres apparentes, surmontée d' un toit en terrasse et d' un clocher carré au-dessus du choeur. A côté est construit un nouvel édifice, érigé en église paroissiale, commencé en 1932-1933, sur des plans de l' architecte J. HULOT, grand prix de Rome. L' architecte conçoit une église de style roman primitif, rappelant les premières basiliques : longue de 54 mètres et large de 22 mètres, comprenant une nef centrale à sept travées et un clocher haut de 40 mètres, deux tourelles d' escalier à clochetons de part et d' autre de la façade, le tout construit en brique rose. Le programme prévoit encore une galerie axiale à colonnettes, une tribune d' orgues surplombant le narthex, deux chapelles de transept, un chauffage par le sol. Les ressources manquant pour l' exécution de ce projet, le chantier est interrompu en 1936 : seules les six premières travées occidentales sont réalisées.

L' édifice actuel comprend une nef séparée des deux bas-côtés par des colonnes, un choeur en hémicycle, un transept non saillant, une couverture en charpentes apparentes, un clocher latéral. Des salles de réunion sont construites en sous-sol. En face, rue Jules-Verne, est situé le presbytère ainsi qu' une extension de l' église (salle paroissiale surmontée d' un clocheton). La peinture intérieure est refaite dans les années 1970. Au début des années 1980, la paroisse vend à la ville deux terrains attenant à l' église pour y construire des logements sociaux (cité Jules Verne) ; l' ancienne chapelle et le presbytère sont alors détruits. Le manque de locaux annexes et de logement pour le prêtre conduit à la construction d' un nouveau bâtiment, plaqué contre la façade, qui comprend un porche, un vestibule, un narthex, une salle de réunion et le logement du prêtre à l' étage ; ce bâtiment constitué d' une grande dalle de verre et d'un porche en béton, est l'oeuvre de l'atelier ROMA. Depuis les années 1980, les murs intérieurs sont enduits d'une peinture rose, qui recouvre peut-être une peinture murale en trompe-l'oeil.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Maurice
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (5) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade au sud
coté ouest
chevet
coté est


Eglise Notre-Dame des Foyers, rue Le Nain, dans la direction de Fontenay s/s Bois.

L'église est construite en 1959 par LEROY et FAURE, architectes des grands ensembles Bel-Air et Paul-Doumer, dans lesquels elle est située. Elle comprend une nef au niveau supérieur et une chapelle de semaine ainsi que deux grandes salles pour différentes activités en demi-sous-sol. En 1986-1988, des travaux de consolidation des fondations ainsi que des réaménagements intérieurs sont effectués par l' architecte Marc Rolinet. Le bâtiment est rectangulaire, en béton et verre, avec un clocher-mur en béton peint en blanc, portant deux cloches.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : ND des Foyers
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photos (2) : (cliquez pour agrandir)



Crédits : Yann SCIARDIS pour http://clochers.org


Dernière édition par Admin le Sam 28 Aoû - 02:37 (2010); édité 10 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Nov - 00:17 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 29 Nov - 00:40 (2009)    Sujet du message: Montreuil (93100) Répondre en citant

Chapelles

Chapelle Saint-Antoine de la Croix de Chavaux (fin XXe), bd Chanzy près de la Place du Marché. La chapelle, construite à la fin du XXe par les Chantiers du Cardinal, se distingue des constructions environnantes par une haute flèche en cuivre patiné.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Antoine
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : flèche
Clocher en péril : non

Photo (1) : (cliquez pour agrandir)



Crédits : Yann SCIARDIS pour http://clochers.org

Chapelle Sainte-Marie de la Noue (XXe), face ZI de la Noue, direction Bagnolet. Cette chapelle de briques relativement plate se fond derrière un mur brut de béton au milieu des hautes tours du quartier. Seule une croix blanche discrète apposée en façade signale sa vocation religieuse.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Sainte-Marie de la Noue
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

vue de la chapelle

l'entrée
vue de coté

Crédits : Photos aimablement transmises par Yann SCIARDIS

Chapelle Saint-Charles des Ruffins (1ère moitié XXe), aujourd'hui collège Henri Matisse.

Construite par l'architecte Venner en 1933, cette église se compose d'une large nef unique couverte d'une voûte trapézoïdale, surmontée d'un clocher-mur. Très typée "chantiers des Cardinaux" elle est essentiellement composé de briques, avec un sobre chevet plat. Cette église initie une série d'édifices aux mêmes caractéristiques, comme la chapelle Sainte-Solange de Romainville ou l'église de la Cité-Jardin du Nouveau Logis d'Orly : peu de surface de murs, une charpente à fortes pentes, couverture en tuile de Montchanin, des fermes en bois, et un intérieur enduit d'ocre. La même parcelle comprenait une esplanade servant de terrain de sport, un presbytère et un jardin. Le transept ouest était décoré de peintures murales représentant l' Annonciation et le Christ marchant sur les eaux apparaissant à des soldats blessés, oeuvres signées Abous (inconnu au Bénézit). La chapelle, qui comptait 200 places, est vite devenue trop exiguë pour la population du quartier qui s' accroît ; une plus grande église (500 places) est construite à côté en 1965 (voir IA93000212). D' abord vouée à servir de salle de catéchisme, la chapelle est finalement délaissée ; dans les années 1980, elle est transformée en école par adjonction d' un étage pour les classes, desservies par une coursive.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Charles
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photo (1) : (cliquez pour agrandir)



Crédits : Yann SCIARDIS pour http://clochers.org


Autres cultes

Temple protestant, rue Parmentier (XXe)

Eglise Evangélique, installée au rez-de-chaussée d'un immeuble, rue de la République. Elle fait partie des églises évangéliques du réveil, membre de la Fédération Protestante de France. La communauté est née à l'instigation du pasteur Sameul Rodrigues en 1989 et s'est installée dans ces locaux, jadis occupés par une fabrique de biscuits, en 1990. L'église actuelle est inaugurée en mai 1992.

Type d'Edifice: Eglise évangélique
Nom de l'Edifice : Eglise évangélique de Montreuil
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photo (1) : (cliquez pour agrandir) :



Crédits : Photo aimablement transmise par Yann SCIARDIS


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:13 (2017)    Sujet du message: Montreuil (93100)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-Saint-Denis Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com