Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vincennes (94300)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers du Val-de-Marne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 12 Nov - 23:50 (2009)    Sujet du message: Vincennes (94300) Répondre en citant

Eglises

Eglise Notre-Dame (XIXe-XXe) Château de Vincennes ou rer a Vincennes

L'antique forêt de Vilcena, alors sous la domination de l'évêché de Paris, et mentionnée dès 847 dans un titre de l'abbaye de Saint-Maur, attire l'attention du pouvoir au XIe siècle : giboyeuse et proche de Paris, elle concentre l'intérêt des chasses royales. Au XIIe siècle, Louis VII initie, vraisemblablement avec un rendez-vous de chasse, les premiers aménagements de ce qui deviendra le château de Vincennes. Au XIIIe siècle, la demeure devient le siège du pouvoir de saint Louis. Vers 1360, le développement du domaine royal entraine à proximité l'édification d'une Basse-Cour réservée au logement de la domesticité, qui se situait à l'emplacement aujourd'hui délimité par les rues de Montreuil, du Midi, Raymond-du-Temple et l'avenue de Paris. Autour d'une chapelle située plus au nord se développe, dépendant de la paroisse de Montreuil, le hameau de la Pissotte, ainsi dénommé en raison de la présence d'un rû. Étroitement lié à celui du château, le développement des deux bourgades conduit inexorablement à leur réunion. Elle aura lieu en 1667, la Pissotte, la Basse-Cour et le château se trouvant unifiés sous l'égide d'une même paroisse, tandis que le pouvoir royal, en la personne de Louis XIV, délaisse Vincennes pour Versailles.

L'actuelle église est construite à proximité de l'ancienne Basse-Cour (le rue du temple se trouvant à 50 m de l'édifice) au XIXe, dans le style néo-classique, sur les plans de l'architecte Jean-Baptiste Cicéron LESUEUR. Sur les façades des bas-côtés, les niches en plein cintre accueillent des statues de saints. Le nouveau lieu de culte devient rapidement trop exigu : après l'adjonction d'un presbytère, on agrandit en 1896 l'aile droite par une chapelle en l'honneur de saint Louis. De grands travaux d'aménagements sont effectués de 1934 à 1939, sous la direction des architectes municipaux QUAREZ et LAPOSTOLLE avec la construction d'une vaste crypte, et de deux chapelles formant bas-côtés, la chapelle Sainte-Thérèse et la chapelle du Sacré-Coeur, qui vient remplacer celle naguère dédiée à saint Louis. Dans la nouvelle grande nef à droite, l'autel se place au milieu du volume, laissant deux salles d'inégale grandeur formant comme deux nefs.

Une coupole de la fin du XIXe éclaire l'espace du choeur, qui aboutit à une abside hémi-circulaire. A droite du choeur se trouve la nouvelle chapelle du Sacré-Coeur (XXe), formant une nef secondaire avec un autel particulier, et une petite chapelle derrière celui-ci. Les vitraux de LUSSON sont installés en 1863. Les orgues de Vincennes ont été exécutées entre 1855 et 1865 par les frères Stoltz. Elles furent ensuite restaurées par la maison Cavaillé-Coll, héritière des traditions d'Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899), sans doute le plus célèbre facteur d'orgues du siècle dernier. Elles conservent dix-sept jeux du mécanisme originel.

Dossier des Monuments Historiques (plans anciens, vues intérieures/extérieures N/B) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00075806/inde…

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Denis
Siécle de l'édifice: XIXe-XXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non

Photos (17) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (3) :

façade
chevet
l'ancienne et la nouvelle nefs

Intérieur (14) :

bas-côté gauche
grand nef (19e)
bas-côté droit

nef et autel du 20e
la chapelle de l'abside droite
et son autel

le choeur
autel latéral gauche
autel latéral droit

vitraux
vue vers l'entrée

Eglise saint-Louis (XXe), rue Fays Saint-Mandé Tourelle

Commencée en 1914, la construction de l'église Saint-Louis est interrompue durant la Première Guerre mondiale et ne sera achevée qu'en 1924. L'église a été construite sur un espace très réduit : une parcelle en trapèze limitée sur trois cotés par des rues et sur le dernier par un immeuble, donc sans possibilité d'agrandissement. Ses architectes, Jacques DROZ et Joseph MARRAST, ont donc été obligés de faire une structure de grande taille et de conception originale. D'inspiration néo-byzantine, chef-d'oeuvre du style dit des Arts décoratifs, elle est considérée à l'époque comme résultant des tendances les plus avancées de l'art moderne. Pour la décoration intérieure, on fait appel à des artistes des Ateliers d'art sacré, groupe fondé en 1911 par Maurice DENIS, Georges ROUAULT et Georges DESVALLIERES.

La toiture de l'église part des quatres murs pour aboutir à une coupole octogonale, dont le centre est orné d'une décoration picturale figurant une croix cantonnée de la représentation des quatre évangélistes. La fresque est l'oeuvre d'Henri MARRET (1878-1964), membre des Ateliers d'art sacré. Les passages entre le choeur et les chapelles sont ornés de décors de céramiques à dominante bleutée, datant de 1926, représentant à gauche des paons et à droite l'Agneau Mystique. La chaire, tout comme l'autel et la table de communion, participent de la même volonté décorative. Sur une structure en béton, l'artiste a disposé un revêtement de céramique d'un bleu profond, rehaussé de blanc. La chaire est ornée d'une représentation de l'Esprit saint en forme de colombe, et de la symbolisation rituelle des évangélistes : l'ange, le lion, l'aigle et le taureau. Maurice DENIS (1870-1943) réalise la fresque du choeur représentant la Glorification de Saint-Louis. Il y retrouve la traditionnelle représentation du roi rendant la justice sous un chêne, sur fond de futaies symbolisant la forêt vincennoise.

Dossier des Monuments Historiques (vues intérieures N/B) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00075807/inde…

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Louis
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non

Photos (24) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (7)

façade à l'ouest et campanile
coté nord
chevet à l'est

cadrans et claustras du clocher
fresques de la façade

Intérieur (17) :

vue intérieure

Calvaire
Chemin de Croix

coupole
la voûte
la tribune et l'orgue

chapelle latérale gauche
la chaire

passages vers le choeur voûtés de céramiques

chapelle latérale droite
clôture du banc d'oeuvres

Chapelles

Chapelle du château de Vincennes Château de Vincennes

On trouve mention, dès 1162, d'un pavillon de chasse construit pour Louis VII le Jeune en la forêt de Vincennes, point de départ de ce qui deviendra au fil des siècles l'un des plus beaux châteaux du domaine royal. En 1183, son fils Philippe Auguste (1165-1223) fait édifier un manoir à la place du modeste pavillon de chasse, et fait clore de murs le domaine. Les premiers grands aménagements, qui allaient transformer le manoir en château fortifié, centre névralgique du pouvoir royal, datent du règne de saint Louis (1226-1270). Un premier donjon est érigé, de même qu'une salle d'assemblée. En 1248, pour recevoir une sainte relique offerte par le dernier empereur latin de Constantinople (capitale de l'empire romain d'Orient prise en 1204 lors de la 4e croisade) une épine de la couronne du Christ, le roi fait élever une sainte chapelle. En 1316 la branche ainée des Capétiens s'éteint à Vincennes, en la personne du fils posthume de Louis X, Jean Ier, qui meurt nourrisson. Après les très courts règnes de ses deux oncles, la proclamation de Philippe VI, neveu de Philippe le Bel, fait passer la couronne à la branche des Valois en 1328. De 1350 à 1380 le château de Vincennes change de visage. Les travaux de fortification, initiés par Philippe VI, sont poursuivis par Jean II le Bon, et achevés par Charles V. Un nouveau donjon commande l'enceinte désormais longue de 1216 mètres, flanquée de neuf tours rectangulaires. Les guerres contre les Anglais et contre les Navarrais, la jacquerie parisienne, ainsi que l'introduction de l'artillerie dans les armées imposaient une fortification du domaine royal dont Vincennes n'est pas le seul exemple. La tour du village, récemment restaurée, est la seule qui n'ait pas été arasée. Ornée de bas-reliefs figurant des anges elle comprend deux passages, charretier et piéton.

Muni de ses tourelles, le donjon domine l'enceinte du château de ses cinq étages. Un fossé de 28 mètres, une enceinte propre, la chemise, et des échauguettes lui composent un système de défense autonome. En 1365, le roi Charles V demeure dans le donjon. Ses descendants s'y succéderont jusqu'aux travaux entrepris par Louis XI et François Ier pour doter le château d'un logement à leur mesure. En 1422, Henri V, le vainqueur d'Azincourt, roi d'Angleterre et héritier du royaume de France par son mariage avec Catherine de Valois, meurt à Vincennes. La France ne recouvre son unité qu'après le sacre de Charles VII à Reims en 1429, et la reconquête du royaume de 1435 à 1453. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le donjon de Vincennes est une prison d'État où seront incarcérés de nombreuses personnalités. Parmi celles-ci, Henri de Navarre, chef du parti calviniste, et futur Henri IV, Louis II de Bourbon dit le Grand Condé pour ses sympathies frondeuses, Diderot pour avoir professé des convictions matérialistes et athées, l'aventurier Latude, soupçonné d'avoir comploté contre Mme de Pompadour, ou le marquis de Sade dont ce fut l'un des multiples lieux d'internement.

Les bâtiments édifiés dans l'enceinte du château par Louis XI, et aménagés par François Ier, nécessitent de nouvelles modifications, afin de les adapter aux exigences du train de vie royal. Initiés par Henri IV peu avant son assassinat, les travaux se poursuivront pendant cinquante ans. Le pavillon du roi est agrandi à partir de 1610, sous la régence de Marie de Médicis et les premières années du règne de Louis XIII. À partir de 1656, sous la régence d'Anne d'Autriche, mère de Louis XIV, de nouveaux remaniements sont effectués : construction d'un demi-corps supplémentaire pour l'aile du roi, et édification d'un bâtiment symétrique, le pavillon de la reine, sous la direction de l'architecte Louis LE VAU. L'aile de la reine servira d'appartements au cardinal Mazarin, puis à la reine mère. Le jeu serré des baies et des pilastres, et l'absence d'ornements extérieurs témoignent de la vocation défensive du château de Vincennes, loin des demeures d'apparat. Au même moment une grande enceinte extérieure est reconstruite, puis agrandie encore, et englobe désormais un grand clos autour du château. La vocation défensive se confirmera par la construction au XIXe de baraquements d'armée dans le château et du Fort Neuf immédiatement à coté.

Fort militaire au 19e, le château ne retrouve son intérêt historique qu'avec les travaux de réhabilitation menés par l'architecte Eugène Viollet Le Duc (1814-1879). Initiée en 1852, la première campagne de restauration se prolongera après sa mort. La sainte chapelle, le donjon et la tour du village, partiellement effondrée, sont restaurés. En 1922, une bibliothèque et un musée de la Guerre sont installés dans l'aile de la reine. Le général Maurice Gamelin, commandant en chef des forces alliées en 1939, fait du château son quartier général. Aux mains des Allemands durant l'Occupation, les bâtiments souffrent grandement en 1944, lorsque les troupes battant en retraite le feront en partie sauter. Entreprises par les Monuments historiques en 1947, les restaurations permettent d'y installer dès l'année suivante les services historiques de l'armée. De nos jours, les campagnes de réhabilitation et de fouilles se poursuivent, tandis que la majeure partie des bâtiments demeure réservée aux services historiques des armées. Seuls le donjon et la sainte chapelle sont dorénavant consacrés au musée historique et archéologique du château.

En 1379, une ordonnance royale de Charles V ordonne le remplacement de la sainte chapelle édifiée par Saint Louis en 1248 par une nouvelle dont les travaux avaient déjà commencé. Sans doute les aménagements entrepris par le roi avaient-ils fragilisé l'ancien édifice, à moins qu'il ne lui ait préféré une nouvelle localisation. La mort du roi en 1380 interrompt rapidement les travaux. Ils reprennent vers 1400 sous la direction de l'architecte royal Jean Annot. Plusieurs fois suspendue, l'édification de la nouvelle chapelle se poursuit lentement sous les règnes de Charles VII, Louis XI, Charles VIII, Louis XII, lesquels mènent parallèlement des transformations sur le site du château. De 1540 à 1552, l'achèvement de la chapelle est conduit par l'architecte Philibert DELORME, pendant les règnes de François Ier et d'Henri II. Bien que menée sur cent cinquante ans, la construction de la nouvelle chapelle conserve une unité de style, inspiré du gothique de la vénérée chapelle construite par saint Louis. Seul son décor, à l'exemple des clochetons et pinacles, trahit son achèvement en pleine Renaissance. À l'intérieur repose le corps de Louis Antoine Henri de Bourbon, duc d'Enghien (1772-1804). Soupçonné par le Premier Consul d'avoir comploté contre sa vie, il est enlevé dans le grand-duché de Bade, et mené à Vincennes où il est fusillé le 21 mars 1804, à la suite d'un simulacre de procès.

Dossier des Monuments Historiques (plans et cartes anciennes, lithographies, vues extérieures / intérieures N/B) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00075818/inde…

Chapelle Saint-Jean-sainte-Thérèse (XXe), rue Mirabeau, à 150 m de Montreuil (93).

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Saint-Jean-sainte-Thérèse
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade

vue vers l'autel
autel
vue vers l'entrée

Chapelle de l'Institution Notre-Dame de la Providence, 7 rue Gabriel Péri (XXe). La chapelle s'étend parallèlement à la rue, au premier étage du bâtiment. Il n'y a pas de clocher, et seul un long mur de claustras l'installe dans son environnement.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : de l'Institution ND de la Providence
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Communauté religieuse

Couvent des Dominicaines de Monteils (XXe), 1 bis rue de l'Union. Le couvent est installé dans une petite maison construite au début du siècle au nord-est de Vincennes, dans un quartier pavillonnaire. Une chapelle rudimentaire, à grande nef et sans clocher, a été construite au fond de la cour, contre la maison. La congrégation est d'origine toulousaine et se charge entre autres depuis 1953 du collège des Ecossais, aujourd'hui foyer de jeunes filles, au coeur de Paris.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : des Dominicaines de Monteils
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Autres cultes

Temple protestant (XIXe-XXe), rue de la Fraternité rer a Vincennes ou Bérault Le temple actuel a été inauguré en 1930; il y a une communauté protestante dans la ville depuis 1860. La paroisse a recouvert jusqu'au début du XXe siècle les communes de Charenton et de Saint-Maur.

Type d'Edifice: Temple protestant
Nom de l'Edifice : ERF de Vincennes et de Montreuil
Siécle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
chevet


Dernière édition par Admin le Ven 27 Aoû - 01:32 (2010); édité 9 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Nov - 23:50 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 03:34 (2010)    Sujet du message: Vincennes (94300) Répondre en citant

Anciens lieux de culte

Ancienne église paroissiale Notre-Dame (XIIe), située à la Pissotte, c'est à dire le long de la rue de Fontenay. Cette chapelle dépendante de Montreuil, érigée en succursale en 1547, devient le lieu de culte d'une paroisse réunissant la Basse Cour (le château) et le bourg en 1667; l'ensemble devient ville en 1787. Petite et délabrée, elle est vendue en 1795 comme bien national et disparaît par la suite.

L'on sait grâce aux registres paroissiaux qu'en 1637 encore, on pratiquait les inhumations dans l'église de la Pissotte, mais que le cimetière existait déjà : http://savart.info/page20/page63/page119/page119.html

Gédéon TALLEMANT des REAUX, qui écrit dans le 3e quart du 19e ses Historiettes, y met en notes en page 109 qu'en 1709, on ne comptait à la Pissotte "que cinquante feux et deux cent vingt huit habitants".

Ancienne chapelle de la Basse-Cour

La chapelle du château de Vincennes ne servait pas d'église paroissiale à la Basse-Cour : quelques sacrements y étaient célébrés par et pour les nobles, et on trouve aussi trace de baptêmes d'enfants de soldats valeureux au XVIIe. Avant la fusion en 1667 des deux paroisses au profit de la Pissotte, les habitants de la Basse-Cour, essentiellement des artisans au service de la Cour et de la domesticité, allaient à la messe dans une chapelle, disparue sans doute peu après la fusion ou à la Révolution. Au contraire, au XVIIIe, la Sainte-Chapelle est l'église du château, encore habité par cinq cent privilégiés nommés par le Roi.

Ancien couvent

Ancien couvent des Grandmontains (du XIIe au XVIe), remplacés par des Cordeliers (1584) puis des Minimes ( de 1585 à la Révolution).


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:00 (2017)    Sujet du message: Vincennes (94300)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers du Val-de-Marne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com