Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Limours (91470)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de l'Essonne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 12 Nov - 23:45 (2009)    Sujet du message: Limours (91470) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Pierre (XVIe-XXe)

La première mention de Limours apparait en 703, dans une charte de Childebert III qui entérine la donation d'un prieuré bénédictin au monastère de Saint-Germain-des-Prés. La paroisse de Limours est créée en 1091, et son église est donnée à l'abbaye de Bourgueil en Anjou, dont l'abbé installe un prieuré dans le bourg. Aux XIe et XIIe siècles, de nouvelles granges (fermes dans la possession d'une abbaye) sont créées, établies dans la forêt au Cormier et au lieu-dit Crache près du Pommeret. Néanmoins, pendant la période féodale, le village est de modeste importance et, bien qu'un petit château serve de résidence au seigneur, il est dénué de murailles. Pendant la guerre de Cent Ans, le bourg est dévasté et décrit comme désert vers 1458, l'église étant également détruite.

Renaissant de l'abandon après la guerre de Cent Ans, et se reconstruisant à partir de sa nouvelle place centrale, le village se voit offrir sa nouvelle église par les nouveaux propriétaires du vaste domaine de Limours, monsieur Jean Poncher, conseiller du roi et trésorier des guerres, avec son épouse Catherine Hurault. Le chantier prend place sur la crypte de l’église médiévale détruite, à partir de 1516, et jusqu’à environ 1532 si l’on se réfère à la date sculptée sur un des autels de l’époque. Le clocher reste à l'état de fondations jusqu'à la fin du XIXe siècle. La tour actuelle, à balustrade et petit dôme, est édifiée en 1901 et 1902 par l'architecte Marcel LAMBERT. L'église, en forme de croix latine, comporte une nef unique. L'intersection de ce vaisseau et du transept est surmontée d'un clocheton charpenté et couvert de tuiles. L'église est voûtée d'arêtes, avec des arcs en plein cintre. À droite du choeur, l'ancienne chapelle seigneuriale, consacrée à sainte Anne, conserve une voûte à liernes et à tiercerons et un retable de 1532. Elle est aménagée en sacristie. Le portail d'entrée, les portes intérieures et les verrières du choeur relèvent de l'influence du gothique flamboyant, tandis que les arcs des voûtes, les retables des autels latéraux et de la sacristie témoignent de l'art de la Renaissance. Des orgues du facteur DAMIEN sont installées en 1866 et sont classées Monument Historique à la fin du XXe.

La série des quatre vitraux de Limours est une représentation de la Passion. La baie nord porte la Cène au tympan, la Flagellation au centre, et Jésus devant Pilate en bas. La deuxième baie, absidiale nord, illustre Jésus en prière au Jardin des Oliviers en haut, le Couronnement d’épines au centre, puis le Portement de Croix avec sainte Véronique tendant le linge. Dans la baie axiale, sous le tympan de la Trahison de Judas, la partie principale de la verrière est dans toute sa hauteur consacrée au chef-d’œuvre de la Crucifixion, s'inspirant d'une grabure de Dürer datant de 1511, La Grande Passion. La baie absidiale sud représente la Descente de croix puis la Mise au Tombeau. Au dessus sur le tympan : Jésus devant Caïphe. Le reste des vitraux des transepts est d’une belle facture du XIXe siècle représentant des saints, surmontés de modèles architecturaux symbolisant l’institution ecclésiastique. Tous ces vitraux anciens ont été restaurés en 1888 par le maître verrier LE PREVOST.

Le portail est structuré par un jeu de croisillons de bois serrés, auxquels les planches sont fixées par de gros clous de fer. Il est aussi d’époque, et inscrit avec l’ensemble de l’église.Les clefs de voûte sont armoriées par les fondateurs de la nouvelle église. Celle à la croisée du transept représente le blason de la famille PONCHER. Martelées en 1793, ces clefs de voûte sont restaurées dans la seconde moitié du XIXe siècle. Deux d'entre elles sont ornées des armes des HURAULT entourées du collier de l'ordre du Saint-Esprit, cette distinction ayant été remise en 1580 à Philippe Hurault de Cheverny, alors chancelier de France et seigneur de Limours. Vue d'une des clefs de voûte : http://fr.topic-topos.com/image/bd/clef-de-voute-armoriee-limours.jpg

Des reliques de saint Marc, l’évangéliste, ont été ici présentes et vénérées. Selon un rapport écrit de 1778 à la comtesse de Brionne et de Limours, c’est à la fin du XIVe siècle qu’elles y furent apportées : Jacques de Montmort, chambellan du roi mais aussi seigneur de Limours, fut d’un grand secours à la république de Venise dans son conflit contre Gênes. C’est en remerciement que la sérénissime cité de saint Marc lui en a offert. Déposées en refuge à la ville fortifiée de Briis-sous-Forges pendant la guerre de Cent Ans, il fallu 34 ans de procès pour que les reliques soient restituées à l’église de Limours en 1513, bien qu’elle ne fût pas encore reconstruite. Plus tard, la transplantation dans une châsse neuve fut l’occasion d’une somptueuse cérémonie, le 9 novembre 1681. Mais, en 1793, la Convention requisitionna nombre de pièces précieuses des églises pour les besoins de financement de la guerre, dont la châsse qui fut destinée à la fonte.

Les retables du transept nord comme du choeur sont du XVIe. Une Annonciation peinte de l'école nordique (luministe) date de la première moitié du XVIIe. Deux statues de Saint-Sébastien (dont une polychrome) et une de Saint-Marc datent du XVIe. Les fonts baptismaux en bois sculpté dans le style néogothique sont offerts avec un ensemble de boiseries installées autour du choeur et 24 stalles en 1866. Le chemin de croix en bois sculpté, les confessionaux et la chaire à prêcher datent de la même époque, tout comme le reste des statues.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Piere
Siécle de l'édifice: XVIe-XXe
Forme des clochers : bulbe à lanternon et flèche
Position des clochers : latéral et à la croisée du transept
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade et clocher
coté sud
chevet
coté nord et clocher

Autres cultes

Eglise orthodoxe roumaine (XXIe)

La Métropole de l’église orthodoxe de Roumanie pour l’Europe occidentale et méridionale a élu domicile à Limours, dans la belle maison du 1 boulevard du Général Leclerc. Une chapelle construite en bois y fut alors érigée, apportant à Limours une oeuvre admirable et unique. La maison, construite en 1905, marque l’entrée du lotissement du Valménil. Propriété de l’état Roumain, elle fut une annexe de l’ambassade avant de devenir la résidence de la Métropole orthodoxe de Roumanie pour l’Europe occidentale et méridionale. Le Métropolite, l’Archevêque Monseigneur Joseph, décida d’édifier une chapelle roumaine dans la perfection des règles de l’art ancestral du Maramuresh.

Dans les contrées du nord de la Roumanie, on construit des chapelles de bois au coeur des forêts, depuis le XIIème siècle. Cela commence par le dégagement d’une clairière, dont les arbres sacrifiés sont réutilisés pour la construction. Celle-ci doit se passer de tout autre matériaux, la totalité des pièces de bois étant entièrement autoclavées. A Limours, c’est le bois du grand tilleul qui a dû lui laisser la place qui trouve une seconde vie dans le corps de la chapelle. Son emplacement fut choisi de façon que les autres arbres forment quasiment un cercle autour, se trouvant ainsi "enrôlés" dans le symbole du berceau forestier originel. La chapelle fut construite en Roumanie, puis amenée en pièces détachées en France. Elle fut inaugurée après avoir été entièrement recouverte de peintures intérieures en 2009. La haute flèche du clocher, à laquelle on peut accèder par de multiples et solides échelles partant depuis la tribune, n'a pas de cloches... pour l'instant. L'église est consacrée à la Synaxe de la Mère de Dieu et a été consacrée le 11 juillet 2009.

Type d'Edifice: Eglise orthodoxe
Nom de l'Edifice : de la Synaxe de la Mère de Dieu
Siécle de l'édifice: XVIIe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : au-dessus de la façade, sur le toit
Clocher en péril : non

Photos (14) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

vues extérieures de l'église

Intérieur et fresques (10) :

vue vers l'autel
mur de gauche
absidiole droite

l'autel
fresque de la voûte de l'abside

vue vers la tribune
fresques de la tribune

fresques de l'église depuis la tribune
plafond de la nef


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Nov - 23:45 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de l'Essonne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com