Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Kersaint-Plabennec (29860)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers du Finistère
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 22:31 (2009)    Sujet du message: Kersaint-Plabennec (29860) Répondre en citant

Kersaint-Plabennec est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plabennec. Cette paroisse de Kersaint-Plabennec tire certainement son nom des moines, qui sont venus de la Bretagne insulaire en Armorique à la suite de saint Ténénan. Le centre paroissial a été déplacé de Kersent-Coz (Vieux Kersaint) où se trouvait l’ancienne chapelle Notre-Dame de Lanvélar, vers le lieu où se trouvait la chapelle Saint-Michel. La première église a certainement été bâtie vers le XIIème siècle. La paroisse de Kersaint-Plabennec dépendait au XVème siècle de l'ancien évêché de Léon. A noter que Kersaint ne figure pas au nombre des paroisses du diocèse de Léon vers 1330.

Eglise

Eglise Saint-Etienne (XVII-XVIIIème).

Le premier édifice, en forme de croix latine, date de 1660 et est restauré en 1751 et en 1782 et agrandi au XIXème siècle. Cet édifice, en forme de croix latine, comprend, précédée d'un clocher, une nef avec bas-côtés de trois travées, un transept et un choeur à chevet polygonal accosté de deux chapelles communiquant également avec le transept. La tour est restaurée vers 1782 : l'adjudication des travaux de la tour a eu lieu le 4 mars 1781. La cloche date de 1769. Le haut du clocher a été foudroyé le 17 décembre 1809. En 1781, faire fonctionner les deux cloches simultanément devient si dangereux que la reconstruction de la tour est décidée. Les travaux durent deux ans. Le 17 décembre 1809, la foudre s'abat sur le clocher, et la flèche est détruite. Une boule de feu descend l'escalier et provoque de nombreux dégâts dans l'église. La flèche, refaite, est plus courte. Cette tour carrée comprend quatre niveaux sous le beffroi, séparés par des linteaux, puis le beffroi lui-même au-dessus de la balustrade en saillie, formé de deux hautes arches à jour portant les cloches. Au-dessus, la flèche hérissée est flanquée de pinacles à chaque coin. Les murs sont refaits en grande partie en 1751, comme en témoigne l'inscription qui se trouve au-dessus de la porte latérale, qui se trouve, une fois n'est pas coutume, au nord.

Sur la cuve baptismale en kersanton, on trouve la date de 1701. Le dallage semble avoir été refait en 1855 grâce à M. Saout, desservant, et à G. Kouanton, trésorier. La chaire à prêcher date du XVIIIème siècle. Dans une niche au-dessus de l'entrée du porche, est placée une ancienne statue de saint Etienne : sur le porche on lit la date de 1753, surmontée d'un calice. L'église possède deux autres statues en bois du XVIIIème siècle provenant de la chapelle de Lesquélen (saint Etienne, saint Jean) et les statues de la sainte Vierge et saint Yves. Le porche est orné des douze statuettes représentant les Apôtres. L'église a été agrandie à la fin du XIXème siècle sur les plans de M. Jourdan de la Passardière (sacristie)

Chapelle

Chapelle Notre-Dame-de-Lanvélar ou Notre-Dame de Grâce (1837-1840), édifiée à l’emplacement de la chapelle du vieux bourg de Kersaint-Goz. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec chevet à pans coupé édifié à l'emplacement de l'édifice primitif datant du XVIIème siècle. La chapelle abrite les statues de la Vierge-Mère, sainte Anne et un Ecce Homo en kersanton. On y voit un tableau de la Vierge-Mère avec l'Enfant tenant un chapelet. L'édifice rectangulaire à chevet plat, sommairement éclairé par deux baies cintrées de chaque coté et une autre en façade, est surmonté d'un lanternon carré en pierre, support de l'unique cloche. Le culte et le pardon, qui a lieu le deuxième dimanche de Pâques, sont célébrés jusqu'au milieu du XXe siècle.

Anciennes chapelles

Ancienne chapelle Saint-Michel, aujourd'hui disparue. La chapelle menaçait ruines, lorsque la fabrique se décide, le 4 juin 1780, à faire abattre le clocher et à remplacer cette partie par un simple pignon. Mais la dame Marie-Michelle Cabon (veuve de messire François-Louis de Penfeuntenyo), fait interrompre les travaux qui ne reprendront qu'en 1781. La chapelle n'est plus que ruines, lorsqu'en 1837, les matériaux provenant de la démolition, vont servir à l'édification de la chapelle Notre-Dame de Lanvelar, en Kersaint-Goz. On a édifié un calvaire lors de la mission de 1869 en mémoire de la chapelle Saint-Michel. Après l'abandon du vieux bourg, le culte a été probablement célébré dans la chapelle Saint-Michel.

Ancienne chapelle Saint-Elven, aujourd'hui disparue. On a trouvé près de la chapelle des fragments de tuiles romaines.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 25 Oct - 22:31 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers du Finistère Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com