Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Coat-Méal (29870)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers du Finistère
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 21:42 (2009)    Sujet du message: Coat-Méal (29870) Répondre en citant

Eglise

Eglise Notre-Dame-des-Sept-Douleurs (XIV-XV-XVII-XVIIIème siècle).

Il s’agit, à l'origine, d’une ancienne chapelle donnée par les vicomtes de Léon à l’abbaye de Daoulas en 1172, qui y établit un prieuré-cure. L'édifice, de plan très irrégulier (conséquence de plusieurs campagnes de construction), comprend une nef avec, au nord, un bas-côté de trois travées, et au sud, la chapelle des fonts, le porche, et une travée communiquant avec un bas-côté jusqu'au porche. Cette chapelle devient église paroissiale au XVIIème siècle. La partie orientale de l'édifice, refaite en partie au XVIIème siècle et restaurée au XVIIIème siècle, conserve des piliers du XIVème siècle. L'église est en grande partie reconstruite en 1789. La sacristie est construite en 1896.
La tour, datée, semble-t-il, du temps de l'abbé Plessou (vers 1640), porte la date de 1769. Ce clocher-porche précède quelque peu la nef. La flèche qui surmonte le beffroi, orné d'une galerie saillante et formé de deux niveaus superposés d'arches carrées à jour, est restaurée en 1851 et 1886. Les sculptures de l'autel du côté de l'épître remontent aux XIVème et XVème siècles. A l'intérieur du porche sud, on voit des niches (XIVème siècle) abritant les statues de Notre-Seigneur et des douze apôtres. La porte extérieure du porche date du XIVème siècle. La porte ouvrant sur l'église date de la fin du XVème siècle. La porte ouest, à la base du clocher, date du XVème siècle. On y trouve quelques statues anciennes : la Vierge-Mère, une Pietà, saint Joseph et sur le clocher, une Vierge-Mère en kersanton. On prétend qu'une ancienne fontaine se trouvait autrefois au chevet de l'église. Des fenêtres rectangulaires, garnies de vitraux, éclairent les bas-cotés; le chevet est plat.

Le pardon a lieu le troisième dimanche du mois d'août, probablement pour éviter la concurrence avec la paroisse de Bourg-Blanc, dont la fête se déroule le deuxième dimanche d'août. Un second pardon, moindre, le pardoun an troiou, pardon des tours, est fixé le mardi de Pâques. À l'origine, la cérémonie consiste en neuf tours de l'église, exécutés d'un pas rapide, avec récitation à genoux d'un Pater et d'un Ave Maria devant l'autel à chaque tour. Peu à peu, l'usage des neuf tours se réduit à un seul, sauf lorsqu'un malade est en danger de mort.

Les parties les plus anciennes de l'église (13e-14e siècle) sont le chœur et le porche sud. On les distingue du reste du bâtiment par la couleur jaune de la pierre (couramment appelée pierre de Logonna) et par une sculpture finement travaillée. L'architecture de la nef et des bas-côtés est assez irrégulière ; cela est dû à la succession des campagnes de construction qui vont du XIIIe au XIXe siècle. La dernière restauration date de 1896. Ce porche vaste est classé Monument Historique. Les moulures et les voussures de l'arcade s'amortissent sur des colonnettes, dont les chapiteaux sont ornés des mêmes fleurs que ceux des piliers du chœur. A l'intérieur du porche, sous la belle voûte en ogives, les statues noires, en kersanton, représentent le Christ-Sauveur entouré de ses apôtres. Sur la plinthe, on reconnaît Thomas (avec son équerre de «vérification) Paul, Pierre (avec sa clé), Jean (tenant la coupe de poison). La plupart des apôtres sont identifiables par l'instrument de leur martyre : Simon le Zélote (la scie), Jacques le Mineur (la massue), Matthieu (sa balance de percepteur) Barthélemy (son coutelas), Jacques le Majeur (sa coquille et son chapeau de pèlerin), André (sa croix), Philippe (sa croix latine)...En cherchant bien, on peut découvrir encore des petites têtes de moine, de chien, de lion, de mouton, d'angelots...

Les arcades et les piliers du chœur sont remarquables par leur épaisseur, le fini du travail et leur couleur jaune. Les chapiteaux sont ornés de fleurs à quatre pétales. Mais ce qui frappe le regard, dès l'entrée dans l'église, c'est, au-dessus du maître autel, la niche qui abrite une belle «Piéta», du 16e siècle. Taillée dans un seul bloc de chêne, la statue représente «Notre Dame de Pitié», «Itron Varia a Druez », Marie, le coeur brisé, soutenant le corps de son fils descendu de la croix. Jusqu'en 1890, la Patronne de Coat-Méal était invoquée sous le vocable de « Notre Dame ». Depuis cette date, c'est « Notre Dame des sept douleurs ». Au dessus de cette niche, une inscription,en langue bretonne,dédiée à la patronne de la paroisse : O MAM A DRUEZ PEDIT EVIDOMP que nous pouvons traduire O MERE DE PITIE PRIEZ POUR NOUS. Sur la façade, dehors, une pierre sculptée en tête d'enfant est apparue lors du rehaussement de la toiture en 1896.

La première mention que l’on rencontre des cloches, date du 9 octobre 1793. L'ordre vient de « descendre du clocher et de transporter à Brest toutes les cloches, moins une, au choix de la commune. »
« Le 27e jour du 1er mois de la 2e année républicaine, la municipalité de Coat-Méal remet au district de Brest une cloche de la tour et 3 petites clochettes ». Elles ne sont jamais revenues. Le 8 décembre1832, la municipalité demande au Sous-Préfet « un secours pour la refonte d'une cloche cassée, une seule ne pouvant suffire au service paroissial et la commune n'ayant pas de ressources». Le 9 avril 1833, M. le Curé de Saint-Louis de Brest, délégué par Mgr l'Evêque, bénit une cloche nommée Françoise Désirée. Son parrain est M. Causeur, receveur des Contributions directes et la marraine est Mme Bourrasseaux. Le 30 mars 1880, la cloche Louise Marie, pesant 515 kilos, payée 1.500 francs, fut baptisée par M. Abgrall, curé de Lannilis, délégué par Mgr Dom Anselme Nouvel, évêque de Quimper. Son parrain est M. Louis Félix de Blois de la Calande et la marraine est Madeleine Marie Mélite de Blois.

Citation:
En savoir plus sur l'église de Coat-Méal :

Du temps de l'abbaye : http://breton.coatmeal.free.fr/textes_Coat-Meal/Coat-Meal_Eglise-plus-2.htm

Le porche sud : http://breton.coatmeal.free.fr/textes_Coat-Meal/Coat-Meal_Porche-2.htm

L'intérieur de l'église : http://breton.coatmeal.free.fr/textes_Coat-Meal/Coat-Meal_Eglise-interieur-…

Les pardons et le culte de Notre-Dame des Sept-Douleurs : http://breton.coatmeal.free.fr/textes_Coat-Meal/Coat-Meal_Devotions-2.htm

Les calvaires de la commune : http://breton.coatmeal.free.fr/textes_Coat-Meal/Coat-Meal_Calvaires-2.htm

Ce site a aussi servi de source pour la notice portant de l'église.



Chapelle privée

Chapelle du manoir de Kerascoët (XVIIe-XIXe)

Une chapelle construite en 1756 appartient au château, et contient trois tombeaux d'anciens propriétaires du domaine. Elle aurait été d'abord bâtie près de Croas ar Vosen, en mémoire d'une l'épidémie de peste, puis déplacée par l'un des seigneurs du domaine qui voulait l'avoir près de chez lui. Il ne craignait pas la légende selon laquelle toucher à cet édifice portait malheur, et mourut dans l'année, ainsi que tous ceux qui l'aidèrent dans son entreprise. Le colombie, grosse fuie ronde en pierres du XVIe, confirme l'aspect seigneurial du domaine. Celui-ci est l'objet de plusieurs légendes. L'une d'entre elles, rapportée par les gens du pays, relate qu'un lièvre blanc traversait l'allée du château chaque soir vers minuit.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 25 Oct - 21:42 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers du Finistère Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com