Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Saint-Aubin d'Arquenay (14970)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Normandie -> Clochers du Calvados
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Ven 14 Aoû - 02:23 (2009)    Sujet du message: Saint-Aubin d'Arquenay (14970) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Aubin

D’après Arcisse de CAUMONT, célèbre archéologue du 19ème siècle et spécialiste du Calvados, l'église aurait été édifiée au 14ème siècle. La nef était romane à l’origine et était accompagnée de deux bas-côtés dont les arcades ont été bouchées lorsque les bas-cotés ont été supprimés; l'une des arcades au sud est devenue une porte latérale. Aux transformations du 18ème se sont ajoutés les accidents du 20ème siècle. A noter que c’était l’abbaye de Ste Trinité (Abbaye aux Dames de Caen) qui nommait la cure et percevait la dîme jusqu’à la révolution de 1789.

Un orage violent se produisit le 14 mai 1935. La foudre s'est abattue sur l'église ce jour-là, détruisant le clocher (ajouté dans la deuxième moitié du XIXe) et déclenchant un grave incendie. Au petit matin, le calme revenu, toute la population se retrouva autour de ce qui restait de l’église: clocher détruit, mobilier brûlé, œuvres d’art parties en fumée, murs lézardés. C’est le Cabinet GALTIES de Caen, spécialiste de ces opérations, qui a été déclaré qualifié par les conseillers pour défendre les intérêts communaux devant les Compagnies d’Assurances. Le 27 mai, est constitué un Comité pour la reconstruction de l’église: le Maire en est le Président, MM Legentil et de la Peschardière sont délégués du Conseil et hors Conseil, seront également présents MM de l’Orza, Primois, Leguay et Lemarignier et naturellement l‘Abbé Queudeville, Curé de la Paroisse. Il s’avère que les garanties des assurances seront insuffisantes pour reconstruire l’église et remplacer tout le mobilier et les ornements. Le Comité est chargé de rechercher et prendre toutes mesures utiles pour recueillir des fonds, il pourra, à titre consultatif, donner son avis sur les projets de la reconstruction. Tout désaccord éventuel sera tranché par le Conseil municipal. Un premier devis est demandé à l’entreprise Rizzotto pour descendre les 2 cloches aux fins d’expertise. Le 6 juillet, "L’Ancienne Mutuelle du Calvados" et "la Protectrice" annoncent le montant de l’indemnité qui sera versée: 180 140,44 F. Les honoraires de l’expert, d’un montant de 9 007,02 F, seront prélevés sur cette indemnité. Le 12 novembre, M. Duroy (Architecte), estime la réparation du mur sud de l’église à 9 690,44 F. Les travaux sont confiés au maçon, M. Fontaine. Les vieux matériaux provenant de la destruction de l’église seront vendus: vieux bois, vieilles gouttières, vieux pavés. Le total est chiffré à 171 000 F le 2 février 1936. le 7 mai 1936, le maire autorise le curé à passer certains marchés de gré à gré pour 34 500 F : l'harmonium, 100 chaises, des sculpteures, la chaire sont alors achetés et la réfection des voutes est décidée. Des anciens ornements ne reste guère qu'une Vierge en terre cuite du XVIIIe. Le 23 juin, un marché de 4.071 F est signé pour 2 cloches neuves et un autre de 9.300 F pour les vitraux du chœur et de la nef.

Après les terribles bombardements de 1944, il a fallu encore reconstruire le clocher et les voûtes. Avec toutes ces reconstructions, le clocher présente aujourd'hui le profil d'une flèche tronquée, percée de 4 lucarnes et couverte de tuiles comme le reste de l'édifice. Deux cloches y sont installées. Des deux sacristies situées autour du choeur au début du XIXe, l'une, coté nord, a été abattue, l'autre rétablie après 1944 avec un petit toit qui laisse apparaître les deux lancettes ménagées dans le choeur à cet endroit. Le chevet est éclairé par une grande baie gothique subdivisés en trois baies. En 1846 encore, l'église n'avait pour clocher qu'un modeste tourillon à deux bayes semblable à celui qui existe encore à Cresserons (M. de CAUMONT emploie les mêmes expressions) : un clocher-mur à deux arcades ajouté au cours du XVIIIe ou au début du XIXe et dont le départ se voit encore sur le coté du clocher actuel.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Aubin
Siécle de l'édifice: XIVe-XVIIIe-XIXe-XXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : sur le toit à l'ouest
Clocher en péril : non

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

coté sud
clocher et coté nord
chevet et coté nord


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Aoû - 02:23 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Normandie -> Clochers du Calvados Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com