Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vertou (44120)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 10 Mai - 11:33 (2009)    Sujet du message: Vertou (44120) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Martin de Vertou (1875-1887). Elle prend la suite de trois églises : la première construite par Saint Martin de Vertou en 576 (édifiée en même temps que l'abbaye et consacrée par saint Félix, évêque de Nantes), la deuxième commencée en 840 et interrompue en 853 (à cause des invasions normandes), et la troisième qui sert à partir de 945 (reconstruite en 985 lors du retour des moines à Vertou) et qui est détruite le 17 septembre 1793. En 1850, on refait la partie de la façade et allonge la nef. L'église est reconstruite entre 1875 et 1887 (les souscriptions s'élèvent à 47 000 francs et l'adjudication se monte à 80 000 francs). Consacrée d'abord à saint Jean Baptiste, puis à sainte Blaise, elle retrouve le patronage de saint Martin dès 1993. L'autel date de 1867. La statue de Saint-Martin de Vertou, œuvre de Jean Mazuet, date du XIXème siècle. Le transfert du cimetière a lieu en 1855.

Saint-Martin de Vertou vécut au temps de Saint Félix. Né à Nantes et ordonné prêtre par le Saint Evêque, il est chargé par lui d'évangéliser la contrée la plus peuplée d'infidèles. Il croit qu'il y parviendra plus sûrement en fondant des monastères d'hommes et de femmes et en propageant le goût de la vie cloîtrée. Ses principales fondations sont à Vertou : Saint-Jean pour les hommes et Saint-Pierre pour les femmes, Saint-Georges-de-Montaigu et Aution (Saint-Jouin-de-Marnes, Deux-Sèvres). Les monastères ainsi créés étaient chargés de propager la bonne parole, mais aussi de défricher les terres incultes, de construire des ponts et des barrages. On cite parmi les travaux qu'il a dirigés ou inspirés : le pont Saint-Martin sur l'Ognon, le pont de Vertou, sur la Vertonne, près d'Olonne et le pont de Louan. Parmi les prédications les plus célèbres, on cite celle qu'il fit à Herbauges (ville engloutie suite à son passage dans une dépression qui deviendra le lac de Grandlieu). La légende dit que Saint Martin planta son bâton de pèlerin à l'emplacement de la cure actuelle de Vertou. Ce bâton prit racine, se ramifia et devint un arbre qui vécut plusieurs siècles. On a d'ailleurs choisi ce symbole pour les armes de Vertou. Saint-Martin mourut dans un monastère de Montaigu. Du XVIe siècle, Vertou garde le souvenir de la visite de Rabelais : en pèlerinage dans la région, l'écrivain s'arrêta à La Haye Fouassière ou un café situé sur la place de l'église porte son nom.

Actuellement, des travaux de restauration ont lieu : ils concernent le clocher, puis s'étendront sur les 4 cotés de l'église jusqu'en 2011.

Histoire de l'église et projet de restauration en panneaux : (cliquez pour agrandir)



Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Martin de Vertou
Siécle de l'édifice: XIXème
Forme du clocher : clocher-porche de type kreisker
Clocher en péril : non

Photos (36) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (5) :

coté nord
clocher
coté sud et clocher
chevet

clocher restauré (2011)

Photos du chantier en cours dans le clocher (14) :

trois des cinq cloches descendues sous le clocher
remplacement des vitraux par du Plexiglas dans la chapelle des fonts baptismaux

dépose des vitraux de la tribune pour restauration

charpente au-dessus de la voute de la nef

mécanisme de l'horloge
accès à la chambre des cloches et câbles des cloches

les deux plus grosses cloches

vues sur la ville depuis l'échafaudage extérieur du clocher

Intérieur (17) :

vues de la nef vers l'autel

transept nord et orgues
autel latéral gauche et son vitrail

transept sud et entrée
vitraux de ce transept

l'autel latéral droit et son vitrail

vitraux de la nef

vue de la verrière de la tribune en chantier

autel

vitraux du choeur

vue du bas-coté sud et de ses vitraux depuis l'autel
nef et bas-coté nord depuis l'autel

Eglise de la Sainte-Famille (1970), à Beautour : c'est une église carrée, plate, sans clocher, peu esthétique et construite en plein milieu d'une zone pavillonnaire à l'est de Beautour, pour les besoins du culte. Sa construction eut comme principale conséquence le délaissement de la chapelle de Beautour, en bon état, mais malhereusement entourée de tous cotés par des câbles éléctriques et téléphoniques.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : de la sainte-Famille
Siécle de l'édifice: XXème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non


Chapelles

Chapelle de Beautour (XIXème siècle), dédiée à Notre-Dame des Victoires et réalisée par Georges Tertrais à la suite d'un vœu qu'il avait formulé d'épouser Marie Louise Versin. Beautour est un village de Vertou situé à l'intérieur du périphérique, du coté de Nantes.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Notre-Dame des Victoires
Siécle de l'édifice: XIXème
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)



Chapelle de l'ancien Hôpital-Hospice (1884), situé rue Henri-Charpentier (au chevet de l'église) et œuvre de l'architecte René Ménard. Dans le bulletin paroissial "Chronique de Vertou" on trouve mentionné "Henri Charpentier, imprimeur-éditeur à Nantes, est mort à Vertou, cette année 1882, à l'âge de 76 ans. Avant de mourir il décida la création d'un Hospice qu'il subventionnerait". En 1884, l'Hospice est terminé, c'est l'oeuvre de MM. Charpentier et Delahaye (héritier de son parrain Henri Charpentier). En souvenir des fondateurs, la rue de l'Hospice est nommée rue Charpentier. Les vitraux de la chapelle portent aussi les initiales A. S. (Athanase Sorin, ancien recteur) et H. C. (Henri Charpentier). L'achat de l'Hospice par la commune de Vertou est fait en 1934 au temps du maire Jules Bouchaud (d'où le nom de l'Hôpital Bouchaud). En 1963, l'Hôpital compte 106 lits d'hébergement et 20 lits de médecine. Récemment, l'hospice a été fermé, restauré et entièrement reconverti en bibliothèque. Le premier étage de la bibliothèque Libre Cour est actuellement aménagé en locaux associatifs et culturels.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : de l'ancien Hôpital-Hospice
Siécle de l'édifice: XIXème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

ancien hôpital, la chapelle est à droite
vue de la chapelle

Chapelle de Bon-Acquêt, située au village de Bon-Acquêt. Propriété de l'abbé Prudent Monnier, curé de Vertou de 1807 à 1820, puis de l'abbé Berthelot des Vergers. Cette chapelle est désormais devenue privée et a été transformée en salle. Elle n'a pas de clocher.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : de Bon-Acquet
Siécle de l'édifice: XIXème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photo (1) : (c'est une photo personnelle, cliquez pour agrandir)

vue depuis le chevet

Chapelle du village de la Ville-au-Blanc, près de la N149 (route de Vallet), à 3 km du bourg.

Chapelle Notre-Dame des Chapelles, à la Rousselière, non loin de l'échangeur périph/A83. Cette chapelle de secours sans clocher a été construite au XXème.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Notre-Dame des Chapelles
Siécle de l'édifice: XXème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)





Chapelles privées

Chapelle privée du château de la Frémoire (XVIIIè). Propriété de la famille Pantin (du XVIème au XVIIIème siècle), de Joseph Charet (en 1720), de Claude François Lemoine (en 1791). Le château, datant de 1725, est partiellement détruit par un incendie lors des combats de 1793. Après avoir été restauré par la famille Rousseau (amie de l'architecte Bourgerel qui aménagea la demeure et le parc), qui en était propriétaire, vers 1860, la demeure passe entre les mains de la famille Baillargeau (ou Baillergeau). La "Maison des appellations" (syndicat des producteurs de vin) est logée aujourd'hui au château. Le jardin et la chapelle ont été étudiés par les Monuments Historiques. Pendant le temps ou le château accueillait des handicaps, il fut largement dégradé, ainsi que la chapelle. Celle-ci a ses vitraux en partie détruits, et sert de débarras. Des fissures larges de deux centimètres parcourent les murs, notamment la façade, coupée en deux.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : du château de la Frémoire
Siécle de l'édifice: XVIIIème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : en danger

Photos (7) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

château

la façade ouest et ses fissures

coté nord
coté est

cotés sud et est
emplacement de l'autel depuis la fenêtre sud


Chapelle privée de Bauche-Malo (1774), située route de Pont-Saint-Martin. Le portail et une chapelle sont les seuls vestiges d'une seigneurie fondée vers 1552 par Georges Lévesque. Les Le Loup de la Motte-Glain y créèrent une chapelle en 1774. Le général Charette y préparait ses attaques sur Nantes. Cette chapelle, orientée du sud au nord, est en train de s'effondrer et est soutenue par des étais au coin sud-est. Le toit finit de partir, l'autel a disparu, les murs s'effondrent et sont fissurés.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : de Bauche-Malo
Siécle de l'édifice: XVIIIème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : oui

Photos (7) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

ancien porche d'entrée du château. A droite, dans le bois, se trouve la chapelle

façade au sud de la chapelle
coté ouest et chevet au nord

Coté sud très dégradé. L'est de la façade est tenu par un étai appuyé au mur qui s'effrite.

vue de la voûte lambrissée, le toit est en train de partir.
vue vers la façade au sud
fanêtre à l'est du chevet (encore en place!) et autel à gauche


Chapelle privée du manoir de la Bareille (XVIIIème siècle), situé route de Portillon-aux-Pégers. La seigneurie de la Bareille dépendait jadis de la vicomté de Rezé. Propriété de Jean Le Bonnetier (en 1723), de René Jean Andrieux (en 1775). C'est Jean Le Bonnetier qui fait édifier une chapelle privée. La demeure est restaurée à la fin du XVIIIème siècle par la famille Andrieux.

Chapelle privée du manoir du Drouillet (XVIIè-XIXè). Propriété de Joachim Tissard (vers 1540), de Christophe Titaud (en 1580), de René de Nauroye (en 1618) et de la famille Lagarde (également propriétaire à La Chapelle-sur-Erdre). La famille Nauroye (ou Naurois) restaure l'édifice et fait construire une chapelle privée. On y trouve aussi la famille Terrien. C'est au Drouillet que naît en 1745 l'abbé Pierre Terrien qui fut curé de La Haie-Fouassière. Le manoir est détruit en septembre 1793 par les troupes de Kléber et reconstruit au cours du XIXème siècle. Le portail, vestige de l'ancien manoir, date du XVIIème siècle.

Chapelle privée du manoir de la Bastière (1820), située chemin de La Blandinière. C'est une ancienne maison noble de la famille Navineaux, construite au 18e siècle, accompagnée d' un jardin en terrasse, et modernisée après 1820 pour Eugène Ferey de Rosengat, baron d' Empire, sans doute par François-Léonard Seheult. La villa avec son jardin, les douves, la charmille et le belvédère dominant les vignes sont classés Monument Historique.

Chapelle privée du logis de la Ville-au-Blanc. Propriété jadis de la famille Bouchaud. C'est dans la chapelle privée que furent inhumés plusieurs membres de la famille Bouchaud. M. Deniau, ancien curé de Saint-Aubin-des-Châteaux s'est penché sur l'origine de la Ville-au-Blanc : " .. le prieuré des Moutiers tout proche a développé la culture des vignes et en particulier celle du vin blanc. De ce prieuré à la Grammoire, il y a une étendue importante de cépages. Au milieu devait se trouver une ferme (une villa, au sens latin) qui avait pour but de cultiver des cépages de vin blanc ; cela expliquerait le nom de Ville-au-Blanc".

Chapelle privée du château de Bel-Air, à la Grammoire, sur la route de la Gare (fin XIXè). Cette chapelle date de la fin du XIXème, le château date du XIXè et possède des communs du XVIIIème. Vendue séparément du château, la chapelle se trouve au milieu d'une parcelle, devant une maison en angle droit : elle sert actuellement de débarras aux propriétaires (comme souvent), les vitraux sont très dégradés mais l'ensemble est en relatif bon état. Elle n'a pas de clocher. Rectangulaire, elle est éclairée de chaque coté par deux vitraux ménagés sur les longs cotés, et une baie géminées aux vitraux historiés au-dessus de l'autel, encore en place. On y trouve aussi une sacristie encore en état et la table de communion (balustrade métallique devant l'autel). A gauche de l'autel, des ex-votos encadrés par du bois remercient en majorité les anges gardiens, un est dédié à Pie IX et un autre à Sainte-Anne.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : du château de Bel-Air
Siécle de l'édifice: XIXème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (5) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (3) :

façade
coté sud et sacristie
coté nord et chevet

Intérieur (2) :

vue intérieure
vitrail au-dessus de l'autel

Chapelle privée des Thébaudières, en bordure de Sèvre à 3 km de Vertou. Les Fauchier font don de ce domaine à la commune de Vertou qui y établit une oeuvre de bienfaisance. Le centre départemental pour enfants handicapés et déficients visuels y est installé.

Chapelle privée de l'Ebaupin (XVIIIè), à 4 km à l'ouest du bourg, près de l'échangeur périph nantais - A83.

Il s'agit d'une vieille châtellenie détachée de la Maillardière. Propriété de la famille Fresneau de la Couronnerie en Carquefou. Le général de Bréa, tué en juin 1848, y habita. Les héritiers du général Bréa, les Genouillac, en sont actuellement les propriétaires. Le château a une partie Henri IV au centre, prolongée par deux ailes XVIIIème siècle. En 1747, fut célébré dans la chapelle privée, le mariage du marquis de Coutances avec Blanche de Maurepas. Le jardin et la chapelle ont été étudiés par les Monuments Historiques.
Le château a été en partie restauré en 1988. A voir sur la porte au côté de la chapelle (qui est orientée du nord au sud), le beau blason qui a réchappé à l'injure du temps.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : du château de l'Ebaupin
Siécle de l'édifice: XVIIIe
Forme du clocher : clocher-mur (niche)
Clocher en péril : non

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
côté sud
chevet

Oratoire du château de l'Angebardière. Ce château du XVIIIè appartient, en 1855, à Théodore Auguste Dubigeon (1803-1875), fils d'Augustin Jean Baptiste Dubigeon (1769-1851) propriétaire des chantiers navals Dubigeon fondés en 1760 par Julien Dubigeon. Il est reconstruit vers 1856. L'orangerie date du XVIIIème siècle Le jardin et la chapelle ont été étudiés par les Monuments Historiques.


Dernière édition par Admin le Sam 18 Juin - 23:42 (2011); édité 15 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 10 Mai - 11:33 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 10 Mai - 12:26 (2009)    Sujet du message: Vertou (44120) Répondre en citant

Anciennes abbayes

Ancienne abbaye saint-Jean et Ancienne abbaye Saint-Pierre (VIè)
Vers 575, saint Martin (de Vertou), disciple de saint Félix, évêque de Nantes de 550 à 583, fonde une communauté de moines à Vertou, dans la forêt du Menne, en un lieu appelé Vertaws. On prétend même que saint Martin fonda deux abbayes sur le territoire de Vertou, l'une, réservée aux hommes, sous le vocable de saint Jean à l'emplacement du presbytère actuel (dont il reste le portail d'entrée du XVIIème siècle), l'autre, réservée aux femmes, derrière la croix Saint-Pierre (avec église dédiée à Saint-Pierre).

Lors des invasions normandes (IX-Xème siècle), les moines se replient à Ension (aujourd'hui Saint-Jouin-de-Marnes) en emportant le corps de leur saint patron. Les moines ne reviennent à Vertou qu'à la fin du Xème siècle, après le départ des Normands. Ils reconstruisent alors leur église et enterrent autour de la nécropole des Grisons. Des sarcophages mérovingiens sont découverts en 1911 dans le jardin du presbytère et en 1932 place de l'église. La Prévôté s'est installée par la suite à l'abbaye Saint-Pierre et possédait de nombreuses fermes à la Grolerie, au Chêne, la Mortalière, la Verrie, la Grammoire, la Denilière, la Briancière, la Laudière. Enfin, Chaussée des Moines est édifiée par les moines de l'abbaye vers l'an 1000 et entre 1470 et 1650. Ce barrage régularisant le cours de la Sèvre va permettre la navigation et va contribuer au développement de Vertou. Une écluse y est édifiée par Pierre Desprez, et accueille son premier bateau le 3 septembre 1755. Cette écluse est détruite en septembre 1793 avant d'être reconstruite en 1839.

A signaler :

Chapelle factice au village de la Grammoire : lors d'une fête du village en 1995, un clocher et une façade de chapelle furent accolés à une maison, donnant l'impression d'une chapelle.

Photos (2) :


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:23 (2017)    Sujet du message: Vertou (44120)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com