Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Liré (49530)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers des Pays de la Loire -> Clochers du Maine-et-Loire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 27 Avr - 04:57 (2009)    Sujet du message: Liré (49530) Répondre en citant

Liré est le village de naissance du poète français Joachim du Bellay. Il lui consacre le XXXIè sonnet de son oeuvre Les Regrets, écrite à Rome, pendant qu'il s'ennuyait au service de son cousin, cardinal :

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme celui-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.



Eglise

Eglise Notre-Dame de Liré (XIXè)

La première église Notre-Dame de Liré a été construite entre le Vème et le Xème siècle. En 1064, le seigneur Archambault fait adjoindre le prieuré Saint-Martin (qui avait sa propre église) dont on découvre les vestiges à droite de l'église actuelle. Avant la Révolution, elle était en très mauvais état. En 1782, le Prieuré Saint-Martin a même refusé de prendre en charge les frais de réparation de l'église. En 1794, comme toutes ses voisines, elle est brûlée par la colonne infernale de Cordelier. Selon des plans sommaires établis en 1782 et 1803, l'édifice devait être de style roman, avec, à peu près, une longueur de 19.80 m et une largeur de 6.30 m.

A la fin du XVIIIème, les cérémonies avaient lieu dans un pressoir situé face au Musée Joachim du Bellay (emplacement de l'actuelle bibliothèque). Le 17 avril 1803, le conseil, présidé par Claude Martin Toussaint LETORT, considérant les nouvelles lois qui mettent à la charge des communes la reconstruction des églises détruites, prend connaissance des devis et des plans préparés par François RICHARD, expert en bâtiments. Le Conseil, jugeant la dépense trop importante pour une commune ruinée par la Guerre de Vendée, décide la vente de biens communaux pour faire face à la dépense... mais la décision reste de nombreuses années sans effet. Le 3 mai 1810, M. LETORT relance le Conseil Municipal à ce sujet, M. Richard LONGUERIE donne à la commune le terrain situé à coté de l'ancienne. Le Conseil Municipal, acceptant ce don, décide de bâtir une nouvelle église sur les plans et devis établis par M. SCHEULT-ALLONEAU, architecte à Nantes. La vente de biens est confirmée pour financer la construction. En 1811, l'architecte étant mort, son frère, François SCHEULT, lui succède et présente un nouveau devis comprenant en plus la chaire, les confessionnaux, les chandeliers pour les autels et deux anges adorateurs. La dépense s'éléve à 29 568 francs. A nouveau, le temps passe...
Le 14 janvier 1822, le nouveau maire, M. Pierre GODEFROY, après de nombreuses délibérations, fait procèder à la vente de 40 hectares 15 ares et 60 centiares. La vente rapporte 50 365 francs. Le 15 avril 1822, les travaux sont adjugés en bloc à un entrepreneur nantais, M. GILE, pour 44 820 francs. Les travaux devaient se faire dans le délai d'un an. La donation du terrain ne s'étant pas faite dans les formes, il a fallu régulariser et indemniser les héritiers. En 1824, les travaux sont enfin terminés, mais réalisés dans de mauvaises conditions et... non conformes aux plans de M. François SCHEULT. Le 19 juillet 1825, le clocher étant lézardé et menaçant ruine, la préfecture du Maine-et-Loire autorise la commune à poursuivre l'entrepreneur devant les tribunaux. Le 4 août, un accord à l'amiable entre lesparties prévoit la destruction du clocher et sa reconstruction, ainsi que la finition des travaux non réalisés. M. LE NOIR, architecte-voyer de la ville d'Angers, est chargé de surveiller la bonne exécution. Le 14 mai 1827, le maire menace à nouveau de poursuivre M. Gilé devant les tribunaux. Les travaux reprennent et durent deux ans.

Le 14 juillet 1829, les clefs sont remises et le nouveau curé, Guillaume CHEVILLARD, peut enfin y célébrer le service divin. Cependant, les travaux ne sont pas totalement éxécutés et les procédures judiciaires s'enchaîneront jusqu'au jugement du tribunal civil de Beaupréau le 27 mars 1839. En 1830, la première cloche est achetée. Sur sa base, on peut lire "Je pèse 2000 livres. J'ai été nommée Marie-Augustine par M. Auguste DEZANNEAU, maire de Liré, et par Melle Marie RICHARD-DUVERNE (...). J'ai été fondue à Nantes le 20 avril 1830 et bénie à Liré le 4 mai 1830.". En décembre 1841, le clocher est équipé d'une horloge à cadran unique. La deuxième cloche est mise en place en 1852. Sur sa base, on lit "Je pèse 1500 livres. J'ai été fondue par M. Guillaume BESSON. J'ai été nommée Louise Anne Charlotte par M. Charles THOINNET et dame Marie DEZANNEAU." L'actuelle sacristie est construite en 1853. Vers 1868, une troisième cloche de 500 kg, fondue par Louis BOLLEE et fils, à Orléans, est ajoutée. Elle porte l'inscription "J'ai été nommée Adélaïde par M. Pierre de la Turmelière et Mme Adèle THOINNET de la Turmelière (...). Brisée en la fête de la victoire le 8 mai 1945, j'ai été refondue en 1946." Les fonts baptismaux ont été offerts en 1893 par Mme Adèle VELPEAU, veuve du comte Charles THOINNET de La Turmelière. Le chemin de croix est mis en place en 1911. L'horloge actuelle est installée en 1918.En 1933, l'ancien plafond lambrissé de la nef est recouvert d'un enduit plâtré et l'ancien carrelage de terre rouge venant du Fuilet est remplacé par un dallage de ciment gris, un carrelage fleurdelisé marquant l'allée centrale. Enfin, en 1934, le tabernacle est construit et l'autel de la Sainte-Vierge orné.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Notre-Dame
Siècle de l'édifice: XIXème
Forme du clocher : clocher-porche à dôme à l'impériale
Clocher en péril : non

Photos (9) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade au sud
coté ouest
coté est
transept et chevet de l'église

Intérieur (5) :

vue de la nef

transept gauche
transept droit

vue du choeur
viyrail du maître-autel


Chapelle

Chapelle de Beaulieu, à 5 km au sud du bourg.

Chapelle privée

Chapelle Sainte-Madeleine de La Turmelière, château où est né Joachim du Bellay, à l'ouest de la commune, vers Drain.

Voir l'historique et les photos ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Château_de_la_Turmelière


Ancien prieuré

Ancien prieuré Saint-Martin (XIè). Il a existé jusqu'à la Révolution.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 27 Avr - 04:57 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers des Pays de la Loire -> Clochers du Maine-et-Loire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com