Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Moutiers-en-Retz (Les) (44580)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 19:23 (2009)    Sujet du message: Moutiers-en-Retz (Les) (44580) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Pierre (XIème siècle). Il s'agit à l'origine de l'église d'un prieuré bénédictin dépendant du monastère de l'abbaye de Redon. Cet édifice est soutenu par douze contreforts placés de biais, comme pour la chapelle de Prigny. Une partie de l'édifice est construite postérieurement, au milieu du XVIème siècle. La structure de la nef est charpentée comme un navire renversé mais est malheureusement invisible car elle est recouverte de lambris en 1827. Le dernier étage du clocher, une tour carrée est remplacé au XIXème siècle par une fine flèche d'ardoises. En 1840, une nouvelle cloche, plus forte que la précédente et sortant des ateliers Voruz de Nantes, est placée dans le clocher de l'église des Moutiers. Le retable, œuvre du sculpteur Jean Boffrand et offert par Jean Le Jau (procureur fiscal du prieuré de Notre-Dame du Ronceray), date de 1674 (ou 1631). Dans la niche centrale, les trois Cœurs entourées de quatre anges figurent la Trinité. Le grand retable du XVIIè siècle occupant tout le chevet surmonte trois autels appuyés au pignon. Six colonnes corinthiennes soutiennent l’entablement grec complet. Les niches latérales abritent les statues de la Vierge Mère et du Pape Saint Clément. Les deux autels latéraux sont dédiés l’un à Saint Anne, l’autre à Saint Jean-Baptiste.
Les niches situées de part et d'autre abritent les statues de la Vierge et du pape Clément Ier. Entre les trois parties du retable, deux autres niches abritent les statues de Saint-Pierre et Saint-Paul surmontées chacune d’une coquille Saint Jacques rappelant ici l’étape sur la route de Compostelle. Le "trois mâts" suspendu au fond de l’église est un ex-voto de marins en détresse. Il rappelle que les Moutiers-en-Retz fut jadis une paroisse de marins. L'église est orientée d'est (clocher) en ouest, le coté sud n'ayant aucune ouverture. La Lanterne des Morts se trouve au nord de l'église, dans le clos de l'ancien cimetière.
Le clocher-porche se trouve au chevet de l'église, derrière le retable.

Au XVe, plusieurs chapellenies sont fondées en l'église, et 22 prêtres les desservent, ce dont se plaint le prêtre. Il y 32 feux dans le bourg et 63 personnes assujetties à la taille, et quatre feux de plus à Prigny, mais tous sont imposés, signe évident d'aisance. La cure des Moutiers est en commende, le curé cumulant les bénéfices des cures de Saffré et de Pont-saint-Martin, les prieurés sont aussi en commende. Le ministère est assuré par un desservant qui bénéficie de la portion congrue, ce qui, loin de le réduire à la pauvreté, lui donne la part de bénéfice établie pour qu'il puisse vivre.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Pierre
Siècle de l'édifice: XIè-XVIè-XVIIIè-XIXè
Forme du clocher : clocher-porche à flèche
Clocher en péril : non

Photos (11) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

façade et côté nord
côté sud
clocher
chevet

Intérieur (7) :

vue de la nef
grand retable

retable (détails)

autels latéraux
un vitrail


Chapelle

Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Prigny (XIè)

Le lieu le plus ancien habité de Moutiers-en-Retz est Prigny, port et carrefour romain dès le IIe siècle. Le culte chrétien y est attesté dès le IVe siècle, un vase sacré en argent de Prigny, volé en 406 par les Irlandais, a été retrouvé en Ecosse. Le culte chrétien régresse suite aux invasions et à la prise de contrôle du pays de Retz par les Wisigoths qui imposent l'hérésie arienne, mais saint Martin de Vertou le ranime au VIe et fonde une paroisse saint-Pierre "dans le faubourg de Prigny".
La cité de Prigny est fortifiée en 852. Une légende veut que Prigny ait été un porte de mer dans l'antiquité. C’est par mer qu’au IXème siècle les Normands arrivent aux Moutiers et s’installent à Prigny sur la Dandebutte (butte aux Danois) où l'on a retrouvé trois ancres de marine de l'époque. Au Xème siècle, les moines de Luçon y possédaient une église qui fut détruite par les Normands. Les Normands sont chassés du Pays de Retz en 938 par le duc de Bretagne, Alain Barbe-Torte. La vieille chapelle de Prigny est celle d'un ancien prieuré du XIème siècle : il portait le nom de Saint-Jean-Baptiste et appartenait aux moines de Saint-Jouin-de-Marne.
Pendant la guerre de cent ans (XIVème siècle), des milliers de soldats espagnols puis anglais débarquent et dévastent le territoire des Moutiers-en-Retz. Le prieuré de Prigny est considéré comme détruit en 1362. Après sa reconstruction, le prieuré est occupé par des religieuses au début du XVème siècle, date à laquelle les soeurs durent rentrer à Ronceray. De 1589 à 1591, un château-fort, bâti au Collet vers le XIVème siècle, est l'objet de combats entre les troupes d'Henri de Navarre et du duc de Mercoeur. Le fort du Collet et le château de Prigny sont pris par les Anglais et détruits.

Le placître (terrain délimité par la clôture entourant la chapelle), servait de lieu d'assemblées religieuses et de cimetière. Il fallait enjamber une dalle de pierre placée à l'entrée qui empêchait le petit cheptel (cochons et volaille) de s'introduire parmi les tombes et d’y rechercher de la nourriture. La chapelle et son placître ont été classés en septembre 1933.

La chapelle est de style roman et date du XIe siècle comme le montrent ses petites ouvertures et le contrefort en biais au coin sud-ouest. Fait insolite, l'église ne présente pas une orientation particulière comme c'est généralement le cas pour ce genre de bâtiment. La raison de cette absence d'orientation n'est pas connue mais des hypothèses ont été émises, notamment en ce qui concerne la présence du proche château, que la chapelle aurait pu gêner. Le clocher a été élevé après le reste de l'église. C'est une tour carrée de 7 m de côté d'une hauteur de 10 m. Il aurait servi de tour de guet pour les Templiers, fait rare, dans le clocher, une cheminée dont les vestiges subsistent et laisse à penser que la tour servait aussi de foyer. Une cloche peut encore être manipulée par les visiteurs.

A l'intérieur, on remarque la voûte en bois à tirants apparents qui a été largement restaurée en 1641. La bâtisse dispose de murs nurs et chaulés et son carrelage est en terre cuite. Le retable central et les deux autels latéraux sont du XVIIè siècle. A gauche se trouve l'autel Notre-dame de Prigny dont la statue du XIVè siècle fut restaurée en 1966. A droite, il s'agit de l'autel de Saint Augustin. Le maître-autel, datant de 1752, est dédié à Saint Jean Baptiste. L'investissement de retables baroques dans cette robuste, mais modeste chapelle est politique. Il faut impressionner en exaltant la magnificence de Dieu et le faste de la « vraie religion », redonner confiance à la population par le somptueux, feuilles d'acanthe, colonnes de faux marbre, flambeaux, guirlandes de nèfles et putti. Les dorures et les miroirs de l’autel sont également là pour éblouir. Les deux travées du chœur contenant les retables sont classés par arrêté en octobre 1913.

L'ancre qui est exposée à l'entrée de la chapelle a été découverte en 1871. Le haut de la vergue comporte deux tourillons sous l'organeau, permettant de solidariser un jas de bois. Il semblerait qu'elle date de l'investissement du site par les Normands en 852. On peut penser qu'elles ont été fabriquées sur place, compte tenu de leur faible usure et du fait de la présence d'une rue nommée « Les Forges ». Il faut dire en outre que la chapelle de Prigny est le sanctuaire le plus méridional dans lequel est honoré le saint breton Guénolé. Il y dispose d'un culte particulier. En effet, les jeunes filles désirant se marier dans l'année devaient piquer, avec une épingle, le pied de cette statue.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Saint-Jean-Baptiste
Siècle de l'édifice: XIè-XIVè-XVIIè
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (5) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade et côté sud
côté nord
chevet
écusson
le clocher



Lanterne des morts

Lanterne des morts des Moutiers (XIIIème siècle), édifiée au milieu de l'ancien cimetière entre les deux prieurés, à savoir le prieuré Saint-Pierre (actuelle église) et le prieuré Notre-Dame (ancienne église dont il reste un pan de mur). Il s'agit d'une tour de 7 mètres de haut et de 1,50 mètres de circonférence, percée de trois petites fenêtres dans sa partie supérieure, laissant passer la lumière d’une lampe. Cette tour est restaurée en 1610 et à la fin du XIXème siècle (1887). La coutume veut qu'on y allume une flamme lors d'un décès dans la paroisse ainsi que le jour des Trépassés.

Jadis, la veilleuse était alimentée à l’huile, aujourd’hui, l’électricité l’a remplacée. La porte située au bas de la tour ouvre sur un escalier de huit marches accédant à la lanterne proprement dite. À l’extérieur de cette Tour des Morts, un autel est dédié à Saint Joseph, patron de la Bonne Mort.

En savoir plus sur les autres lanternes des morts françaises : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lanterne_des_morts

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

extérieur
intérieur





Patrimoine religieux disparu

Ancien prieuré Notre-Dame, dit Madame. Au VIIe, les moines de Marmoutiers, près de Tours, fondent une chapelle dédiée à la sainte Vierge. En 1060, Adénor, épouse du roi breton JUDICAËL, construit sur ses ruines l'église Notre-Dame et le prieuré attenant.
Si le prieuré est conservé et devient mairie en 1983, l'église disparaît en 1828, sauf un pan de mur sur lequel est posée en 1889 une plaque commémorative, et la lanterne des morts du XIIIe, rénovée au XIXe.

Ancien prieuré Saint-Nicolas de Prigny, construit à la fin du XIe par les moines de saint-Jouin de Marnes. La chapelle saint-Jean-Baptiste est alors réservée au château. Aux Moutiers, la prieure possède toutes les maisons du bourg hormis celles de l'abbaye saint-Sauveur de Redon qui continue à desservir l'église.

Ancienne maladrerie Sainte-Madeleine des Moutiers, fondée au XIIe, attestée au XVIIe encore et reconvertie après la disparition de la lèpre en hospice des incurables.

Ancienne petite maladrerie des Moutiers, fondée au XIIe, attestée au XVIIe.

Ancienne chapelle Sainte-Anne du port du Collet, bénie en 1733.
Pendant le Collet fut un grand exportateur de sel qui était produit dans les marais salants du littoral. À la fin du XVe siècle, plus de 200 navires chargent dans la Baie de Bretagne à destination des ports de la Mer Baltique, grands consommateurs pour leurs salaisons. Le Collet était en fait l'avant-port de Bourgneuf qui était devenu trop ensablé. Cette activité assure une prospérité dont témoignent encore les dernières belles maisons d'armateurs construites à Bourgneuf-en-Retz. Le Collet était le premier exportateur de sel de Bretagne, un commerce qui participa à l'essor économique du Duché de Bretagne et à la richesse de la Renaissance Bretonne à la fin du XVe.


Dernière édition par Admin le Ven 2 Sep - 19:32 (2011); édité 11 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 9 Fév - 19:23 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 19:32 (2009)    Sujet du message: Moutiers-en-Retz (Les) (44580) Répondre en citant

Anciens prieurés

Ancien prieuré Notre-Dame (XIè) :

En 1038, est fondé aux Moutiers-en-Retz, par Juduel et sa femme Agénor, un prieuré qui est donné à Notre-Dame du Ronceray, d'Angers (c'était la première église de Moutiers-en-Retz). A la fin du XIè le prieuré Notre-Dame (des bénédictines du Ronceray d'Angers), situé dans le faubourg, devient très florissant. Ce dernière fait l'objet de nombreux dons de la part des roturiers et seigneurs de la région, dont Raoul de Machecoul. A la fin du XIème siècle, le pape Pascal décrète que "l'église de Sainte Marie de Prigny demeurera à perpétuité au Ministère de Sainte-Marie d'Angers".Au début du XVIème siècle, le prieuré Notre-Dame possède à Saint-Cyr en Retz, un fief de "huit cents boisselées".

NOTA : La boisselée était alors une mesure de surface variable selon les régions, proche de 500m². Comme on le voit sur cette page internet, il y avait dans la région de Saumur cinq types de boisselées qui variait de 440 à 1000 m² selon l'endroit. Normalement, il s'agit de la terre ensemencée avec un boisseau, soit 12.5 litres de grains en moyenne. Dans le pays de Retz, la boisselée normalisée mesure 14 ares et 58 centiares, il y en a 7 dans un hectare. Voir ici : http://museepaysderetz.free.fr/1789-1989_04.html

Le prieuré était une véritable seigneurie avec un droit de justice, un four à ban, un moulin et un marché couvert. En 1674, la prieure du bourg des Moutiers (Moutiers-en-Retz) rend aveu à Pierre de Gondy, qui lui reconnaît le droit de justice, de fuie ou colombier, de four à ban et de moulins. De plus chaque mariée à l'issue des épousailles doit aller s'agenouiller à la chapelle de Madame la Vierge et le marié doit déposer une offrande. Le prieuré et ses biens sont vendus en 1794. Les bâtiments, qui tombent en ruine, disparaissent au cours de la première moitié du XIXème siècle.Seul reste, face à l'église Saint-Pierre, un pan de mur vestige de l'église Madame (Notre-Dame), datant de 1060.

Ancien Prieuré Saint-Nicolas (XIè), bâti avec sa chapelle hors des murs de Prigny (bourg primitif) à la fin du XIème.

Ancien prieuré Saint-Jacques de Prigny

Il a été fondé par l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers, elle-même fondée suite à un voeu de Foulques Nerra. Se rendant à Jérusalem, le seigneur d'Angers faillit faire naufrage et promit cette fondation sous le vocable du patron des marins. L'église reçut sa dédicace le 1er décembre 1020. Par la suite, une nouvelle fut construite et consacrée par Urbain II en 1096. A cette occasion, le pape confirma à l'abbaye la possession de quatre maisons qu'elle avait dans le diocèse de Nantes, dont celle-ci.
Cette petite communauté, établie près de la butte de Prigny, dans un lieu qui a pris le nom du coteau Saint-Jacques, était destinée à accueillir les pèlerins en route pour Compostelle, d'où son nom. Elle ne fut jamais riche, possèdant seulement 28 aires de salines aux Moutiers, 45 aires à Saint-Cyr-en-Retz et 3 boisselées de terre. Au XVIIème, ce prieuré était quantité négligeable pour l'abbaye angevine puisque l'historien de Saint-Nicolas, le moine Barthélémy Roger, n'en parle pas dans les bénéfices de son couvent.


Ancienne chapelle

Ancienne chapelle Saint-Jean l'Evangéliste, construite à l'intérieur des murs de Prigny au cours du XIème. Cette chapelle est peu à peu abandonnée à mesure que l'essentiel de la population part s'installer au faubourg des Moutiers, au bord de l'océan.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:27 (2017)    Sujet du message: Moutiers-en-Retz (Les) (44580)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com