Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ancenis (44150)

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Sam 8 Sep - 21:34 (2007)    Sujet du message: Ancenis (44150) Répondre en citant

L'église St Pierre et la chapelle St Barnabé, sur la place de l'ancien cimetière, coeur historique et religieux de la ville.

Eglise

l'église Saint-Pierre (XI-XV-XVI-XIXème siècle), située place Saint-Pierre. Exceptionnelle dans toute la région, cette église mérite que le pèlerin ou le visiteur s’y attarde.En effet, un sarcophage mérovingien, découvert en 1943 sous l’autel de la chapelle voisine de Notre Dame de la Délivrance est la pièce essentielle pour fixer l’origine de la cité, dater la présence chrétienne en ce lieu (VIIe-VIIIe s.) et renouveler l’intérêt pour cet édifice.
A la fois antique en son architecture modifiée au cours de chaque siècle et moderne dans sa structure intérieure, statuaire et vitraux, elle ne peut laisser indifférent de par son histoire.

Architecture
Depuis la place Saint-Pierre, le premier étonnement pour le visiteur est sans doute la tour clocher qui couvre l’entrée principale.
Sur la base gallo-romaine, un narthex trapu buté de contreforts (XVe. s.) est surmonté d’un campanile (XVIe s.) avec « donjon d’horloge » (XIVe s.).
Une double porte vous introduit dans une nef médiévale avec abside (XIe et XIIe s.).
Curieusement, cette nef centrale est formée de murs épais découpés en arcs romans sur piliers massifs : arcades qui devaient s’ouvrir à l’origine sur des « absidioles » ou petites chapelles, détruites progressivement aux XVIe et XVIIIe s. lors de la construction des nefs latérales.

De chaque côté du chœur, le transept est la seule partie de l’édifice voûtée de pierre avec clés pendantes de style Plantagenet (fin du XVe s.).

Structure intérieure
Le nombre important d’œuvres d’art, toutes réalisées par des artistes de renom, fait de cette église un lieu fort propice à la méditation silencieuse favorisée encore par l’atmosphère à la fois recueillie et joyeuse des vitraux.
On peut relever parmi les plus anciennes une douzaine d’œuvres classées par le service d’archéologie : 4 autels, 2 médaillons, 2 retables, la chaire (XIXe s.), les fonts baptismaux (XVIIIe s.) avec leur bas-relief (XIXe s.), la statue de Saint Pierre du narthex (XIVe s.) et celle de Saint Sébastien, en bois (XVIIIe s.). Autant d’œuvres qu’il vous est facile de localiser sur le plan de visite.

Les fondations datent du XIème siècle. La nef et l'abside datent du XIème siècle. Le transept date du XVIème siècle. La tour date du XVème siècle. Le campanile date du XVIème siècle. Les deux bas-côtés qui datent du XVIIème siècle, sont séparés de la nef par des piliers cylindriques. Le clocher avait été abattu en 1488. L'église sert de Temple de la Raison en 1793 et d'écurie en 1794. L'église est restaurée au XIXème siècle. Un morceau de fresque du XVème siècle subsiste sur l'un des murs du chevet. La statue de Saint-Pierre, en calcaire, date du XIVème siècle. L'autel latéral, en marbre polychrome, date du XVIIème siècle. Les autels latéraux proviennent du couvent des Ursulines à La Davrays. Le retable, en calcaire polychrome et marbre, situé dans le collatéral sud, date du XVII-XVIIIème siècle. Les fonts baptismaux, en marbre et bois, datent du XVIIIème siècle. Le maître-autel, situé dans le chœur, date de 1707. La chaire, œuvre du menuisier Moisset et du sculpteur Henri Hamilton Barrême, date de 1816 : les bas-reliefs représentent les quatre évangélistes Marc, Luc, Mathieu et Jean. Patron et fondateur de l'église paroissiale Saint-Pierre d'Ancenis et de la chapelle Saint-Barnabé la joignant, le baron d'Ancenis y avait toutes les prééminences. Il jouissait aussi de celles de l'église conventuelle des Cordeliers d'Ancenis et de l'hospice Saint-Clément dans l'île aux Moines (en la Loire).

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Pierre
Siécle de l'édifice: XI-XV-XVI-XIXème siècles
Forme du clocher : Clocher-Porche à lanternon
Clocher en péril : non

Photos (14) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (2) :

façade
coté sud

Intérieur (12) :

vue de la grande nef
les autels latéraux

vitrail de la basse-nef gauche

le maître-autel et le grand vitrail

vitraux de la basse-nef droite

vue vers l'entrée
vue de l'église depuis la tribune

Chapelles

Chapelle Saint-Barnabé, reconstruite en 1944 sous le nom de chapelle Notre-Dame de la Délivrance, et située parallèllement à l'église. Les fondations de cette chapelle auraient été posées au XIe. On a retrouvé dessous, lors des travaux d'agrandissement, un sarcophage de calcaire du VIIe ou du VIIIe, placé sous son autel, et qui se trouve maintenant dans le bas-coté droit de l'église. On pense que la chapelle Saint-Barnabé aurait été à l'origine au milieu du cimetière, qui n'a été déplacé qu'en 1776 suite aux ordonnances successives des Etats de Bretagne obligeant à éloigner les morts des églises.

Type d'Edifice: chapelle
Nom de l'Edifice : saint-Barnabé
Siécle de l'édifice:
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (11) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (3) :

vue de l'église et de la chapelle Saint-Barnabé

façade de 1944
coté nord

Intérieur (9) :

tombeau de Messire DAVY
porche intérieur de la chapelle

vitraux de la chapelle

chaire intérieure, entre la sacristie et l'autel
vitrail du maître-autel

sarcophage du VIIe
vue vers l'entrée


chapelle Notre-Dame de Gauvain (XVIème siècle), située route de la Roche-Blanche, au-dessus des marais de la Grée, à 4 km au nord du centre d'Ancenis. Elle tire son nom d'un habitant du voisinage, Jamain Gauvain, qui, en 1579, fait un legs en sa faveur. Dédiée à la Vierge, elle aurait été curieusement fondée pour "conjurer un fléau provoqué par la piqûre mortelle d'inscetes volants sur les animaux domestiques".

Type d'Edifice: chapelle
Nom de l'Edifice : Notre-Dame de Gauvain
Siécle de l'édifice: XVI ème siècle
Forme du clocher : fléche
Clocher en péril : non

Photos (3): (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

vues de la chapelle

Chapelle du château (XVIIè). Elle est édifiée en 1603 dans le prolongement du logis. Le château étant fortement ruiné, elle est menacée comme le logis et pour les mêmes raisons : stabilité des structures portantes (poutres, murs) et charpente.

Type d'Edifice: chapelle
Nom de l'Edifice :du château
Siécle de l'édifice: XVII ème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : en danger

Photo (1) : (c'est une photo personnelle, cliquez pour agrandir)

le logis et la chapelle, à droite

Chapelle du Verger. C'est la chapelle privée du manoir du Verger (XVIIè). Ce manoir appartient à Geoffroy Burel en 1426. Propriété de la famille Pantin de La Hamelinière (originaire de Champtoceaux) en 1580, le manoir est reconstruit vers 1671 et restauré au XIXème siècle. Le manoir se trouve à l'est de la ville, à coté du contournement nord-est.

Chapelle de l'Hôpital, édifiée début XXème. Elle est édifiée dans un style italianisant qui caractérise l'ensemble de l'hôpital, dont les bâtiments anciens sont reconnaissables par les rangs de briques alternés avec des espaces enduits. Trois baies éclairent la nef de chaque coté. L'abside est hémi-circulaire et est aussi éclairée de trois baies. Deux sacristies carrées sont situées de chaque coté de l'abside tandis qu'un appentis, postérieur à la construction de la chapelle, lui est accolé. Le clocher-mur, au-dessus de la façade, est surmonté d'une croix et possède une cloche.

Type d'Edifice: chapelle
Nom de l'Edifice : de l'hôpital
Siécle de l'édifice: XX ème siècle
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)



Chapelle du lycée Saint-Joseph (XIXè)

Cette chapelle de stye néo-roman, sans transept et avec choeur à pans possède un bien curieux clocher-mur : la cloche est suspendue à gauche du groupe sculpté qui orne la façade, au sud dans la cour. La tribune est annexée par la salle des profs.
Le "collège" de la ville, initialement fondé le 9/01/1543 par messire DAVY, prêtre de la paroisse, dans une maison rue des Prêtres, a été déménagé à son actuel emplacement par le duc de CHAROST, baron d'Ancenis. C'est l'ancien logement des soeurs Hospitalières construit en 1697 et acheté en 1782 par le collège. l'ensemble ou presque des bâtiments (à l'exception du cloître et du bâtiment de la direction) date du XIXe.

Type d'Edifice: chapelle
Nom de l'Edifice : St Joseph
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : clocher-mur
Clocher en péril : non

Photos (10) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :

l'arrière du lycée et l'abside de la chapelle à droite

chapelle et cour d'honneur
façade et coté ouest
abside et coté est

Intérieur (6) :

vue vers l'autel
monument aux morts du lycée
un vitrail

vue vers l'entrée et tribunes latérales

la chapelle depuis la tribune
vitrail de la tribune (partie)

Chapelle Saint Joseph ou Chapelle des Ursulines
Edifiée sous le règne de Louis XIV, cette chapelle néo-classique possède une architecture très sobre. Accolée à la partie nord du cloître, elle était formée de deux bâtiments perpendiculaires : le chœur des religieuses (les Ursulines) et la chapelle Saint Joseph, inscrite dès 1929 dans les monuments historiques. Cette chapelle en forme de croix latine est orientée vers Jérusalem (à l'est).
L’extérieur de la chapelle des Ursulines, dont les caractéristiques architecturales sont remarquables, a déjà été restauré. Un nouveau chantier s’engage avec la réhabilitation intérieure. On va tout refaire, du sol au plafond, en ce lieu intime où l’expression artistique a spontanément toute sa place. Consolidation de la charpente, reprise des murs avec leurs pierres de taille, réfection du sol, restauration des peintures murales et des fresques sont au programme.
Au bout des huit mois que dureront les travaux, « Ancenis disposera d’un lieu d’exposition et de petits spectacles qui n’existe pas actuellement » précise Roger Crusson, adjoint à la culture. La chapelle des Ursulines constituera un écrin inimitable à l’atmosphère douce et singulière. Pour financer les 900 000 € nécessaires à ces travaux (équipements compris), toutes les collectivités ont apporté leur contribution. Etat, région, département et mairie d’Ancenis se sont en effet associés dans ce projet. A côté de cette tranche ferme de travaux, une tranche conditionnelle a été prévue. Elle concerne la réhabilitation intérieure et extérieure de la partie arrière de la chapelle, nommée « Logis du chapelain ». La réalisation dépend des crédits du ministère de la culture. Elle permettrait d’achever complètement la restauration du lieu tout en optimisant son fonctionnement.

Type d'Edifice: chapelle
Nom de l'Edifice : St Joseph
Siécle de l'édifice: XVII ème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos: (2)

Extérieur de la chapelle

Intérieur de la chapelle



Couvent des Ursulines
Arrivées à Ancenis en 1642, les Ursulines, religieuses, s'installèrent dans les bâtiments existants du fief de La Davrays. Elles y créèrent une chapelle, un parloir et un cloître grâce aux dons offerts par les Ursulines de Nantes, des donateurs de la région et par Louis XIV. Elles y reçurent des pensionnaires de familles aisées mais aussi des jeunes filles pauvres auxquelles elles donnaient une instruction surtout religieuse. Elles donnèrent également des soins gratuits aux malades. Le couvent et sa chapelle sont construits en tuffeau de Saumur.
En 1792, elles quittèrent Ancenis et le couvent fut transformé en hôpital militaire. Il accueillit ensuite de nombreux régiments d'infanterie (à partir de 1808) qui construisirent deux casernes pour y loger les très nombreux militaires. De 1930 à 1982, un escadron de gendarmerie y pris place. En 1995, la ville d'Ancenis l'a racheté et a rasé une des casernes construites en 1875. L'autre fut transformée en habitations. Le quartier ouest accueille désormais une école et le Trésor Public. L'aile est du cloître a été rénovée et accueille les services de l'A.N.P.E. et des ASSEDIC. Le reste de ce bâtiment est occupé par la COMPA (Communauté de Communes du Pays d'Ancenis). Le théâtre " Quartier Libre " a pris place, quant à lui, au sud-est de ce secteur. Entre les deux bâtiments a été créé le jardin des Ursulines au sein duquel ont pris place les sculptures de Jean Claude Lambert. Des travaux de rénovation de la toiture et des extérieurs de la chapelle ont été réalisés. Le fronton de celle-ci a été classé Monument Historique en 1990.

Type d'Edifice: Couvent
Nom de l'Edifice : des Ursulines
Siécle de l'édifice: XVII ème
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photo: (1)


Ancien Couvent

Ancien couvent des Cordeliers

Le couvent des Cordeliers, situé dans le prolongement de la rue des Cordeliers, fut fondé en 1448 par Jeanne d'Harcourt, veuve de Jean de RIEUX, baron d'Ancenis. Ces religieux suivaient la règle de St François d'Assise et ne recevaient leur subsistance que de la charité publique. Leur robe était de grop drap gris serré aux reins par une corde à trois noeuds, d'où l'origine de leur nom. Leur église gothique, dédiée à St François, avait une nef séparée du choeur des moines par une grille; l'édifice était doté d'un orgue, de confessionnaux, de tombeaux de donateurs et chaque jour une messe et les offices conventuels (laudes, vêpres, etc. étaient célébrés. Le couvent a eu 18 à 20 religieux à son apogée, moins sans doute dans la 2ème moitié du XVIIIe suite au déclin lié au régime de la commende et à l'état général des ordres et de la religion en France. En 1792, les religieux furent chassés et les bâtiments vendus. l'église fut détruite en 1864 et on trouva alors, sous le choeur, les restes du Maréchal de RIEUX et de Mme Suzanne de BOURBON, décédée le 21 février 1572, à en croire l'inscription sur le cercueil.

Anciennes chapelles

Ancienne chapelle de l'hôpital, édifiée aux XVè-XVIè, démantélée en 1912.

Carte Postale Ancienne :


Ancienne chapelle St Clément, à l'Ile aux Moines. Cette léproserie située sur une île de la Loire était desservie par les Pères Cordeliers jusque sans doute la Révolution. Des ruines éparses sont encore visibles aujourd'hui.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 8 Sep - 21:34 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com