Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Abbaretz (44170)

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 3 Sep - 21:44 (2007)    Sujet du message: Abbaretz (44170) Répondre en citant

Eglises

Eglise Saint-Pierre (1862-1866). La nouvelle église est construite d'après les plans de M. Liberge (architecte à Nantes) sur les ruines de l'ancien édifice religieux rasé en 1862. La première pierre est bénite le 15 août 1862. L'édifice actuel est de style ogival primitif, avec un double transept, une riche abside et deux absidioles. Elle est bénite le 22 juin 1866 par Mgr Guynemer de la Hélandière (ancien évêque de Vincennes et représentant l'Evêque de Nantes). L'ancien édifice se composait d'une simple nef, communiquant par une arcade romane avec un choeur à chevet droit construit au XIVème siècle. La nef semblait appartenir en grande partie au XIème siècle. Outre le maître-autel, l'église ancienne d'Abbaretz avait deux autres autels dédiés à la Sainte-Vierge et à saint Jean et placés au haut de la nef, de chaque côté de l'arcade romane. Une chapelle faisant pendant à celle de la Sainte-Vierge est construite au sud de la nef : elle est bénite, ainsi que son autel, le 25 avril 1786 et dédiée à saint Jean-Baptiste. Dans cette vieille église se trouvaient deux cloches : l'une fondue à Abbaretz par Mathurin Couret, bénite le 19 mai 1641 et nommée Marie par Laurent Gicquel et Françoise Poulain, l'autre provenant d'une ancienne chapelle de la ville de Nozay et portant l'inscription "Cloche de la chapelle Saint-Jean et Saint-Nicolas de la ville de Nozay, 1668". Une singularité de l'église d'Abbaretz, c'est qu'il s'y trouvait un puits rempli de pierre, découvert quand on démolit l'édifice. Le seigneur de Nozay (en 1789, le prince de Condé) prétendait avoir dans l'église d'Abbaretz tous les droits de supériorité, patronage et fondation : on y voyait encore les débris de sa litre seigneuriale peinte à l'extérieur du temple quand celui-ci fut démoli. Néanmoins, les possesseurs de terres nobles en Abbaretz jouissaient de quelques prééminences dans cette même église, telles que bancs, enfeus et armoiries : les seigneurs de la Rivière s'y faisaient inhumer dans le choeur, ceux de la Villeneuve devant l'autel de Notre-Dame, et les possesseurs de la Jahotière au pied de l'autel de saint Jean-Baptiste. A signaler que lorsqu'on reconstruisit l'église, on trouva de nombreux tombeaux mérovingiens en pierre d'ardoise.

Site de la mairie de la ville: http://www.abbaretz.fr

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Pierre
Siécle de l'édifice: XIXème
Forme du clocher : Clocher-porche
Clocher en péril : non

Photos (11) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

Extérieur (4) :



Intérieur (7) :

vues de la nef
choeur

transept gauche

transept droit



Chapelle du cimetière :

Chapelle du cimetière (XIXe), située au cimetière, élevée par la famille de Goyon, propriétaire de la Rivière, et bénite le 30 octobre 1879, à la place de la chapelle Saint-Symphorien. Elle sert d'enfeu à une partie de la famille Charette de la Contrie, dont l'un d'eux, officier des Haras, lieutenant de réserve, mort pour la France éternelle à Neuengamme en 1944.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : enfeu Goyon, Richard et Charette
Siécle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)




Chapelle Saint-Etienne (sédévacantistes)

Elle est située dans un ensemble de bâtiments des années 80, à gauche du début de la rue de la Poste, puis à droite dans la cour. La chapelle, active depuis 2010, dépend de la Congrégation de Jésus et de Marie, d'obédience sédévacantiste et fondée en Argentine (plus d'infos : http://www.catholique-sedevacantiste.com/article-visite-de-mgr-andres-morel…. C'est son seul centre en France, au coeur de la Bretagne catholique qui est aussi un bastion du sédévacantisme (chapelles à Nantes, Rennes, Treillières, Montauban de Bretagne, Bourbriac). La messe est dite en semaine, et chantée à 10 h 30 le dimanche.
Du point de vue de Rome, les sédévacantistes sont en situation d'hérésie car ils ne reconnaissent pas l'autorité suprême du pape et ne le mentionnent pas dans leur messe (dite pour cela non una cum). Ils ont néanmoins certains prêtres et évêques qui ont été convenablement sacrés, puisqu'ils l'ont été soit avant le concile, soit par des prélats passés à la Fraternité Saint Pie X. Ils disent la messe comme les tradis, selon le rite extraordinaire (tridentin).


Anciennes chapelles

L'ancienne chapelle Saint-Symphorien, aujourd'hui disparue. Il s'agissait d'une chapelle du XIème siècle, conservée intacte durant près de 800 ans et de plan rectangulaire. Elle était située près du village de la Magdeleine (où s'élevait jadis une léproserie). Le 5 mai 1832, on inaugura le cimetière paroissial d'Abbaretz autour de la chapelle Saint-Symphorien. Depuis lors, le vieux sanctuaire roman a disparu. Le sanctuaire a dû faire place à une chapelle funéraire élevée par la famille de Goyon, propriétaire de la Rivière, et bénite le 30 octobre 1879 .

L'ancienne chapelle Sainte-Marguerite, aujourd'hui disparue. Edifiée non loin de l'ancienne route d'Abbaretz à Issé, elle dépendait jadis d'une propriété de l'abbaye de Melleray, appelée la Grange d'Abbaretz. En 1755, la chapelle Sainte-Marguerite tombait en ruine et n'était plus desservie. L'abbaye de Melleray se contenta alors de restaurer Sainte-Marguerite. Naguère se tenait à l'entour une foire le 20 juillet.

L'ancienne chapelle Notre-Dame des Croix, aujourd'hui disparue et dédiée jadis à la Vierge des Sept-Douleurs. Elle était située jadis au point culminant de la paroisse d'Abbaretz et au bord de la route de Meilleraye. Les trois ouvertures ogivales de son chevet annonçaient une construction du XIIIème ou XIVème siècle. Il est fait mention en 1560 de la chapelle "Notre-Dame des Crouez" et le 4 février 1629, Jean Le Louet, seigneur du Bottan, y épousa Aliénor du Matz, fille de la maison de Villeneuve.


Anciennes chapelles privées


L'ancienne chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle (puis Sainte-Anne) du manoir de la Rivière, édifiée dans la cour du manoir. Au XVIIIème siècle, on y desservait cinq messes chaque semaine : deux pour la fondation de Morestier et trois pour les fondations de la Raterie, la Fouaye et la Rivière. Le 21 février 1634, Roch de la Ferrière, seigneur de la Prévosté, épousa dans ce sanctuaire Renée de la Neufville, fille du seigneur de la Rivière. Cette chapelle est reconstruite peu de temps avant la Révolution, par Pierre Richard de la Pervanchère, dernier seigneur de la Rivière. Elle est bénite le 5 novembre 1788 sous l'invocation de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Elle est restaurée en 1820 et placée alors sous le patronage de sainte Anne. La chapelle est abandonnée suite à l'incendie du manoir qui ne sera pas relevé.

L'ancienne chapelle du manoir de la Beautraye, aujourd'hui disparue. Elle avait été édifiée par Ferdinand Guillotin de Corson (propriétaire de la Beautraye), en l'honneur des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie. La première pierre est bénite le 6 mars 1873. L'édifice est béni le 2 octobre 1873.

Ancienne chapelle du manoir de Villeneuve (XVIè). En 1634, cette seigneurie dépend de la châtellenie de Nozay et a pour suzerain le prince de Condé. La terre revient ensuite à Pierre François du Matz qui la possède jusqu'à la Révolution. Pierre François du Matz est le dernier seigneur de Villeneuve. Reçu sous Louis XVI conseiller au Parlement de Bretagne, il épouse une Locquet de Granville dont il n'eut pas d'enfants. Les de Berthou-Barrin de La Galissonnière, héritiers, vendent le domaine à la famille Marion. Propriété de la famille Marion (en 1832) et de la famille Leroux (en 1855). C'est en ce manoir à Tourelles et grand porche d'entrée que se déroule un drame en 1832 : des chouans attaquent le propriétaire d'alors, le citoyen Marion qui meurt tué d'un coup de feu.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Sep - 21:44 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com