Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

forme insolite de clocher

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Accueil -> Questions et recherches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
occhi66
De passage...

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 1
Localisation: Caramany

MessagePosté le: Jeu 9 Oct - 04:41 (2008)    Sujet du message: forme insolite de clocher Répondre en citant

Bonjour,

Le clocher de notre village, Caramany (66720), dans les Pyrénées orientales est d'une forme particulière :
C'est un clocher tour surmonté de 3 niveaux décroissants en forme de "pagode".
Il date de 1848 et ne ressemble à aucun autre clocher catalan ou occitan.
Je précise que son créateur, l’abbé François BRIA- CAMO n'a pas effectué, à notre connaissance,
de voyage à l'étranger,, ce qui aurait pu influencer l'architecture du clocher.
Sa forme revet un certain mystère que nous cherchons à dissiper.
Quelqu'un aurait-il des précsisions sur une telle forme de clocher ?
Merci pour vos idées.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Oct - 04:41 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 15:32 (2009)    Sujet du message: forme insolite de clocher Répondre en citant

Arrow Tout d'abord voici le clocher lui-même (photo wikipédia, licence GNU, diffusion libre)



Historique (Wikipédia, toujours).

L'histoire du village est étroitement liée à celle de l'Agly. Lors de la construction du barrage, d'importantes fouilles archéologiques ont permis la découverte de nombreux vestiges, dont une nécropole néolithique[2] vieille de plusieurs milliers d'années. Ces occupations, d'abord implantées sur la rive gauche, se poursuivront au Moyen Âge sur la rive droite, à l'emplacement de l'actuel cimetière, certainement pour se rapprocher de ce Grand Rocher, sur lequel s'élèvera un château fort puis le village lui-même.

La première mention connue de Caramany remonte à 1085, alors que l'existence d'une famille seigneuriale est attestée en 1242; cette année-là, Huguet de Caraman est un des principaux chevaliers du vicomté de Fenouillet, suzerain des lieux. En 1258, le traité de Corbeil rattache définitivement la vicomté de Fenouillèdes au royaume de France, et Caramany, comme tous les châteaux voisins, devient alors un poste avancé pour la défense de la frontière. Le village voisin de Bélesta a gardé la trace de cette époque puisque est parfois ajoutée au nom du village la dénomination " de la Frontière ".

En 1790, lors de la création des départements par l'Assemblée constituante, le Fenouillèdes a retrouvé les anciens comtés du Roussillon, de la Cerdagne, du Capcir et du Conflent pour former le département actuel des Pyrénées-Orientales. Les XVIIIe et XIXe siècles correspondent à une période d'expansion. Le village qui atteint son pic de population, vraisemblablement plus de 500 âmes, se développe et sort de ses remparts. L'église, vouée à St Etienne, s'agrandit aussi et un clocher est érigé par les habitants eux-mêmes de 1847 à 1849, sous la conduite de l'abbé François Bria. Ce clocher est Monument historique depuis 1972.

Les surfaces cultivées augmentent, et à la culture des céréales et des oliviers succède la vigne qui devient, au XXe siècle, la seule ressource économique de la commune. La cave coopérative dont la construction est lancée en 1923, s'est lancée dans une démarche de qualité dès 1966. La vinification par le procédé de la macération en raisin entier a construit la renommée des vins de Caramany. Le destin économique, touristique et démographique de la commune semble désormais basé sur le lac du barrage, qui devrait être aménagé pour 2013 avec une zone de baignade, et sur les vignes.

Infos du conseil général 66 : http://www.cg66.fr/culture/expositions/clochers/communes/caramany.html : la description du clocher est complète, mais son caractère UNIQUE en ressort. Le porche de l'église de Montner (17e-18e) a peut-être été une source d'inspiration pour ce clocher (d'après le CG66) : http://www.cg66.fr/culture/expositions/clochers/communes/montner.html Mais son apparence modeste (http://autourde.over-blog.com/article-31296567.html et http://www.jtosti.com/villages/montner.htm) dément cette possibilité. Cependant, il est fort possible que ce clocher s'inspire des campaniles BAROQUES de la région ( ou de l'Espagne).

Voilà une page qui montré l'évolution de l'art religieux catalan, à la croisée des styles (espagne, toscan, lombard, baroque) : http://pagesperso-orange.fr/gauneau.Marcel/Html/roussiart.html
Idem pour le CG66 qui retrace l'évolution des clochers par époques : http://www.cg66.fr/culture/expositions/clochers/epoques.html

Citation:
Néfiach, Ille, Bouleternère, Rodes, Vinça, Marquixanes, Los Masos, Eus, Campôme, Mosset, Joch, Rigarda, Finestret, Prades se dotent de nouveaux édifices.

St-Michel de Llotes, Boule d’Amont se contentent de doubler leurs églises romanes d’un deuxième vaisseau. A Catllar la construction romane est transformée en travée du nouvel édifice. Par esprit d’économie devant l’énormité de l’investissement, on garde ce que l’on peut récupérer de l’édifice antérieur. Quelques clochers romans seront sauvés, au prix d’un "lifting" baroque. Prades, récemment restauré, a retrouvé son aspect médiéval; Catllar reste englué sous les crépis; Marquixanes n’a conservé que la base de sa tour romane. il s’en faut pour autant que le chantier baroque se limite à ces deux terroirs.


D'où (photos d'églises, ou chapelles):
Nefiach : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66121_01.htm
Ille-sur-Têt, chapelle de l'Hospice : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66088a_02.htm
Rodes : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66165_05.htm
Vinça : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66230_01.htm ("glise encore très inspirée du gothique)
Los Masos : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66104_01.htm
Mosset : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66119_01.htm (agrandi du clocher ici : http://www.cg66.fr/culture/expositions/clochers/communes/img/mosset.jpg )
Joch : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66089_01.htm (campanile ouvragé 19e comme l'on en voit en Provence, à la place d'une arche en pierre?)
Rigarda : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66162_02.htm
Finestret : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66079_01.htm
Catlar : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66045_02.htm

Arrow On peut conclure que :

- les clochers anciens sont transformés, rehaussés de frises colorées ou d'arches hébergeant les cloches
- on va vers une complexification des campaniles, et un allégement de la structure, but atteint au 19e avec les campaniles en fer forgé (évolution similaire à la Provence)

Arrow Par ailleurs, la filiation baroque est établie :

cg66 a écrit:
L’essaimage baroque dresse de nouvelles églises et de nouveaux clochers un peu partout de Prats de Mollo à Serralongue avec son "conjorador", de Saillagouse à Ur, avec de très belles réalisations à Rivesaltes, Estagel, à Montner et au chapitre de saint Paul de Fenollet. Les modèles ont une vie plus longue que les périodes stylistiques. Ainsi alors que les clochers-tours à clochetons d’angles apparaissent dès le début du XVIIème siècle avec celui de Marquixanes (1611), leur pratique se perpétue en plein XIXème siècle un peu partout en Salanque (Canet) à saint Jacques de Perpignan, à Corneilla de la Rivière.
De même les beaux clochers ajourés à plusieurs niveaux d’arcades, aux frontons érigés en pinacles comme à Formiguères, en Capcir ou à Trouillas en Roussillon se retrouve sous le second Empire à Caramany en Fenollèdes.


On peut comparer, pour les clochers-tours Marquixanes : http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66103_03.htm (un clocher-tour complexifié) à Canet (http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66037_03.htm)

De même, le clocher de Formiguères (http://clochers.org/Fichiers_HTML/Photos_clochers/66/c66082_01.htm) ou de Trouillas (http://www.cg66.fr/culture/expositions/clochers/communes/img/trouillas.jpg) peut avoir inspiré celui de Caramany.

Arrow Par sa structure, ce dernier a le génie d'associer clocher campanile, alignement d'arcades dans un seul plan, et flèche, puisque les arcades sont érigées dans plusieurs plans comme au mileu d'une flèche ou d'une tour.

Par ailleurs il faut reconnaître le contexte, et la redécouverte des styles anciens au XIXe qui engendra le style troubadour.

Le XIXème siècle découvrit le moyen âge. En le découvrant, la sensibilité romantique du XIXème siècle le revisita. L'érudition s'empara des poésies médiévales aussi bien des trouvers de langue d'oîl que de troubadours de langue d'oc. Le mot était trouvé pour désigner l'architecture inspirée par ces "siècles obscurs" que les tempsmodernes exploraient avec curiosité. Malgrè cet engouement, l'exactitude chronologique n'était qu'approximative. Le style "ogival" devient une référence générale pour des artistes de formation néoclassique. Leur technique est celle de l'école. les multiples clochers et églises construit à cette époque dans le Pays Catalan en sont profondément affectés jusqu'à nos jours. Au sens philosophique, l'éclectisme est la méthode recommandant d'emprunter aux divers systêmes les thèses les meilleures quand elles sont conciliables entre elles, plutôt que d'édifier une nouvelle pensée. Tel est le paradoxe du XIXème siècle en matière d'architecture. A la défense de valeurs prétendues intangibles ne résiste pas dans la pratique à un relativisme sans réserve. Le style troubadour se fonde sur la référence de styles architecturaux différents, et sur le recours délibéré à des modèles. Les formes architecturales empruntées le sont à un passé plus ou moins reculé et que l'on présente comme nationale, aussi bien qu'à l'Antiquité, à Byzance, à l'Islam.

Les caractéristiques des formes architecturales du style troubadour ne sauraient qu'être précédées de l'élément "néo". Evocations ou pastiches, le "néo" copie plus que n'imite l'art roman, l'art gothique, l'art baroque, l'art byzantin, l'art mauresque et tant d'autres... La prolifération des inspirations historiantes précipite sur un seul édifice des arcs-aveugles et des arcs en plein-intres néo-roman, des baies géminés et des ogives néo-gothiques, des coupoles néo-byzantine, des pinacles et des clochetons néo-baroques, des merlons et des encadrements néo-mauresques.

Arrow naissance d'un style "bâtard", mélangeant allégrément les styles (romans et gothiques dans la 1/2 nord de la France) mais beaucoup de styles dans le Roussillon... dont le baroque.
Arrow Par ailleurs le début du 19e coincide avec les événements révolutionnaires : nationalisation des biens de l'église, émigration anti-française populaire vers la Catalogne, enrichissement des classes moyennes.
Arrow et il y eut la compétition clochers républicains (campaniles en fer forgé) / clochers troubadours (religieux), qui, comme en Provence, soutint la croissance des constructions.

D'ailleurs : site consacré aux campaniles en Provence : http://abegui.free.fr/campanile/index.php


Dernière édition par Admin le Mar 27 Oct - 16:31 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 16:30 (2009)    Sujet du message: forme insolite de clocher Répondre en citant

Donc réponse :

Arrow L'inspiration est incontestablement BAROQUE, par connaissance des autres édifices du Roussillon.

Arrow Ce clocher est UNIQUE car il mêle le procédé du campanile (1 plan vertical) et la disposition en flèche qui n'était permise que par les campaniles en fer forgé. Cette unicité a motivé son classement aux MHs.

Arrow Cette unicité fait aussi sa solidité : le campanile traditionnel, plan vertical, est exposé à la pression du vent et aux vibrations des cloches. celui-ci, en appuyant chaque arche aux 4 coins, favorise la STABILITE de la reconstruction. C'est peut-être aussi la RAISON de SOLIDITE qui a motivé ce plan.

Arrow Les ornements sphériques aux quatres coins s'inspirent des CLOCHETONS aux COINS des clochers-tours (voir au-dessus, type Marquixanes). Or, comme l'on sait que Caramany était une commune pauvre au point que les travaux ont été faits sans maître d'oeuvre autre que l'abbé et par les habitants eux-mêmes, les SPHERES sont une solution belle et PEU CHERE pour remplacer les clochetons.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:53 (2017)    Sujet du message: forme insolite de clocher

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Accueil -> Questions et recherches Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com