Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Saint-Géréon (44150)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Ven 26 Sep - 23:37 (2008)    Sujet du message: Saint-Géréon (44150) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Géréon (1840).

L'église se trouve le long de la route Ancenis-Nantes qui traverse Saint-Géréon d'ouest en est. Elle est à deux kilomètres de la gare d'Ancenis. Il faut remarquer au-dessus de son transept une sorte de toit à 4 pans un peu étrange. Saint-Géréon était concédé aux Régaires, à savoir l'évêché de Nantes, depuis Saint-Félix jusqu'à la Révolution. Il y avait donc deux justices dans la paroisse, celle du seigneur et celle de l'évêque, dont les audiences se tenaient toutes deux au pont de la Davrais. Le prieuré sera desservi par les moines de Saint-Hermeland (695-843), puis par les bénédictins de Déols (1003-1092), puis enfin par un Recteur qui sera aussi le Prieur du monastère. Il y a eu des conflits entre l'évêque et le prieur, mais la double juridiction s'est maintenue jusqu'au 28 novembre 1790. Le dernier bénédictin est Dom Hodié, prieur en 1539. Gilles de Gand, prieur en 1557, est dominicain. Cepndant, avec la disparition de Déols, maison-mère du prieuré, la juridiction s'est sécularisée et il revient au Gondi, de 1622 à 1736, de présenter le prieur de Saint-Géréon, privilège passé à Louis XV puis Louis XVI. Le dernier prieur est l'abbé Pierre Clément du Mée. Accolé à l'église, l'actuel presbytère serait le cellier ou la chapelle du prieuré. L'ancien presbytère était en tout cas une "masure" en 1786, et le recteur logeait à la Davrais.

Telle que nous la connaissons aujourd'hui, l'église Saint-Géréon est le résultat de deux campagnes de restauration, l'une menée au XVIIIème, de 1745 à 1794, et l'autre au XIXème, de 1845 à 1902. Comme l'atteste le cadastre de 1812, autrefois l'église n'était qu'une simple nef, sans transept ni chapelles latérales, succèdant à une église plus ancienne construite par les bénédictins au XIè. En 1635, 1639 et 1654 furent ajoutés tour à tour trois autels dédiés respectivement à Notre-Dame, Saint-Pierre et Saint-Eutrope. Une tribune s'élevait au-dessus du porche prolongé par un chapitreau extérieur, sorte de toit à deux pans reposant sur un mur et deux piliers de l'autre coté, sous lequel se réunissait le conseil de paroisse. On enterrait dans l'Eglise jusqu'à l'interdiction royale en 1755, et dès lors le dallage et les chaises succèdèrent aux billots installés par chaque fidèle sur la terre recouvrant les tombes. En 1745 le clocher, installé à la croisée des transepts, a été transporté "au pignon de l'église". La nef a été lambrisée. En 1746 furent posés de nouveaux fonts baptismaux et une balustrade offerts par les paroissiens. En 1753, une nouvelle cloche fut installée.

En 1794, les commissaires de la République d'Ancenis rapportent dans leur rapport écrit à La Petite Montagne, nom révolutionnaire de Saint-Géréon : "Comme l'église était encore garnie de statues, de confessionnaux, de croix et d'autres choses, tout a été brisé après le repas civique, à l'exception d'un confessionnal destiné à former une guérite. On a dansé. Les habitants ont paru si satisfait qu'ils se sont empressés d'apporter au temple de la Raison d'Ancenis leur Patron - statue actuelle de l'église - représentant un guerrier pour y figurer sous le nom d'un homme recommandable". En effet, Saint-Géréon, peu honoré en France, est le centurion romain d'une légion convertie toute entière au christianisme et massacrée par les soldats romains.

En 1845, la nef fut prolongée de deux travées avec les matériaux de l'ancien cimetière. En 1848, la façade fut reconstruite : du sol à la croix du campanile, elle ne faisait pas plus de 20 mètres de haut. Deux piliers de tuffeau l'appuyaient aux angles. La porte surmontée d'une ogive était encadrée de pilastres dominés par une croix patriarcale, au-dessus de laquelle s'élevait une rosace à onse lobes encadrée de deux chevrons brisés dentelés. En 1820, deux chapelles du transept, de longueur inégale, furent ajoutées. En 1853, la sacristie nord et le prolongement du choeur à pans coupés furent édifiés, il faudra attendre 1889 pour l'édification de la sacristie sud. En 1857, la cinquième fenêtre au fond du choeur fut ouverte. En 1859, quatre contreforts extérieurs remplacèrent deux poutres traversant la nef. En 1868, la flèche gothique actuelle remplaça l'ancien clocher peu solide, l'horloge étant installée en 1870. En 1874, quatre contreforts plus élégants remplacèrent ceux posés en 1859. En 1875, le Chemin de Croix est peint sur les murs de la nef. En 1876 apparaît un second confessionnal et une chaire sculptée. En 1883, le maître-autel sculpté par M. POTET est consacré. Le monument aux morts, dans le transept sud, et le médaillon du curé M. Raguin ont été réalisés par DAUTEL, sculpteur géréonnais. Les statues des saints datent du XXème. On y trouve aussi une statue de Saint-Géréon datant du XVIIIème siècle et une bannière de Saint-Géréon datant de 1804. Au XIXème siècle, pendant la reconstruction de l'église et le nivellement du cimetière qui l'entourait, on a mis à jour des sarcophages en pierre dure, en formes d'auges, avec un couvercle d'ardoises.

Les vitraux de l'abside représentent, autour de saint Géréon, saint Pierre et saint Clair à gauche, et sainte Anne et sainte Marthe à droite. Dans la chapelle nord, dédiée à la Vierge, les vitraux de l'ogive racontent l'histoire de l'Ave Maria. Dans une rosace à six lobes domine Dieu le Père bienveillant. Au flanc ouest se trouve une verrière représentant l'assomption. Le transept sud consacré à Saint-Joseph, accolé au presbytère, ne s'éclaire que par une petite baie illustant la mort du saint. Depuis 1902, les 6 vitraux de la nef narrent la vie de saint Géréon. Tous les vitraux sont de Jean CLAMENS. La chaire a été réalisée par le sculpteur M. VALLEE, qui s'est inspiré du XIIIème siècle.





Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Géréon
Siécle de l'édifice: XIXè
Forme du clocher : clocher-porche à flèche
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade
façade, coté sud et presbytère

puits et abside
coté nord

Chapelle privée

Chapelle privée du château de l'Ecochère (XVIIIè-XIXè)

Elle est bénite le 10 janvier 1701 par messire François Lorry, docteur de Sorbonne. La chapelle renferme les tombes des seigneurs Bedeau de l'Ecochère et l'intérieur a été remanié au XIXème siècle. Le château de l'Ecochère (XIXème siècle), a été édifié sur le site d'une ancienne motte féodale qui existait déjà au Xème siècle. La seigneurie est attestée en 1209. Au XIXème siècle, le château est remanié et les lucarnes du XVIème siècle sont conservées. Au cours du XIXème, une héritière fait démolir tout le château, sauf la chapelle, dans l'espoir d'y trouver une cachette d'or.
Le château se trouve au bord de la voie ferrée Nantes-Angers, d'où l'on peut justement voir la chapelle : celle-ci n'a pas de clocher, et possède une abside à trois pans.

Type d'Edifice: Chapelle privée
Nom de l'Edifice : du château de l'Ecochère
Siécle de l'édifice: XVIIIè
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non


Anciens prieurés

Ancien prieuré Saint-Géréon (Moyen-Age), dépendant de l'abbaye de Bourgdieu. Des tombes mérovingiennes y ont été trouvées.

Ancien prieuré et maison noble des Régaires

A signaler qu'avant 1875, le couvent des Ursulines et la chapelle Saint-Joseph, à Ancenis, faisaient partie de Saint-Géréon. Voir ici : http://www.infobretagne.com/saint-gereon.htm et là : http://www.ancenis.fr/content.cfm?id=207


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 26 Sep - 23:37 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com