Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Liffré (35340)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers d'Ille-et-Vilaine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Mer 29 Oct - 03:11 (2014)    Sujet du message: Liffré (35340) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Michel

La paroisse de Liffré semble avoir été érigée au début du XIIIème siècle, en même temps que Sérigné en La Bouëxière. Plusieurs prieurés s'y installent sous la protection des ducs. Dédiée à saint Michel archange, l'ancienne église de Liffré était une construction insignifiante dont les plus anciennes parties ne semblaient pas remonter au-delà du XVIème siècle. C'était à l'origine une simple nef, à laquelle ont été ajoutées deux chapelles en 1837. L'ancienne sacristie datait de 1623. On y voyait encore quelques pierres tombales armoriées, entre autres celle de Jean Boullé, sieur de la Gaillardière (XVIIe), portant trois boules. Vers le milieu du XVIIe siècle, Thomas de Rollée, recteur de Liffré, pria les Dominicains de Bonne-Nouvelle de vouloir bien établir la confrérie du Rosaire dans son église, et il y fit construire à cet effet une chapelle qui a dû faire place à l'une des anciennes chapelles (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 H, 5).

L'actuelle église a été construite par les architectes Arthur Regnault et Hyacinthe Perrin en 1891. Le maître-autel à baldaquin et la chaire datent de 1891. Le clocher placé sur le côté droit est surmonté d'une flèche tandis que l'église est surmontée d'un vaste massif carré dont la toiture a quatre pans.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Michel
Siècle de l'édifice: XIXe
Forme du clocher : flèche
Position du clocher : latéral
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)





Patrimoine religieux disparu

Anciennes chapelles

Ancienne chapelle de l'Hermitage, mentionnée dès 1157 et semble avoir été fondée par les ducs de Bretagne.

Ancienne chapelle Notre-Dame du manoir de la Gaillardière (XVIIe-XVIIIe). Le 14 juillet 1721, Renée Le Pigeon, veuve de Charles Leziart, seigneur du Dezerseul, sénéchal de Saint-Aubin-du-Cormier, et habitant son manoir de la Gaillardière, fonda des messes pour tous les dimanches et fêtes dans la chapelle de ce manoir, dédiée à la Sainte Vierge. En 1781, Mgr de Girac ordonna de faire des réparations urgentes à la chapelle de la Gaillardière. Le dernier chapelain, M. Riaux, vicaire à Liffré, déclara en 1790 que ses charges consistaient alors en deux messes par semaine et deux services par an, et qu'il jouissait de la métairie de la Guérinais, affermée 160 livres. Au XIXe la fondation rétablie a été rapatriée en l'église paroissiale.

Ancienne chapelle de la Motte-Gaillardière (XVIIe). Dès le 15 avril 1635, Mgr de Cornulier permit au propriétaire du manoir de la Motte-Gaillardière d'y bâtir une chapelle. Toutefois, ce petit sanctuaire ne fut terminé qu'en 1665 ; le recteur Claude Picaud en fit alors la visite et la trouva « bastie en l'honneur de Dieu et de Nostre Dame ». Le 24 septembre de la même année, Julien Boullé, sieur de la Motte-Gaillardière, y fonda deux messes par semaine et la dota de 65 livres de rente. La chapelle était ruinée en 1737 et la fondation dite de la Benazerie qui y était rattachée se disait alors en l'église paroissiale.

Ancienne chapelle Saint-Denis de la Forêt, disparue


Anciens prieurés

Ancien prieuré Notre-Dame du Feu, du Fou ou du Faou (hêtre en breton), qui dépend dès le XIe des moniales bénédictines de Saint-Georges. Au XVe les bâtiments sont détruits par la guerre qui fait rage entre la France et la Bretagne. Ils sont rebâtis en 1500 par l'abbesse Françoise d'Espinay. Au XVIIème siècle, « le lieu et manoir du Feu », situé en la paroisse de Liffré, consistait en « maisons principalles, chapelle, métairie, grange, pressouers, courts et jardins d'iceluy herbregement, prés, prairies, terres arables et non arables, bois taillis et de haute futaie, contenant par fonds en tout 110 journaux de terre ; — un moulin à eau avec ses moutaux, au proche d'iceluy lieu du Feu, sur la rivière de Veuvres et Chevré ; — et, pour cause de ladite maison du Feu, droit d'usage ès forêts de Rennes, Saint-Aubin et Liffré et landes en dépendantes pour pannage et pasturage de leurs bestes et avoirs du Feu, tant en temps de glan qu'autre, et de prendre litière desdites landes ». La chapelle a été reconstruite en 1745. A la veille de la Révolution le moulin était affermé 500 livres et la métairie autant.

A la fin du XIXe l'abbé Guillotin de Corson décrit ainsi le lieu : "Le vieux manoir prioral est encore debout, tel à peu près que le construisit l'abbesse Françoise d'Espinay ; il présente deux portes ogivales presque accolées, de vastes croisées à meneaux sculptés et plusieurs écussons frustes timbrés d'une crosse et placés dans de petites arcatures ogivales. Derrière ce logis se trouve la métairie et devant se dresse la chapelle ; celle-ci n'offre plus guère d'antique qu'une porte ogivale à colonnettes contemporaine du manoir et ornée comme lui des armoiries de l'abbesse de Saint-Georges ; le reste de l'édifice a été refait dans les derniers siècles, et on y lit sur une pierre la date 1697 ; le chevet est occupé extérieurement par une vaste niche renfermant une statue colossale de saint Marc sculptée en bois ; cette chapelle sert maintenant d'écurie. Signalons enfin, pour terminer, un très ancien puits et un vieux moulin à eau qui achèvent de donner à ce petit coin de terre un caractère d'antiquité fort intéressant".

Hélas la chapelle et les autres bâtiments ont disparu. Seul reste le manoir construit au XVIe et qui n'est pas classé, malgré son architecture remarquable, ses fenêtres à meneaux et ses portes ogivales. Réutilisé en dépendance, il est en train de se ruiner (cf. http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_docum…

Ancien prieuré de Sérigné (XIIe)

La terre de Sérigné est donnée mi-XIIe par un seigneur de Vitré aux religieuses de Saint-Sulpice la Forêt. La chapelle de Sérigné fut construite sur une colline appelée Mont d'Asnel, « in Monte Asnelli ». Les religieuses de Saint-Sulpice, en y plaçant un de leurs frères Condonats, songèrent, semble-t-il, à faire immédiatement ériger en paroisse tout ce territoire nouvellement défriché pris sur la forêt, et l'évêque de Rennes ne paraît pas s'être fortement opposé à leurs désirs. Etienne de La Rochefoucaud, evêque de Rennes fixa en même temps les limites du territoire de Sérigné ; il régla, en 1165, que l'église de Sérigné, son cimetière, ses dîmes et tous ses droits paroissiaux, « ecclesia illa et cimiterium et decimœ et omnia parochialia », s'étendraient du fleuve appelé Derlande (aujourd'hui rivière de Chevré) jusqu'à la forêt, « a fluvio qui dicitur Derlanda osque ad forestam ». Toutefois, comme nous l'avons vu, l'église et le bourg de Sérigné, avec leurs dépendances, ne furent réellement érigés en paroisse qu'une quarantaine d'années plus tard, par l'évêque Pierre de Dinan (1199-1210), et en même temps que l'église et le bourg de Saint-Sulpice-des-Bois. La cure disparaît au XVIe et est transformée en simple chapellenie. L'église est selon Guillotin de Corson une "maison d'habitation" à la fin du XIXe.

Ancien prieuré de Champfleury (XIIe)

En 1162, le jour de la Purification, Conan IV, duc de Bretagne, se trouvant à la cathédrale de Rennes, donna aux religieux de Savigné un quartier de sa forêt de Rennes nommé Champfleury, pour y construire une grange, « concessi ad œdificandam grangiam Campum Floridum ». Cette chapelle construite à Champfleury, dans la paroisse de Liffré, était fort délabrée en 1781, et Mgr de Girac ordonna qu'elle fût aussitôt réparée et mise en état décent pour que les messes de fondation y fussent acquittées. A cette époque et depuis longtemps déjà, la grange de Champfleury était unie, comme nous venons de le voir, à la mense capitulaire de Savigné. Le 12 février 1790, dom Verdier, prieur de Savigné, déclara que « la terre et seigneurie de Champfleury, en Liffré, consistait en maison, cour, jardin, étable, écurie, grange et autres bâtiments ; — quelques menues rentes seigneuriales ; — une juridiction avec son greffe ; — une chapelle, enfin, à laquelle était cy-devant annexée une portion de dîmes qu'on refusait de payer, prétendant qu'on devait y dire la messe ».


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Oct - 03:11 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers d'Ille-et-Vilaine Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com