Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Avord (18520)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Cher
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 26 Aoû - 04:26 (2013)    Sujet du message: Avord (18520) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Hugues

L'église Saint-Hugues d'AVORD dépendait en 1133 du chapitre de Saint-Outrille du château de BOURGES. Par ses parties les plus anciennes, elle remonte au début du XIe siècle, son millénaire a été célébré en 2013.

De style roman, la façade occidentale qui représente tout l'intérêt de l'église, est en trois parties, chacune divisée en deux étages. Ces travées sont séparées par deux contreforts qui montent au faîte du pignon central. La première travée comprend une porte plein cintre à plusieurs voussures, flanquées de deux arcades aveugles.Au deuxième étage, une grande baie aveugle, plein cintre également, dont les retombées sont portées par des contreforts. Au fond de cette arcade, une croix couverte de lacets entrecroisés porte au centre un agneau pascal. Celui-ci est nimbé mais très mutilé, une petite croix s'élève dérrière lui, il est tourné à droite, et ses pattes de devant semblent fléchir. Les bras de la croix et le motif circulaire entourant l'agneau sont revêtus d'un décor en haut-relief composé d'entrelacs ou de damiers. De chaque côté de la porte, deux autres baies aveugles occupent le bas de l'espace entre les contreforts du milieu et ceux de l'extérieur, elles sont surmontées de petits oculus qui éclairent le sommet de la nef. Cette grande croix grecque a été portée au blason de la commune.

Au début du XIIe siècle, sous l'influence clunisienne, un clocher sur quatre baies fût établi au devant du choeur dans la partie orientale de la nef. Les archivoltes hautes, légèrement aigües, portèrent une coupole octogone établie sur trompions grossiers et surmontés d'un toit en forme de lourd pavillon carré, qui abrita les cloches. Trois baies ont communiqué de ce transept dans la nef, les deux latérales sont aujourd'hui murées. Les bras du transept ont été prolongés au dehors de la nef au Nord et au Sud. Au XVIe siècle, après les dévastations liées aux guerres de religion, l'abside ronde a été détruite et remplacée par un chevet droit, les bras du trancept ont été réduits à une longueur moindre que la largeur de la nef. Au XIXe l'église est restaurée et le clocher reconstruit.

La sacristie s'est établie dans l'ancien choeur et le choeur sous le clocher. Ce choeur est orné de fresques du XIIe représentant la donation de la loi en présence des Apôtres, Jésus entre saint Pierre et saint Paul, les occupations des mois et divers saints. Une cloche pesant 147 kilos date de 1530 et porte l'inscription ainsi libellée : "Sancta hugona ora pro nobis l'an mil V trente robert de razé". Elle a été descendue en 2005 après qu'une visite de routine ait détecté une usure assez conséquente de ses anses, fatiguées par le balancement incessant de la cloche. Celle-ci a été restaurée aux établissements BODET. Sur la cloche sont représentés saint Hugues, la Vierge et saint Jean, ainsi qu'un motif saillant représentant un homme barbu. Robert de Razé aurait pu être un seigneur qui a offert la cloche à la paroisse, le ou la razé signifiant localement le fossé qui entoure un fief noble. Un lieu-dit du même nom existe encore sur la commune et abrite une ferme.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Hugues
Siècle de l'édifice: XIe-XIIe-XVIe-XIXe
Forme du clocher : pavillon
Position du clocher : sur le carré du transept
Clocher en péril : non

Photos (2) :


Crédits : Etienne BARBOT pour http://clochers.org


Chapelle

Chapelle du camp d'Avord (XIXe-XXe)

L'histoire aéronautique d'Avord commence en 1912 avec l'implantation d'une école militaire d’aviation sur le camp d’Avord (Avor comme on l’écrit alors) créé en 1871-1872 sur les communes d'Avord, de Farges et de Savigny. Il abritait alors des régiments d'artillerie et d'infanterie. Dès cette époque y est stationné un centre d’aviation militaire, commandé par le capitaine Bellenger qui dispose de 3 monoplaces Blériot, 6 officiers, 2 sous-officiers et 14 soldats. Ainsi est née l’une des plus anciennes écoles de pilotage militaire qui deviendra rapidement le centre principal d’aéronautique d’Avord. Fin décembre 1912, 99 pilotes étaient brevetés. En 1916-17, c'est la plus importante école d'aviation du monde (359 brevetés dans l'année), qui participe pleinement à l'effort de guerre.

En 1940, les unités aériennes participent à la défense du territoire national, puis se replient vers la Rochelle, Royan et l'Afrique du Nord. La Luftwaffe utilise le terrain comme base d'entraînement et pour ses bombardiers. L'organisation Todt construit deux pistes bétonnées (la 05/23 et la 13/31), une tour de contrôle ainsi que de nombreuses alvéoles. En 1944, elle est bombardée à plusieurs reprises par les Alliés (les 05 février, 28 avril, 23 mai, 04 et 25 juin). Devant la menace, les Allemands débutent l’évacuation et, le 19 août 1944, mettent en œuvre un plan systématique de destruction qui réduit la base à l’état de ruines à plus de 90 %. Les derniers Allemands quittent la région le 05 septembre.

Dés le 1er juin 1945, une école de transformation bimoteur, reconstituée à partir d’un centre d’entraînement bimoteur basé à Toulouse-Francazal, est implantée à Avord. Le centre devient l’école de transformation de pilotage sur bimoteurs (ETPBM) et est équipé d’avions bimoteurs légers Cessna UC-78 Bobcat et NC.701 Martinet. En 1949, Avord devient Base école 702 et comprend alors un bataillon de l’air et un parc. Alors que la reconstruction bat son plein, la base est ravagée par une tempête en 1950. Elle devient base de Bourges-Avord en 1972 puis Georges Madon en 1982. Une nouvelle tour de contrôle est construite en 2006. Aujourd'hui, la Base aérienne 702 emploie quelques 2400 personnes civiles et militaires et occupe 1100 hectares sur trois communes.

La chapelle a été construite au XIXe siècle parmi les baraquements en bois. C'est avant la guerre un édifice néoroman typique des églises de la région (Foëcy...), où un clocher-porche à flèche précède une nef unique, un transept saillant et un choeur carré. Après la guerre, il y a toujours une chapelle à la base.

Cartes postales anciennes (3) :


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Aoû - 04:26 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Cher Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com