Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Champagne sur Seine (77430)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-et-Marne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Sam 30 Mar - 20:47 (2013)    Sujet du message: Champagne sur Seine (77430) Répondre en citant

Eglises

Eglise Notre-Dame (XIIe-XVe-XVIIe)

À l'époque médiévale, l'abbaye du Jard, près de Melun, l'abbaye cistercienne de Barbeaux et la seigneurie de Tournenfuye se partagent le territoire de Champagne-sur-Seine, qui dépend du diocèse de Sens. Au XVIe siècle, François Ier fait construire un château, près des cuves et pressoirs destinés à presser le raisin issu des vignes qu'il a fait planter sur un coteau dominant la rivière. Ce château, dit des Pressoirs, est un des lieux de séjour d'Henri IV, de 1592 à 1597. La dénomination de Champagne-sur-Seine date de 1889.

En 1902, la compagnie Schneider décide d’implanter, non loin de Paris, des ateliers de construction mécanique pour alimenter la construction du Métropolitain. Le site de Champagne est choisi, entre une boucle de la Seine et la ligne du PLM. La jonction entre le Loing (prolongement du canal du Centre) et la Seine, non loin de là à Saint-Mammès, permet par ailleurs une liaison directe avec Le Creusot, siège d'origine de l'entreprise. Le contexte social et politique a joué en faveur de cette implantation car des grèves très dures se sont déroulées à la fin des années 1890 au Creusot et ont donné lieu à des licenciements et à une restructuration des usines. Il est décidé d’éloigner les électriciens, principaux initiateurs de ces grèves, mais main-d’œuvre qualifiée indispensable pour le futur développement économique de la firme. 256 familles sont ainsi déplacées soit 649 Creusotins recensés en 1906. La population de la commune passe ainsi de 600 habitants en 1903 à 2 000 habitants en 1911, puis 3 200 habitants en 1926.

Les employés, au sein de l’usine, passent de 560 en 1903 à 1 500 en 1926. À ces Creusotins s'ajoutent des ouvriers venus de Russie, après la Première Guerre mondiale et la Révolution russe. Une telle installation rend indispensable la création d’une véritable cité ouvrière entre le village ancien et l’usine, avec les équipements nécessaires. 58 hectares de terrains sont achetés à cette occasion. Une société immobilière anonyme est créée en octobre 1902 pour gérer les logements ouvriers. Celle-ci utilise les services de l’architecte Edmond Delaire (1856-1921) pour réaliser une série de logements collectifs. 16 immeubles de 3 étages sont construits entre 1902 et 1903, abritant 269 logements. Chaque immeuble comprend des appartements de 2 à 4 pièces, avec salle d’eau privative et sanitaire, le tout relié à un réseau d’égouts et de traitement des eaux. À ces logements collectifs s’ajoutent des pavillons destinés à loger les contremaîtres de l’usine, situés à proximité de la Seine. Ces logements se révélant insuffisants, d’autres – individuels, en bandes – sont construits, dans le quartier des Alouettes, rue du Pas-Rond (actuelle rue de la Libération), puis 96 dans le quartier de l’Aubépine, au sud de l’usine, entre 1920 et 1921. Dans les années 1930, l’usine dispose ainsi de 518 logements.
L'usine a depuis fermé et a été en grande partie reconvertie en locaux industriels, associatifs et municipaux. Quelques bâtiments sur la corne est du site restent encore à l'abandon.

De l'ancienne église, qui fut la seule de la paroisse avant 1966, seuls le chœur et la façade ouest, percée d'un portail, datent du XIIe siècle. Ces deux parties sont réunies par une nef reconstruite au XVIIe siècle, en même temps qu'un unique bas-côté nord. Le chœur semble être le vestige d'un carré de transept, alors que les croisillons et l'abside qui l'accompagnaient ont disparu suite à une réfection au XVe. Une flèche placée entre nef et choeur surmonte l'édifice, situé face à la gare de Champagne. L'église est inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 1926.
Accès : Ligne Champagne sur Seine

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : ND
Siècle de l'édifice: XIIe-XVe-XVIIe
Forme du clocher : flèche
Clocher en péril : non

Photos (3) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)




Eglise Saint-François (XXe), construite sur les hauteurs, au-dessus de la Seine

Jusqu'en 1901, Champagne-sur-Seine est une petite agglomération de 556 habitants. L'église Notre-Dame y est suffisante pour l'exercice du culte catholique. Les apports de population successifs, avec l'implantation de l'usine Schneider, de 1901 à 1903, et l'arrivée d'émigrés russes font exploser la démographie de la commune. En 1965, un comité décide la construction d'une nouvelle église, financée par la générosité des membres de la communauté paroissiale. L'édifice de plan carré, axé sur la diagonale, est éclairé par 304 vitraux. La charpente est en lamellé collé. La flèche, en forme de pyramide, est couverte en cuivre dans sa partie haute. Elle est complétée, avec son autorisation, d'un porche conçu et édifié en 1993 par l'architecte Jean-Patrick Mallet.
Accès : Ligne Champagne sur Seine puis prendre la route de Saint-Mammès et marcher 1/4h en remontant la pente.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-François d'Assise
Siècle de l'édifice: XXe
Forme du clocher : flèche
Clocher en péril : non

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)




Autres cultes

Orthodoxes

Eglise Notre-Dame de toutes les protections (XXe)

La construction de cette église orthodoxe russe est due à la petite colonie russe venue s'installer à Champagne-sur-Seine après la Révolution russe, trouvant à s'employer à l'usine Schneider. La bâtisse est construite par le grec Papandopoulo, architecte, en 1938-39. Le bulbe du clocheton en tôle d'acier est réalisé par deux employés de l'usine Schneider. À l'intérieur, la nef est séparée du sanctuaire par une iconostase. Un porche portant sur deux colonnes précède la nef.
Les portes de l'iconostase, comme les panneaux, sont couvertes de représentations de la Cène, des archanges Gabriel et Michel, du Christ et des apôtres. Des icônes d'ornementation prolongent l'iconostase à gauche et à droite, figurant la Vierge, saint Séraphin, saint Vladimir ainsi qu'une nativité et saint Pantaléon. Ces peintures sont l'oeuvre d'une religieuse des environs de Melun.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 30 Mar - 20:47 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de l'Ile-de-France -> Clochers de Seine-et-Marne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com