Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Saint-Gabriel-Brécy (14480)

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Normandie -> Clochers du Calvados
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JiPR
Contributeurs actifs

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: Paris/Normandie

MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 07:56 (2012)    Sujet du message: Saint-Gabriel-Brécy (14480) Répondre en citant

Eglises

Église Saint-Thomas-de-Cantorbery

L'église paroissiale fut sans doute construite un peu après 1140, toujours d'après les éléments sculptés, dont quelques parties sont romanes. Les moines firent peut-être bâtir cette église pour les habitants de Saint-Gabriel, afin de conserver une sérénité parfaite à l'intérieur de l'enclos du prieuré. On peut penser que l'église du prieuré servit un temps d'église paroissiale, en attendant que l'autre fût construite. Raymonde Foreville observe en effet que la paroisse de Saint-Gabriel est attestée dès le XIe siècle, sans mention de titulaire. L'église paroissiale fut dédiée à saint Thomas Becket, l'archevêque de Cantorbéry, et ceci obligatoirement après 1170, date de sa mort.
L’église de Saint-Gabriel-Brécy est de plan fort simple : une nef, un chœur à chevet plat et une tour entre la nef et le chœur. Les éléments romans conservés sont la façade avec son portail et le mur nord du chœur, orné d’arcatures aveugles.

Sources :
http://www.mondes-normands.caen.fr/
Annales de Normandie

Type d'Edifice: église
Nom de l'Edifice : Saint-Thomas-de-Cantorbery
Siécle de l'édifice: 12e
Forme du clocher : flèche
Clocher en péril : non

Photos




Eglise Notre-Dame de Brécy (XIIIe-XIVe), construite en style gothique. Elle est désaffectée et a été vendue à un particulier qui l'a conservée en l'état. Elle se trouve tout près du château éponyme, du XVIe. Son jardin, longtemps attribué à Mansart, il a été aménagé entre 1646, date d'achat de Brécy par Jacques Ier Le Bas, et 1697, date de l'aménagement de l'allée d'accès. Il est un des rares exemples de ce type de jardins en France. Il s'étale sur quatre terrasses s'élevant au-dessus du parterre à l'arrière de la maison et mélange les influences du Moyen Âge et de la Renaissance tout en annonçant le style classique français. Il est en étroite relation avec la demeure, élément central de la composition.
Tantôt abandonné, tantôt choyé, le parc du château de Brécy est sauvé en 1958 grâce à Jacques de Lacretelle et son épouse qui plantent le parterre de broderies, installent les topiaires et creusent les bassins. En 1992, Didier et Barbara Wirth reprennent les travaux pour restaurer les éléments d'architecture, compléter le jardin et embellir le paysage alentour.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : ND
Siècle de l'édifice: XIIIe-XIVe
Forme du clocher : bâtière
Position du clocher : clocher latéral
Clocher en péril : non

Photos (2) :


Crédits : Ginette CHARMANT pour http://clochers.org


Prieuré de Saint-Gabriel

Le prieuré est situé dans le département français du Calvados, sur la commune de Saint-Gabriel-Brécy entre Caen et Bayeux et à 10 km des plages du débarquement. La Seulles, fleuve côtier qui a son embouchure à Courseulles-sur-Mer, longe le prieuré situé en cuvette.

En 1058 Jean de Ravenne, l'abbé bénédictin de Fécamp envoie trois moines à Saint-Gabriel, à la demande de Richard, seigneur de Creully pour y fonder un prieuré. Quarante personnes signent en 1058 la charte donnant naissance au prieuré Saint-Gabriel. Parmi eux Jean de Ravenne, abbé de Fécamp, le duc Guillaume le Conquérant et son épouse Mathilde. Cette fondation coûte trois cent douze livres deux sols, deux chevaux et vingt-quatre moutons. Le prieuré est doté de terres et de prés dans plus de vingt-quatre paroisses de Ouistreham à Port-en-Bessin, plusieurs moulins dont deux à Saint-Gabriel même, deux pêcheries dont une à Saint-Gabriel4.
Le prieuré suit la règle de saint Benoît ora et labora (prière et travail). Le prieur veille à la distribution d'une livre de pain à la porterie pour les pauvres, chaque jeudi de la Saint-Luc (18 octobre) à la Saint-Clair (18 juillet). Il préside la tenue de la foire le jour de la Saint-Gabriel (16 octobre). Ce jour-là commencent les séances au cours desquelles il rend la justice tant pour les causes criminelles (il a le droit de vie et de mort) que pour les autres causes. Le prieuré dispose également d'un champ du gibet… La guerre de Cent Ans provoque la destruction de bâtiments qui seront ensuite réparés. Puis le roi d’Angleterre, Henri V, maintient le prieuré dans ses droits temporels. Cependant à la fin du Moyen Âge les moines abandonnent la vie commune, vivant dans des logis séparés tout en maintenant la vie liturgique et de prière.
Les guerres de religion et le régime de la commende donnent naissance à une nouvelle organisation du prieuré à partir de 1674 : les moines retournent à Fécamp tandis que les terres sont confiées à la gestion d'un fermier général. La messe, elle, est célébrée le dimanche par des moines venus de l'abbaye de Saint-Vigor à Bayeux.
À la Révolution, le prieuré, vendu comme bien national, est transformé en ferme. La commune achète la tour. L'État devient propriétaire de l'église en 1844 après l'avoir classé Monument historique dans sa première liste en 1840.
En mars 1914, monsieur et madame Fauchier Delavigne achètent le prieuré. Après de très gros travaux, ils y ouvrent, en 1929, le premier Centre d'apprentissage horticole privé. C'est aujourd'hui l'École du paysage et de l'horticulture. Le prieuré fut libéré au soir du 6 juin 1944 par les soldats du régiment Tyne and Tee et il abrita des réfugiés caennais durant la bataille de Caen.
En 2003 une Association culturelle du prieuré Saint-Gabriel est créée pour animer le site. Le 1er janvier 2008 l’État rétrocède la propriété de la chapelle au département du Calvados.
L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1840.

Les grandes dates du Prieuré

- 1058 Grande pancarte de fondation du Prieuré. L’abbé de Fécamp, Jean de Ravenne, envoie les moines Turquetil, Abold, Osbert et Vital (frère de Richard de Creully) à Saint-Gabriel.
- 1069 Charte de donation par Néél de Brévands.
- 1080 Charte de confirmation de la fondation en présence de Guillaume le Conquérant.
- 1128 Charte portant sur le mode d’élection du prieur.
- 1170 Passage de Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry.
- 1269 Passage de l’évêque d’Albono, Raoul de Grosparmi, légat apostolique et garde des sceaux du roi de France, saint Louis.
- Au 14ème Percée de la fenêtre gothique.
- 1362 Un procès-verbal en date du 14 juin constate la destruction de bâtiments du Prieuré, conséquence de l’occupation anglaise du Bessin par Edouard III depuis 1346. Des
héritages devraient permettre la réparation en particulier de l’aile droite de l’église, et la construction de trois autels.
- Au 15ème Tour de justice, ancien logis (réfectoire, salle de justice, tour et tourelle).
- 1418 Le roi d’Angleterre, Henri V, maintient le Prieuré dans ses droits temporels.
- 1470 Le 7 septembre le roi Louis XI, fait don de 16 écus au Prieuré de Saint-Gabriel alors qu’il fait route entre Bayeux et Notre-Dame de la Délivrande, en compagnie de l’Evêque de Bayeux, Louis d’Harcourt, et du baron de Creully.
- 1487 Décret du pape Innocent VIII créant un poste d’infirmier au Prieuré.
- Vers 1500 Fresque de l’Annonciation dans l’église
- 16ème Le roi de France donne le Prieuré en commende, ainsi en 1575, l’abbé commendataire est Louis de Lorraine, cardinal de Guise.
- 1522 Alors que le prieur commendataire est Jean le Héricy on constate des destructions dans l’église.
- 1674 La gestion du Prieuré passe aux moines de Saint-Vigor de Bayeux qui viennent assurer les messes du dimanche
- 1749 L’évêque de Bayeux autorise la destruction de l'église qui menace de s'écrouler.
La nef n'avait plus de couverture, les deux murs se dégradaient, une grosse et haute tour était inachevée. Des personnes ayant été blessées par la chute des pierres, les moines de St Vigor qui venaient célébrer la messe le Dimanche et les jours de fête obtinrent l'autorisation de raser ce qui menaçait ruines.
En 1778, des soldats de l'armée de Louis XVI séjournent quelques mois au Prieuré lors du camp de Vaussieux : seule la tour a été utilisée pour surveiller les manoeuvres. Les soldats n'étaient pas hébergés dans le prieuré.
En 1789, c'est la révolution. Le prieuré est confisqué et vendu ainsi que ses terres comme bien national. Il s'ensuit une période sombre qui durera 120 ans. Une partie des bâtiments, en très mauvais état, est rasée.
Le prieuré devient, par la suite, une ferme. Les différentes pièces sont transformées en étable, en écurie, en grenier à blé, en grange à foin... Les propriétaires qui s'y succèdent ne se soucient guère de l'entretien des bâtiments. Il faut attendre le milieu du 19e siècle pour que l'on s'y intéresse à nouveau. Et c'est Arcisse de Caumont (archéologue normand) qui s'en émeut le premier. Il fait inscrire la chapelle sur la première liste de l'inventaire des monuments historiques. Elle devient propriété de l'Etat en 1845, puis au 1er janvier 2008, propriété du Conseil Général du Calvados.
Les autres bâtiments, en piteux état, sont achetés par Mr Emmanuel Fauchier Delavigne en 1911. Débute alors une longue période de remise en état du logis prieural.
Depuis 1929, le prieuré abrite une école d'horticulture.

La chapelle

Bâtie au 12e siècle, ce fut un édifice imposant, comparable à Saint-Nicolas de Caen. De par ses dimensions, l'église se devait de témoigner du prestige du prieuré (près de 60 mètres de long).
L'édifice actuel n'est que le choeur de l'église originelle. Il se révèle cependant d'un raffinement exquis, caractéristique du décor de l'architecture romane normande qui allait bientôt céder la place au gothique : grecques, frettes crenelées, beak heads, zig-zag.
L' élévation latérale est à trois étages : de grandes arcades à double rouleau au rez-de-chaussée, puis de fausses tribunes sur les combles des bas-côtés, enfin des fenêtres hautes.
Le fond de l'abside a été percé au 14e siècle pour faire place à une grande fenêtre gothique.
La voûte est ornée d'une fresque du 15e siècle représentant une Annonciation.
Les toitures sont soutenues par des corniches maintenues à espaces réguliers par des modillons sculptés très originaux.
La nef, la tour centrale et les deux chapelles en ruine furent rasées en 1749. Un mur fût construit pour fermer le chœur.

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prieuré_de_Saint-Gabriel_(Saint-Gabriel-Brécy)
Association culturelle du Prieuré St Gabriel http://www.prieuresaintgabriel.fr/

Type d'Edifice: chapelle
Nom de l'Edifice : Saint-Gabriel
Siécle de l'édifice: 12e - 14e
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos :

Le prieuré avec la Porterie, la tour du prieur et les armes de l'Abbaye de Fécamp


La chapelle


Détails intérieurs de la chapelle avec les beak heads et le gisant d'un prieur

_________________
JiPR


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Aoû - 07:56 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Normandie -> Clochers du Calvados Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com