Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Orcival (63210)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers d'Auvergne -> Clochers du Puy-de-Dome
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JiPR
Contributeurs actifs

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: Paris/Normandie

MessagePosté le: Dim 8 Avr - 16:47 (2012)    Sujet du message: Orcival (63210) Répondre en citant

Basilique Notre-Dame d'Orcival 12e siècle

La basilique Notre-Dame est une église romane située à Orcival en Auvergne, dans le département du Puy-de-Dôme.
Elle fait partie des cinq églises romanes de Basse-Auvergne dites « majeures », avec la basilique Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, l'église Saint-Austremoine d'Issoire, l'église de Saint-Nectaire et l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin.
Les premiers repères historiques concernant Orcival remontent bien avant le XIIème siècle. L’histoire date de 878, avec l’apport de reliques de la Vierge, venues de Pont-l’Abbé et probablement abritées là suite aux invasions normandes.

Inévitablement, cette présence engendre un pèlerinage, qui devient de plus en plus important. A l’époque et jusqu’en 1243, les terres appartiennent aux comtes, puis aux Dauphins d’Auvergne. C’est dans ce contexte qu’au XIIème siècle, Orcival accueille un prieuré de la Chaise-Dieu, pour gérer l’administration des terres de l’abbaye. Les comtes d’Auvergne, associés notamment à l’évêque de Clermont, bâtissent alors une église. En 1166, elle est partiellement donnée à l’abbaye de la Chaise-Dieu par le comte Guillaume VII et son vassal Mathieu.
C’est parce que les églises romanes sont orientées, tournées vers la lumière du soleil levant, symbole de Dieu, que Notre-Dame d’Orcival est ainsi encastrée dans le site. Lors de sa construction, pour respecter cette règle, les hommes ont contraint la nature à quelques modifications: entaillement de la montagne à l’ouest, énormes travaux de terrassement à l’est...
A l’est encore, on a même détourné le ruisseau. C’est ainsi que l’église apparaît au creux d’une vallée entre deux autres monuments, naturels ceux-là : les Monts Dôme et les Monts Dore.
La basilique Notre-Dame d'Orcival fut édifiée entre 1146 et 1178.
En 1170, une célèbre statue de la Vierge en majesté est apportée de l’ancienne église du village dans le nouvel édifice, ce qui accroît le culte marial. Connue pour son pouvoir thaumaturge, la statue est vénérée. Une légende attribue même la sculpture à Saint-Luc.
L’accumulation des deux buts de pèlerinage développent le village. Face à l’arrivée massive des pèlerins, l’architecture de l’édifice doit être modifiée. Un chapitre est érigé en 1245, sous la vocable de Notre-Dame, donnant plus de solennité au culte : Notre-Dame d’Orcival voit ainsi le jour.
Au XV ème siècle, l’église est endommagée par un tremblement de terre. Restauré, l’édifice s’embellit au XVII ème siècle d’un décor intérieur : badigeons sur les murs, les colonnes et les chapiteaux, ornements. Mais la plupart ont disparu sous la Révolution, même si le bâtiment a lui été épargné.
Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1840 : elle fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1 034 monuments.
La statue de Notre-Dame-d’Orcival, haute de soixante-quinze centimètres, a été sculptée dans du bois de noyer. Ses parements sont en argent et en argent doré. Elle est datée de la fin du XIIème siècle (ca 1170). L’Enfant Jésus est assis dans le giron de la Vierge et porte l’Evangile. Notre Dame d'Orcival, comme toutes les Vierges Noires est assise sur une cathèdre. Tout le parement en orfèvrerie de la Vierge a été remarquablement conservé. Les mains et le visage ont été repeints en carnation. Cette Vierge est appelée Notre Dame des Fers car de nombreux prisonniers qui ont prié cette Vierge ont été miraculeusement libérés. Sur les murs du transept Sud, des fers, boulets et chaînes sont suspendus en ex-voto donnés en témoignage et en remerciement à la Vierge par des prisonniers libérés après avoir demandé l’intercession de Notre Dame d’Orcival.

La basilique Notre-Dame d'Orcival présente un remarquable chevet roman auvergnat constitué d'un étagement de volumes de hauteur croissante :

deux absidioles adossées aux bras du transept
quatre chapelles rayonnantes
le déambulatoire
le chœur
les bras du transept
le « massif barlong » (voir ci-dessous)
le clocher octogonal

Son chevet est donc en tous points comparable à celui de la basilique Notre-Dame-du-Port et plus développé que celui de l'église de Saint-Nectaire (qui n'a que trois chapelles rayonnantes) ou que celui de l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin (qui n'en a aucune). Parmi les cinq églises romanes d'Auvergne dites « majeures », seule l'église Saint-Austremoine d'Issoire fait mieux, car elle possède une chapelle axiale rectangulaire.
La silhouette caractéristique et l'élan vertical des chevets romans auvergnats sont dus au « massif barlong », ce parallélépipède allongé transversalement qui surmonte la croisée du transept et est couronné par le clocher. L'élévation progressive des volumes est encore accentuée par les deux toits en appentis3 du « massif barlong », qui encadrent la naissance du clocher.
Le chevet possède une décoration polychrome. Cette décoration est cependant nettement plus sobre que celle que l'on trouve au chevet de l'église Saint-Austremoine d'Issoire: on n'y trouve pas de mosaïque de rosaces polychromes sous la corniche du chœur.
Le chœur, le déambulatoire et les chapelles rayonnantes possèdent chacun une corniche largement débordante soutenue par des modillons à copeaux.
Les fenêtres du chœur sont surmontées de mosaïques polychromes de losanges réalisés avec du basalte et alternent avec des loges rectangulaires abritant chacune trois colonnettes.
Les arcs des fenêtres du déambulatoire et des chapelles sont bordés d'un cordon de billettes.
Le « massif barlong », quant à lui, est orné de nombreuses fenêtres aux claveaux polychromes.
La structure des façades latérales de la nef est en tout point semblable à ce que l'on peut observer à la basilique Notre-Dame-du-Port, à l'église Saint-Austremoine d'Issoire ainsi qu'à l'église de Saint-Nectaire : les fenêtres des façades latérales de la nef, bordées d'un cordon de billettes, sont logées sous de grands arcs de raidissement4 surmontés de triplets de baies aveugles.
L'intérieur n'est pas polychrome comme à Issoire, mais il a la même structure que dans les autres églises romanes majeures de Basse-Auvergne.
Le chœur, voûté en cul de four, est entouré de huit colonnes couronnées de chapiteaux sculptés de motifs végétaux supportant des arcs surhaussés surmontés d'une deuxième série de baies, alternativement ajourées et aveugles.

Type d’Édifice : Église
Nom de l’Édifice : Notre-Dame d'Orcival
Siècle de l'édifice: 12e siècle
Forme du clocher :
Clocher en péril : non





Vierge d'Orcival


_________________
JiPR


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 8 Avr - 16:47 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 18:15 (2012)    Sujet du message: Orcival (63210) Répondre en citant

Chapelles

Chapelle Notre-Dame, sur la colline en face du bourg et de la basilique d'Orcival

La chapelle Notre-Dame, appelée aussi chapelle de la Fontaine de Notre-Dame, a été construite en 1877. Elle a remplacé un édifice plus ancien, dans lequel les chanoines du chapitre d'Orcival, tout proche, étaient tenus, depuis 1636, de célébrer une messe basse par mois. Cette première chapelle est interdite au culte, à deux reprises, dès le XVIIIe siècle, en raison de son état de vétusté. Cette chapelle était l'un des buts de la grande procession d'Orcival, chaque jour de l'Ascension. De nos jours, elle est le point de départ d'une retraite aux flambeaux, la veille de cette procession. Une source (fontaine de dévotion) y est captée. D'autre part, cette chapelle abrite, actuellement, la réplique de la Vierge en majesté de la basilique d'Orcival.
La chapelle est composée de deux niveaux, tous deux voûtés d'ogives, la partie basse abrite la source est est accessible de l'extérieur, la voûte d'arêtes est ouverte par un puits de lumière sur l'étage supérieur, dont ce puits occupe le centre; cet étage se termine par une petite abside voûtée en cul de four.

Chapelle privée Saint-Yves du château de Cordès (XVIIIe)

Le château de Cordès dans son état actuel est le résultat d'une succession de campagnes de travaux au cours des siècles. L'essentiel du gros-oeuvre date du XVe siècle, mais il reste des vestiges d'un château fort (ou d'une maison forte) des XIIe-XIVe siècles, dans les parties basses de la construction. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, un certain nombre de travaux, dont l'aménagement des jardins par Le Nôtre, ont adouci le profil de l'édifice strictement défensif qui devient un lieu d'agrément. La chapelle du château, dédiée à Saint-Yves, a été aménagée au 18e siècle, vers 1755 et abrite un mobilier du XVIe.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:51 (2016)    Sujet du message: Orcival (63210)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers d'Auvergne -> Clochers du Puy-de-Dome Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com