Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Saint-Dyé (41500)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loir-et-Cher
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Lun 2 Jan - 07:59 (2012)    Sujet du message: Saint-Dyé (41500) Répondre en citant

Eglise

Eglise Saint-Dyé (XVe-XVIe-XVIIe)

D'après un récit hagiographique rapporté dans un manuscrit du XIIe, l'église actuelle s'élève sur l'emplacement de la cella de l'ermite Deodatus ou Dyé. Un autre ermite qui venait du monastère de Chabris en Berry comme lui, Baumer, vivait au commencement du VIe dans l'île de Loire qui fait face à saint Dyé puis dans une grotte au chevet de l'église. Clovis partant en guerre en 507 vint consulter l'ermite Déodat. En revenant, il le dota assez pour qu'il puisse fonder un modeste couvent qui vit se grouper une quarantaine de disciples. A sa mort en 530, une basilique avait été établie puis ruinée par les Normands entre 854 et 862. Elle fut remplacée par une plus belle encore, mais qui disparut avant 1144 lorsque l'église fut donnée à l'abbaye de Pontlevoy.

L'actuelle église, du XVe et du XVIe, est constituée d'une nef de quatre travées accollée de bas-côtés, d'un transept saillant que poursuit un choeur achevé par une abside à trois pans. L'église a été incendiée en 1561 par les Huguenots puis reconstruite. Les voûtes de la nef ont été reconstruites sur la cassette personnelle de Louis XIV en 1686 après qu'elles aient été détruites par un incendie déclenché par la foudre le 27 juillet 1680. C'est pourquoi les clefs de voûtes ont été ornées de trois soleils, dont l'un a disparu, auprès d'une inscription encore lisible "ces voustes ont esté faictes du temps de M. Jacques Poirié, curé, et Pierre Maulny, Jean Thibault, Jacques Huguet, marguiliers 1686". Les arcs-boutants qui contrebutent ces voûtes sont cachés dans les combles des bas-côtés. Le haut des murs est repris en 1684 et les bas-côtés soutenus par l'établissement de nouveaux contreforts.

L'église a deux clochers, le clocher-porche à bâtière construit entre 1547 et 1552 et une flèche à la croisée du transept, plusieurs fois relevée dont la dernière en 2010 après avoir été couchée par la tempête Xynthia qui a endommagé aussi la toiture, l'église étant toujours en travaux en 2011. La tour-clocher est inachevée, son beffroi est orné des mêmes colonnes d'inspiration grecque que la tour de la cathédrale de BLOIS.

Dans le choeur se trouve un retable de 1624 et deux consoles Louis XV en bois sculpté et doré qui viendraient de Chambord; les 36 stalles proviennent de l'abbaye de Bourgmoyen à Blois. Le maître-autel en Pierre de Chauvigny avec des incrustations en marbre d'Italie, date de 1877. La chaire et le banc d'oeuvre, éxécutés par un certain HUGUET, datent de 1821 et 1822. Le trésor de l'église a été ruiné en 1793 sauf un manuscrit du XVIe relié qui réunit des textes du XIIe et du XIIIe dont l'hagiographie de saint Dyé. L'église n'a pas de vitraux, ni du XIXe, ni du XXe. Le clocher porte deux cloches du XIXe, Dyé-Félicité, 980 kgs, 1827 et André-Marie-Joseph, 780 kgs, 1831, toutes deux fondues par OSMOND, de Paris.

Sous la Révolution, les habitants de Saint-Dyé, ardents révolutionnaires, donnèrent la grille XVIIe du choeur de l'église (sauf une porte qui en reste) et les enseignes de plusieurs hostelleries de la rue principale. Ils adressèrent aussi une pétition le 24 novembre 1792 pour demander ni plus ni moins que l'abattage du château de Chambord, "masse énorme de pierres dont l'entretien absorbe le revenu". Fort heureusement, les habitants de saint Dyé, et même du Loir-et-Cher, sont revenus de ce genre d'opinions anti-historiques. Ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas chez leurs voisins de l'est.

Les fouilles archéologiques de 1962 ont révélé l'existence d'ne "confession" à couloir hémicirculaire dans l'église du IXe, établie autour du tombeau du saint retrouvé dans le choeur; le sarcophage du VIe est en grès rouge importé d'Anjou par la Loire. Par ailleurs, dans l'absidiole sud de cette église a été retrouvé un autre tombeau, celui de saint Baumer ou Baudemire ou Baldomirus, ouvert en 1654, 1780, 1791 (pour en récupèrer le plomb), 1842, 1843 et 1963. En 1843 les ossements laissés épars après l'ouverture de 1791 faite pour récupérer le plomb du cercueil ont été rassemblés dans une petite boîte. Sous l'église se trouve la grotte de saint Dyé, qui s'ouvre au chevet de l'église et va buter contre le dernier contrefort nord du chevet; des cellules y ont été creusées. Le tombeau de saint Dyé a été ouvert en 1582 pour placer ses reliques dans une châsse offerte par Louis XI; cette châsse a été volée le 11 février 1518 et disparut tout à fait.

La sacristie est, comme le rappelle une pierre datée au-dessus de sa porte, un ajout réalisé en 1701. L'ancienne sacristie, ou "chambre des bedeaux", à laquelle on accède par une porte dissimulée dans les boiseries du côté nord de la chapelle de la Vierge, tient plus de la geôle que de la pièce de servitude d'une église, et l'on dit à son propos qu'elle fut la prison de d'Artagnan. Elle est bâtie en-dehors de l'église et est éclairée par trois fenêtres grillées. Le prieuré est attenant à l'église par le côté nord. Il fait suite au monastère de Dyé qui était bâti de ce côté et dont le sol se trouve à 1 m 20 sous terre.
Source : Jean CHAVIGNY, L'église de Saint-Dyé sur Loire (brochure).

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Dyé
Siécle de l'édifice: XVIe-XVIIe
Forme des 2 clochers : bâtière et flèche
Position des 2 clochers : clocher-porche et à la croisée du transept
Clocher en péril : non

Photos (10) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

clocher

côté nord et prieuré
chevet
corniche

côté sud


Anciens établissements hôspitaliers

Ancienne aumône de saint-Dyé, citée au XVIe et transformée au XVIIe en auberge, de la Croix Blanche d'abord, puis de Chambord ensuite.

Ancienne maladrerie de l'Ecuelle (XIIe), établie après la réunion des biens du couvent de saint Dyé à celui de Pontlevoy, cette maison était une léproserie sous la protection de saint Michel. Elle est confiée aux religieux de saint-Lazare de Blois, érigée en prieuré par eux et subsistait encore en 1660 avant d'être rattachée à l'hôpital de Vienne en 1693. La maison de l'Ecuelle a été vendue comme bien national à Pierre Guérin, maire de Saint-Dyé, en 1790 pour 72.000 livres.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Jan - 07:59 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers du Centre-Val-de-Loire -> Clochers du Loir-et-Cher Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com