Le site des clochers de la France Index du Forum Le site des clochers de la France
Recensement des lieux de culte chrétiens dans chaque commune de France
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Indre (44610)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 1 662

MessagePosté le: Dim 24 Fév - 15:36 (2008)    Sujet du message: Indre (44610) Répondre en citant

Le territoire d'Indre se compose de trois villages : Basse-Indre et Haute-Indre (situées sur la rive droite de la Loire) et Indret (située sur la rive gauche de la Loire, près de Montagne).

Eglise

Eglise Saint-Hermeland 1872-1889), œuvre de l'architecte Ménard. Cette église est édifiée sur l'emplacement d'un ancien cimetière et d'une ancienne église. La tour et la flèche datent de 1889. L'église est l'une des rares du département à être encore entourée de son cimetière.

Type d'Edifice: Eglise
Nom de l'Edifice : Saint-Hermeland
Siécle de l'édifice: XIXè
Forme du clocher : Clocher-porche
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

l'église vue du bac sur la Loire

façade
coté est
coté ouest

Chapelles

Chapelle Sainte-Anne ou forerie-église (XVIIIème-XIXème). La manufacture royale de bouches à feu pour la marine de guerre, établie en 1777 par William Wilkinson sur un petit bras de Loire, à Indret, est la première implantation industrielle de l'estuaire. Sa forerie hydraulique fonctionne grâce aux marées et à deux digues faisant retenue d'eau, c'est un moulin à forer les canons.
En 1843, la forerie est convertie en chapelle dédiée à Sainte-Anne puis en église paroissiale le 19 janvier 1844, fermée au culte en 1976. Elle est actuellement désignée sous le nom de chapelle-forerie, justifiant ainsi ce classement. Ouverte une fois par an lors des Journées du Patrimoine, elle sera bientôt restaurée. Pour y accéder, prendre, en venant à pied de la Montagne, la rue de l'Eglise, ou en voiture depuis la départementale qui ceinture Indret, le quai Surcouf puis le quai de la Forerie. En venant par le bac, remonter tout droit au bord de l'usine, en traversant les parkings, puis bifurquer dans la rue de Lorient, bordée par l'usine mais accessible. La façade de l'église se trouve rue de Lorient, après le coron, du même coté.

Type d'Edifice: Chapelle
Nom de l'Edifice : Sainte-Anne
Siécle de l'édifice: XVIIIè-XIXè
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

façade au nord
plaque de la façade

chevet au sud
coté est

Ermitage de Saint-Hermeland (VIe-VIIe-XIXème siècles). Son plan formé de deux cercles qui se recoupent affecte la forme d'un 8. Les deux tours accolées communiquent entre elles à l'intérieur et ont cependant une entrée extérieure distincte. Un escalier serpentant autour du monument conduit à une plate-forme. Cet ermitage aurait été édifié par saint Martin de Vertou entre 527 et 629. Vers 675, le moine Hermeland, appelé par l’évêque de Nantes Pasquier, fonde un monastère sur l’île de Basse-Indre. Au sud de celle-ci, se trouve une autre petite île appelée Antricinium, qui deviendra Indret, où il élève un ermitage sur les ruines de l’oratoire de Martin de Vertou, grand évangélisateur du Pays de Retz pratiquement un siècle plus tôt.

Hermeland (nommé suivant les cas Herblain, Herblon ou Hermeland) naît à Noyon vers 640. Après ses études, il est envoyé à la cour de Clotaire III, puis obtient l'autorisation de se retirer au monastère de Fontenelles en 668. Il est ordonné prêtre par Saint Ouen, archevêque de Rouen. Suite à l'intervention de l'évêque de Nantes, Saint Pasquier, auprès de Saint Lambert, abbé de Fontenelle, Hermeland et douze religieux sont envoyés dans le diocèse de Nantes pour son évangélisation. Hermeland se fixe alors dans une île de la Loire, appelée Antrum (aujourd'hui Indre) où il établit un monastère. Hermeland va gouverner durant longtemps son monastère, puis se sentant vieillir il se retire dans l'île voisine d'Aindrette où il fait construire un petit oratoire. C'est là qu'il expire en 720. Enterré d'abord dans le cimetière des moines, il est ensuite transporté solennellement dans l'église de son monastère, sous le maître-autel. Mais à la suite des incursions des Normands, qui en 843, ravagèrent le monastère après avoir pris la ville de Nantes, tué Saint Gohard et brûlé la cathédrale, les restes de Saint Hermeland sont transférés à Loches. A la Révolution, le reliquaire d'argent est enlevé mais les reliques sauvées par des mains pieuses. Replacées ensuite dans l'église de Loches, elles sont rendues en 1848 à l'église de Saint-Herblain.


Pendant la Révolution, l'oratoire sert de plate forme pour les canons des Républicains. Après avoir reçu les visites de Napoléon Ier, des duchesses d'Angoulême et de Berry, entre autres, il devient en 1828 simple loge de gardien. En 1845, il est rendu au culte et restauré en 1863 dans un style carolingien. Son revêtement extérieur composé de pierres saillantes lui donne un aspect peu commun. Ce revêtement fit l’objet de remaniements puisque des gravures du XIX° siècle montrent que ces pierres étaient, à l’époque, beaucoup plus plates. Un escalier extérieur qui s’enroule autour du bâtiment permet d’accéder sur la terrasse. En mars 1982, cet édifice se vit refuser son classement parmi les monuments historiques. La revue qu’éditait l’établissement à cette époque mentionne que :

«- L’intérieur de l’ermitage, à part une table d’autel provenant d’une pierre tombale sciée, très abimée et difficilement identifiable, est du 19°siècle
- Dans son état actuel, l’édifice proprement dit peut être considéré comme une curiosité architecturale intéressante, d’un âge difficile à définir, mais pas très ancien (3 à 400 ans), sans intérêt archéologique
».

L'ermitage est désormais difficilement accessible, les grillages interdisant l'accès à l'arsenal d'Indret le longeant. Pour y aller, il faut longer le gymnase, puis tourner à droite, vers la Loire et aller tout droit. Un peu après le sas de passage, les grillages deviennent verts. Il faut les suivre pour trouver l'ermitage, la rue de l'Ermitage Saint-Hermeland, la rue des Jardins, la rue de Paris et le quai étant inaccessibles. Rappelons au passage qu'il est interdit, sous peine de poursuites civiles ou pénales, de photographier ou de filmer l'usine, qui abrite des constructions navales militaires DCN Indret. De plus, suite à de nombreux vandalismes, l'intérieur de l'ermitage est fermé. Cependant on peut le voir par la fenêtre grillée qui est au niveau du milieu de l'escalier extérieur. Au sommet, la rambarde est haute de 20 cm, attention donc au risque de chute.

Type d'Edifice: Ermitage
Nom de l'Edifice : Saint-Hermeland
Siécle de l'édifice: VIè-VIIè
Forme du clocher : sans
Clocher en péril : non

Pour en savoir plus:

http://boiseau.free.fr/page46.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Indre_%28Loire-Atlantique%29

http://www.indre44.fr

Photos (4) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

vues de l'ermitage

vue de l'intérieur de l'ermitage



Anciennes églises

Ancienne église Saint-Pierre, à Indre, détruite en 843 par les normands.

Ancienne église Saint-Paul à Indre, détruite en 843 par Les Normands.


Anciennes chapelles

Ancien oratoire Saint-Léger de l'île d'Indre. Il existait déjà au VIIème quand Saint-Martin implante un monastère à Indre. C'est ici que Saint-Hermeland se retire et meurt le 25 mars 720. Détruit par les Normands en 843.

Ancienne chapelle Saint-Martin. Elle existait déjà au VIIème sur l'île d'Indre quand Saint-Martin implante un monastère à Indre et était désignée par l'expression "parvissima basilica" ("la plus petite chapelle") Détruite par les Normands en 843.

Ancien oratoire Saint-Aignan, construit au VIIème et détruit en 843 par les Normands.

Ancien oratoire Saint-Martin à Indret ( XVème?).

Ancienne chapelle Saint-Léger, bâtie au XVIIIème siècle à l'est de l'île de Basse Indre, sur l'actuelle rue du Calvaire. C'est ici que se trouvait l'ancienne abbaye d'Indre, détruite en 1843. A son emplacement existaient encore, il y a peu de temps, un calvaire construit en 1885 et un château d'eau bâti en 1931.

Ancienne abbaye

Ancienne abbaye d'Indre

A la fin du VIIème siècle, le moine Saint-Hermeland, venu de Saint-Wandrille, implante une abbaye sur l'île d'Antrum (îles d'Aindre et d'Aindrette) sur laquelle se trouvait déjà un oratoire (oratorium) et une petite chapelle Saint-Martin (parvissima basilica). L'oratoire est dédié à Saint-Léger. Sur Aindre sont alors édifiés des bâtiments monastiques, deux églises, Saint-Pierre et Saint-Paul, et un oratoire dédié à Saint-Aignan. Ce monastère est détruit en 843 par les Normands lors de leur raid sur Nantes. La dépouille du corps du fondateur est exhumée en 869.

Ancien prieuré

Ancien prieuré d'Indre, construit en 1004, refondation du monastère d'Indre détruit en 843 (ci-dessus). Disparaît à la Révolution. La maison existe toujours, à coté de l'église. La place de l'église s'appelle d'ailleurs Place du Prieuré.

Photos (2) : (ce sont des photos personnelles, cliquez pour agrandir)

vues du prieuré


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Fév - 15:36 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le site des clochers de la France Index du Forum -> Clochers de Bretagne -> Clochers de Loire-Atlantique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Orancia phpBB Theme by Kaelys
Powered by phpBB © 2001, 2003 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com